Navigation – Plan du site

Monique Dagnaud, Génération Y : Les jeunes et les réseaux sociaux de la dérision à la subversion

Emmanuel Porte
Génération Y
Monique Dagnaud, Génération Y. Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Nouveaux débats », 2013, 210 p., 1ère éd. 2011. 2e édition actualisée et augmentée, ISBN : 978-2-7246-1283-7.
Haut de page

Texte intégral

1La réédition revue et augmentée de l'ouvrage de Monique Dagnaud est une occasion de souligner l'importance de cette contribution, à la fois enquête passionnante et synthèse riche des savoirs accumulés sur les transformations induites par l'arrivée des nouvelles technologies comme élément structurant des pratiques quotidiennes des jeunes. En analysant finement les comportements et les valeurs d'une génération qui a grandi avec l'avènement du Web 2.0, Monique Dagnaud s'attache à considérer les jeunes comme des acteurs sociaux dont le rapport au monde est impacté par les mutations des modes d'expression identitaire, par la médiation des outils numériques et par la mise en réseau des savoirs. Mais elle montre également que les jeunes sont des acteurs, plus ou moins conscients et volontaristes, de ces transformations. À travers trois chapitres clairement agencés et une série d'exemples, l'auteur propose de réfléchir sur les mécanismes d'appropriation des outils et de la culture numérique par les jeunes afin de mettre en lumière un monde social en perpétuel mouvement et structuré par Internet.

2La première partie Génération « Je m'exprime par l'image », ainsi que la deuxième partie Génération LOL, invitent à prendre en considération le changement majeur que constitue la centralité de l’apparence dans le processus d'affirmation de soi sur Internet. À travers la mésaventure de Jessi Slaughter, adolescente américaine harcelée à la suite du détournement d'informations la concernant qu'elle avait elle-même mises en ligne, Monique Dagnaud décrit les mécanismes d'emballement interne des réseaux de sociabilité des jeunes basée sur la réputation. Mais au-delà de cette « affaire », l'auteur montre également les logiques sous-jacentes d'une « identité numérique expressive » qui caractérise une partie significative de la culture de la « génération Y », entre dérision, subversion et identification. Celle-ci structure un rapport au monde qui, loin de produire un effet d'enfermement et de dépolitisation, rend possible la construction et le déplacement d'un espace public traversé par des formes renouvelées d’expression politique (usage d'Internet dans les révolutions arabes, mouvements des indignés etc.). La « critique à l'égard des formes politiques anciennes » et la valorisation de l'auto-organisation en constitue les leviers principaux. Ces nouvelles formes d'expression et de communications contribuent à façonner un individu « à la fois extro-déterminé et réflexif » qui se meut au milieu de multiples réseaux en tentant de mettre en avant sa singularité. Ainsi l'auteur nous montre qu'en appui sur une attitude de dérision et de détachement apparent, la culture Net pratiquée par la génération Y se caractérise par des traits communs : « absence de responsable ou de chef désigné ou même authentifié » ; « coopération souple entre participants » ; « absence d'idéologie ». En considérant ces paramètres, Monique Dagnaud fait ressortir les points de comparaison possibles entre certains aspects de phénomènes politiques très récents tels que les mouvements des indignés, les révolutions dans le monde arabe, les anonymous. Par extension, elle montre que cette culture commune contribue à redéfinir d'autres champs autour des principes de collaboration, d'initiative individuelle, de réseau ou de gratuité. C'est en particulier le cas du domaine économique où la culture du logiciel libre et de la mise en réseau constitue à la fois le socle de projets collectifs innovants, et le terrain principal du conflit avec des modèles économiques plus anciens (autour du peer to peer, du streaming  etc.). Cela lui permet d'avancer que « le Net a fécondé un nouvel espace underground qu'on aurait tort de considérer comme une simple excroissance de l'espace public “classique” modelé par les grands médias et l'opinion publique ». Pour l'ensemble de ces raisons et parce qu'il couvre un nombre considérable de questions, cet ouvrage est contribution majeure à la sociologie de la jeunesse et des médias à l’ère numérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Porte, « Monique Dagnaud, Génération Y : Les jeunes et les réseaux sociaux de la dérision à la subversion », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 22 mai 2013, consulté le 26 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/11569

Haut de page

Rédacteur

Emmanuel Porte

Doctorant en science politique à l'Université Lyon 2, et membre du laboratoire Triangle (UMR 5206).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page