Navigation – Plan du site

Didier Demazière, Nadya Araujo Guimarães, Helena Hirata, Kurumi Sugita, Être chômeur à Paris, São Paulo, Tokyo. Une méthode de comparaison internationale

Dominique Vidal
Etre chômeur à Paris, São Paulo, Tokyo
Didier Demazière, Nadya Araujo Guimarães, Helena Hirata, Kurumi Sugita, Etre chômeur à Paris, São Paulo, Tokyo. Une méthode de comparaison internationale, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Sciences Po Gouvernances », 2013, 351 p., ISBN : 978-2-7246-1305-6.
Haut de page

Texte intégral

1L’expérience du chômage est un thème classique de la sociologie, et la comparaison internationale une méthode éprouvée d’étude du chômage. Pourtant, peu de travaux ont su jusqu’à présent associer cet objet de recherche à cette perspective d’analyse, le premier donnant surtout lieu à des monographies et à des études de type qualitatif, la seconde reposant principalement sur des indicateurs statistiques standardisés. C’est aussi pourquoi l’« approche comparative compréhensive » que proposent Didier Demazière, Nadya Araujo Guimarães, Helena Hirata et Kurumi Sugita présente un grand intérêt tant sur le plan théorique que méthodologique.

2À partir d’enquêtes menées dans les régions métropolitaines de Paris, São Paulo et Tokyo, ces quatre chercheurs parviennent à rendre compte de façon originale des différentes significations du chômage, en combinant avec ingéniosité une méthode comparatiste et une méthodologie qualitative de recueil des données. Ils ont pour cela mené des entretiens biographiques approfondis auprès d’individus des deux sexes situés à des niveaux distincts de la structure sociale et du parcours de vie dans ces trois ensembles sociaux qui présentent chacun une homogénéité suffisante pour permettre la comparaison. Un travail fouillé sur la production langagière, dont les étapes et les enjeux sont clairement exposés, leur permet ainsi de montrer comment la catégorie sociale de chômage – qui, dans chaque cas, a une histoire spécifique – est appropriée « par le bas » sans pour autant suffire à exprimer tout ce que signifie la condition de chômeur. Car le chômage, et c’est une des difficultés de sa sociologie, ne se laisse définir ni par ses seules définitions institutionnelles, ni par le simple vécu subjectif de ceux qui l’éprouvent, mais au travers de la saisie de l’imbrication de processus structurels et de parcours individuels. Il peut en cela, selon les auteurs, être conceptualisé comme une « configuration », au sens de Norbert Elias, qui relie les structures sociales aux individus et varie selon les caractéristiques de ces derniers et le contexte plus général. L’apport de la comparaison réside justement dans sa capacité à révéler ce qui détermine l’expérience du chômage en fonction des particularités des espaces sociétaux et des caractéristiques individuelles. Les diverses modalités d’articulation des significations institutionnelles et subjectives de la situation de chômage traduisent en effet ce qui rapproche et ce qui différencie chacun des trois contextes nationaux étudiés, ainsi que les variations qui s’y observent.

  • 1  Cité par les auteurs, Barney G. Glaser, Anselm A. Strauss, La découverte de la théorie ancrée. Str (...)

3Pour en rendre compte, l’ouvrage épouse la forme d’un long raisonnement qui progresse pas à pas à partir des résultats successifs que fournit l’analyse comparée des matériaux. Il s’inscrit d’ailleurs délibérément dans la démarche de la grounded theory, élaborée par Glaser et Strauss, qui fait résulter l’élaboration théorique des interprétations progressives tirées d’éléments obtenus peu à peu au fil de l’enquête1. La complexité de la démonstration interdisant d’en restituer tout le détail dans l’espace d’un compte-rendu, on se voit toutefois obligé ici d’en limiter la présentation à ses principaux moments.

4Après avoir méthodiquement exposé leur démarche et ses enjeux dans le premier chapitre, les auteurs s’intéressent ensuite à la condition de chômeur dans les trois terrains considérés. Si la catégorie de chômage s’est imposée dans chaque cas pour désigner la privation d’emploi, la condition de chômeur ne possède pas, elle, des frontières nettement délimitées. Elle varie au contraire en partie selon les contextes où, selon l’effet de nombreuses régulations sociales, normatives et institutionnelles, (p. 87) « elle occupe (…) une position intermédiaire et fluctuante entre statut codifié et condition problématique ».

5Comment dès lors comparer l’expérience du chômage s’il s’agit d’une situation labile qui se déploie le long d’un continuum entre emploi et inactivité ? Le troisième chapitre pose des premiers jalons pour y parvenir à partir d’une analyse détaillée de plusieurs entretiens. Il en ressort trois manières de vivre le chômage communes aux trois territoires que les auteurs caractérisent comme la « compétition », le « découragement » et la « débrouillardise ». Aucune d’entre elles ne domine pourtant, pas plus qu’elles ne suffisent à rendre compte ensemble de toutes les significations du chômage, mais le fait qu’on les retrouve de manière transversale à Paris, São Paulo et Tokyo permet précisément d’accéder à l’impact différencié des cadrages institutionnels et normatifs.

  • 2  Cités par les auteurs, Dominique Schnapper, L’Épreuve du chômage, Paris, Gallimard, 1981 ; Serge P (...)
  • 3  Ce qui vaut ici à propos de l’expérience du chômage vaut aussi, à bien des égards, à propos de nom (...)

