Navigation – Plan du site

Jacky Simonin, Sylvie Wharton (dir.), Sociolinguistique du contact. Dictionnaire des termes et concepts

Véronique Miguel Addisu
Sociolinguistique du contact
Jacky Simonin, Sylvie Wharton (dir.), Sociolinguistique du contact. Dictionnaire des termes et concepts, Lyon, ENS Éditions, coll. « Langages », 2013, 429 p., ISBN : 9782847883695.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Moreau M.-L. (dir.), 1997, Sociolinguistique, concepts de base, Bruxelles, Mardaga.

1Cet ouvrage de référence en sociolinguistique francophone est le premier à notre connaissance à porter explicitement sur les notions et concepts opératoires dans des situations de contact de langues. Que le sous-titre ne trompe pas : ce recueil d’articles élaborés par des spécialistes des notions abordées est plus proche de la démarche des encyclopédistes que des lexicographes. Il ne propose pas un état des lieux de connaissances qui seraient stables et définitives mais bien une approche phénoménologique d’objets qui fondent les recherches en sociolinguistique (francophone en particulier) depuis une vingtaine d’années. En ce sens, il n’est pas sans rappeler la visée de Sociolinguistique, concepts de base, ouvrage paru il y a une quinzaine d’années sous la direction de Marie-Louise Moreau1. Ici cependant on spécifie le champ et présente explicitement la notion de « contact » comme structurante.

2Le choix a été fait par l’équipe des vingt co-auteurs de ne sélectionner « que » quinze entrées mais en les développant très largement. La méthode qui a présidé à leur élaboration se veut garante de la rigueur et de la qualité des sources évoquées puisque chaque entrée a fait l’objet de discussions collectives qui ont permis aux auteurs de situer leur parole dans les débats que les notions étudiées pouvaient susciter. Ainsi, chacun des textes, de 25 pages en moyenne, clarifie une thématique choisie pour sa vitalité dans les recherches actuelles appliquées aux contextes plurilingues et francophones. Les auteurs proposent d’une part un état des lieux de la notion en débat et d’autre part des perspectives conceptuelles pour des recherches à venir. Les problématisations théoriques sont le plus souvent claires sans sacrifier à la complexité des questions abordées ; les prises de position des auteurs sont stimulantes à la lecture en renvoyant parfois, en creux, à d’autres choix théoriques ou méthodologiques qui peuvent être faits aujourd’hui dans ce domaine. Les bibliographies, abondantes, permettent de brosser un panorama international des recherches menées sur le thème abordé, qu’il soit considéré comme un concept fondateur (« Diglossie » par exemple), comme une notion en émergence (« Ecrits plurilingues » par exemple), ou même comme une (re)construction de l’objet « langue », qui a fondé le développement de la linguistique (« Frontières » par exemple).

  • 2  Marcellesi J.-B. (dir.), Glottopolitique, Langages n°83, 1986.

3Le projet en lui-même est le fruit d’un travail collectif réalisé dans le cadre d’un programme de recherche CNRS entre 2002 et 2009. L’introduction insiste sur la double visée de ce dictionnaire : proposer une réflexion épistémologique sur la sociolinguistique tout en permettant d’utiliser des clefs d’analyses de contextes et pratiques langagières caractérisant a priori les « situations de contact », situations largement privilégiées par les effets de la mondialisation. Placer le « contact » au cœur de la réflexion linguistique plutôt que la « langue », c’est, de l’aveu des auteurs, rompre avec une idéologie monolingue et « mentaliste ». Cette publication est donc une forme d’acte glottopolitique, en tant que verbalisation qui a une portée politique2. Comme le souligne la préface de Monica Heller, s’y dessine une « sociolinguistique du contact » qui prend pour objet les processus de catégorisation des frontières linguistiques, que ces processus soient ceux des locuteurs ou ceux des chercheurs. En ce sens, la lecture de cet ouvrage permet à tout (socio)linguiste de questionner ses propres cadres de référence tout en offrant des liens avec la psychologie, la sociologie, l’anthropologie. C’est sans doute la raison pour laquelle le terme « contact » a été préféré ici au terme « plurilinguisme », contrairement à ce que l’on peut lire plus fréquemment dans les recherches anglo-saxonnes, qui n’ont d’ailleurs que le terme « multilingualism » à leur disposition. Il s’agit donc de situations dans lesquelles la variation langagière est identifiée et identifiable par le chercheur, ce que peuvent recouvrir tant des situations dites monolingues que bilingues. Nous comprendrons ci-dessous les raisons et implications de ces choix terminologiques dans un nombre certain d’articles.

4Une cohérence se dégage à la lecture de l’ensemble de l’ouvrage. Elle concerne d’une part les interrogations portées sur la catégorie « langue ». D’autre part, les analyses diachroniques des concepts tendraient à montrer que les recherches ont d’abord adopté un point de vue monolingue, marqué par une idéologie contestable dans le sens où, au niveau macro, elle s’impose aux sociétés et, au niveau micro- elle ne tiendrait pas suffisamment compte des représentations et pratiques des locuteurs. De ce fait, la sociolinguistique, en traitant d’enjeux qui traversent la société, se trouve elle-même aux prises avec des tensions qui la forgent tout en la marginalisant peut-être. La plupart des articles relèvent que les méthodes d’investigation et les modèles d’analyse se situent dans les cadres idéologiques et des contextes linguistiques qui les actualisent ; sont souvent alliés trois niveaux de prise en compte des terrains : les niveaux macro-, meso- et micro. Ainsi, les objets travaillés et conceptualisés en sociolinguistique du contact sont prioritairement les situations de communication, les représentations et les pratiques sociolangagières.

