Navigation – Plan du site

Emmanuel Pedler, Jacques Cheyronnaud (dir.), Théories ordinaires

François-Ronan Dubois
Théories ordinaires
Emmanuel Pedler, Jacques Cheyronnaud (dir.), Théories ordinaires, Paris, EHESS, coll. « Enquête », 2013, 208 p., ISBN : 9782713223785.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  À titre d’exemple, le troisième colloque du Centro de Estudos de Comunicação e Cultura de l’Univer (...)
  • 2  Wilcox Rhonda, « In ‘The Demon Section of the Card Catalogue’ : Buffy Studies and Television Studi (...)
  • 3  Anne G. Sabo, « Highbrow and Lowbrow Pornography : Prejudice Prevails Against Popular Culture. A C (...)
  • 4  Alan McKee, « Which is the best Doctor Who story ? A case study in value judgments outside the aca (...)

1La hiérarchie de la culture savante et de la culture populaire est probablement l’un des problèmes les plus prégnants et les plus transversaux de ces vingt dernières années, au sein des domaines de recherche qui se sont ouverts à des objets jadis tenus à la marge, si ce n’était à bonne distance, de l’Université. Savoir comment justifier une étude, déterminer le degré d’expertise du discours nécessaire à son élaboration, empêcher ou promouvoir la réintroduction d’une logique hiérarchique ont été des problèmes régulièrement abordés et débattus par des chercheurs attachés à des objets aussi différents que la télévision, le cinéma hollywoodien, la chanson, l’industrie pornographique et bien d’autres encore1. Si certains ont reproduit une valorisation élitiste de la culture populaire2, d’autres ont mis en garde contre ce qu’ils considéraient être un danger méthodique3 et certains, enfin, ont tenté de montrer que la culture populaire et ses consommateurs ne sont pas dénués de ressources critiques et théoriques et notamment de compétences évaluatives4.

2C’est cette dernière préoccupation qui anime les contributeurs réunis par Emmanuel Pedler et Jacques Cheyronnaud dans Théories ordinaires, publié dans la collection pluridisciplinaire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Pluriel, l’ouvrage l’est certes par la rencontre de ses approches, historiques, sociologiques, linguistiques, cinématographiques et philosophiques, mais il l’est également par la variété des objets et pratiques considérés : music-hall, opéra, cinéma hollywoodien, télévision, technologie, bibliographie et musique baroque forment les supports divers d’un ensemble d’analyses dont la cohérence ne pâtit pas de cette multiplicité, à la fois parce qu’en partie ces domaines se recoupent (musique, audiovisuel) et parce que la visée argumentative est nette.

3Ce que Théories ordinaires entend prouver, c’est qu’il existe, en concurrence ou en parallèle avec des formes de théorisation savante, portées à la conceptualisation et à l’abstraction, des théories nées de la pratique ; en d’autres termes, la répétition quotidienne de telle ou telle activité implique l’élaboration, au moins implicite, d’un cadre intellectuel dont la valeur interprétative, prédictive et spéculative n’est en rien inférieure à celle des théories constituées par ceux dont la profession est de réfléchir, bien au contraire.

4L’ouvrage entend donc éclairer plusieurs problèmes. En premier lieu, le rapport entre la théorie et la pratique ; en deuxième lieu, la concurrence ou la complémentarité entre une théorie exogène et une théorie endogène ; en troisième lieu, la (dé)valorisation des théories ordinaires ; en quatrième et dernier lieu, les conditions d’émergence de ces théories. Toutes les contributions n’abordent pas également ces questions et c’est dans la lecture d’ensemble de l’ouvrage, dont on regrette à ce titre qu’il ne jouisse pas d’une conclusion récapitulative, que le lecteur trouvera un examen complet.

5Dans cet ensemble, la musique tient une place prépondérante. Étudiée, sous divers angles, par E. Pedler et J. Cheyronnaud (« Penser les théories ordinaires » ensemble puis respectivement « Les théories ordinaires de la musique ancienne » et « Le genre artistique comme théorisation. Le Grand Récit du music-hall »), Jean-Marie Schaeffer (« Entendre et écouter. Compétences procédurales et connaissance explicite dans l’écoute musicale »), Esteban Buch (« Le duo de la musique savante et de la musique populaire. Genres, hypergenres et sens commun »), elle paraît devoir être, pour l’ouvrage, un cas d’école. Cette prépondérance de la musique appelle deux remarques.

6La première, purement pratique pour ainsi dire, est que le lecteur néophyte qui n’aurait pas une éducation musicale très poussée risque fort d’être désarçonné par certaines contributions qui exigent a priori une assez grande familiarité non seulement avec l’histoire de la musique classique des dernières décennies mais également avec un ensemble de concepts musicaux ; ainsi, des considérations sur la « justesse mélodique des tempéraments inégaux », les « enchaînements harmoniques modulants » ou « la basse chiffrée » (Pedler, pp. 92-93) peuvent parfois entamer l’intelligibilité de l’argumentation.  

7La seconde, peut-être plus fondamentale, est qu’en dehors de ce qu’un disquaire généraliste classerait dans « musique classique », il n’est pas souvent question des musiques précisément populaires ; le rap, le rock, le hip-hop, la house, la folk, la variété, la K-Pop ou le reggae, quand ils sont évoqués, ne le sont guère qu’en passant, si bien que l’on doute parfois de la possible reconduction des analyses proposées par les différents contributeurs. La différence entre les théories praticiennes et les théories musicologiques est sensible, mais l’on s’interroge sur la hiérarchie à l’intérieur des théories praticiennes, en fonction des genres musicaux, dans la mesure où le chanteur de rap né dans les quartiers de Marseille n’a vraisemblablement pas le même substrat culturel que le brillant élève du Conservatoire de Paris.

