Navigation – Plan du site

Delphine Kolesnik-Antoine (dir.), Qu’est-ce qu’être cartésien ?

Youssef Ben Othman
Qu'est-ce qu'être cartésien ?
Delphine Kolesnik-Antoine (dir.), Qu'est-ce qu'être cartésien ?, Lyon, ENS Éditions, coll. « La croisée des chemins », 2013, 622 p., ISBN : 9782847883718.
Haut de page

Texte intégral

1Les études réunies dans cet ouvrage sont le résultat d’une réflexion engagée lors d’un colloque organisé à l’ENS-LSH les 22 et 23 novembre 2007 autour de la question : « Qu’est-ce qu’être cartésien ? ». Publié sous la direction de Delphine Kolesnik-Antoine et préfacé par Denis Kambouchner, ce recueil d’études inédites est unique dans son genre. Il expose, sous un jour nouveau, des études sur la réception de Descartes au XVIIe siècle et marque d’autant plus nettement la spécificité du cartésianisme dans l’histoire des idées.

2Les contributions riches et variées qui le composent couvrent trois siècles de réceptions et de transformations du cartésianisme. Loin de constituer un ouvrage composite, elles visent toutes à répondre à une seule et même question : « Qu’est-ce qu’être cartésien ? ». Une thèse sous-jacente rétablit l’unité des réponses : s’il y a mille et une manières d’être cartésien selon le moment, le lieu, le contexte, l’enjeu, le champ disciplinaire, etc., toutes les images construites de Descartes et toutes les figures du cartésianisme se donnent à lire sous le signe de la complémentarité et non de l’exclusivité.

3Étant donné la taille importante de l’ouvrage (plus de six cent pages) et le nombre important des contributions (plus d’une trentaine), il serait présomptueux de prétendre résumer exhaustivement toutes les études qui le composent. Il est possible, toutefois, de présenter les principales cibles d’analyse réparties sur les deux grandes parties de l’ouvrage.

4Dans la Préface, Denis Kambouchner interroge le sens même d’« être cartésien » et ouvre le champ du débat en soulignant la spécificité du cartésianisme dans l’histoire des idées. Si ce qu’il appelle « phénomène cartésien » lui semble presque sans équivalent dans l’histoire de la philosophie, c’est dans le sens où il serait difficile d’associer à un autre philosophe que Descartes un tel « coefficient de centralité » et une telle force de provocation dans la philosophie moderne et contemporaine. Aussi, nonobstant la variété de leurs visées exploratrices, chacune des études réunies dans le volume est-elle structurée, selon lui, par une double question : « de quoi l’“image d’un auteur est-elle faite, et quels sont les modes de sa construction ? » (p. 10).

5Dans l’Introduction, Delphine Kolesnik-Antoine raffermit l’idée de la spécificité du cartésianisme dans l’histoire des idées en évoquant l’aspect problématique, depuis le XIXe siècle, des tentatives d’en constituer l’histoire. Anticipant sur les deux méthodes de lecture qui structurent les études qui vont suivre, l’auteur a montré que la constitution de l’histoire du cartésianisme peut être effectuée aujourd’hui tout aussi bien à l’aide des outils d’une histoire de la philosophie au sens classique (corpus et interprétations) qu’à l’aide des images construites des « Descartes ad hoc » qui, sans continuité directe avec celles de l’œuvre de départ, nous autorisent à penser des « cartésianismes sans Descartes » (p. 15-16).

6La première partie du volume est intitulée « Fabriques du “cartésien” au XVIIe siècle ». Les contributions présentées ont ciblé l’analyse des « fabriques » du cartésien à partir des images, des textes et des thèses.

7En effet, avant de désigner un disciple immédiat de Descartes, « être cartésien » au XVIIe siècle était d’abord une image intellectuelle et sociale d’un type d’« écrivain » fabriquée par une série de figures relevant des choix éditoriaux du philosophe, de ses stratégies communicationnelles, de son style d’écriture, de son choix de la langue, etc. (Éric Méchoulan). « Être cartésien », c’est aussi une image construite d’un « lecteur » particulier, l’image du « lecteur cartésien » qui, défendue, réhabilitée et illustrée par Adrien Baillet lui-même, le premier biographe de Descartes, serait à même d’établir une « théorie cartésienne de la lecture » fondée sur l’art de lire et de discerner entre les bons livres et les mauvais (Aude Volpilhac). Une autre image du cartésien construite à partir de l’analyse de l’œuvre de Poulain de la Barre nous montre également à quel point le cartésianisme est une philosophie destinée aux femmes et en quel sens « être cartésien » au temps de Descartes veut dire, en premier lieu, « être cartésienne » dans la mesure où les premiers cartésiens authentiques et légitimes qui ont connu le maître et reçu son enseignement étaient deux femmes : Elisabeth de Bohème et Christine de Suède (Marie-Frédérique Pellegrin).

