Navigation – Plan du site

Christine Morin-Messabel (dir.), Filles/Garçons. Questions de genre, de la formation à l’enseignement

Kevin Diter
Filles / garçons
Christine Morin-Messabel (dir.), Filles / garçons. Questions de genre, de la formation à l'enseignement, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2013, 503 p., ISBN : 978-2-7297-0865-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour plus d’éléments sur cette controverse et sur ses points les plus conflictuels, voir les liens (...)

1L’ouvrage collectif dirigé par Christine Morin-Messabel arrive à point nommé, alors que les débats font rage autour de l’introduction de « la théorie du genre » dans l’enseignement primaire. S’opposant frontalement sur la question de l’existence du genre et sur le bien fondé de l’apprentissage de cette « théorie » dans la lutte contre les stéréotypes de sexe et les inégalités entre filles et garçons1, les tenants de cette proposition politique comme ses adversaires trouveront à la lecture de ce livre des éléments de réflexion ainsi que des réponses concrètes à leurs questionnements. Et ce, dans la mesure où l’ensemble des contributeurs donne à voir à la fois ce que l’école fait au genre et ce que le genre pourrait (avoir à) faire à l’école.

2Issu d’un colloque pluridisciplinaire organisé à Lyon en juin 2010, cet ouvrage rassemble des chercheur.se.s de plusieurs disciplines (psychologie sociale, science de l’éducation, sociologie et histoire) ainsi que des professionnel.le.s de l’éducation, notamment des professeur.e.s des écoles et de l’enseignement secondaire. S’ils et elles n’ont pas les mêmes méthodologies, cadres théoriques et donc analyses, tous et toutes s’attachent dans un premier temps à démontrer ce que la (re)production des inégalités entre filles et garçons doit à l’institution scolaire, et plus précisément aux supports pédagogiques, et/ou à la formation et aux pratiques des enseignant.e.s. Dans un deuxième temps, elles et ils proposent des recommandations substantielles dans le but de pallier ces inégalités de genre et de faire du système éducatif un véritable lieu de promotion de « l’égalité des chances entre les filles et les garçons ».

3Constitué de vingt deux articles de taille variable, ce recueil dense, d’environ 500 pages, est structuré en trois grandes parties, elles aussi de taille inégale. La première partie est composée de quatre contributions et est intitulée « genre et histoire ». Elle s’attache, d’une part, à mettre en lumière le rôle de l’histoire telle qu’elle est enseignée dans la diffusion et la naturalisation des représentations stéréotypées des rôles masculins et féminins, et, d’autre part, à présenter l’intérêt heuristique, historique et politique de l’utilisation du concept de genre dans les recherches en sciences humaines et sociales. La deuxième partie, « transversalités », comprend seize articles qui abordent sous le prisme du genre des objets aussi différents que la prise de parole des enfants dans des débats publics élaborés par et pour eux, l’expérience de l’entrée en sixième, l’attribution de punitions ou encore les pratiques éducatives des enseigant.e.s du primaire et du secondaire. Malgré leur diversité, ils ont pour point commun de s’intéresser au lien entre mixité et (in)égalité. Plus précisément, ils décrivent le rôle des interactions en classe, entre les filles et les garçons et entre les professeur.e.s et les élèves, dans l’apprentissage des normes de genre et dans la reproduction des inégalités entre les sexes. La dernière partie, quant à elle, développe la thématique « genre et image » à partir de quatre études analysant les représentations du masculin et du féminin qui sont données à voir aux élèves par le biais des manuels scolaires ou des films. Leurs conclusions sont similaires : quel que soit le support pédagogique utilisé, les garçons et les hommes sont plus représentés que les filles et les femmes, et, lorsqu’il y a une égalité numérique entre les deux sexes, les hiérarchies de genre entre les personnages y sont toujours de mise.

