Navigation – Plan du site

Jean-MichelCharbonnel, La pauvreté en France : Permanences et nouveaux visages

Pierre Gille
La pauvreté en France
Jean-Michel Charbonnel, La pauvreté en France. Permanences et nouveaux visages, Paris, La Documentation Française, coll. « Les études », 2013, 173 p., EAN : 3303331953630.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jeanne Lazarus, « Les enjeux de la sociologie de la pauvreté », consultable sur le site Ceriscope (...)
  • 2 Journées d'étude de philosophie économique: « Figures et énigme de la pauvreté économique », Ville (...)

1On ne sait si les ouvrages traitant de la pauvreté sont véritablement susceptibles d'occuper des bibliothèques entières, comme le dit Jeanne Lazarus dans un article paru en 20111 et si elle constitue véritablement une « énigme », pour reprendre (en partie) le titre de Journées d'étude organisées à Villeneuve d'Ascq en 20072 (même si sa persistance dans des sociétés occidentales globalement très riches peut sembler pour le moins surprenante) mais il est clair que la pauvreté fait partie des phénomènes sur lesquels les sciences sociales n'ont eu de cesse, et continuent aujourd'hui, de s'interroger.

  • 3 Jean-Michel Charbonnel, « Vers la convergence des modèles sociaux en Europe ? Eléments pour une an (...)

2Auteur d'une thèse dirigée par Serge Paugam3, Jean-Michel Charbonnel se propose ainsi d'analyser la persistance des phénomènes de pauvreté dans nos sociétés et d'étudier les politiques qui visent à les prévenir et/ou à en réparer les conséquences. L'analyse n'apparaît pas aisée : la pauvreté appartiendrait selon lui au domaine des prénotions (c'est à dire des idées vagues et latentes rendant compte d'une réalité sociale pouvant être désignée sous de multiples autres noms) et son étude serait une question complexe à laquelle il serait impossible d'apporter des réponses simples (sauf à accepter d'être simpliste). Plutôt que de rechercher avant tout les critères qui permettraient de définir, en tout lieux et temps, ce qu'est une personne pauvre, Jean-Michel Charbonnel se propose donc d'étudier en priorité les permanences et transformations des représentations de la pauvreté en fonction du contexte socio-économique et de chercher à définir un cadre conceptuel stable, au delà de la diversité des termes employés et des évolutions sémantiques et thématiques intervenues au fil du temps. Principalement centré sur la situation française afin d'éviter les caricatures et simplifications outrancières sur lesquelles pourrait déboucher un regard trop extérieur sur des sociétés étrangères, mais faisant néanmoins référence aux situations et expériences d'autres pays de l'Union européenne en matière de pauvreté, l'ouvrage de Jean-Michel Charbonnel compte quatre chapitres.

3Le premier permet à l'auteur de replacer la question de la pauvreté dans une perspective historique (relativement) longue. Cette mise en perspective étant l'occasion de rappeler deux points importants. Tout d'abord, que si les préoccupations relatives au phénomène de la pauvreté sont anciennes et relativement constantes historiquement (aucune époque n'apparaît ainsi véritablement indifférente à ce phénomène, au moins depuis le moyen âge en France), le rapport aux pauvres et à la pauvreté a évolué au fil du temps, la lutte contre la pauvreté prenant très souvent plus la forme d'une lutte contre les pauvres que d'une lutte contre le phénomène lui même. Ensuite, que la prise en charge de ce phénomène a, jusqu'à une époque très récente, plus souvent relevé de formes privées de solidarité (familiales, communautaires ou autres) que de formes publiques de solidarité (qui ne se mettront en place qu'à la fin du 19ème siècle et sous des formes encore assez largement embryonnaires) alors même que la Révolution française affirmait déjà un « droit à la solidarité publique ». Affirmation peu suivie d'effets à l'époque à l'exception de la mise en place de « bureaux de bienfaisance », ancêtres des actuels Centres Communaux d'Action Sociale (CCCAS). Mais ce premier chapitre est aussi l'occasion d'aborder la question (délicate) de la mesure statistique de la pauvreté telle qu'elle s'effectue en France aujourd'hui. Une revue détaillée et critique des différents indicateurs existants (objectifs ou subjectifs, monétaires ou non monétaires) est ainsi effectuée en s'efforçant à chaque fois de faire ressortir toutes les difficultés méthodologiques que posent leur construction et les limites qu'ils présentent dans leur utilisation. Le but n'étant pas ici, pour Jean-MichelCharbonnel, de nier l'intérêt que peuvent présenter ces indicateurs et de remettre en cause la nécessité d'en disposer, mais d'attirer l'attention du lecteur sur les risques d'une interprétation un peu trop rapide de certaines données et de certains chiffres diffusés par les médias dont la simplicité masque en fait une grande faiblesse de signification.

