Navigation – Plan du site

Guillaume Duval, Made in Germany. Le modèle allemand au-delà des mythes

Alexis Pêpe
Made in Germany
Guillaume Duval, Made in Germany. Le modèle allemand au-delà des mythes, Paris, Seuil, 2013, 230 p., ISBN : 978-2-02-109779-5.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis la construction de l’État allemand, une unification faite contre la France et grâce à la guerre de 1870, les deux pays, France et Allemagne, n’ont eu de cesse de se mesurer, de se comparer, et par deux fois de s’entre-déchirer. Après la Seconde Guerre Mondiale, l’Allemagne divisée en était à son « année zéro ». Accélérons l’Histoire. Avec la chute du mur en 1989, c’est la réunification. Une réunification qui fait de l’Allemagne, à nouveau, un État parmi les plus étendus d’Europe, et a priori un des plus puissants. Mais c’est une réunification qui coûte cher : il faut, en quelque sorte pour l’ex-RDA, être intégrée…

  • 1  Michel Tournier, Le bonheur en Allemagne, Maren Sell Éditeurs, 2004, p. 49

2France et Allemagne, couple franco-allemand, frères ennemis ? Michel Tournier, grand germanophile, a publié en 2004 Le bonheur en Allemagne ? Dans cet essai, l’écrivain s’amuse de constater que « chaque peuple revendique la vertu dont il est en réalité le plus dépourvu »1. Citation que l’on se remémore souvent à la lecture de Made in Germany. Le modèle allemand au-delà des mythes, de Guillaume Duval, rédacteur en chef du mensuel « Alternatives Economiques », qui analyse le modèle allemand. Il a pour cela recours à la comparaison avec d’autres pays, principalement européens, mais surtout avec la France. Ce choix peut s’expliquer par les raisons historiques évoquées plus haut, ou simplement en raison de la nationalité de l’auteur et de son lectorat. Mais l’on comprend rapidement que cette comparaison s’impose aussi en ces temps où certains n’ont de cesse en France de vanter le « modèle » allemand, de le jalouser, de vouloir l’imposer.

  • 2  Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Flammarion Champs Classiques, 2008

3D’où le questionnement principal de l’auteur : avons-nous bien compris ce qu’est ce modèle allemand, ce qui est original en lui, ce qui participe réellement de sa réussite ? L’argumentation s’articule autour de quatre parties de longueurs très inégales, aux styles et aux contenus bien distincts. Ce choix d’équilibre, qui s’accompagne de différents styles de discours et de méthodes, tend à servir la thèse de l’auteur. Car il s’agit bien d’un argumentaire, d’un plaidoyer en faveur de la thèse selon laquelle les facteurs clés des succès actuels de l’économie allemande seraient encore -ou toujours- à chercher dans des causes weberiennes2 plutôt que dans la mise en œuvre des politiques conjoncturelles de Gerhard Schröder hier ou d’Angela Merkel aujourd’hui.

4En effet, la problématique de l’ouvrage de Guillaume Duval se résume ainsi : il entend démystifier les points forts du « modèle » allemand, c’est-à-dire de ce que le sens commun nous présente comme un modèle, plutôt nous impose comme modèle.

5Dans la première partie (« Le modèle allemand ne date pas de Schröder »), qui constitue ainsi près de la moitié de l’ouvrage, l’auteur s’attache à décrire les éléments structurants de la société allemande, qu’il est essentiel de comprendre afin d’appréhender son économie. Ces caractéristiques sont analysées d’un point de vue essentiellement qualitatif, même si les arguments sont souvent appuyés par la citation de données chiffrées.

6Les autres parties (« La réunification et son coût : mythes et réalités », « Le cas Schröder : anatomie d’une mystification », « Les vraies raisons du rebond de l’Allemagne d’Angela Merkel ») s’intéressent aux politiques menées depuis la réunification, et à leur bilan.