4La partie « genre et histoire » contribue à réhabiliter la place des femmes et des études de genre en histoire (de l’éducation), place qui leur a longtemps été refusée en raison du fort androcentrisme de cette discipline et de sa focalisation sur l’étude des « grands hommes ». L’article d’Yves Verneuil et celui de Sandrine Roll participent à cette revalorisation et démontrent par la même occasion l’apport voire la nécessité scientifique de la prise en compte du genre dans les recherches historiques. Le premier s’intéresse aux raisons qui ont présidé à la féminisation de certaines catégories du personnel enseignant des lycées pour garçons et les conflits qui en ont résulté. Longtemps exclues de ces lycées, les femmes se sont vues incitées à postuler comme institutrices détachées dans les classes enfantines et primaires à la fin du XIXe siècle en raison de leurs supposées qualités féminines et maternelles qui devaient rendre plus facile le passage de la famille à l’école pour les jeunes garçons. Du fait de leur cantonnement à des postes et à des classes inférieur, leur présence ne représentait aucune menace pour leurs collègues masculins. Et ce n’est qu’à partir du moment où elles ont pu briguer le rang convoité de professeur que ces derniers se sont mobilisés. En s’évertuant à réassigner les enseignantes à leur statut de mère et à rendre celui-ci incompatible avec le statut de professeur, ils ont réussi à préserver leurs chaires et à se distinguer de ces dernières. Le second texte retrace quant à lui la biographie de la comtesse de Diesbach et note le rôle ambivalent qu’elle a joué dans l’émancipation des femmes. Il souligne notamment comment cette dernière en formant des ménagères « professionnelles » a permis d’élargir le « domaine des possibles » des femmes du XIXe siècle tout en reproduisant les normes de genre et les assignations à des rôles sexués. Enfin, le texte de Nicole Lucas prolonge les articles précédents en critiquant la manière dont l’histoire est actuellement enseignée au lycée. Après avoir montré la faible présence des femmes, tant dans le contenu des manuels d’histoire que dans la population de leurs auteurs, l’historienne propose des solutions pour pallier ces biais. Elle invite notamment les enseignants à faire un enseignement d’histoire et de géographie mixte, c’est-à-dire à insérer autant de femmes que d’hommes dans les contenus de leurs cours et à ne pas les présenter en termes de manque ou comme l’image négative des hommes (passives versus actifs), comme c’est souvent le cas aujourd’hui.

5La deuxième partie, « transversalités », porte bien son nom : elle est celle qui rassemble le plus de contributions et celle dont les objets d’étude, les problématiques et les méthodologies sont les plus variés. Si à première vue elle semble décousue, on peut toutefois y trouver un fil directeur, celui d’identifier le poids des relations entre garçons et filles et enseignant.e.s et élèves dans la constitution et la pérennisation des inégalités de genre. Sylvie Ayral révèle par exemple que les punitions agissent comme un opérateur hiérarchique de genre dans la mesure où elles « trient et classent élèves et enseignant.e.s en fonction de leur sexe et de la conformité de leurs comportements aux rôles sociaux attribués à chacun ». Étant le plus souvent affectées aux garçons par des enseignantes, les sanctions distinguent et consacrent les premiers en actant leur virilité, en même temps qu’elles dévalorisent les secondes en tant que professeures en dévoilant leur difficultés à se faire respecter et à maintenir la discipline. Cécile Albert décrit, quant à elle, les interactions des enfants pendant leurs jeux et met en exergue la manière dont ces dernières participent à la reproduction des stéréotypes de sexe. Lorsqu’un garçon prend, par exemple, un biberon pour nourrir son poupon, une fille s’interpose, le lui retire des mains et le fait à sa place, considérant qu’il n’était pas capable de le faire et que ce n’était pas son rôle. Enfin, nombre d’auteur.e.s dans cette partie réfléchissent à des solutions pour contrecarrer cette reproduction des inégalités comme former professeur.e.s et élèves aux études de genre, afin qu’ils puissent avoir un retour réflexif sur leurs comportements et éviter ainsi qu’ils ne prennent part à la diffusion du système de genre.  