4Le deuxième chapitre s'intitule « les multiples itinéraires de la pauvreté ». On regrettera peut-être quelque peu le choix de ce titre dans la mesure où ces itinéraires (ou « trajectoires ») ne sont, en tant que tels, traités (en quelques pages) qu'en toute fin de chapitre. Mais il est vrai que l'auteur s''explique assez clairement sur les choix opérés en ce qui concerne la construction de ce chapitre au début de celui-ci. L'essentiel de ce chapitre est en effet consacré à la mise en évidence des multiples facteurs qui, en s'additionnant et interagissant, peuvent aboutir à des situations de pauvreté. L'auteur insiste ainsi particulièrement (mais pas exclusivement) sur les facteurs familiaux et professionnels abordés dans une logique de « cycle de vie » des individus (enfance, âge adulte, vieillesse) et met en évidence une distinction tout à fait essentielle en matière de situation de pauvreté (dont les indicateurs statistiques habituels ne parviennent pas véritablement à rendre compte) : la distinction entre « pauvreté transitoire » (susceptible de toucher en particulier les jeunes mais qui ne prend pas, dans la plupart des cas, un caractère durable) et « pauvreté permanente » ou « persistante » (susceptibles de toucher des catégories diverses de la population), résultat d'un processus dans le cadre duquel se sont cumulés  « (...)multiples handicaps (...), accidents de la vie, et synergies négatives de situations personnelles et sociales délicates, voire franchement difficiles » (p. 53).

5Le troisième chapitre de l'ouvrage est consacré à l'étude des dispositifs existant actuellement en matière de lutte contre la pauvreté en se centrant plus spécifiquement sur les dispositifs véritablement dédiés en tant que tels à cette lutte. Il fournit un panorama détaillé des dispositifs existants au niveau français mais fait également référence aux dispositifs existants au niveau européen. Très sceptique quant à l'efficacité des politiques d'activation des dépenses sociales qui se sont développées (en provenance des États-Unis) depuis une vingtaine d'années en Europe (et en France) et qui, en relevant de la logique du « Workfare », exigent un certain nombre de contreparties aux aides reçues, Jean-Michel Charbonnel plaide au contraire en faveur du maintien des dispositifs actuels qui permettent dans de nombreux cas aux individus de bénéficier d'aides sans exigences de contreparties (en insistant en particulier sur le cas des dispositifs de prestations dites « non contributives »). Il pointe toutefois l’ambiguïté de certains de ces mécanismes (qui peuvent tendre, dans certains cas, à encourager le développement de la flexibilité du marché du travail et de la précarisation de l'emploi) et reconnaît l'existence d'un certain nombre de limites à l'efficacité des politiques mises en œuvre. Trop souvent encore « limitées » à des politiques de redistribution monétaires et d'insertion par l'économique (insertion pouvant apparaître pour certaines populations comme un horizon bien lointain), elles n'accorderaient pas assez d'importance à la question de l'effectivité d'un certain nombre de droits (droit au logement et à la santé en particulier) et ne reposeraient pas, par ailleurs, assez systématiquement sur la combinaison réfléchie de mesures mises en œuvre à différents niveaux (mesures macroéconomiques relatives à la croissance et à l'emploi, mesures plus locales et ciblées). Jean-Michel Charbonnel reviendra d'ailleurs sur ce dernier point à l'occasion de la conclusion de l'ouvrage en insistant sur la nécessité, afin d'accroître l'efficacité de ces politiques, de chercher également à développer des dispositifs de suivi véritablement individualisés des personnes touchées durablement par la pauvreté.

  • 4 Serge Paugam, « Les formes de pauvreté en Europe », Regards croisés sur l'économie, 2208/2
  • 5 Gosta Esping-Andersen, Les trois mondes de l'Etat-providence ; Essai sur le capitalisme moderne, P (...)

