Navigation – Plan du site

Jean Radvanyi, Retour d'une autre Russie. Une plongée dans le pays de Poutine

Aurélie Le Floch
Retour d'une autre Russie
Jean Radvanyi, Retour d'une autre Russie. Une plongée dans le pays de Poutine, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Clair & net », 2013, 200 p., ISBN : 9782356872296.
Haut de page

Texte intégral

1Ces « carnets d’impressions » retracent plusieurs voyages du géographe Jean Radvanyi à travers la Russie d’aujourd’hui. Spécialiste des États post-soviétiques, l’auteur a dirigé le Centre d’études franco-russes de Moscou entre 2008 et 2012. Durant ces quatre années, il a vécu dans la capitale russe et ses alentours, parcouru le Nord du pays, les rives de la Volga, le Caucase et la Sibérie. Les huit chapitres de son livre relatent ses observations, ses réflexions et ses rencontres avec les habitants de ce territoire immense et contrasté, en poursuivant un objectif : « tenter de modifier une image négative [de la Russie], profondément enracinée actuellement dans les médias et l’opinion française ».

2Intitulé « Vivre à Moscou et alentours », le premier chapitre plonge le lecteur dans le quotidien moscovite de l’auteur. Premiers pas dans la ville à la recherche d’un logement, repas, transports, problèmes urbanistiques sur fond de corruption, promenades dans les parcs, week-end dans la datcha d’amis russes, bains traditionnels… Jean Radvanyi découvre au fil des saisons toutes les facettes d’une étonnante mégalopole, « démesurée et hyperactive », qu’il compare au Berlin des années 1990.

3Dans le deuxième chapitre (« Pouvoirs et contre-pouvoirs. Une société complexe, agitée de mille mouvements »), l’auteur revient sur les manifestations russes de 2011-2012 – fruit d’une « lente maturation » de la contestation, dans une société civile « inquiète des dérives de sa classe dirigeante ». Il décrit le climat dans lequel baigne la population, entre omniprésence des milices et des mafias, scandales et abus de pouvoir en tous genres, meurtres jamais élucidés d’avocats, de journalistes ou d’hommes d’affaires, hostilité et violences infligées aux travailleurs migrants. Puis il se dit admiratif devant l’opiniâtreté des Russes qui, face à ces crimes et dérives, protestent par tous les moyens : manifestations et rassemblements interdits, actions écologistes, articles dans les journaux d’opposition, vidéos en ligne, etc.

4Le chapitre suivant est titré « Histoire et identité : au risque de l’instrumentalisation ». Il consiste en une série de vignettes et d’épisodes autour de ces thèmes. Jean Radvanyi s’étonne d’abord des polémiques entre ethnologues, dans un pays « où beaucoup considèrent que la pureté des origines doit être une des clés de l’identité collective ». L’auteur s’attarde ensuite sur les stigmates de la Seconde Guerre mondiale, conflit qui hante encore de nombreux lieux du pays, mais surtout ses habitants. Enfin, le chapitre se clôture par une évocation du rapport ambigu qu’entretiennent les Russes à l’URSS et au stalinisme.

5Le livre se poursuit par un tableau foisonnant de la scène culturelle russe, entre vernissages, concerts et représentations théâtrales, autant d’événements tour à tour mondains ou subversifs. Jean Radvanyi promène le lecteur dans des musées, théâtres et galeries qui, comme en Occident, sont souvent installés dans des bâtiments industriels détournés de leur ancien usage. Il s’attarde particulièrement sur le nouveau théâtre politique russe, nourri à la fois de l’actualité du pays et des grands classiques de la littérature nationale.

6Poursuivant son périple dans le Nord de la Russie, l’auteur évoque les îles Solovetskie et leur ancien goulag, puis les cités de Saint-Pétersbourg et Königsberg. Il décrit surtout des paysages magnifiques, émaillés de villages semi-abandonnés, de petites villes pauvres et dépeuplées, désindustrialisées après la période soviétique. Partout où il passe, toutefois, il rencontre quelques habitants qui essaient de faire revivre leur région, en développant de nouvelles activités agricoles ou touristiques.

7Les trois derniers chapitres sont consacrés à d’autres régions emblématiques de la Russie. Dans celui dédié à la Volga, l’auteur découvre plusieurs territoires traversés par ce cours d’eau que les Russes appellent « fleuve-mère ». Des villages tatars de Mordovie aux rues de Kazan, il décrit les cohabitations ethniques et religieuses inscrites dans le quotidien des habitants, croisant en route des figures locales marquantes – comme cette jeune journaliste qui lutte pour sauver le patrimoine bâti de Kazan, menacé par la spéculation immobilière. Le chapitre suivant, évoquant le Caucase, s’ouvre sur les portraits hauts en couleurs de deux représentants de la communauté des Adygs. Il se referme sur une évocation de Grozny, ville « reconstruite mais comme cautérisée, après un traumatisme dont les traces sont loin d’être estompées ». Enfin, le dernier chapitre de l’ouvrage, intitulé « Sibériade », relate le séjour de l’auteur dans une région « qui fascine et attire par la vivacité de ses cultes et traditions ». De la toundra enneigée aux rives du lac Baïkal, le géographe parcourt une nature extraordinaire jusqu’à Vladivostok, ville chaotique et captivante, particulièrement rongée par la corruption.

8Jean Radvanyi propose ici un ouvrage vivant et personnel, un carnet de voyage à la fois sensible et bien documenté. Avec lui, on s’attache aux figures croisées en chemin et l’on s’étonne de la capacité d’évolution des habitants de ce pays-continent, qui semble plus que jamais « en quête de lui-même ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Le Floch, « Jean Radvanyi, Retour d'une autre Russie. Une plongée dans le pays de Poutine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 07 mai 2013, consulté le 01 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/11436

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page