Navigation – Plan du site

Raymond Boudon, La sociologie comme science

Eric Keslassy
La sociologie comme science
Raymond Boudon, La sociologie comme science, La Découverte, coll. « Repères », 2010, 125 p., EAN : 9782707164278.
Haut de page

Texte intégral

1La collection Repères publie un livre qui s'annonce comme un ouvrage d'épistémologie de la sociologie. En effet, au vu du titre, on s'attend à ce que Raymond Boudon se lance dans une démonstration visant à établir que la sociologie est une science. En réalité, le sociologue membre de l'Académie des sciences morales et politiques nous livre une autobiographie intellectuelle qui lui permet de revenir sur les points forts de son apport à la sociologie. Il s'agit finalement d'une ode à l'individualisme méthodologique avec un objectif implicite très discutable : ce serait la seule démarche sociologique qui justifierait la qualification de scientifique.

2Raymond Boudon commence par évoquer ses « années d' apprentissage », détaille ce qui l' inspira dans les travaux de Paul Lazarsfeld et Robert Merton, ce qui lui permet de revenir sur son intérêt pour la sociologie américaine que Raymond Aron ou Henri Mendras lui reprochèrent assez souvent. Il conclut cette partie en affirmant que la « puissance de l'individualisme méthodologique devait garantir son avenir ». Il lui reconnaît bien deux adversaires (la sociologie systémique et l'holisme méthodologique) mais les juge « en petite forme » ! Analysant ses premiers travaux, Boudon revient sur sa découverte de Durkheim à travers la lecture du Suicide. Cela nous offre un passage très intéressant où il explique que l'appareillage statistique de l'étude l'a fortement impressionné mais que les hypothèses mises en place par le fondateur de la « sociologie à la française » avaient nécessairement orienté ses conclusions : par exemple, si Durkheim comparait le taux de suicide des catholiques et des protestants, c'est qu'il avait en tête, selon Boudon, que la pratique religieux des premiers les exposait davantage au suicide que les seconds. Ce ne serait donc pas les résultats statistiques qui auraient conduits aux conclusions mais des schémas préétablis.

3Le chapitre suivant traite d'une question centrale dans l'œuvre de Boudon : l'inégalité des chances. Le sociologue avance plusieurs raisons pour expliquer son intérêt pour cette thématique : tout d'abord, l'inertie scolaire conduisant à l'inégalité des chances est injustifiable dans une « société démocratique » (Tocqueville) ; ensuite, il s'avère que l'inégalité des chances scolaires a résisté aux nombreuses « médications » qu'on a cherché à lui administrer ; de nombreuses données statistiques permettaient d'éprouver ces deux questions : pourquoi cette inertie ? Pourquoi cette résistance ? ; enfin la théorie avancée par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron dans Les Héritiers lui semble particulièrement inopérante. Boudon propose alors sa vision du problème dans L'inégalité des chances (1973) à partir d'une hypothèse de psychologie abstraite : « une famille de cadres n'appréhende pas de la même façon qu'une famille d'ouvriers la perspective que le rejeton de la famille devienne, disons, professeur des écoles. » Quelques pages sur la réception de l'ouvrage méritent le détour...

4Les deux chapitres qui suivent établissent l'importance de la rationalité dans la sociologie selon Raymond Boudon. Le dernier chapitre s'interroge sur la démocratie française. Il fait apparaître l'obligation du sociologue de se comporter en « spectateur impartial ». Boudon illustre son propos par un débat d'actualité : égalité versus équité. On considère souvent que la société française est dévorée par la « passion de l'égalité », ce qui conduirait à penser qu'elle milite pour un certain égalitarisme. Le « spectateur impartial » doit se rendre compte que le « public » accepte des inégalités fonctionnelles : des rémunérations différentes pour des qualifications différentes. Ce faisant, il est préférable de s'accorder sur la recherche de l'équité. Un point intéressant : l'auteur renvoie dos à dos les détenteurs de parachutes dorés et les salariés bénéficiant des régimes spéciaux en matière de retraite. Ils sont également condamnés par l'opinion publique car ils disposent de privilèges qui bafouent l'égalité. Ils s'accrochent à leur position car, loin du spectateur impartial, ils sont dans la position de l'acteur partial.

5Raymond Boudon revient ensuite sur des problématiques qui lui sont chères : la volonté de tous traduit-elle la volonté générale ? La démocratie subit-elle la tyrannie de la majorité ou des minorités actives ? Comment peut-on améliorer la démocratie représentative ? Au total, La sociologie comme science est un ouvrage qui renseigne sur le parcours intellectuel d'un penseur important pour la sociologie. En ce sens, il est très instructif. Reste que le titre est une promesse que le texte ne tient pas. Et, par endroit, le ton est trop engagé (particulièrement contre la sociologie de Pierre Bourdieu qui est purement et simplement méprisée). Cela dessert sans aucun doute le propos général du livre. Au fond, il s'agit de la sociologie de Raymond Boudon par Raymond Boudon...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Raymond Boudon, La sociologie comme science », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 26 octobre 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/1171

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page