Navigation – Plan du site

Florence Roche et Frédéric Saby (dir.), L’avenir des bibliothèques : l’exemple des bibliothèques universitaires

Benjamin Caraco
L'avenir des bibliothèques : l'exemple des bibliothèques universitaires
Florence Roche, Frédéric Saby (dir.), L'avenir des bibliothèques : l'exemple des bibliothèques universitaires, Presses de l'enssib, coll. « Papiers », 2013, 224 p., ISBN : 979-10-91281-13-3.
Haut de page

Texte intégral

1Le développement de la sphère numérique et le relatif échec de la démocratisation culturelle ont engendré une littérature abondante concernant la disparition du livre, à la fois comme objet imprimé et comme construction intellectuelle. Tous les acteurs du circuit du livre y vont de leur contribution à partir de leur positionnement : auteurs, éditeurs, libraires et bibliothécaires. L’avenir des bibliothèques : l’exemple des bibliothèques universitaires ne déroge pas à la règle quand il pose, en reprenant la formule d’Anne-Marie Bertrand, qu’en « France, les bibliothèques ne sont une évidence pour personne. » (p. 206).

  • 1  Service Interétablissements de Coopération Documentaire 2 de Grenoble.
  • 2  Loi relative aux libertés et responsabilités des universités.
  • 3  Responsabilités et compétences élargies.

2Florence Roche et Frédéric Saby, respectivement directrice-adjointe et directeur du SICD21 de Grenoble, partent de l’exemple des bibliothèques universitaires (BU) afin de traiter cette question. L’environnement institutionnel de ces dernières a fortement modifié récemment avec le passage à la LRU2 et à la RCE3. Le poids direct de l’État dans leur gestion s’est affaibli alors que celui de leur tutelle, l’université, s’est renforcé en conséquence. Dans ce contexte, les auteurs se demandent quelle est la valeur ajoutée que la bibliothèque est en mesure d’apporter ? Afin de répondre à cette interrogation, ils ont réuni un ensemble de contributions relevant d’une approche théorique, bien que largement nourrie de leur expérience grenobloise, visant à proposer un état de l’art permettant à la fois « à chacun de tirer les conclusions opérationnelles qu’il souhaite, en fonction de son propre contexte local. » (p. 10) et plus largement de revenir sur le sens des bibliothèques et de l’action des bibliothécaires.

3L’appréhension des nouveaux enjeux qui parcourent les bibliothèques universitaires est indissociable des changements structurels qui touchent actuellement l’université. Ils sont à la fois quantitatifs (massification universitaire) et qualitatifs (diversification institutionnelle, hétérogénéité de la population desservie, transformation des métiers, etc.) comme le rappelle Alain Fernex. Les rythmes évoluent avec la semestrialisation et se ressentent sur les pratiques de lectures : les étudiants lisent toujours, mais autrement : plus vite, plus utile dans la perspective d’examens. La diversification sociale qui caractérise ce nouveau public conduit aussi à un apprentissage plus fastidieux du « métier d’étudiant » pour ceux qui n’en maîtrisent pas les codes autrefois transmis par les milieux familiaux.

  • 4  Bourdieu Pierre et Passeron Jean-Claude, Les héritiers, les étudiants et la culture, Minuit, coll. (...)
  • 5  Pour une comparaison entre les traditions française et américaine, voir : Bertrand Anne-Marie, Bib (...)

4Les étudiants, qui représentent 85 % des usagers des BU, ne sont plus uniquement les « héritiers » décrits autrefois par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron.4 Lorsque les étudiants fréquentent la BU, ils lui sont fidèles et réguliers, venant (par ordre décroissant) d’abord pour travailler sur place, pour consulter et pour emprunter des documents. Ces usages pluriels conduisent Florence Roche à écrire que « l’usage du lieu est à dé-corréler de l’usage des collections. » (p. 51) Elle invite dans ses stimulantes contributions à « reconnaître que sans usage il ne peut y avoir de service équivaut à faire de l’usager l’acteur du service » (p. 70) et d’aller ainsi à l’encontre de la tradition historique française qui place les collections au centre des bibliothèques.5 Cette reconfiguration touche aussi bien les services aux publics, que le lieu qui doit être reconfiguré en fonction des services que l’on souhaite proposer et des usages changeants dont il est l’objet.

5Afin de connaître ces usages, les enquêtes de public et le recueil de données institutionnelles (nombre d’étudiants, d’inscrits, etc.) sont indispensables et permettent d’établir une « cartographie des lecteurs », prélude nécessaire à toute action : « La cartographie des usagers est le socle de toute connaissance des publics qui se veut rigoureuse et utile. Mais elle ne suffit pas. Pour prendre tout leur sens et être interprétées de manière pertinente, les données qu’elle fournit doivent être croisées avec une observation et une analyse des usages, notamment par le biais d’enquêtes. » (p. 110-111) À partir de là, il est possible de déterminer un public potentiel, de se fixer un public cible qu’on essaiera autant que possible de faire coïncider avec le public réel.