8D’autres analyses pénétrantes ont porté, dans la première partie du volume, sur le sens et les limites d’être « cartésien » ou « anticartésien » au XVIIe siècle en interrogeant les textes des tous premiers lecteurs de Descartes. Il était moins question ici d’interroger les influences que Descartes exerça sur ses lecteurs immédiats que de dégager dans leurs écrits les traits saillants de certains modes d’être « cartésien » ou « anticartésien » (les études de Éric-Jans Bos, Sylvia Giocanti, Nicole Gengoux et Sophie Roux).

9Dans la même lignée d’analyse, d’éminents spécialistes ont interrogé les thèses de ceux qu’on appelle « postcartésiens » (Pascal, Leibniz, Spinoza, Malebranche) pour marquer les premiers développements du cartésianisme et montrer que la pensée d’un auteur ne se limite pas à ce qu’il a écrit mais s’étend à tout ce qu’on a pensé comprendre de lui (les études de Didier Ottaviani, Ohad Nachtomy, Mogens Laerke, Hélène Bouchilloux, Jule Henry et Emanuela Scribano).

10Anticipant sur la seconde partie de l’ouvrage, la fabrique des cartésiens dans la première partie porte également sur les réceptions et les réappropriations de Descartes dans des domaines qui ne sont pas exclusivement philosophiques. Des études importantes ont cherché, en effet, à dégager le sens et les limites d’ « être cartésien » ou « anticartésien » non seulement en logique (Jacqueline Lagrée, Élodie Cassan) et en esthétique (Fabien Lamouche), mais aussi dans les œuvres littéraires et théâtrales (Olivier Bloch, Nicole Gengoux) et en théologie (Antonella Del Prete, Emanuela Scribano).

11La seconde partie de l’ouvrage est intitulée, en continuité avec la première, « Réceptions et transformations : Trois siècles de cartésianismes ». Si les contributions présentées n’ont pas négligé l’étude de la place du cartésianisme dans l’histoire de la philosophie (Pierre-François Moreau), elles ont focalisé essentiellement des champs plus étendus et plus variés de l’histoire des idées. Du coup, le symbole « Descartes » et l’emblème « cartésien » sont pensés dans différents champs d’applications philosophiques et extra philosophiques. Il s’agit d’analyser les différentes manières de se dire et de se penser cartésien et d’étudier les nouvelles catégories du cartésianisme qui ont vu le jour dans l’histoire des idées : cartésianisme en médecine (Sarah Carvallo), en politique (Denis de Casabianca, Nestor Capdevila), en pédagogie (Anne-Claire Husser), en épistémologie et histoire des sciences (François Pépin, Vincent Bontems, Sandrine Roux) et en phénoménologie (Ronan de Calan).

12Toutes ces études originales nous montrent que l’adjectif « cartésien » et son antonyme « anticartésien » balayent un large spectre d’entités sémantiques et couvrent une constellation d’images en prolifération et en modification continues. Se dire « cartésien » du XVIIe siècle à nos jours, c’est plus qu’adopter une des thèses exposées dans les écrits de Descartes et développées ou totalement rejetées par ses successeurs (dualité, animal-machine, tourbillons, matière subtile, etc.). Il s’agit aussi d’avoir une certaine tendance et un certain état d’esprit : rationaliste, matérialiste, athée, libre penseur, baroque, français, féministe, démocrate, etc. (les études de François Azouvi, Jean-Christophe Angaut, et d’autres cités plut haut).

13Quant à ceux qui se disent « anticartésiens », l’enjeu de leur étude n’était pas simplement de mesurer la force de leurs thèses anticartésiennes, mais de repérer dans leurs modes de pensée le référent cartésien duquel, chacun à sa façon, veut se démarquer. En effet, comme on ne saurait être proprement « cartésien » en suivant aveuglément la pensée du maître, de même on ne saurait être « anticartésien », au sens le plus radical du terme, sans se positionner par rapport à un champ thématique, conceptuel ou doctrinal déjà ouvert par Descartes lui-même.

14L’ensemble des études originales, érudites, et parfois même subversives, réunies dans cet ouvrage ont le mérite de chercher des réponses possibles à une double question que les développements récents des études cartésiennes ont presque ignorée : quelle est l’étendue spectrale de la catégorie « cartésianisme » et quelles sont, en dernière analyse, les conditions et les significations d’ « être cartésien » ?

15Si elles ne feraient grossir de trop ce volume, des contributions qui explorent le mode d’être cartésien au « Congrès Descartes » de 1937 (la plus grande manifestation scientifique commémorative du siècle dernier) et le sens du cartésianisme chez les grands spécialistes du philosophe au XXe siècle (tels que Gouhier, Alquié, Guéroult, Rodis-Lewis, Marion, etc.) auraient probablement rendu plus complète l’étude des réceptions de Descartes et l’enquête sur l’histoire du cartésianisme de 1637 à nos jours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Youssef Ben Othman, « Delphine Kolesnik-Antoine (dir.), Qu’est-ce qu’être cartésien ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 29 avril 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/11365

Haut de page

Rédacteur

Youssef Ben Othman

Maître de conférences à l’Université de Tunis El Manar

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page