Navigation – Plan du site

François Beck, Jean-Baptiste Richard (dir.), « La santé des 15-30 ans. Une lecture du Baromètre santé », Agora débats/jeunesses, n°63, 2013

Audrey Arnoult
La santé des 15-30 ans
François Beck, Jean-Baptiste Richard (dir.), « La santé des 15-30 ans. Une lecture du Baromètre santé », Agora débats/jeunesses, n°63, 2013, Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3304-7.
Haut de page

Texte intégral

1 Ce 63ème numéro de la revue Agora est consacré à la santé des 15-30 ans, une thématique largement discutée dans l’espace public et ce depuis les années 2000. Les différentes contributions s’appuient sur les résultats du Baromètre santé jeunes. Editée par l’Inpes (Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé), cette enquête porte sur les comportements et les habitudes de santé des jeunes. La tranche d’âge des personnes interrogées permet de « traiter ces questions de manière objective en essayant de resituer ces pratiques diverses dans le quotidien des adolescents et des jeunes adultes, afin notamment de distinguer, parmi des comportements qui relèvent naturellement de l’âge des possibles, ceux qui reflètent des situations problématiques sur le plan social ou le plan sanitaire », selon François Beck et Jean-Baptiste Richard, qui coordonnent et signent l’introduction de ce numéro. Les thématiques abordées sont les suivantes : le tabagisme, l’alcoolisation, la contraception, l’usage d’Internet dans l’information de santé, les habitudes alimentaires ou encore les troubles alimentaires.

2 L’article de Romain Guignard et François Beck sur le tabagisme juvénile (« Evolution du tabagisme chez les jeunes et politiques de lutte anti-tabac ») propose des éléments chiffrés sur la consommation en fonction des tranches d’âge, comparé aux évolutions de l’usage du tabac chez des personnes plus âgées. Les auteurs montrent - de façon peu surprenante - que même si les 15-30 ans s’estiment globalement bien informés des risques sanitaires liés à leur consommation, la moitié ne souhaite pas arrêter de fumer. Par conséquent, ils relativisent l’impact des campagnes de prévention visant à dénormaliser l’usage du tabac, campagnes qui restent pourtant nécessaires afin de disposer d’informations fiables. Ils soulignent la rareté des programmes de prévention pensés en fonction du genre alors que l’arrêt du tabagisme renvoie à des motifs différents : les garçons craignent la baisse de leurs performances sportives tandis que les préoccupations des filles sont plutôt d’ordre esthétique.  

3 Jean-Baptiste Richard et François Beck s’intéressent à une autre substance psychoactive, fortement consommée à l’adolescence : l’alcool. Contrairement à la plupart des enquêtes sur le sujet, leur échantillon ne se compose pas uniquement d’adolescents mais intègre les jeunes adultes. La comparaison avec les niveaux de consommation des autres tranches d’âge permet de relativiser l’usage de l’alcool chez les 15-30 ans : par exemple, l’usage quotidien ne concerne qu’une minorité d’entre eux. La consommation juvénile se caractérise plutôt par des épisodes d’ivresse et des consommations ponctuelles importantes. Des variables telles que le statut d’activité, le genre ou le milieu social sont mobilisées pour proposer un panorama précis de l’usage d’alcool chez les jeunes qui permet de relativiser l’idée que « l’ensemble de la jeunesse est en proie à une alcoolisation massive » (Beck et Richard).

4 Les pratiques contraceptives des femmes de moins de 30 ans sont étudiées par Arnaud Gautier, Delphine Kersaudy-Rahib et Nathalie Lydié. Leur contribution entend décrire l’évolution des pratiques contraceptives des Françaises âgées de 15 à 29 ans, leur recours à des contraceptifs d’urgence et la survenue de grossesses non prévues. Plus de 90% des femmes en couple ou ayant une relation amoureuse et concernées par un risque de grossesse utilisent un moyen de contraception. Les auteurs notent une augmentation de l’usage des contraceptifs depuis les années 2000, même si la pilule reste le moyen le plus répandu. Toutefois, malgré une couverture contraceptive importante, le recours à une contraception d’urgence est en augmentation ce qui témoigne de « l’intégration de ces méthodes comme une constituante à part entière du parcours contraceptif et de la maîtrise de sa fécondité » (Gautier, Kersaudy-Rahib et Lydié). Pour terminer, les auteurs rappellent que ces pratiques contraceptives sont aussi liées à des facteurs socio-économiques et territoriaux qui doivent être pris en compte afin de favoriser l’accès au système de soins.

