Navigation – Plan du site

Mirna Safi, Les inégalités ethno-raciales

Béatrice Mabilon-Bonfils
Les inégalités ethno-raciales
Mirna Safi, Les inégalités ethno-raciales, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2013, 125 p., ISBN : 9782707173027.
Haut de page

Texte intégral

1Il faut saluer dans cet ouvrage de synthèse le traitement argumenté d’une question socialement vive. Certes, précise l’auteure « En France, l’intérêt des acteurs publics et scientifiques pour les dimensions ethniques et raciales des inégalités est de plus en plus prononcé » (p. 3), néanmoins, la thématique est encore suspecte, politiquement incorrecte dans le champ scientifique français. De fortes résistances demeurent à poser autrement le débat social (voire scientifique) sur les nouvelles modalités de l’être-ensemble dans la France « patrie des Droits de l’Homme », où il ne peut y avoir que des discriminations de classes mais pas ethniques ou religieuses. Peu de numéros de revue, peu de colloques abordent de front la manière dont les appartenances ethniques et raciales dans les sociétés occidentales et surtout dans la société française participe à la dynamique des inégalités sociales.

2Depuis une vingtaine d’années, les discussions tantôt politiques et sociales, tantôt scientifiques autour du « modèle républicain français d’intégration » témoignent implicitement d’une difficulté à penser notre « vivre-ensemble » face à la question des cultures minorées, souvent pensées à partir du concept d’ethnicité. Peut-être parce que du fait de leur histoire les Français pensent leur modèle comme le seul à validité universelle ? Si bien que considérer la « différence » des populations nommées « immigrées », « deuxième ou troisième générations », ce n’est pas tant attester de l’existence de traits culturels discriminants que l’envisager comme le résultat de rapports sociaux sociologiquement et historiquement construits entre différents acteurs, inscrits à un moment donné de notre histoire. Quand la démarche rationnelle d’adhésion au contrat (républicain) commence à faire défaut et que le mode associatif, communautaire ou volontaire tend à le concurrencer, notre pacte citoyen est au mois partiellement révoqué en doute.

3L’arrivée en métropole de minorités fortement identitaires sur le plan culturel et religieux et installées durablement et même définitivement pour les générations les plus jeunes questionne notre modèle citoyen. Cette question interroge les modalités de notre Vivre ensemble dans une France devenue pluri-culturelle et pluri-cultuelle. Comment comprendre comment se construisent aujourd’hui le(s) sentiment(s) d’appartenance des jeunes générations dans une France devenue objectivement pluriculturelle et pluri-confessionnelle, dans laquelle la présence des minorités a complètement bouleversé le paysage intégrationniste de la société française ? En contradiction avec l’abstraction de la citoyenneté, les pluralismes culturels et cultuels se multiplient, ou à tout le moins sont plus visibles. Mais dans notre imaginaire collectif, la question ethnique fait effraction. Elle a valeur de « trauma » dans un modèle républicain, faiblement réfléchi par notre société car vécu comme universel et universalisable.

4Les deux premiers chapitres de l’ouvrage résument les fondements conceptuels et méthodologiques de l’analyse des inégalités ethno-raciales, en abordant de front les difficultés sémantiques mais aussi politiques de manière à proposer une définition opératoire des inégalités ethno-raciales. Les taxinomies même scientifiques constituent des enjeux de pouvoirs et l'auteure montre en quoi la discrimination est devenue le mode d’analyse central des inégalités ethno-raciales. Il s’agit de se demander s’il y a des mécanismes spécifiques liés à ces formes d’inégalités. Il s'agit ensuite de poser les enjeux politiques et scientifiques sous-jacents à l'objectivation des données et de processus, par les différents modes de récolte. Il faut notamment se questionner sur les catégorisations statistiques et donc les problèmes de la mesure dans un pays où les statistiques ethniques questionnent plus qu’ailleurs. Les chapitres suivants font le bilan des résultats de recherche focalisés sur des terrains empiriques successifs : le marché du travail, le lieu de résidence, l’école et la sphère civique. L’ouvrage se réfère principalement aux travaux anglo-saxons et notamment aux travaux américains dans la mesure où la sociologie américaine depuis les travaux de l'ecole de Chicago et compte tenu des contextes historiques met cette thématique au cœur de la pensée sociologique. Il se réfère aussi moins centralement à des travaux européens et français. Bien documenté, l’ouvrage croise des enquêtes quantitatives mais aussi des travaux ethnographiques, la question centrale étant de savoir si les inégalités ethno-raciales sont réductibles à de inégalités socioéconomiques.

5Au-delà des questions de définition et de mesure, on peut se demander dans quelle mesure le concept d’ethnicité est pertinent pour désigner les phénomènes sociaux et les processus à l’œuvre.

6L'auteure conclut qu’« en France, un certain déni de la dimension ethno raciale des inégalités sociales, découle d’une croyance obsessionnelle dans les pouvoirs assimilationnistes de ce pays, croyance qui est non seulement en forte discordance avec la réalité empirique (…) mais aussi en contradiction avec les principales conclusions théoriques des sciences sociales, depuis plus de cent ans sur la force des distinctions ethno-raciales et la puissance de leurs mécanismes de reproduction et de pérennisation » (p. 93). En France, l’ethnicité est appréhendée comme une catégorie négative. Pourtant, bien que dérangeantes dans le cadre du modèle républicain, les dynamiques identitaires offrent une voie à ouvrir pour interroger la construction des rapports sociaux. Les contradictions entre une hypervisibilité normative de la diversité et les dénonciations de l’ethnicisation de la société ne contribuent pas à clarifier un débat que cet ouvrage vient à point nommé ouvrir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Mabilon-Bonfils, « Mirna Safi, Les inégalités ethno-raciales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 09 mai 2013, consulté le 05 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/11440

Haut de page

Rédacteur

Béatrice Mabilon-Bonfils

Professeure de soiologie, directrice du Laboratoire EMA (École, mutations, apprentissages) - EA 4507 -Université de Cergy-Pontoise. Membre du Think Tank Different

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page