Navigation – Plan du site

Karin Dietrich-Chénel, Marc Weisser (dir.), L'interculturel dans tous ses états

Ygaël Attali
L'interculturel dans tous ses états
Karin Dietrich-Chénel, Marc Weisser (dir.), L'interculturel dans tous ses états, Paris, Orizons, coll. « Universités », 2012, 244 p., ISBN : 978-2-296-08852-8.
Haut de page

Texte intégral

1La rencontre de cultures, de perspectives et de regards sur le monde provoquent des tensions, des hybridités, des coagulations et mouvements, de nouvelles frontières et des ouvertures. L'ouvrage collectif L'Interculturel dans tous ses états recueillant treize articles sous la direction de K. Dietrich-Chénel et M. Weisser est représentatif de ces rencontres et de leurs richesses émergentes, et son objectif est de les étudier à travers une pluralité de regards.

2Le livre est divisé en trois parties ; la première introduit la problématique théorique de l'interculturel et de ses significations ; la deuxième section recouvre des études de cas spécifiques dans une large aire géographique et culturelle ; enfin, la thématique interculturelle est recentrée sur l'espace franco-allemand et plus spécifiquement la région du Rhin supérieur, lieu propice à de nombreuses interrogations et illustrations. Interculturel, l'ouvrage l'est certainement lui-même puisqu'il accueille des chercheurs de nationalités, terrains de recherches et parfois langues différentes. Il est également pluridisciplinaire, offrant des perspectives sociologiques, anthropologiques, sémiotiques, des sciences de l’éducation, ou encore de la littérature comparée. Si l'ouvrage correspond totalement à son thème central dans les matériaux de constructions, qu’en est-il de son socle théorique ?

  • 1  Edgar Morin, La Méthode, Paris, Seuil, « Opus », 2008.

3L'ouvrage débute avec un article théorique passionnant signé par J. Demorgon, qui souligne la nécessité d'une triple optique dans l'appréhension des nombreux objets interculturels. Cette approche doit être nécessairement pluridisciplinaire puisqu'un cloisonnement mutilerait la richesse d'une culture forcément ballottée entre plusieurs rives de savoirs. Elle doit être également interdisciplinaire afin de saisir les nombreux terrains sur lesquels naissent et évoluent les cultures. Elle doit être enfin transdisciplinaire afin d'étudier les objets complexes et mouvants que sont les systèmes culturels, en reliant dans une conjonction complexe ce qui avait été morcelé et séparé par les différentes approches. À partir de ce décloisonnement épistémologique rappelant fortement La Méthode1 d'Edgar Morin, Demorgon introduit trois grandes figures de l'humain soulignant tour à tour sa complexité individuelle et les directions divergentes qui le tiraillent, l'incarnation de ses choix dans des structures et groupes sociaux qui le transcendent, et les diverses formes de sociétés dans lesquelles il peut s'inscrire et vivre. Cette article théorique est salutaire dans le cadre de l'étude de l'interculturalité, et a une valeur propédeutique pour la compréhension de l'ensemble de l'ouvrage, puisque ce dernier s'inscrit dans cette démarche de décloisonnement.

4A. Holzbrecher, dans le deuxième article, s'intéresse aux compétences cognitives et culturelles requises dans une société interculturelle mondialisée. La contribution étant intégralement en allemand, elle ne permet pas à un public non germanophone d'y accéder, point regrettable d'autant plus que d'autres articles font référence à des citations, expressions ou mots allemands dénués de toute traduction.

5H. Vieille-Grosjean s'engage pour sa part dans le travail fructueux d'une clarification sémantique dans le champ des études interculturelles. L'auteur mobilise une approche terminologique afin de redéfinir et de clarifier les termes encerclant le pôle interculturel, notamment en différenciant et définissant les préfixes inter-, poly- et trans-culturel. Ce travail terminologique, outre la valeur heuristique qu'il revêt, lui permet dans un second temps d'en spécifier les applications possibles dans le champ empirique.

6S. Ludwig se réfère à une des figures de proue de la linguistique pragmatique C. Peirce et à son concept de chaîne sémiotique afin d'analyser les processus d'interprétation et de compréhension mutuelle dans des situations interculturelles, soulignant notamment l'importance du recours au contexte et de l'environnement matériel en commun. La première subdivision de l'ouvrage répond ainsi aux promesses initiales en permettant à la fois une clarification des enjeux théoriques, un travail terminologique extrêmement précieux et une ébauche de questionnements et de réponses dans les champs de la pensée et de l'action au sein d'un cadre interculturel.

7La seconde partie, plus disparate et inégale, jongle avec des quilles de couleurs et de poids bien dissemblables. Elle est initiée par un article F. Aparicio-Nevado nous plongeant dans la « guéguerre » linguistique espagnole entre les militants des langues régionales (basque, du catalan, du valencien et du galicien) et les défenseurs du castillan unissant le pays sous une langue commune. L'article, très documenté, permet d'apercevoir un cas de divisions très fortes où la langue est la vitrine d'ensembles culturels riches en oppositions. Originellement moyen de communication, elle devient dans ce cadre un instrument d' «endoctrinement identitaire » renforçant les divisions. Si cette illustration est captivante pour elle-même, elle permet à l'auteur de mettre en relief une facette de la question de l’interculturel rarement évoquée dans le reste de l'ouvrage : les tensions jaillissant de terrains où le pluriculturel est davantage un lieu de confrontations que d'enrichissements mutuels.

