Navigation – Plan du site

Cécile Van den Avenne, Véronique Corinus, Lise Gauvin (dir.), Littératures francophones. Parodies, pastiches, réécritures

Catherine Mazauric
Littératures francophones
Cécile Van den Avenne, Véronique Corinus, Lise Gauvin (dir.), Littératures francophones. Parodies, pastiches, réécritures, Lyon, ENS Éditions, coll. « Signes », 2013, 290 p., ISBN : 9782847883619.
Haut de page

Texte intégral

1On le sait, écrire c’est réécrire. Mais si « toute littérature n’est que pastiche d’une autre littérature » (selon un mot de J. M. G. Le Clézio, lui-même emprunté à Giraudoux, et cité par Lise Gauvin), il n’en demeure pas moins que les pratiques hypertextuelles mises en œuvre à travers les littératures francophones posent, pour ces dernières et au-delà, des questions spécifiques. En effet, ces littératures « jeunes » tendent, ne serait-ce que par leur existence-même, à saborder le canon, tandis que les développements qu’elles ont pris font éclater la disposition du champ entre centre et périphérie. Par surcroît, dans une perspective postcoloniale, toute réécriture, interrogeant la relation au modèle initial, peut s’appréhender comme une forme critique de contre-discours. Cependant, loin de devoir demeurer cantonnés aux seules écritures francophones, de tels enjeux manifestent bien davantage que celles-ci pourraient « éclairer », de façon emblématique, ceux de la « scène littéraire mondiale » tout entière (L. Gauvin, p. 19).

2Posant, dans l’introduction de l’ouvrage, la question du palimpseste francophone et de la relation tissée à des modèles au demeurant multiples, et qu’il convient d’inventorier, L. Gauvin en retrace la problématique, et souligne les objectifs poursuivis. Ceux-ci se déclinent en trois ensembles. Le premier consiste à articuler, à différentes définitions antérieurement proposées, ou à des formulations nouvelles, les concepts mobilisés pour décrire les pratiques de réécriture analysées. Le second tend à l’élaboration de typologies, reposant sur l’identification de poétiques narratives rattachées à des œuvres canoniques, de sorte à étudier, dans la dialectique entre centre et périphérie, les différents phénomènes de translation, notamment sur les plans linguistique et culturel. Le troisième est à rattacher aux contextes et aux conditions de production des discours, que ces dernières soient de nature épistémologique, sociale ou historique. Les pratiques de parodie, de pastiche, ou plus généralement de réécriture, sous cet angle, apparaissent d’ordre métafictionnel, engageant une dimension réflexive excédant une problématique strictement post-coloniale (au sens exclusivement historique du terme), pour intéresser l’ensemble du littéraire dans son fonctionnement réticulaire, selon une « poétique de la Relation » (Glissant).

3Les coordinatrices de cet ouvrage collectif, qui compte une vingtaine de contributeurs rattachés à des universités européennes ou nord-américaines, ont fait le choix de regrouper les articles, plutôt que par modalités ou types de réécriture, selon quatre grandes aires géographiques et en trois parties : Europe et Amériques du Nord ; Caraïbes et océan Indien ; Afriques enfin, selon un pluriel désormais de plus en plus usité (bien que souvent, « les Afriques » englobent précisément des aires précédemment mentionnées). Ce choix s’explique par la nécessité de ne pas oblitérer les spécificités – de contextes, de références, d’expériences – propres à chaque littérature examinée. Toutefois, il présente l’inconvénient de reconduire de facto des cloisonnements que les pratiques transtextuelles considérées tendent précisément à brouiller et mettre en crise. En outre, hormis le propos liminaire de L. Gauvin, assorti de celui que Paul Aron consacre aussitôt après à des palimpsestes « canoniques », il prend le risque de laisser au lecteur le soin de restituer ces circulations pour extraire, de l’ensemble des contributions, les axes structurants d’ordre problématique, typologique et épistémologique annoncés en préambule. À cet égard, si la bibliographie générale proposée en fin de volume s’avère bienvenue, on regrette l’absence d’un index des notions, qui eût rendu cette tâche plus aisée.

  • 1  Genette Gérard, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Seuil, coll. « Points Essais  (...)
  • 2  Kristeva Julia, Σημειωτική. Recherches pour une sémanalyse, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1969
  • 3  Compagnon Antoine, La Seconde Main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, coll. « Poétique », (...)
  • 4  Lionnet Françoise, Shih Shu-Mei (éd.), Minor Transnationalism, Durham, Duke University Press, 2005

4Une perspective double configure l’appréhension des pratiques de réécriture abordées. La première s’articule au phénomène littéraire dans son ensemble. Elle prend appui, bien entendu, sur l’ouvrage de référence de Genette1, s’inscrit dans la filiation de travaux comportant notamment ceux de Kristeva2 et de Compagnon3. La seconde, s’attachant à la dimension postcoloniale des œuvres francophones, prend plus généralement en compte les rapports de domination et les stratégies de subversion à l’œuvre dans le champ littéraire à l’échelle mondiale. Certaines de ces stratégies peuvent être dites « transcoloniales », selon la terminologie proposée par Françoise Lionnet, qui désigne ainsi, sans « passage obligé par une métropole », un « rapport latéral, plus ou moins direct et explicite, entre multiples périphéries », qui s’interpellent depuis les marges4. Ce sont alors les aspects critiques de la parodie, et la dimension transgressive du pastiche, qui sont mis en avant.

