Navigation – Plan du site

Marc Parmentier, Philosophie des sites de rencontres

Ghada Touir
Philosophie des sites de rencontres
Marc Parmentier, Philosophie des sites de rencontres, Ellipses, coll. « Culture pop », 2012, 208 p., ISBN : 978-2-7298-7542-8.
Haut de page

Texte intégral

1Dans le contexte des transformations actuelles des technologies numériques, en particulier l’émergence et l’irruption des sites de « réseaux socionumériques » (RSN) tels que Facebook, Twitter, LinkedIn, Viadeo, etc., des chercheurs et des essayistes tentent sans conteste de comprendre, d’analyser et d’expliquer ces univers emblématiques du renouvellement de l’Internet contemporain. Dans cette perspective, Marc Parmentier (agrégé de philosophie) se démarque dans l’analyse du phénomène des sites de rencontres, qui parce que connu en deviendrait presque banal. Il l’aborde sur une nouvelle base, celle de la philosophie classique du XVIIe siècle. L’intérêt de cet ouvrage tient pour l’essentiel à l’originalité de la démarche ainsi entreprise, et par laquelle, l’auteur propose d’éclairer le phénomène de la rencontre, des échanges en temps réel et de la sociabilité en ligne (avant toute rencontre physique) dans le contexte de l’Internet contemporain à partir d’un riche cadre théorique de la philosophie morale classique (citons Hume, Husserl, Hobbes, Descartes, Locke, Spinoza, Rousseau, etc.).

2L’enjeu central de l’ouvrage est de comprendre, « sans porter de jugement de valeur », et de « décrypter » la nature et les modalités des échanges en temps réel et des interactions en ligne via les sites de rencontres, partie prenante du commerce de la séduction et de la conquête de l’« âme-sœur », en faisant appel de façon quasi incantatoire aux notions comme celles de désir, de plaisir, de l’empathie et de l’identité. Ceci dit, l’auteur se propose de considérer le site de rencontres comme un « objet théorique » par excellence. Selon lui, la virtualité de ces espaces électroniques d’échange en ligne n’est pas technique ou informatique mais plutôt philosophique. En ce sens, il appartient plus à la philosophie d’expliciter le phénomène des sites de rencontres, que l’auteur qualifie de « paradoxe », jusque-là approché par exemple, par les domaines de la sociologie, la communication, la sexologie, la psychologie et la psychanalyse.

3Si le lecteur peut facilement distinguer l’usage itératif des longues citations et des notes de bas de page dans les différents chapitres du livre, la grande précision des références théoriques et philosophiques classiques et l’abondance des constats et des analyses quasi cohérentes, offrent une lecture aisée et claire de cette publication. À cela s’ajoutent les contenus assez éloquents des phrases, en abrégé, mises en exergue au début de chaque chapitre de cet ouvrage.

4Dans sa quête sur la virtualité, l’auteur commence par comprendre et expliquer, par le biais de la philosophie classique, le lien indéfini du désir d’amour ou de contact en ligne à son objet, qui est supposé « virtuel ». Il a d’ailleurs bien relevé le défi de passer en revue des écrits importants des philosophes classiques sur le concept de la « virtualité » au sens contemporain. Pour Hobbes par exemple, « ce ne sont pas les qualités intrinsèques de l'objet qui suscitent le désir, mais le désir qui révèle les qualités de son objet » (ici virtuel) (p. 15). Le désir d’un internaute fréquentant un site de rencontres est donc « indéterminé » et « indifférencié » compte tenu de la nature humaine. Or voilà que, dans le cadre des sites de rencontres, l’objet est virtuel, « contingent » et « indéfini », d’où une sorte de « flottement », que les philosophes (comme par exemple, Malebranche, Locke, Leibniz, Rousseau, etc.) nomment « inquiétude », s’installe chez les internautes.