8Ce que l’ensemble des contributions consacrées à la musique établit nettement cependant, c’est l’existence d’au moins deux entreprises de théorisation parallèles. La première, qui émane des musicologues, prend la forme d’une conceptualisation parfois abstraite des objets produits et cherche à établir une taxinomie aux catégories hermétiques, susceptible à terme d’accueillir n’importe quel individu non encore produit, par la force de sa cohérence interne. La seconde nait de la pratique professionnelle de la musique et se caractérise par une expérience concrète, moins portée à affirmer l’intemporelle stabilité des catégories explicatives et plus habile à produire des concepts, par exemple celui de « l’écriture instrumentale », aptes à rendre compte de la variabilité de l’expérience.

9La différence n’est donc pas seulement une différence de positionnement et de style (s’affirmer, s’écrire ou non comme une théorie), mais aussi de visée de la construction conceptuelle. Comme le montre Valérie Tesnière (« Pratiques de recherche, pratiques de diffusion et pratiques documentaires dans le monde scientifique aux XIXe et XXe siècles ») en étudiant la constitution des revues scientifiques, des index, des bibliographies, des abstracts, la granularité de l’information et donc l’empan conceptuel d’une théorie ordinaire répondent aux exigences de la pratique : le concept suit la pratique puis la structure dans un mouvement circulaire.

10Cela n’implique pas nécessairement que la théorie ordinaire échappe toujours à l’exposé synthétique. Liliane Hilaire-Pérez (« Quels commencements pour la technologie ? Théories ordinaires de la technique et économie artisanale au XVIIIe siècle ») montre que les praticiens, par exemple les artisans, sont susceptibles de produire des discours  analytiques et/ou synthétiques autonomes. Le critère de distinction entre une théorie ordinaire et une théorie abstraite ne peut donc pas toujours être celui du style discursif adopté.

11À vrai dire, cette distinction peut paraître malaisée à la lecture du diptyque formé par les textes de Sandra Laugier (« Cultures populaires, critique ordinaire. Une philosophie des genres mineurs » puis « À propos de deux inédits de Stanley Cavell ») et de Stanley Cavell (« Mr. and Mrs. Smith, de Doug Liman » et « L’opéra dans un film et comme un film »). En faisant la doxographie de S. Cavell dans son premier article, Sandra Laugier présente de facto le philosophe et le critique étasunien comme un savant et c’est précisément à l’expertise du savant que fait appel le destinataire du premier article de Cavell, constitué par une lettre adressée à Chris Chang.

12Se révèle alors un problème déjà sensible dans certains des cas évoqués par Liliane Hilaire-Pérez (la constitution d’une discipline universitaire appelée technologie) et Jacques Cheyronnaud (l’émergence d’une historiographie du music-hall) : celui du moment de la constitution de la théorie ordinaire. La théorie existe-t-elle déjà dans le matériau qui ne la formule pas toujours explicitement ou attend-t-elle l’opération maïeutique d’un spécialiste, universitaire ou autre, pour se constituer ? En d’autres termes, les comédies de remariage sont-elles une théorie ordinaire ou est-ce l’analyse par Stanley Cavell de ces comédies qui fait théorie ? Et si c’est la seconde solution qui prime, la théorie ordinaire, comme dans le cas des musiciens toujours déjà plus savants que l’artiste des cités, la théorie si informée, est-elle, toujours, ordinaire ?

13Théories ordinaires a donc un double mérite : celui de répondre à des préoccupations sans cesse plus pressantes pour bien des universitaires et celui d’ouvrir à un débat qui, fondé sur des bases solides et argumentées, ne saurait être que fructueux. Et en effet, en matière de solidité et d’argumentation, l’ouvrage est irréprochable : la difficulté de certains concepts propres à un domaine donné ne saurait arrêter un lecteur patient qui trouvera, en même temps que des articles complets et savants, des présentations claires et circonstanciées dont la lisibilité est encore soutenue par une table bilingue de résumés et un avant-propos synthétique. On ne peut donc qu’espérer que cet ouvrage soit bientôt suivi de nouveaux travaux et de nouvelles publications.

Haut de page

Notes

1  À titre d’exemple, le troisième colloque du Centro de Estudos de Comunicação e Cultura de l’Université Catholique du Portugal, tenu à Lisbonne les 4 et 5 décembre 2012 sous le titre « Report From the Pop Line : On the Life and Afterlife of the Popular », est symptomatique de cette période de questionnement au sein des études sur la culture populaire.

2  Wilcox Rhonda, « In ‘The Demon Section of the Card Catalogue’ : Buffy Studies and Television Studies », Critical Studies in Television, 2006, 1.1, p. 37-48.

3  Anne G. Sabo, « Highbrow and Lowbrow Pornography : Prejudice Prevails Against Popular Culture. A Case Study », The Journal of Popular Culture, 2009, 42.1, p. 147-161.

4  Alan McKee, « Which is the best Doctor Who story ? A case study in value judgments outside the academy », Intensities : the Journal of Cult Media, 2001, 1, en ligne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Emmanuel Pedler, Jacques Cheyronnaud (dir.), Théories ordinaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 17 avril 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/11286

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat avec l'Université Stendhal — Grenoble 3, affilié aux centres RARE (Rhétorique de l'Antiquité à la Révolution) et LIRE (Littératures, Idéologies et Représentations.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page