Navigation – Plan du site

Marc Angenot, Les dehors de la littérature. Du roman à la science-fiction

François-Ronan Dubois
Les dehors de la littérature
Marc Angenot, Les dehors de la littérature. Du roman à la science-fiction, Éditions Honoré Champion, coll. « Unichamp-Essentiel », 2013, 264 p., ISBN : 978-2-7453-2524-2.
Haut de page

Texte intégral

1La préface des Dehors de la Littérature devrait être lue par tous ceux qui font profession de lire, commenter et enseigner cette chose mal définie, fluctuante et à vrai dire un peu douteuse qu’est la littérature. En quelques pages vives, Marc Angenot y interroge l’exclusion de principe dont souffrent les études littéraires, promptes à se priver de l’immense majorité de la chose écrite, de la poésie comme du roman, du théâtre comme de l’essai, pour se consacrer à quelques pièces éparses, élues par la tradition et les institutions, et en faire l’histoire et la critique, comme si ces quelques lignes au milieu de millions d’autres épuisaient ce que les siècles passés et présents ont écrit. Certes, cette imposante masse textuelle n’est plus entièrement délaissée par les universitaires et l’auteur offre une vue rapide des différents courants, en Europe et aux Etats-Unis, qui se sont proposés comme tâche de redécouvrir cette littérature/paralittérature/littérature populaire/littérature de masse ‑ si tant est que l’on parvienne à la nommer.

  • 1  Voir la recension de l’ouvrage dans Lectures/Liens Socio : http://lectures.revues.org/11286
  • 2  Revue à dossiers québécoise, Pop-en-stock : Bazar d’études sur la culture populaire contemporaine (...)
  • 3  L’association Littératures Populaires et Cultures Médiatiques, dont on peut consulter le site : ht (...)

2Mais hélas, entre les problèmes décrits par la préface et les sept chapitres qui composent l’ouvrage, les rapports sont parfois un peu lointains. Alors que Marc Angenot commence par évoquer une situation propre à l’Université et l’École, l’essentiel de l’ouvrage est consacré lui à l’exclusion par les institutions littéraires elles-mêmes de tel ou tel type de textes au dix-neuvième siècle. Cette perspective, du reste résolument historique, est loin d’apporter de solides réponses aux questions importantes d’abord soulevées. Dès lors, le parcours aimablement moqueur proposé par l’auteur, lorsqu’il passait en revue les études sur la culture populaire, en paraît un peu sommaire et, pour tout dire, un peu daté, quand les initiatives récentes ne manquent pas, comme Théories ordinaires1, Pop-en-stock2 ou la LPCM3, pour n’en citer que trois francophones.

3Au-delà de cette difficulté presque contradictoire qui oppose la préface et le corps de l’ouvrage, les Dehors de la Littérature offrent plus de deux cents pages irréprochables dont la lecture agréable et instructive profitera à tous. Si les articles originellement parus en revue dont le présent ouvrage constitue un recueil mériteraient, pour le bien de leur réédition, une plus ample et plus actuelle bibliographie, leur contenu ne pâtit guère de la rareté des notes et des références. Un index fort complet aidera enfin le lecteur à s’orienter dans l’enthousiaste prolifération des sources.

4L’ouvrage entreprend d’examiner divers aspects de la presse et de la littérature populaire dans la seconde partie du dix-neuvième siècle français. Le premier article, « Ceci tuera cela, ou : la chose imprimée contre le Livre », propose une introduction au paysage éditorial de l’époque et décrit l’inquiétude ressentie, par une partie des acteurs du champ, devant la saturation du marché par l’abondance des publications, la concurrence féroce entre les maisons et la lutte des coûts, tous phénomènes indissociablement liés, selon Marc Angenot, à l’incapacité de l’industrie du livre à s’adapter au développement de la presse. Or, la presse joue un rôle considérable dans la parution de la littérature populaire, qu’elle publie des pièces lyriques, des chansons, des poèmes ou qu’elle découpe une longue et labyrinthique histoire en morceaux de feuilletons.