6La dernière partie du recueil met en avant la manière dont les illustrations des manuels scolaires et les films légitiment les stéréotypes de sexe, et plus largement, le système de genre. La contribution de Carole Brugeilles et Elsa Garcin et celle de Josette Costes et Virginie Houadec sont à cet égard très riches. Que ce soit dans le cas des images des manuels de mathématiques, pour les premières, ou dans celui des couvertures de littérature jeunesse, pour les secondes, les auteures insistent toutes sur le fait que ces livres surreprésentent les garçons et les hommes au détriment des filles et des femmes. Plus encore, les premiers y apparaissent toujours plus actifs et dynamiques que les secondes, et ce même dans les collections où garçons et filles sont aussi nombreux/ses. Les personnages masculins se situent en outre davantage dans des lieux ouverts et en haut de l’image, tandis que les personnages féminins sont plus souvent relégués dans des lieux clos, en bas d’image. Au total, ces livres présentent aux enfants une bipartition et hiérarchisation du monde social, dans lequel les hommes occupent des positions dominantes et les femmes des positions dominées. Ces rappels à l’ordre du genre se retrouvent également dans les films analysés par Isabelle Csupor et Michel Vuille, où pourtant les héroïnes sont très présentes et occupent une place centrale.

  • 2  Pour des exemples de recherches  décrivant le processus de socialisation sexuée, voir Martine Cour (...)
  • 3  Concernant l’intérêt des recherches articulant les rapports sociaux de classe, de race et de sexe, (...)

7Pour conclure, cet ouvrage présente de nombreux intérêts. Non seulement il souligne la nécessité scientifique de prendre en compte le genre dans la description et la compréhension du monde de l’éducation et, plus largement, du monde social, mais il met également en évidence l’importance de ce concept comme outil pédagogique et politique visant à réduire les inégalités et hiérarchies entre filles/garçons et femmes/hommes. En outre, son aspect pluridisciplinaire et l’appel des différents contributeurs à poursuivre sur cette voie tendent à légitimer les études de genre qui sont encore trop souvent perçues comme des théories (de) féministes. Il offre de surcroit une bibliographie étayée permettant à celles et ceux qui ne sont pas familiers des études de genre dans le domaine de l’éducation d’approfondir leurs connaissances sur le sujet. Deux limites sont toutefois à noter. La première est plutôt un regret, celui de ne pas voir apparaitre de recherches portant sur la socialisation sexuée, et notamment la socialisation sexuée en train de se faire. Cela aurait permis de rendre compte du fait que la transmission des normes de genre est un peu moins mécanique et homogène qu’elle ne l’est parfois présentée dans certaines contributions2. La seconde, plus gênante, concerne l’absence quasi-totale de prise en compte des classes sociales et de la « race » dans les analyses proposées par les auteur.e.s3. En se focalisant principalement sur le genre, ils et elles oublieraient presque que les définitions de la masculinité et de la féminité varient au sein de l’espace social et qu’elles sont l’objet de forts enjeux de lutte et de distinction.

Haut de page

Notes

1  Pour plus d’éléments sur cette controverse et sur ses points les plus conflictuels, voir les liens suivants : http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2013/04/19/fronde-a-droite-contre-l-invasion-de-la-theorie-du-genre-a-l-ecole_3162834_1473688.html ; http://www.aleteia.org/fr/politique/actualites/la-theorie-du-genre-dans-le-primaire-recalee-au-senat-1738001.

2  Pour des exemples de recherches  décrivant le processus de socialisation sexuée, voir Martine Court, Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale, La Dispute, 2010, dont le compte rendu est disponible à l’adresse suivante : http://lectures.revues.org/1104. On peut également se reporter  à « Les objets de l’enfance », Cahiers du Genre, vol.49, 2010.

3  Concernant l’intérêt des recherches articulant les rapports sociaux de classe, de race et de sexe, Cf. Elsa Dorlin (dir.), « Sexe, Race, Classe, pour une épistémologie de la domination », in Actuel Marx, 2009 ou encore le livre de Roland Pfefferkorn, Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexe, La Dispute, 2007, dont le compte rendu est disponible à l’adresse suivante : http://lectures.revues.org/491.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin Diter, « Christine Morin-Messabel (dir.), Filles/Garçons. Questions de genre, de la formation à l’enseignement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 14 juin 2013, consulté le 28 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/11760

Haut de page

Rédacteur

Kevin Diter

Doctorant en sociologie à l’Inserm, Allocataire DIM « Genre, inégalités et discriminations » de la région Île-de-France.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page