Navigation – Plan du site

Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Les millionnaires de la chance. Rêve et réalité

Emmanuelle Zolesio
Les millionnaires de la chance
Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Les millionnaires de la chance. Rêve et réalité, Payot, 2010, 271 p., EAN : 9782228905152.
Haut de page

Texte intégral

1C'est sans conteste que l'on peut désigner Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot comme les sociologues de la bourgeoisie tant ils sont connus pour leurs différents travaux sur le sujet. En effet, jusqu'ici, c'est aux héritiers qu'ils se sont attachés, c'est-à-dire à ceux qui héritent par le privilège du sang et par la socialisation familiale, à la fois du capital économique, du capital culturel, du capital social mais aussi du capital symbolique qui leur est attaché. Ces jeunes héritiers apprennent à être riches et leur socialisation les amène à être « comme un poisson dans l'eau » dans ces mondes sociaux où la richesse est de mise. A terme, « l'être se confond avec l'avoir au fil des générations, le patrimoine devenant une partie de l'identité familiale elle-même » (p. 68).

2C'est ici à une autre catégorie de « riches » que les auteurs se sont intéressés, à savoir à celle des « millionnaires de la chance », soit les gagnants du Loto dont les gains ont atteint 1 à 75 millions d'euros. La question posée est de savoir ce qu'il advient des ces riches du hasard : comment s'adaptent-ils à cette nouvelle situation ?, sont-ils eux aussi « comme un poisson dans l'eau » dans les lieux que fréquentent la bourgeoisie ?, qu'en est-il de leur perception d'eux-mêmes, de leur perception des autres et du regard des autres sur eux-mêmes ? Tant de questions auxquelles répondent Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot au travers de l'écriture fluide qu'on leur connaît, mobilisant de multiples échantillons de vies qui ont remporté le gros lot.

3L'ouvrage aurait peut-être gagné à avoir un petit chapitre de mise en perspective des gagnants du Loto dans l'univers plus large des 15 millions de joueurs et une contextualisation de l'événement que représente le gain de ces millionnaires dans leur trajectoire de jeu. L'ouvrage n'en signale pas moins, ici ou là, que les joueurs sont généralement d'origine modeste et la pluralité des fréquences de jeux des gagnants. On aimerait comprendre un peu mieux cependant quelles sont les dispositions au principe de ces pratiques de jeu, et comment elles se constituent. Mais tout ceci n'enlève rien à l'intérêt de l'ouvrage, dont le but est atteint.

  • 1 Vincent de Gaulejac, Névrose de classe, Paris, Hommes & Groupes, 3e éd., 1999

4Véritable « séisme », « heureuse catastrophe », nous disent les auteurs, l'annonce du gain amène-t-elle le gagnant à redéfinir totalement ses pratiques, ses consommations, les lieux fréquentés, son environnement social ? En un mot, son univers culturel est-il profondément bouleversé par la richesse ? Est-ce que, comme les transfuges de classe, les millionnaires de la chance sont frappés de « névrose de classe » face au « mécanisme de dédoublement lié au sentiment d'être divisé de l'intérieur » 1 ? La réponse qui émerge des différents exemples cités par Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot apparaît comme négative. Ainsi certains ne changent pas de domicile et conservent leur vieille voiture. Ayant obtenu leur « cagnotte », Marcel et Brigitte Hubert, grands lecteurs, s'offrent une croisière à thème philosophique dans les îles grecques et le lecteur n'est pas étonné de découvrir l'affinité de ce choix avec l'ancienne activité professionnelle de ce couple dont les métiers étaient en lien avec l'enseignement. Les Verdier ont conservé leur mode de vie et leurs relations dans le milieu des dockers après leur gain. Plutôt que de changer ses habitudes de vacances et d'aller à l'hôtel après avoir gagné au Loto, telle autre famille, qui pratiquait le camping auparavant, s'achète un camping-car à l'annonce de ses gains. Tel gagnant part en Chine en 2008 pour les JO et réalise un rêve lié à sa pérenne passion pour le rugby grâce à sa récente position de millionnaire. On pourrait multiplier les exemples cités dans l'ouvrage... Autrement dit, alors qu'économiquement tout change, on a l'impression que culturellement, rien ne change pour ces gagnants. D'ailleurs ceux-ci « revendiquent volontiers de rester ce qu'ils sont, avec la richesse économique en plus (...) L'avoir ne doit pas supplanter l'être, on a de la richesse, certes, mais on n'est pas devenu un riche pour autant » (p. 70). Voiture, maison, piscine, voyages sont les quatre rêves généralement réalisés par les gagnants, avec celui, prioritaire, d'aider ses enfants. L'essentiel semble être de se mettre à l'abri de la nécessité qui a marqué bien souvent les parcours biographiques en amont. Mais pour autant, on l'aura compris, les gagnants ne voient pas de « ligne de faille » bouleverser l'héritage de leurs dispositions. Les auteurs expliquent que « pour les gagnants qui assument leur position sociale, leur éducation et les valeurs qui les ont construits, le gain permet à leur nouvelle vie d'être vécue comme accomplissement de soi en tant que réalisation sans entrave des dispositions inscrites en eux » (p. 194).