8G. Randriamasitiana aborde la question de la perception de l'altérité à partir de deux écoles malgaches. Si le thème semble intéressant a priori, l'auteur ne remplit guère sa mission : la moitié de l'article est consacrée à des enjeux méthodologiques, tandis que la seconde partie noie le lecteur sous des références scientifiques et de multiples concepts, sans que rien de substantiel ne semble pouvoir en être extrait.

9Y. Bleichner se montre extrêmement original puisqu'il met en lumière certaines particularités culturelles à partir des divers ornithonymes employés dans différentes langues. Les noms donnés aux oiseaux permettent ainsi d'appréhender des différences de centration : la perception d'une espèce dans une aire culturelle  et la caractéristique choisie afin de la nommer sont fascinantes. Si l'angle paraît étonnant au premier abord, il est source de surprises et riche en enseignements.

10La dernière partie, qui se focalise sur l'espace Franco-allemand, permet de resserrer l'aire géographique abordée tout en maintenant une diversité de regards et d'approches. L'étude des compétences interculturelles enseignées et acquises dans des classes bilingues est au centre des trois premières contributions.

11J. Putsche introduit le cas d'enfants scolarisés en Allemagne, à la frontière de la France, étudiant à la fois la facilité d'acquisition de compétences linguistiques francophones de certains, facilité due à un bilinguisme familial, ces résultats étant mis en lien avec les représentations de l'étranger chez ces élèves.

12Extrêmement solide conceptuellement et dans la matière qu'il apporte, le deuxième article rédigé par M. Weisser transpose dans le monde scolaire le concept forgé par Thomas S. Kuhn de « Matrice disciplinaire » afin d'analyser les enjeux gravitant autour de l'enseignement dans des classes où la culture dominante est différente de la culture des élèves. La « Matrice disciplinaire », dans ce cadre d'analyse, c’est alors l'ensemble des règles implicites ayant été intériorisées par l'institution scolaire et ses représentants. Weisser met en lumière le fait qu'une matrice disciplinaire distincte de la dominante ‑ provenant d'un ensemble culturo-linguistique différent ‑ peut entraîner de nombreux malentendus voire créer des résistances de la part des élèves comme du corps enseignant. Comparant les matrices disciplinaires allemandes et françaises à travers l'exemple précis de manuels traitant du XVIIe siècle, l'auteur souligne leurs nombreuses dissemblances thématiques et didactiques, et les nombreuses incompréhensions qu'ils peuvent causer.

13La question de la formation des enseignants en classes bilingues est approfondie par K. Dietrich-Chénel qui analyse l'acclimatation au système universitaire français d'étudiantes allemandes se formant à l'enseignement bilingue. Elle ouvre avec cet article de nombreuses perspectives méthodologiques et thématiques pour des recherches futures.

14N. Schnitzer lance pour sa part un regard croisé sur les réformes de l'orthographe en France et en Allemagne, les divergences de méthodes et les incertitudes quant aux résultats réciproques. La réforme autoritaire allemande de 1996 est-elle préférable à celle « de velours » effectuée en France en 1990 ? Seul l'avenir pourrait le dire. J. Stroessel Ritz et M. Schnell présentent pour leur part un projet théâtral transfrontalier, translinguistique et transculturel implanté en hôpital psychiatrique : la mise en scène et l'interprétation du chef d’œuvre de Lewis Caroll Alice au pays des merveilles par des patients et leurs soignants.

15Enfin, l'ouvrage s'achève sur de courtes biographies rédigées par P.A.Bloch, de personnages historiques ayant eu des parcours interculturels notamment entre la France et l'Allemagne. Le caractère succinct de ces textes est davantage un appel à approfondir de façon autonome au gré de nos curiosités personnelles. À ce titre, le dernier article, parsemant de « mies » biographiques la fin de cet ouvrage, est représentatif de l'ensemble : l'ouvrage ayant un thème central extrêmement large, l'interculturalité, la cohérence de l'ensemble souffre parfois de la multiplicité des points de vue. D'où le titre, bien choisi, de L'interculturel dans tous ses états; ces « états », comme ceux de l'eau, donnent lieu à des réponses plus ou moins solides et pertinentes. Si on se perd parfois dans les dédales de la forêt à trop vouloir suivre un cheminement rectiligne parfaitement cadré et clair, on gagnerait ici à suivre la voie de ces oiseaux prenant de la hauteur et picorant sans hésitation les mies de pains qui leur plaisent, dans cette forêt si sombre parfois, mais souvent si riche.

Haut de page

Notes

1  Edgar Morin, La Méthode, Paris, Seuil, « Opus », 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ygaël Attali, « Karin Dietrich-Chénel, Marc Weisser (dir.), L'interculturel dans tous ses états », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 23 avril 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/11335

Haut de page

Rédacteur

Ygaël Attali

Étudiant en théorie politique à Sciences Po Paris, et en littérature comparée à la Sorbonne Nouvelle.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page