5À partir d’un tel point de vue, des pratiques un temps cataloguées comme du plagiat peuvent être réévaluées. C’est le sens de l’analyse que conduit Isaac Bazié sur le cas du Devoir de violence de Yambo Ouologuem (1968), mettant en évidence, d’une part, le déplacement des enjeux littéraires à travers l’aspect composite de l’œuvre, et d’autre part, avec l’historicité des lectures, la nécessité d’« appropriations nouvelles » du travail de Ouologuem, restituant toute la complexité des pratiques de réécriture de ce dernier. L’article fait écho à la contribution de Daniel Delas, étayant quant à lui la mise en question d’un autre auteur africain quant à la paternité d’une de ses œuvres (Camara Laye pour Le Regard du roi). Mais, sur un autre continent, Mélikah Abdelmoumen montre également, à travers deux exemples d’autofictions québécoises (chez Mavrikakis et Arcan), comment le pastiche, débouchant sur des phénomènes de mise en abyme, sollicite et enclenche, depuis la critique d’habitudes paresseuses de réception, un second niveau de lecture. De la sorte, ce sont aussi bien les figures d’auteur que les pratiques lectorales ou critiques qui se trouvent questionnées, et réinsérées dans le circuit général de la transtextualité.

6Cependant, pour s’en tenir aux questions de poétique, qui sont les plus systématiquement illustrées dans le volume, la relation à des modèles multiples, s’élaborant à travers la réécriture, peut rarement s’exempter d’une forme d’ambivalence. Cécile Van den Avenne montre que cette dualité de la relation critique à une histoire coloniale partagée se construit aussi à travers des enjeux proprement linguistiques et stylistiques, comme les phénomènes de reprise et de déplacement d’un lecte (le « français tirailleur »), tout à la fois support de connivence et de stigmatisation, chez Maran ou Sembène notamment. Françoise Lionnet souligne également la dimension radicalement subversive des stratégies linguistiques mises en œuvre par la Mauricienne Ananda Devi, chez qui des « formes de liminalité […] déconstruisent la langue de l’intérieur », mettant en évidence la violence des modèles.

7Aussi, à cette strate linguistique de la contestation, importe-t-il de superposer un étage générique. C’est ce que propose la contribution de Michel Beniamino, consacrée aux fables créoles, tandis que celle de Carla Fratta permet de dégager, d’une confrontation de contes de Damas et Perrault, le prototype du parostiche. Ching Selao vise, à travers l’étude de la réécriture d’œuvres romanesques canoniques par Maryse Condé, un « marronnage de l’imaginaire », ne se conformant ni aux attentes du lectorat occidental, ni à celles du lectorat antillais. Dominique Chancé conteste quant à elle que parodies et pastiches puissent, hors l’oraliture, être de mise dans une littérature antillaise contemporaine « à la recherche du déni de toute filiation ». La subversion procède là de l’instauration d’une relation autre, déconnectée du lien centre/périphérie, décentrée, puis réancrée dans l’espace créole, en une circulation entre créolité et créolisation, Chamoiseau et Glissant, dans l’élaboration d’un « paradigme antillais », valant tout aussi bien entre ravine et case qu’à l’échelle du Tout-Monde.

8Ce que ces différentes études mettent ainsi en valeur, c’est le « rapport dynamique » entre « langues et cultures mobiles » (Lionnet) dont les écritures créoles, qu’elles soient de la Caraïbe ou de l’océan Indien, paraissent, plus encore que d’autres, porteuses. En effet, nombre de poétiques analysées, pour subversives qu’elles soient (ainsi encore du pastiche de l’épique et de la réécriture des Mille et une nuits envisagés par Charles Bonn dans Nedjma de Kateb Yacine), demeurent circonscrites dans une relation duelle, englobée par le contre-. Elles contiennent alors l’hybridité, limitant et contraignant ainsi ses effets, dans une forme d’altérité. Le corpus créole semble, lui, plus à même, comme le souligne à son tour Yolaine Parisot à partir d’un ensemble haïtien, de dessiner les poétiques « archipéliques » (Glissant) d’une littérature articulant local et global en régime mondial. Dès lors, non seulement le centre n’est plus intact, non seulement est-il altéré par les pratiques parodiques et ironiques de réécriture depuis les bords, mais il s’efface en tant que centre. Il est rendu à un statut d’hypotexte – pour reprendre la terminologie de Genette, mais en conférant ici à ce terme une acception polysémique.

Haut de page

Notes

1  Genette Gérard, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Seuil, coll. « Points Essais », 1982.

2  Kristeva Julia, Σημειωτική. Recherches pour une sémanalyse, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1969.

3  Compagnon Antoine, La Seconde Main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1979.

4  Lionnet Françoise, Shih Shu-Mei (éd.), Minor Transnationalism, Durham, Duke University Press, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Mazauric, « Cécile Van den Avenne, Véronique Corinus, Lise Gauvin (dir.), Littératures francophones. Parodies, pastiches, réécritures », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 27 mai 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/11588

Haut de page

Rédacteur

Catherine Mazauric

Maître de conférences HDR, langue française et littératures francophones (Université Toulouse-Le Mirail, LLA-CREATIS)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page