5Mais la preuve que la richesse ne suffit pas à faire le riche réside dans ces nombreux malaises évoqués par les auteurs : raides dans les palaces ou les lieux chics, embarrassés avec les manières de table, démunis face à la carte des vins, les millionnaires de la chance se sentent bien souvent en décalage avec les autres clients et avec le personnel de ces établissements au point qu'ils ne les fréquentent qu'en groupe, lorsque la Française des jeux les réunit tous ensemble dans des hôtels quatre étoiles avec d'autres gagnants. « La violence symbolique est moins cruellement ressentie lorsqu'on en partage l'expérience au sein d'un groupe de semblables, plongés dans la même situation inconfortable de choc culturel » (p. 165).

6En effet, en comparaison de l'héritier, entouré de sa famille et de ses pairs dans la transmission culturelle, le gagnant apparaît comme isolé pour faire face à l'apprentissage des manières des riches. Pour remédier à cette solitude du gagnant, la Française des jeux dispose depuis 1993 d'un service destiné à jouer le rôle d'initiateur et à accompagner les grands gagnants. Ce Service organise des ateliers pédagogiques sur les placements financiers et immobiliers, sur les droits des familles et la fiscalité, mais aussi des groupes de parole et d'échanges autour des incidences du gain sur les relations familiales et les projets de vie dans le cadre de grands salons parisiens. C'est dans ce cadre que les Pinçon-Charlot ont été mis en contact avec une centaine de nouveaux millionnaires et qu'ils ont pu négocier leur trentaine d'entretiens. Ils décrivent le climat de convivialité que s'applique à recréer la Française des jeux pour initier les heureux gagnants aux arcanes de la gestion financière avec, notamment, l'organisation d'un jeu baptisé « Les clefs de la sérénité » où deux équipes s'affrontent dans une salle aménagée sur le modèle des plateaux télévisés pour apprendre le vocabulaire de la Bourse et de la fiscalité. Les gagnants disent combien il leur est important de se retrouver entre eux et combien ils se sentent à leur aise au milieu d'autres millionnaires qui partagent non seulement leur récente condition de richesse, mais également, bien souvent, leurs origines et habitudes sociales. L'entre-soi est donc recherché la plupart du temps, tant pour ne pas ressentir la jalousie de leur environnement social que pour ne pas éprouver la gêne face aux riches héritiers.

7C'est dans le rapport aux autres que l'on peut mesurer l'ambiguïté de la nouvelle position sociale des ces millionnaires de la chance. Nombreux sont les grands gagnants qui dissimulent à leur entourage la bonne nouvelle de leur gain : la peur de trahir leur milieu, la crainte des jalousies, le désir de ne pas modifier leurs pratiques motivent bien souvent ce choix. Il est vrai que les auteurs montrent au travers du cas de Michel et Françoise Frémy, combien le gain peut exacerber les tensions familiales. C'est que « l'importance des patrimoines entraîne des exigences incontournables. L'héritier devra transmettre à son tour, et le gagnant se doit d'être généreux » (p. 167). On mesure aussi pleinement tout le « plaisir à culbuter l'ordre social » (pp. 64-65) que peuvent éprouver les gagnants lorsqu'ils rencontrent leur garagiste ou leur banquier, qui autrefois les regardaient de haut, et qui aujourd'hui se plient en quatre pour satisfaire leurs désirs.

Haut de page

Notes

1 Vincent de Gaulejac, Névrose de classe, Paris, Hommes & Groupes, 3e éd., 1999

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Zolesio, « Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Les millionnaires de la chance. Rêve et réalité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 22 septembre 2010, consulté le 29 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/1140

Haut de page

Rédacteur

Emmanuelle Zolesio

Docteure en sociologie, ATER à Lille 3, membre du Centre Max Weber, équipe « Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations »

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page