Navigation – Plan du site

Michel Wieviorka (dir.), « Penser global », Socio, n° 1, Mars 2013

Marie Duru-Bellat
Penser global
Michel Wieviorka (dir.), « Penser global », Socio, n°1, Mars 2013, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme.
Haut de page

Texte intégral

1Il faut d’emblée saluer le courage de lancer une nouvelle revue de sciences sociales ! Sous l’égide de M. Wieviorka, Socio se présente comme une revue « non seulement de sociologie » mais ouverte aux autres sciences sociales notamment l’anthropologie (mais aussi, au vu de cette première livraison, à la philosophie ou encore aux sciences politiques), et aussi, il faut le souligner, non seulement aux chercheurs mais à un public plus large. Un « manifeste » (c’est le titre du premier article), écrit par C. Calhoun et M. Wieviorka, en présente les objectifs, suivi de textes organisés selon ce qui sera semble-t-il la charpente de la revue, un dossier, des varia, un entretien et un état de la question.

2Comme le montre un Conseil scientifique international très ouvert, et comme le manifeste d’un premier numéro dont le thème est « Penser global » le développe avec conviction, le pari des fondateurs est que les sciences sociales, pour prospérer, ont besoin de s’ouvrir au vaste monde. Un enjeu important est de ne pas rester cantonné aux paradigmes occidentaux jusqu’alors hégémoniques et de s’inscrire pleinement dans un mouvement des idées aujourd’hui mondialisé. En ce sens, « les sciences sociales sont désormais globales », parce que le monde est global et qu’il est donc impératif de s’écarter de ce « nationalisme méthodologique » que dénonçait U. Beck. À ce premier défi — analyser les faits sociaux en tenant compte de leurs dimensions mondiales, s’en adjoint un second, articuler les niveaux d’analyse, depuis cette échelle mondiale jusqu’au niveau de l’individu, en passant par les mouvements sociaux eux-mêmes. Un autre défi est de sortir du cadre strictement académique et de diffuser largement auprès des médias comme des politiques. Ce plaidoyer enthousiaste (par forcément bouleversant de nouveauté notamment quand il est question de l’approche générale du chercheur) donne incontestablement envie de lire la suite… On attend la révélation de ces nouveaux paradigmes venus d’ailleurs et de ces travaux renouvelés par la pluridisciplinarité. Et ce numéro, le premier, dont on ne saurait donc espérer une réponse complète aux attentes larges que suscite le manifeste, en donne un aperçu.

3On y trouve des articles… qu’on ne trouverait pas ailleurs, pas dans les revues de sociologie francophone, dominées par les analyses empiriques et les auteurs français. Ainsi en est-il du texte de l’économiste et politiste indien R. Bhargava, « Pour en finir avec l’injustice épistémique du colonialisme », dénonçant l’hégémonie, en train de disparaître à ses yeux, des traditions intellectuelles de l’Occident qui ont de fait assujetti les cultures des peuples colonisés et nourri chez les intellectuels de ces pays une absence de confiance en soi peu propice à des élaborations théoriques spécifiques. Plus classique, le texte de l’anthropologue M. Agier démontre ce « tournant contemporain de l’anthropologie » vers le global, vers l’appréhension « des mondes » et non plus de l’opposition Nord/Sud, avec des thématiques forcément mondiales comme les questions de santé, de pauvreté, de mobilisations politico-religieuses…

4Il ne saurait être question de reprendre un à un tous les articles de ce premier numéro ; c’est leur variété et leur tonalité qui importe pour saisir la spécificité de Socio. On trouve ainsi un article de sociologie politique démontrant ce que la science a à gagner à dépasser les lacunes de nos lectures occidentales en se penchant sur des sociétés autres (l’Afrique en l’occurrence), ou encore un texte d’H. Becker sur les difficultés que rencontrent les chercheurs à communiquer d’un pays à l’autre ou plutôt d’une langue à l’autre tant le langage est gros d’implicites que seuls comprennent les indigènes. La philosophe N. Fraser livre également un texte original sur les questions de justice, pour démontrer que celles-ci sont nécessairement nichées dans des structures sociales de base qui ne sont plus, comme l’entendait Rawls, nationales mais bien globales. Suit ce texte avant tout philosophique une présentation de la recherche sociologique au Canada, dans une dimension tout à fait originale (pour les lecteurs français), puisqu’il s’agit de l’anthropologie faite par les « Autochtones » de là-bas, spécifique et respectée en tant que telle, ce qui ne manquera pas de susciter des interrogations d’un point de vue « universaliste abstrait » quant à l’unité de la science… Voilà donc pour le dossier « Penser global », des plus stimulants même s’il apparaît avant tout programmatique. Le numéro offre enfin un entretien avec le sociologue canadien I. Wallerstein, présentant ses travaux sur le « système-Monde », et un état de la question sur la « cultural sociology » américaine contemporaine.

5On l’aura compris, cette première livraison de Socio est prometteuse. Il reste bien sûr à voir si elle tiendra ses promesses ; c’est peut-être plus facile en ce qui concerne la dimension globale et pluridisciplinaire, dont ce numéro offre des perspectives convaincantes ; c’est peut-être plus difficile quant à l’ouverture à un large public car au total, la lecture des articles est exigeante et leur portée politico-pratique pas forcément évidente ! En tous cas, c’est à suivre, sans aucun doute.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Michel Wieviorka (dir.), « Penser global », Socio, n° 1, Mars 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 14 mai 2013, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/11469

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Professeur à Sciences Po et chercheuse à l’Observatoire sociologique du changement.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page