Navigation – Plan du site

Alain Badiou, Pierre Bourdieu, Judith Butler, Georges Didi-Huberman, Sadri Khiari, Jacques Rancière, Qu’est-ce qu’un peuple ?

Patrick Cotelette

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’un peuple ? Ou plutôt, qu’est-ce qu’un « peuple » ? C’est à une telle question que le récent recueil proposé par les éditions La fabrique nous invite à répondre. Et les guillemets ont ici toute leur importance. Il s'agit en effet dans ce recueil de comprendre comment on parle du « peuple » (quels sont les sens attachés aux mots « peuple » et « populaire », comment représenter par la parole ce qu’est un « peuple ») et comment parle le peuple (comment s’exprime politiquement un « peuple », qu’est-ce que signifie de parler le langage « populaire »). Deux ensembles d'articles se distinguent alors aisément dans ce recueil.

2Le premier ensemble est composé des articles d’Alain Badiou, de Sadri Khiari, de Jacques Rancière et de Georges Didi-Huberman. Alain Badiou propose une analyse philosophico-linguistique du mot « peuple ». De manière très progressive, il analyse l'usage que l'on peut faire du mot « peuple » et du mot « populaire » selon les mots qui les accompagnent, comme par exemple un adjectif national, ou selon les circonstances dans lesquelles le mot « peuple » est prononcé. Il en conclut que le mot « peuple » se définit de manière relationnelle avec l'État, soit comme un sujet de pouvoir qui conduit à l'abolition ou à l'apparition d'un État, soit comme un objet du pouvoir, dominé en cela par un pouvoir colonial ou un pouvoir économique extérieur.

  • 1  Deux utilisations du mot « peuple » permettent de bien comprendre cet assemblage de concepts. Par (...)
  • 2  Dont l’un des exemples les plus tristement connus est la distinction produite par le pouvoir belge (...)

3L’article de Sadir Khiari propose dans la même veine d’idées de montrer dans quelle mesure le mot « peuple » est constamment usé en rapport avec d'autres notions, et plus précisément avec les concepts de nation, de citoyenneté, de souveraineté (populaire mais aussi nationale), de classes « subalternes » et enfin de « races sociales »1. Il part en effet du principe double que le « peuple » se constitue politiquement contre un extérieur, contre un « étranger », et que le mot « peuple » a pris son acception moderne en même temps que la colonisation européenne produisait des classifications « raciales »2. Plus précisément encore, l’idée de « race sociale » renvoie ainsi à « l’existence d’une hiérarchie conflictuelle des pouvoirs entre groupes sociaux que distingue un statut, dit ou non dit, qui ordonne les êtres humains selon des critères de couleurs ou de cultures, construits dans le mouvement de colonisation européenne du monde » (p. 122). Par conséquent, le fait de tenir compte du concept de « race sociale » permet de comprendre pourquoi il peut exister en France, par les discours, un peuple et un « tiers-peuple ». Le « peuple français » serait ainsi constitué d’individus regroupés par des critères de couleur de peau et d'origine culturelle et ethnique, où la souveraineté nationale constitue un absolu supérieur à la souveraineté populaire. Reste alors un « tiers-peuple » marqué par les stigmates des anciennes colonisations françaises et en opposition duquel se constitue le « peuple français ».

4C'est une démarche similaire à Alain Badiou et Sadri Khiari que Jacques Rancière adopte en s'attaquant aux acceptions du terme « populisme », étant donné que le terme peut prendre des significations différentes et opposées. C’est le cas notamment dans le rapport au pouvoir politique qu’il suppose, le même terme pouvant désigner à la fois des mouvements qui s'opposent au gouvernement et refusent toute représentation parlementaire (comme dans les années 1930), et une manière qu'ont les gouvernements représentatifs de s'inspirer du « peuple » pour mener une politique et la légitimer. Jacques Rancière fait alors l'hypothèse que le mot « populisme » renvoie moins à un rapport au gouvernement qu’à une manière dont une société définit stratégiquement son « peuple ». Il ne s'agirait alors pas de ce qu’est réellement le peuple mais de la manière dont on le figure pour justifier les mesures prises politiquement sous couvert de la représentation du peuple.

  • 3  Comme par exemple, du côté du mandat, à quelles conditions un peuple est « correctement » représen (...)

5C'est justement la question de la représentation du peuple qui fait l'objet de l'article de Georges Didi-Huberman, en faisant écho aux travaux de Jacques Rancière sur la nécessité de « rendre sensible » pour permettre un mouvement politique. Georges Didi-Huberman part de l'analyse du mot « représentation » du peuple, en s'inspirant des travaux de Carl Schmitt sur le double sens du mot représentation, à la fois comme « figuration » et comme « mandat ». Sans reprendre ici les conclusions spécifiques de Carl Schmitt, on peut dire que le peuple se représente en donnant un mandat à des élus pour exercer leur souveraineté (ce qui renvoie à la question du parlementarisme notamment). Mais un peuple peut aussi se représenter en se figurant, c'est-à-dire en prenant une forme symbolique censée incarner ses aspirations (qu’on pense par exemple à La liberté guidant le peuple de Delacroix). Même si les deux sens du mot « représentation » soulèvent une foule de questions3, Georges Didi-Huberman prend surtout le parti dans ce court article d'analyser la démarche de ceux qui, par leurs travaux, contribuent à rendre sensible la figuration du peuple. En faisant essentiellement référence aux travaux de Walter Benjamin, il fait ici l'hypothèse qu’une certaine manière de décrire une population permet de libérer la parole des opprimés. Plus exactement, c'est la parole des « réprimés », dans un sens psychanalytique qui intéresse Georges Didi-Huberman. Selon lui, certains auteurs comme Jacques Rancière ou Michel Foucault ont su par leur description et leur analyse révéler l'évolution du peuple et ses volontés même dans ses plus petits détails.