5 François Beck, Viêt Nguyen-Thanh, Jean-Baptiste Richard et Emilie Renahy questionnent l’usage d’Internet chez les jeunes dans le domaine de la santé. Si Internet fait aujourd’hui partie de leur quotidien (93% des 15-30 ans sont des internautes), comment le réseau est-il utilisé quand il s’agit de chercher des informations de santé ? Quels sont les types d’informations consultées ? Ont-elles un impact sur les pratiques de santé ? Ainsi, les auteurs montrent que si les jeunes sont les plus aguerris à l’usage d’Internet, les préoccupations concernant la santé augmentent avec l’âge. En effet, parmi les internautes âgés de 15 à 30 ans, seule la moitié a utilisé Internet pour chercher des informations de santé au cours de l’année précédant l’enquête. Sans détailler l’ensemble des résultats, la question de la fiabilité des informations retient inévitablement l’attention. En effet, l’étude montre que la majeure partie des internautes considère les informations consultées comme plutôt crédibles alors même que les pages fréquentées sont très diverses. Les auteurs soulignent donc la nécessité de poursuivre les démarches de labellisation et de certification des sites Internet pour garantir la fiabilité des contenus.

6 La contribution suivante porte sur l’alimentation des jeunes (« Les jeunes et l’alimentation. Des comportements sexués, évoluant avec l’âge et socialement marqués »). L’étude revêt un double objectif : comparer les habitudes alimentaires des 12-30 ans avec celles des adultes et « étudier dans cette tranche d’âge certains facteurs associés aux comportements, sous le prisme spécifique des inégalités sociales » (Escalon et Beck). La consommation alimentaire des jeunes est analysée à partir des groupes d’aliments identifiés par le programme national nutrition santé et en fonction des caractéristiques sociodémographiques des consommateurs. Le genre constitue ainsi une variable de l’analyse pertinente et permet de montrer que les filles âgées de 12 à 30 ans adoptent une alimentation plus favorable à la santé que leurs homologues masculins. Toutefois, « le spectre des différences de genre semble être moins large parmi les jeunes que parmi leurs aînés. La pression sociale à l’égard de la minceur, plus forte sur les femmes que sur les hommes, s’accroît probablement avec l’âge, bien qu’elle soit déjà présente chez les adolescentes ». Comme pour le tabagisme, les auteurs montrent qu’il n’existe pas - ou peu - de lien entre information et pratiques : si les 12-30 ans ont une bonne connaissance des repères nutritionnels, leur alimentation n’en est pas pour autant équilibrée. Ils invitent donc à diversifier les actions de prévention notamment en se focalisant sur l’environnement des jeunes.

7 Le dernier article du dossier poursuit cette réflexion sur l’alimentation avec une étude des « conduites alimentaires perturbées » des jeunes. Cette expression désigne un large spectre de comportements qui s’étend de « la préoccupation injustifiée à l’égard de son propre poids » (Beck, Maillochon et Richard) à des affections psychiatriques telles que l’anorexie, la boulimie ou encore l’alimentation compulsive. Les quatre critères retenus pour quantifier ces conduites sont la présence d’épisodes de frénésie alimentaire, le fait de se faire vomir volontairement, de manger en cachette ou de redouter de commencer à manger par crainte de ne pouvoir s’arrêter. Les résultats du Baromètre santé permettent de montrer que ces troubles alimentaires ne sont pas plus fréquents qu’au début des années 2000. Les auteurs reconnaissent que la norme esthétique de contrôle de poids a plus d’impact sur les filles mais n’établissent pas pour autant un lien de cause à effet avec la survenue de ces conduites alimentaires perturbées.  

8 Pour conclure, l’intérêt principal de ce dossier réside dans une étude qui inclut les jeunes adultes et permet de porter une attention fine aux comportements de cette tranche d’âge trop souvent englobée de façon uniforme sous la catégorie de « jeunes ». Ainsi, les différentes contributions montrent bien que les conduites des 15-19 ans ne sont pas celles des 20-25 ans ou des 26-30 ans. En outre, les comparaisons avec d’autres tranches d’âge ont également le mérite de relativiser la fréquence et la gravité de certaines conduites (comme la consommation d’alcool ou les conduites alimentaires perturbées) qui ont tendance à susciter des discours alarmistes. Enfin, ces données épidémiologiques fournissent des éléments précis utiles pour la mise en place de politiques de santé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Arnoult, « François Beck, Jean-Baptiste Richard (dir.), « La santé des 15-30 ans. Une lecture du Baromètre santé », Agora débats/jeunesses, n°63, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 mai 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/11444

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page