7On apprécie plus particulièrement les analyses de certains sujets, transverses à l’ouvrage, qui sont abordés selon différents angles. Ainsi, il est rappelé que si le marché du travail peut paraître plus florissant outre-Rhin, il comporte aussi des parts d’ombre, et que ses points forts sont, encore une fois, à mettre au crédit de la société allemande, plus qu’à celui de politiques conjoncturelles. Les corporations, démantelées en France lors de la révolution, continuent au contraire de jouer un rôle essentiel en Allemagne : ce sont elles qui garantissent les salaires minima. En effet, alors que naissent aujourd’hui en Europe des initiatives telles que l’« initiative citoyenne européenne pour le revenu de base inconditionnel »3, l’auteur rappelle qu’il n’y a pas de SMIC en Allemagne. Les salaires minima sont garantis uniquement par les accords de branche. Or, ces corporations sont présentes principalement dans l’industrie, un secteur ancien dans lequel les salariés sont principalement des hommes, dans une société où ce sont traditionnellement les hommes qui travaillent, tandis qu’il est encore mal perçu qu’une mère soit employée... A contrario les nouveaux emplois du secteur des services, peu ou pas protégés par les accords de branches donc sans minima salariaux, sont majoritairement occupés par des femmes, souvent à temps partiel. Autant d’actif(ve)s qui sortent des statistiques du chômage malgré un revenu très faible, et une situation qui creuse les inégalités hommes/femmes.

8L’autre succès mythique de l’Allemagne, celui de ses Entreprises de Taille Intermédiaire à l’export, est décrypté dans l’ouvrage : selon Guillaume Duval, cette réussite tient en grande partie à la spécialisation de ces entreprises dans les biens d’équipement, et l’automobile haut-de-gamme. Des spécialisations qui leur ont permis un développement international lors du décollage des pays émergeants dans les années 1990 et 2000.

9En outre, les attitudes commerciales à l’international sont très différentes entre Allemands et Français. Alors que les Français comptent sur leur État pour signer de gros contrats à l’étranger, les Allemands comptent sur eux-mêmes et sur les communautés allemandes à l’étranger. Ces différences s’expliqueraient, encore une fois, par des raisons historiques.

10Enfin, Guillaume Duval explicite les mécanismes mis en œuvre dans la politique menée sous Schröder, et comment celle-ci aurait contribué à appauvrir durablement l’Allemagne et à mettre en danger le pays et l’Europe, tout en donnant l’illusion d’être le « bon élève » qui réussit : l’auteur évoque notamment comment la rigueur salariale a créé un déséquilibre entre la demande extérieure de produits allemands et la demande intérieure, et un déséquilibre entre épargne et investissement. Déséquilibre qui a conduit les institutions financières allemandes à prêter massivement aux voisins européens l’argent nécessaire à l’importation de biens allemands, pour ensuite faire figure de fourmis vertueuses et redresseuses de tort lorsque ces mêmes pays se sont retrouvés endettés à un niveau déraisonnable.

11Ce ne sont là que quelques exemples des thèmes abordés, mais ils sont représentatifs de l’étendue des sujets étudiés dans le livre. Livre qui a les défauts de ses qualités. Son engagement facilite sa lecture et sa compréhension, un dévoilement à vif des approximations de la vulgarisation économique journalière. Mais, à l’inverse, l’ouvrage étant subjectif, on attendrait parfois que certains chiffres ou idées soient davantage développés, des calculs expliqués, raisonnements et enchaînements précisés. Guillaume Duval conclut par une ouverture consacrée aux pistes de croissance alternatives, notamment en évoquant l’économie verte.

Haut de page

Notes

1  Michel Tournier, Le bonheur en Allemagne, Maren Sell Éditeurs, 2004, p. 49

2  Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Flammarion Champs Classiques, 2008

3  http://www.basicincome2013.eu/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Pêpe, « Guillaume Duval, Made in Germany. Le modèle allemand au-delà des mythes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 07 avril 2013, consulté le 27 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/11191

Haut de page

Rédacteur

Alexis Pêpe

Consultant en Organisation et Systèmes d’Information

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page