6En effet, la mesure de l’efficacité de l’action des bibliothèques est le corollaire nécessaire et évident du nouveau contexte institutionnel qui oblige à justifier de l’utilisation des moyens et de l’adéquation aux attentes des publics. L’évaluation de l’activité passe ainsi par une mesure de la performance qui découle de la contractualisation des missions dont les objectifs se doivent d’être respectés. Des indicateurs peuvent être mis en place à cet effet afin de démontrer l’utilité des bibliothèques aux tutelles.

  • 6  « Soucieuses de répondre aux tensions et aux évolutions qui traversent les sociétés, nos bibliothè (...)

7Les trois derniers chapitres s’interrogent ainsi sur l’avenir de la bibliothèque comme lieu, des bibliothécaires et de la bibliothéconomie. Si le lieu bibliothèque est encore doté d’un pouvoir symbolique, le développement de la documentation numérique remet en cause son évidence passée. Florence Roche y voit encore le trait d’union entre d’anciennes et de nouvelles façons d’organiser la connaissance.6 Dans son développement consacré à l’avenir des bibliothécaires, Frédéric Saby revient sur la conception historique du métier fondée sur une vision universaliste du savoir qui alimente paradoxalement les discours sur leur remplacement probable par un nouveau « grand tout », incarné par Internet et Google. Les pratiques professionnelles sont en effet remises en cause par la montée en puissance tous azimuts du numérique alors que les savoir-faire techniques (le catalogage en premier lieu) ont longtemps constitué l’ossature d’un métier tourné vers les collections, le public étant alors envisagé à la marge. La préoccupation croissante de la gouvernance universitaire (Présidents et CA) pour la documentation, dont elle hérite de la gestion, risque d’accentuer les effets de ces bouleversements. Les bibliothèques devront justifier du retour sur investissement qu’elles produisent : quoi de plus mesurable alors que des services rendus aux publics ? Cela n’ira pas sans conséquence en termes de ressources humaines et à tous les échelons. Ce que Frédéric Saby écrit au sujet des magasiniers (catégorie C) : « Affirmons-le avec force : les magasiniers n’ont d’avenir en BU que dans l’accueil au public. » (p. 184) pourrait être appliqué au reste de sa démonstration sur les métiers des bibliothèques. De même quand il envisage l’avenir de la bibliothéconomie, défini comme un ensemble de savoir-faire techniques liés à une pratique sur le terrain. La refondation du modèle bibliothéconomique ne pourra pas s’épargner l’intégration de l’accueil du public au sens large, requalifiant ainsi la place des collections et de leur traitement, afin de faire une plus grande part aux activités de médiations où la concurrence des éditeurs fait rage. C’est paradoxalement cette concentration sur l’accueil aux publics qui devrait permettre d’assurer un avenir aux bibliothèques comme lieu et comme service, contrairement à d’autres acteurs de la chaîne du livre, comme les libraires qui risquent de pâtir durablement de la contraction de l’usage de l’imprimé.

8En définitive, c’est une bonne synthèse, que proposent Florence Roche et Frédéric Saby, en cohérence avec le nom de la série « état de l’art » de la collection « Papiers ». La conclusion principale de l’ouvrage, à savoir un décentrement des préoccupations prioritaires des BU des collections vers les services aux publics, est difficilement contestable et affirmée salutairement. Ces modalités sont encore en partie à inventer, en particulier en ce qui concerne leur interaction avec les collections. En conclusion, les auteurs esquissent (trop brièvement ?) d’autres perspectives d'avenir relatives à la montée en puissance du libre accès : le bibliothécaire gestionnaire d’archives ouvertes, auquel il aurait été possible d'ajouter l'administrateur de données brutes de la recherche ou encore l’éditeur de contenus numériques. Des pistes parmi beaucoup d’autres évoquées afin de concilier les missions historiques liées aux collections et les nouveaux besoins des publics ?

Haut de page

Notes

1  Service Interétablissements de Coopération Documentaire 2 de Grenoble.

2  Loi relative aux libertés et responsabilités des universités.

3  Responsabilités et compétences élargies.

4  Bourdieu Pierre et Passeron Jean-Claude, Les héritiers, les étudiants et la culture, Minuit, coll. « Grands documents », 1964.

5  Pour une comparaison entre les traditions française et américaine, voir : Bertrand Anne-Marie, Bibliothèque publique et Public Library : essai de généalogie comparé, Presses de l’enssib, coll. « Papiers », 2010.

6  « Soucieuses de répondre aux tensions et aux évolutions qui traversent les sociétés, nos bibliothèques doivent opérer une synthèse entre le monde d’hier et un monde nouveau, qui peut-être succédera à l’ordre du livre. Pour que ces deux mondes s’enrichissent au lieu de s’exclure, il faut qu’ils se rencontrent. Et pour cette rencontre il faut un territoire. » (p. 161).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Caraco, « Florence Roche et Frédéric Saby (dir.), L’avenir des bibliothèques : l’exemple des bibliothèques universitaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 16 mai 2013, consulté le 25 avril 2014. URL : http://lectures.revues.org/11496

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Caraco

Conservateur des bibliothèques à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page