  • 4  Comme dans la phrase : « la séance est ouverte ».
  • 5  Cette question des effets de seuil se trouvait déjà chez Granovetter, qui se demandait à quel mome (...)

6Mais cela suppose une certaine « prise de parole » par un peuple. Judith Butler et Pierre Bourdieu en livrent ici leur analyse. L'article de Judith Butler revient alors justement sur le côté « mandat » de la « représentation » en  s’interrogeant sur les conditions grâce auxquelles un peuple prend la parole. En prenant comme point de départ les manifestants de la place Tahrir ou d’ « Occupy Wall Street », elle analyse ce qui se joue dans la formule « nous, le peuple ». Son propos consiste à montrer que la formule « nous, le peuple » constitue un énoncé performatif, c'est-à-dire qui fait exister la chose au moment où il est prononcé4. L'intérêt de son article est alors de montrer toutes les difficultés de penser un tel énoncé performatif puisque ce dernier ne peut avoir de sens pour les locuteur comme pour les auditeurs qu’à la condition qu’un ensemble de corps soit déjà réuni sur une place publique afin de proférer une telle parole. Ceci pose évidemment la question de savoir à quel moment un groupe d'individus réunis sur une place publique devient un groupe pouvant proférer la phrase « nous, le peuple »5, et dont la réponse reste pour le moment incertaine.

7À l’inverse de Judith Butler, Pierre Bourdieu analyse quant à lui la « parole du peuple » dans un contexte non politique, ce qui renvoie à la notion de « parler populaire ». Il s'attache notamment à montrer la diversité des « parlers populaires » selon le contexte — ce qu’il appelle le « marché linguistique » et sa « tension » — et il peut en conclure que la forme la plus caricaturale du langage populaire, c'est-à-dire l'argot, renvoie uniquement au marché le plus public et le plus majoritairement masculin. Il émet également l’hypothèse que l'argot constitue un détournement de la domination imposée par le langage des classes supérieures, mais que ce détournement se fait à partir des implicites du langage des classes supérieures, notamment en intériorisant complètement l'opposition entre langage « vulgaire » et langage « élevé ». Autrement dit, même une parole a priori contestataire est une parole subordonnée.

8Ainsi, sans être une somme définitive sur la question « qu'est-ce qu'un peuple », ne serait-ce que parce que la question des caractéristiques objectives du peuple n’est jamais posée, ce recueil permet de bien saisir différents enjeux de pouvoir encadrant la notion de « peuple », mais sans nécessairement apporter une réponse exhaustive à leur sujet. Et du côté des optimistes, comme Alain Badiou, Georges Didi-Huberman et Judith Butler, comme du côté des pessimistes, comme Pierre Bourdieu, Sadri Khiari et Jacques Rancière, c'est par l'usage des mots qu’une émancipation politique est possible. Raison supplémentaire pour se plonger dans ce court ouvrage assez stimulant intellectuellement.

Haut de page

Notes

1  Deux utilisations du mot « peuple » permettent de bien comprendre cet assemblage de concepts. Par exemple, lorsqu'un mouvement politique de libération nationale parle de « peuple », il désigne un groupement constitué contre un pouvoir colonial étranger et où la souveraineté populaire se superpose à la souveraineté nationale puisque tout colonisé, quelque soit sa classe sociale, appartient dans cette configuration au « peuple ». Inversement, lorsqu’un mouvement communiste se réfère au « peuple », il désigne un groupement d'individus, liés par leur place dans le processus de production et opposée de ce fait à la frange la plus favorisée de la population, et où la souveraineté populaire se détache complètement de la souveraineté nationale puisqu’elle exclut les nationaux « bourgeois ».

2  Dont l’un des exemples les plus tristement connus est la distinction produite par le pouvoir belge au Rwanda entre les Utus et les Tutsis.

3  Comme par exemple, du côté du mandat, à quelles conditions un peuple est « correctement » représenté par des représentants et, du côté de la figuration, à quelles conditions l'image représentée correspond à la « réalité » de ce qui constitue le peuple et de ses aspirations.

4  Comme dans la phrase : « la séance est ouverte ».

5  Cette question des effets de seuil se trouvait déjà chez Granovetter, qui se demandait à quel moment une foule devenait une foule en émeute (« Threshold Models of Collective Behavior », American Journal of Sociology, Vol. 83(6), 1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Alain Badiou, Pierre Bourdieu, Judith Butler, Georges Didi-Huberman, Sadri Khiari, Jacques Rancière, Qu’est-ce qu’un peuple ?  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 26 avril 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/11361

Haut de page

Rédacteur

Patrick Cotelette

Professeur normalien agrégé de Sciences Économiques et Sociales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page