Navigation – Plan du site

Pauline Peretz, L’Amérique post-raciale ?

Eric Keslassy
L'Amérique post-raciale?
Pauline Peretz (dir.), L'Amérique post-raciale?, Paris, Presses universitaires de France, coll. « La vie des idées », 2013, 118 p., ISBN : 9782130619314.
Haut de page

Texte intégral

1L’élection de Barack Obama a frappé le monde : comment une nation ayant connu l’esclavage et la ségrégation raciale peut-elle parvenir à porter un Noir à la plus haute marche du pouvoir en si peu de temps ? Avec une histoire différente, il semble pourtant que la France n’est pas prête d’élire un Noir à la présidence de la République ? Dès lors, certains ont pu croire que le « phénomène Obama » concrétisait le fait que la question raciale ne se pose plus dans les mêmes termes aux Etats-Unis. En réalité, symboliquement très forte, l’accession d’un Noir à la Maison-Blanche n’aura au bout du compte pas changé grand-chose. Aussi, toute l’ambition de cet ouvrage est de démontrer que la race reste un facteur essentiel des inégalités économiques et sociales américaines.

2Présenté par l’historienne Pauline Peretz, ce livre se compose de sept contributions (six d’entre elles ont connu une première édition sur le site Laviedesidees.fr) qui sont regroupés en deux thématiques passionnantes : « La lutte pour l’égalité au XXsiècle » et « La racle, clé des rapports sociaux ».

3Au fond, les différents auteurs apportent des éléments de réponse à la question centrale de cet ouvrage : les Etats-Unis peuvent-ils aujourd’hui faire sans ce concept de race – évidemment entendu ici comme une catégorie historique et socialement construite (et non pas biologique) – et se considérer dans une ère post-raciale ?

4Une partie de la réponse est à trouver dans l’histoire d’un pays qui aura en fait commis un « péché originel ». Bien que promettant l’égalité, la Déclaration d indépendance du 4 juillet 1776 consacre implicitement la division politique entre les hommes libres, les Indiens et les esclaves. De fait, l’esclavage se maintient dans le Sud et se voit même conforté par des décisions de la Cour Suprême – ce qui conduira à la guerre de Sécession. La victoire du Nord fait du Sud esclavagiste un Sud ségrégationniste. En dépit des avancées juridiques vers l’égalité raciale, les Etats du Sud maintiennent, jusqu’à la fin du XIXsiècle, les Noirs dans un statut inférieur, puis s’en remettent à la formule « séparés mais égaux ». Dans la première partie du XXsiècle, l’idée d’une « Amérique blanche » en danger se généralise, ce qui conduit à fermer les frontières (notamment contre les « Jaunes »). Mais la problématique raciale Noirs/Blancs redevient centrale très rapidement, dès la fin de la seconde Guerre Mondiale : des leaders noirs se lèvent pour demander l’égalité des droits, et accompagnés par le parti démocrate, obtiennent finalement la promulgation du Civil Rights Act en 1964 (sous la férule de Lyndon Johnson qui concrétise le travail entamé sous Kennedy). Les Noirs détiennent désormais une égalité des droits qui se réalise difficilement dans le Sud (la ségrégation résidentielle persiste par exemple) et qui ne se traduit pas par une égalité économique et sociale.

5Sous la pression du Mouvement des droits civiques, les autorités décident alors de ne plus se référer à l’idéologie de la color blindness (aveugle à la couleur) pour se lancer, au milieu des années 60, dans des mesures dites d’Affirmative Action qui ont deux objectifs : compenser les injustices héritées du passé et faire de l’égalité un résultat. Dans les années 70 et 80, les Blancs se « raidissent » (blacklash) – et, par exemple, remettent en cause la politique d’Affirmative Action – au moment même où les quartiers noirs s’enfoncent dans la misère…

6Outre la profondeur de cette histoire qui continue d’imprégner les rapports sociaux américains, une autre façon de considérer que l’Amérique n’est pas entrée dans une phase post-raciale est d’examiner la situation qui préside aujourd’hui entre les Noirs et les Blancs. Et de constater que la fin de l’inégalité juridique, que les procédures d’Affirmative Action, n’ont pas permis d’aboutir à l’égalité de fait entre les Noirs et les Blancs. Le patrimoine médian des premiers est dix fois inférieur à celui des seconds. Le revenu médian des Noirs ne représente que 60 % de celui des Blancs. L’écart d’espérance de vie entre les deux « races » est de plus de 6 ans. En fait, la société américaine est encore nettement divisée « racialement ».

7En atteste également l’échec du « multiracialisme » (seulement un peu plus de 2 % des Américains se considèrent comme appartenant à plusieurs « races ») ou de l’« interracialisme » (8 % des Américains sont aujourd’hui de « race mixte »). Les Etats-Unis demeurent donc socialement organisés autour d’un « rapport de race », qui est marquée par l’évidence au regard des inégalités raciales.

8Par conséquent, il est attendu de Barack Obama qu’il utilise son second mandat pour essayer de lutter contre les inégalités sociales et économiques qui continuent d’affecter sévèrement les Afro-Américains. La réforme du Welfare State est un début. Pour l’instant, c’est bien insuffisant pour que le slogan clamé par les partisans d’Obama devienne une réalité : « Race does not matter ». Aux Etats-Unis, il n’est pas encore possible de dire que la « race ne compte plus ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Pauline Peretz, L’Amérique post-raciale ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 22 mai 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/11564

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page