5S’appuyant sur l’exemple du site de rencontres européen Meetic(« fréquenté par toutes les catégories socio-culturelles »), l’auteur s’intéresse ensuite, dans cette virtualité des affects, au statut d’autrui qui, d’emblée, n’est pas accessible, caché sous une autre identité, masqué (par exemple, par un pseudonyme voire même un « avatar ») ou même anonyme. Lors de ses pérégrinations sur les espaces virtuels de rencontres, l’adepte serait donc mieux guidé par ses sentiments de sympathie ou d’empathie que par ses aptitudes de décryptage « sémiologiques » des signaux, des icônes et des images. Chez Descartes, c’est bien l’âme qui sent et non le corps, entres autres comme dans l’exemple de la douleur ressentie dans un « membre fantôme » ou encore « amputé » du corps (p. 63). La piste du plaisir et de l’attraction sexuelle est également envisageable dans ce processus de rencontre dans un contexte éphémère. Dans un esprit d’analogie avec les sites de réseaux sociaux ou encore socionumériques, les jeux vidéo en ligne, les forums de discussion et bien d’autres univers virtuels, une myriade d’identités (ludique, médiatique, romanesque et sexuelle) fleurit sur ces espaces électroniques d’échanges en temps réel et de la sociabilité en ligne (sites de rencontres), offrant ainsi aux adeptes un innombrable choix de se présenter à autrui.

6Par ailleurs, l’auteur trouve dans la thèse de Leibniz qui traite de l’inséparabilité et de l’étroitesse du lien entre le virtuel et de l’actuel (p. 89), un cadre très riche d’analyse de l’expérience des internautes et des adeptes de l’échange en temps réel sur les sites de rencontres ou encore les espaces du discours amoureux en temps réel. Les sites de rencontres évoquent, à bien des égards, plusieurs significations contradictoires allant d’espaces de conquête amoureuse, d’espaces de jeu et de loisir, des outils de thérapie psychologique des déboires et des déceptions antérieurs de la vie réelle ou actuelle, jusqu’à des espaces de discours et de relations à caractère éphémère, et même des univers libres de tout contrôle et de toute contrainte morale ou éthique où règne l’anonymat, le mensonge, la violence verbale et psychologique et l’adultère. S’attachant au caractère social de la réalité vécue par les internautes dans les sites de rencontres, la virtualité des échanges et de la sociabilité en ligne résultent donc « de l’absence de cadre de référence consensuel » prédéterminé comme le souligne l’auteur.

7Dans cette perspective, et en guise de conclusion à cet ouvrage, Marc Parmentier mène (dans les derniers chapitres) une analyse remarquablement intéressante et précise de trois éléments critiques, qu’il qualifie de « frontières », et qui se posent de plus en plus urgents dans l’étude des sites de rencontres. Au total, trois éléments sont identifiés, à savoir la morale, la politique et l’économie du site de rencontres. Par cette délimitation, l’auteur soulève dans un premier temps, l’importance de la question de la responsabilité morale de l’internaute à l’égard du choix et de la détermination de son identité virtuelle. Il s’agit, dans un second temps, de la politique des sites de rencontre qui reflètent des modèles d’exclusion sociale préexistants. Dans un troisième temps, l’économie fait place dans ce paradoxe du commerce des affects opposant le « virtuel » et le « non-virtuel ». Selon l’auteur, la réalité sociale fait de ces sites de rencontres une occasion trébuchante et en or pour leurs propriétaires. De ce fait, les échanges à l’intérieur de ces univers virtuels se trouvent ainsi guidés et structurés par un modèle économique de « libre-échange » voire même de connexion.

8Somme toute, ce livre ouvre grand les horizons de l’étude, non seulement philosophique, des identités et de la sociabilité en ligne, au-delà des sites de rencontres en temps réel, à l’ensemble des univers emblématiques de réseautage social de l’Internet contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghada Touir, « Marc Parmentier, Philosophie des sites de rencontres », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 29 avril 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/11362

Haut de page

Rédacteur

Ghada Touir

Doctorante en Communication et Sociologie à l’Université Laval, Québec

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page