5Cette presse, comme l’explique le deuxième article intitulé « La Littérature populaire au dix-neuvième siècle », est variée et susceptible de se distribuer à tous les niveaux de l’échelle sociale. Elle va bientôt absorber les pratiques de colportage de la fin du dix-huitième siècle, sans les faire disparaître totalement toutefois, et proposer, dans des publications de plus en plus accessibles, qui peuvent être achetées et lues en commun, des récits populaires où se lisent les influences anglaises et étasuniennes. Marc Angenot y identifie la récurrence de certains motifs thématiques et narratifs, au premier rang desquels le mythe prométhéen du héros redresseur de torts, transposition réaliste de l’enquête gothique dans les bas-fonds de la société urbaine.

6Quelque foisonnante que soit cette presse toutefois, elle n’en est pas moins encadrée et le troisième article, « Le livre, le journal et l’outrage aux mœurs au début de la Troisième République » offre un aperçu des stratégies de censure. Si, à la fin du dix-neuvième siècle, la liberté de la presse est un principe sans cesse affirmé, Marc Angenot n’en remarque pas moins la grande activité de la censure. L’outrage aux mœurs est un motif fréquent de la convocation des éditeurs devant les tribunaux mais la condamnation demeure rare, l’obscénité difficile à définir et, à bien y regarder, les censeurs peu rigoureux. Ce qui les préoccupe surtout, ce sont les questions politiques : s’il leur arrive de laisser passer quelques grivoiseries, qui forment finalement le ton attendu d’une partie de la presse, les allusions aux affaires d’État, même les plus indirectes et les plus discrètes, sont traquées sans relâche. Seul le docteur Gérard, qui publie un ouvrage d’hygiène dont les conseils sont parfois un peu lestes, est entièrement condamné : pour Marc Angenot, c’est que le médecin opère dans un genre qui exclut a priori la grivoiserie.

7Tout est donc une question de règles génériques tacites : ce qui est permis dépend du type de texte que l’on produit et de ceux à qui l’on s’adresse. C’est le cas pour le phénomène étudié par le quatrième article, « Des romans pour les femmes ». En décrivant l’histoire et le développement du genre au dix-neuvième siècle, l’auteur en montre les caractéristiques prégnantes et, pour ainsi dire, la grande uniformité. Il s’agit de réduire toutes les questions sociales à leurs aspects les plus intimes, seule perspective que les femmes soient susceptibles d’adopter. Ces romans participent dès lors à une éducation de la médiocrité et du sacrifice de soi. Tout au contraire, « La poésie socialiste aux temps de la Deuxième Internationale », objet du cinquième article, se veut conquérante. Après avoir rappelé la division des partis socialistes à l’époque, l’auteur, avec de nombreuses citations à l’appui, décrit le genre ou les genres de cette poésie, son opposition au café-concert et sa progressive intégration aux rituels politiques des partis, en examinant le cas particulier de « L’Internationale ».

8Les deux derniers articles sont consacrés à la science-fiction et adoptent deux perspectives très différentes. Le premier, intitulé « Le paradigme absent : éléments d’une sémiotique de la science-fiction », cherche à mettre en évidence les phénomènes de (non-) référentialité propres à la néologie science-fictive et abandonne donc, pour un temps, la perspective historique qui domine l’ouvrage. Le second, « La science-fiction : genre, public, statut institutionnel », la retrouve cependant en décrivant l’émergence de la science-fiction au dix-neuvième siècle et notamment le cas de Jules Verne.

9On l’aura compris, au terme de son parcours, le lecteur aura découvert un panorama étendu et érudit de la littérature populaire du dix-neuvième siècle : des intrigues clairement décrites, des citations illustratives et de précieux rappels historiques, joints à un style enjoué, participent à la remarquable vertu pédagogique de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1  Voir la recension de l’ouvrage dans Lectures/Liens Socio : http://lectures.revues.org/11286

2  Revue à dossiers québécoise, Pop-en-stock : Bazar d’études sur la culture populaire contemporaine est éditée en ligne par l’Université du Québec à Montréal : http://popenstock.ca/

3  L’association Littératures Populaires et Cultures Médiatiques, dont on peut consulter le site : http://www.flsh.unilim.fr/lpcm/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Marc Angenot, Les dehors de la littérature. Du roman à la science-fiction », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 06 mai 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/11414

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat avec l'Université Stendhal — Grenoble 3, affilié aux centres RARE (Rhétorique de l'Antiquité à la Révolution) et LIRE (Littératures, Idéologies et Représentations)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page