5Bien que tous les textes traitent à la fois de processus langagiers et de constructions conceptuelles, on présentera ici les entrées selon la part de conceptualisation qu’elles attribuent à l’objet « langue ».

6Dans un premier groupe d’articles, les auteurs interrogent l’objet « langue », en travaillant sur ses contours ; le contact préside à sa construction en tant que concept pour les chercheurs. C’est le cas dans « Catégorisation », « Interlecte », « Frontière », « Continuum » et « Diglossie ». Tout en proposant des analyses de thématiques différentes, ces textes montrent que la notion de contact est particulièrement féconde pour comprendre certaines dynamiques sociolinguistiques actuelles, approche que d’aucuns qualifient de compréhensive ou même d’herméneutique (de Robillard). Le changement de paradigme rend moins pertinente l’opposition bilingue/monolingue, qui ne renverrait finalement qu’à des formes d’actualisation de situations de contacts.

7Un deuxième groupe d’articles catégorise l’objet « langue » en travaillant sur sa complexité, proposant une approche « plurisémiotique » selon Simonin. On étudie sa dynamique dans le cadre de communautés linguistiques, qui ont une fonction heuristique. C’est en particulier le cas de « Interaction », « Normes » et « Variation et changement linguistique ». La caractérisation de la langue n’a d’intérêt que dans la perspective de l’appréhension de ses processus variationnels. En ce sens, l’école est un terrain privilégié pour l’analyse des processus normatifs tout en permettant des transpositions didactiques. Le contact est ici compris comme un mode d’actualisation parmi d’autres. Ainsi, Ledegen souligne que les mécanismes des changements « nécessitent une explication multifactorielle et souvent le recours à différents cadres explicatifs. »

8Le troisième groupe d’articles propose une catégorisation de l’objet « langue » par l’étude de contextes ditsplurilingues, dans lesquels plusieurs « langues » sont attestées et d’abord par les locuteurs eux-mêmes. On renvoie ici en creux à la définition du sens commun du terme « langue », même si les cadres premiers des études sont les pratiques discursives et les représentations qui y sont associées. L’existence des langues, révélée du fait de leurs contacts, a pour conséquence de transcender une approche réificatrice du terme. Les articles, « Ecrits plurilingues », « Bilinguisme et plurilinguisme », « Identités plurilingues et pluriculturelles » montrent ainsi que la prise en compte de faits langagiers que les acteurs sociaux eux-mêmes problématisent linguistiquement font mieux comprendre les dynamiques sociales.

9Dans un dernier groupe d’articles, les auteurs présentent un certain nombre de débats importants dans le champ du bilinguisme, en montrant comment ces paradigmes ont évolué en fonction de la reconnaissance attribuée à l’existence d’un système linguistique fini que serait une langue. C’est ce qui ressort des études sur « créolisation et créoles », l’« acquisition et le développement bilingue », les « Alternances et mélanges codiques », les « Didactique(s) de(s) plurilinguisme(s) ».

10Quelles que soient les approches que les termes et concepts présentés induisent ici, la lecture de cet ouvrage souligne les implications sociales de ces recherches. Candelier et Castellotti insistent notamment sur leur fécondité en didactique : on problématise des compétences définies au moins autant par les usages que par les ressources linguistiques proprement dites. Les implications pour les politiques et aménagements linguistiques sont visibles dans plusieurs contextes, dont les contextes créolophones pour ne citer qu’eux. On rejoindra aussi les auteurs qui, dans la postface, relèvent la portée heuristique de ces concepts dans des sociétés marquées par les mobilités et donc par les contacts de langues. La sociolinguistique du contact se révèle donc ici comme un champ indépendant et les précieuses bibliographies ne sont pas le moindre des atouts de l’ouvrage. On questionnera cependant ces conceptualisations très diverses des langues : tout en rendant compte de débats importants, les auteurs manifestent des approches et démarches différentes, voire opposées. Cela ouvre nécessairement sur un questionnement épistémologique que l’on peut regretter de ne pas voir davantage explicité. Il influe en effet sur les résultats des recherches elles-mêmes et, par là, sur leur portée et leur implication dans nos sociétés.

Haut de page

Notes

1  Moreau M.-L. (dir.), 1997, Sociolinguistique, concepts de base, Bruxelles, Mardaga.

2  Marcellesi J.-B. (dir.), Glottopolitique, Langages n°83, 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Miguel Addisu, « Jacky Simonin, Sylvie Wharton (dir.), Sociolinguistique du contact. Dictionnaire des termes et concepts », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 avril 2013, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/11317

Haut de page

Rédacteur

Véronique Miguel Addisu

Maître de conférences en sciences du langage, IUFM/Université de Rouen, Laboratoire Dynamiques Sociales et Langagières (DySoLa).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page