Navigation – Plan du site

Jean Ferrette (dir.), « Les sociologues sous Vichy », Anamnèse, n°7, 2012

Manuel Braganca
Les sociologues sous Vichy
Jean Ferrette (dir.), « Les sociologues sous Vichy », Anamnese, n° 7, 2012, L'Harmattan, ISBN : 978-2-336-00642-0.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de la revue Anamnèse, dirigé par Jean Ferrette, rassemble les actes d’un colloque international qui s’est tenu à l’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine (IMEC), près de Caen, les 11 et 12 octobre 2010. Il se propose de combler un vide assez surprenant, celui de l’état de la recherche sociologique sous Vichy. Cet état des lieux ne peut évidemment faire l’impasse sur les choix individuels des sociologues qui, à l’image de l’ensemble des Français, adoptèrent des postures diverses face à Vichy comme face à l’occupant allemand.

  • 1  Le premier ouvrage à mentionner cette période directement est, selon l’auteur, l’Histoire de la pe (...)

2Le chapitre introductif de Jean Ferrette souligne bien les problèmes auxquels s’attaquent les chercheurs de cette étude pionnière. Il passe d’abord en revue les vides des principaux manuels d’histoire de la sociologie sur cette période, vides presque absolus jusqu’à une période très récente1. Il s’interroge ensuite sur ce que cela veut dire « être sociologue » en 1940, alors que la sociologie n’avait pas de filière propre (puisque la licence proprement dite ne date que de 1958) et ne délivrait donc pas de diplôme. Il dresse ensuite un rapide tableau du personnel sociologique avant, pendant et après la guerre, dans lequel il souligne les continuités mais aussi les ruptures dont certaines ne font cependant que refléter des divisions méthodologiques internes qui précèdent la guerre.

3Donnons un rapide aperçu des sept contributions qui suivent. Cécilia Benevides dos Santos retrace brièvement la situation de la sociologie dans l’entre-deux-guerres pour souligner l’influence que Marcel Granet, un « durkheimien », eut, selon elle, sur Georges Dumézil mais aussi sur Claude Lévi-Strauss, deux tenants du structuralisme. Jean-Paul Grémy recense ensuite les traces des nombreuses enquêtes effectuées en France pendant l’Occupation par des services gouvernementaux, paragouvernementaux ou par des organismes spécialisés commandités pour diriger de telles enquêtes. Sondages et propagande ne sont jamais bien éloignés, et Jean-Pierre Grémy n’ignore évidemment pas les difficultés que posent ces enquêtes pour saisir l’opinion (et notamment l’opinion politique) des Français. La difficulté de la tâche, insiste-t-il, ne devrait cependant pas faire reculer les chercheurs mais, au contraire, les stimuler. Jean-Paul Callède cherche ensuite à comprendre le déclin de la sociologie dans la faculté des lettres de Bordeaux, en essayant de démêler les facteurs locaux (et notamment les rivalités entre les disciples de Durkheim et ceux de Worms) des facteurs nationaux. La contribution suivante, de Nicolas Simon, est entièrement dédiée à Marcel Mauss : elle est autant biographique (il retrace la survie de Mauss pendant la guerre) qu’intellectuelle (Simon mesure l’influence de Mauss sur la sociologie contemporaine, influence autant méthodologique que thématique). Catherine Peyrard livre ensuite une réflexion riche sur les promesses et la valeur du travail, mêlant sociologie, économie, psychologie et philosophie, et embrassant les trois derniers siècles. Se référant explicitement au nazisme, elle se demande dans quelles mesures et conditions le travail peut-il rendre libre. Raymond Polin dresse alors un tableau de la sociologie française pendant ou autour de Seconde Guerre mondiale, insistant sur ses grands noms – Emile Durkheim, Maurice Halbwachs, Raymond Aron – mais aussi ses représentants moins connus du grand public – Georges Davy, Georges Gurvitch, Jean Stoetzel, ou encore Charles Le Cœur. Polin semble regretter le manque d’ambition et d’ampleur des travaux sociologiques contemporains et remarque que ce sont souvent des non-sociologues qui, depuis le début du siècle dernier, se sont attaqués aux problèmes de sociologie générale, rendant notamment un hommage appuyé à l’historien Marc Bloch. Enfin, la dernière contribution de cet ouvrage est une réflexion de Franck Dubost sur un chapitre du Mythe de l’identité nationale (2009) de Régis portant sur les vertus de la race française dans la France occupée.

4L’absence de tout index est évidemment problématique mais le seul véritable défaut de ce volume réside dans les raccourcis que prennent parfois plusieurs des contributeurs. Ainsi, le chapitre introductif qui recense les difficultés auxquelles durent faire face les sociologues sous Vichy souligne néanmoins que « seul Maurice Halbwachs pu poursuivre son œuvre » (p. 19) : même si le sort de ce sociologue est ensuite mentionné dans d’autres contributions de ce volume, un très court développement aurait été approprié. De même, aucune explication n’est donnée quand il est ensuite dit que Mein Kampf, le livre-programme d’Hitler, fit partie des livres censurés par la fameuse liste Otto pendant l’Occupation, ce qui peut a priori sembler paradoxal : un simple renvoi à l’excellente étude de Gérard Loiseaux La Littérature de la défaite et de la collaboration (1984) aurait été utile pour le lecteur moins familier de cette période. Dans le chapitre suivant, quand il nous est dit que Dumézil était hostile aux politiques hitlériennes (sans donner davantage de précisions) bien que proche de Pierre Gaxotte, de Charles Maurras et de l’Action française dans les années 1930, ce qui semble le dédouaner quelque peu, il aurait au contraire été judicieux d’insister sur le fait que l’anti-germanisme est alors une composante essentielle de la droite et d’une partie de l’extrême droite française.

5Malgré des raccourcis de ce type, cet ouvrage jette les bases d’une histoire de la sociologie sous Vichy qui reste largement à écrire. Plusieurs contributions ouvrent des pistes de recherches fascinantes. C’est notamment le cas de l’étude de Jean-Paul Callède sur l’enseignement de la sociologie à la faculté de lettres de Bordeaux qui appelle d’autres études locales du même type pour mieux saisir les dynamiques régionales et nationales. C’est également tout l’objet du chapitre de Jean-Paul Grémy qui recense de nombreuses enquêtes effectuées pendant l’Occupation et qui est entièrement destiné à faciliter des recherches à venir sur l’opinion publique en France sous Vichy.

Haut de page

Notes

1  Le premier ouvrage à mentionner cette période directement est, selon l’auteur, l’Histoire de la pensée sociologique de Jean-Pierre Delas et Bruno Milly, publié en 2005 par Armand Colin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Braganca, « Jean Ferrette (dir.), « Les sociologues sous Vichy », Anamnèse, n°7, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 07 mai 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/11420

Haut de page

Rédacteur

Manuel Braganca

Chercheur au sein de l’ « Institute for Collaborative Research in the Humanities » à Queen’s University Belfast

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page