6Fort de ce premier acquis, le chapitre 4 inscrit les significations du chômage dans un espace structuré et structurant qui fonctionne comme une « matrice » au sein de laquelle les interprétations que les individus donnent de leur expérience du chômage, loin d’être analytiquement séparées, sont reliées les unes aux autres. La diversité des expériences du chômage s’ajuste alors de façon cohérente en dépit des frontières floues qui les définissent, en devenant représentables au sein d’un même ensemble fait de gradations et de nuances. Placé au cœur de l’ouvrage, ce moment analytique en est aussi sa pierre de touche tant sur le plan de la méthode que sur celui de la théorisation. D’une part, il rompt – même si cette rupture aurait gagné à être plus nettement explicitée pour qu’en ressorte mieux l’apport – avec l’approche typologique du chômage, telle qu’ont pu la mettre en œuvre Dominique Schnapper, Serge Paugam et Duncan Gallie2. L’hétérogénéité et le caractère souvent hybride des significations du chômage interdisent en effet de les réduire à des types distincts sous peine de manquer ce qui les unit et assure leur circulation dans un même espace de sens3. Car, d’autre part, c’est seulement en les rapprochant pour mieux les comparer que l’on peut espérer comprendre leur variation selon le contexte et les individus.

7Le chapitre suivant explore d’ailleurs cette piste, en montrant que, si elles procèdent toutes d’une même matrice, les interprétations du chômage s’organisent néanmoins autour de configurations dominantes sensiblement différentes dans les trois métropoles. Chacune de ces configurations résulte des différences existant dans les définitions institutionnelles et normatives qui délimitent la condition de chômeur. À Tokyo, le cadrage normatif qui enserre l’expérience du chômage isole le chômeur en faisant de sa responsabilité personnelle le déterminant premier de l’obtention d’un emploi, limitant aussi de la sorte sa capacité à définir sa situation autrement que par rapport à un modèle de référence contraignant. À Paris, les institutions encadrent fortement le chômage au travers du statut de demandeur d’emploi et de son accompagnement, sans toutefois contraindre la condition de chômeur au point d’empêcher des définitions de la situation par rapport à d’autres références. À São Paulo, où la gestion du chômage est faiblement institutionnalisée, l’expérience du chômage se dit en revanche peu par rapport à des normes institutionnelles. De ce fait, elle se déroule principalement dans un ensemble d’activités alternatives qui reposent sur l’insertion dans des réseaux personnels et le recours à la débrouillardise, ce qui a pour conséquence de relativiser la recherche d’emploi.

8Le chapitre 6 conduit le lecteur vers une dernière étape. Après avoir établi ce qui différencie les trois contextes, l’analyse porte cette fois sur les variations au sein de chacun d’eux. Les cadres normatifs qui font la spécificité de chaque configuration n’empêchent pas pour autant l’hétérogénéité des expériences du chômage chez les individus privés d’emploi. Il faut pour en rendre compte s’intéresser à leurs caractéristiques biographiques ou, plus précisément, à ce qui se joue au point d’intersection des dynamiques qui configurent chaque contexte et des parcours individuels. Il ressort alors avec netteté dans les significations subjectives données à la condition de chômeur l’effet spécifique à chaque configuration sociétale, ainsi que le poids des rapports sociaux de classe, d’âge et de sexe.

9Une longue conclusion revient enfin opportunément sur les acquis mais aussi les limites de cet ouvrage dense qui exige un effort de lecture important mais justifié par les questions qu’il soulève et les réponses, fussent-elles parfois encore partielles, qu’il leur apporte. Au-delà des spécialistes du chômage, il intéressera tous ceux qui cherchent à asseoir une démarche comparatiste sur des enquêtes qualitatives et à sortir d’oppositions binaires largement surannées (« Nord » / « Sud », « sociétés occidentales » / « sociétés non occidentales », etc.), en rapprochant des ensembles sociaux géographiquement éloignés.

Haut de page

Notes

1  Cité par les auteurs, Barney G. Glaser, Anselm A. Strauss, La découverte de la théorie ancrée. Stratégies pour la recherche qualitative, Paris, Armand Colin, 2010 [première édition en 1967].

2  Cités par les auteurs, Dominique Schnapper, L’Épreuve du chômage, Paris, Gallimard, 1981 ; Serge Paugam, Duncan Gallie, « L’expérience du chômage. Éléments pour une comparaison européenne », Revue suisse de sociologie, 3, 2004, p. 441-460.

3  Ce qui vaut ici à propos de l’expérience du chômage vaut aussi, à bien des égards, à propos de nombreuses expériences subjectives dont une approche typologique, au sens en tout cas où l’a théorisée Dominique Schnapper (La compréhension sociologique. Démarche de l’analyse typologique, Paris, PUF, 1999), tend parfois exagérément à réduire la complexité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Vidal, « Didier Demazière, Nadya Araujo Guimarães, Helena Hirata, Kurumi Sugita, Être chômeur à Paris, São Paulo, Tokyo. Une méthode de comparaison internationale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 06 juin 2013, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/11685

Haut de page

Rédacteur

Dominique Vidal

Professeur de sociologie à l’université Paris Diderot

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page