6Le dernier chapitre amène l'auteur à sortir du cadre assez strictement français qui était jusqu'alors celui de l'ouvrage pour s'intéresser à la situation européenne et, beaucoup plus brièvement, mondiale. Il insister en particulier dans celui ci sur le caractère contextualisé des questions de pauvreté, caractère qui rend difficile les comparaisons internationales et qui s'exprime principalement dans trois domaines. Le domaine des représentations sociales de la pauvreté et des rapports a celle ci, très largement inscrits dans l'histoire longue des différents pays. Le domaine des formes de la pauvreté, sensiblement différentes d'un pays à l'autre., Jean-Michel Charbonnel reprenant ici, réf(v)érence obligée (?), une typologie établie en 2008 par Serge Paugam dans une étude menée sur la pauvreté en Europe4 qui mettait en particulier en évidence l'apparition, à partir du début des années 1980, d'une forme de pauvreté particulièrement menaçante pur la cohésion sociale ; la « pauvreté disqualifiante ». Le domaine, enfin, des politiques de lutte contre la pauvreté qui, malgré le partage d'une communauté d'objectifs (définis en partie non négligeable au niveau de l'Union européenne), continuent à relever très largement de la compétence des Etats et à prendre des formes assez diverses d'un pays à l'autre. Jean-Michel Charbonnel reprenant ici la typologie « classique » (mais un peu ancienne, comme il le reconnaît, et qui gagnerait sans doute à être réactualisée) de Gosta Esping-Andersen5.

  • 6 David J. Harding, Michèle Lamont, Mario Luis Small, dir., Reconsidering Culture and Poverty, The A (...)
  • 7 Voir en particulier le Déni des cultures paru aux Editions du seuil en septembre 2010

7On ne sait si, au terme de cet ouvrage, le projet initial qui portait celui-ci est véritablement réalisé, mais le lecteur y trouvera en tout cas une mine d'informations sur le sujet traité. On pourra toutefois regretter que le plan de l'ouvrage amène à un certain nombre de « redites ». Et l'on ne partagera pas forcément, par ailleurs, certaines des convictions de l'auteur qui amènent celui-ci à présenter sous un angle assez nettement positif le rôle de l'Union européenne en matière de lutte contre la pauvreté sans mentionner à aucun moment l'incapacité de cette même Union (illustrée encore récemment) à se doter d'un budget qui soit véritablement cohérent avec les objectifs qu'elle s'est elle même fixés. On pourra enfin s'étonner que l'auteur n'aborde à aucun moment un débat qui est revenu sur le devant de la scène à l'occasion de la publication, aux États-Unis, en mai 2010, d'un numéro spécial de la revue The Annals of the American Academy of Political and Social Science6et, en France, des ouvrages d'Hugues Lagrange7, à savoir le débat sur les facteurs culturels de la pauvreté. Mais il est vrai que l'auteur précise dans l'introduction de l'ouvrage qu'il sera amené, pour diverses raisons, à considérer comme invariants des données culturelles, voire anthropologiques, propres à la France (dont il reconnaît pourtant qu'elles sont susceptibles d'être à l'origine les problèmes qu'il entend analyser). Précision dont on peut se demander si elle ne vaut pas rejet des thèses évoquées ci-dessus.

Haut de page

Notes

1 Jeanne Lazarus, « Les enjeux de la sociologie de la pauvreté », consultable sur le site Ceriscope Sciences po.fr

2 Journées d'étude de philosophie économique: « Figures et énigme de la pauvreté économique », Villeneuve d'Ascq, 7-8 juin 2007, CLERSE (Centre Lillois d'Etudes et de Recherches Sociologiques et Économiques)

3 Jean-Michel Charbonnel, « Vers la convergence des modèles sociaux en Europe ? Eléments pour une analyse comparative de l'évolution des formes et des logiques des sociétés providentielles face aux mutations de l'emploi et à la résurgence de la pauvreté ». Thèse soutenue à l'Institut d'Etudes politiques de Paris en juin 2004

4 Serge Paugam, « Les formes de pauvreté en Europe », Regards croisés sur l'économie, 2208/2

5 Gosta Esping-Andersen, Les trois mondes de l'Etat-providence ; Essai sur le capitalisme moderne, PUF, Paris, 1999)

6 David J. Harding, Michèle Lamont, Mario Luis Small, dir., Reconsidering Culture and Poverty, The Annals of the American Academy of Political and Social Science, Vol. 629, May 2010

7 Voir en particulier le Déni des cultures paru aux Editions du seuil en septembre 2010

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gille, « Jean-MichelCharbonnel, La pauvreté en France : Permanences et nouveaux visages », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 21 avril 2013, consulté le 02 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/11315

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page