Navigation – Plan du site

Sébastien Stumpp, Denis Jallat (dir.), Identités sportives et revendications régionales (XIXe-XXe siècles)

Delphine Moraldo
Identités sportives et revendications régionales (XIXe-XXe siècles)
Sébastien Stumpp, Denis Jallat (dir.), Identités sportives et revendications régionales (XIXe-XXe siècles). Contribution des pratiques sportives à l'Europe des "petites patries", Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Sports, cultures, sociétés », 2013, 160 p., ISBN : 9782706117503.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage collectif, Sébastien Stumpp et Denis Jallat font le choix de porter l’accent sur l’échelon régional (entendu comme un sous-ensemble d’un État-nation associé à un sentiment d’appartenance, et des bases culturelles et politiques communes, p. 14), généralement peu mobilisé, pour étudier les pratiques et les identités sportives et pour montrer « en quoi le régionalisme constitue un indicateur pertinent pour comprendre le développement du sport depuis le XIXe siècle » (p. 12). Dans leur introduction, ils évoquent en effet les liens forts qui existent entre identités régionales et sport.

2Ainsi, au côté d’autres pratiques culturelles, le sport joue un rôle de premier plan dans la réaffirmation et le partage d’un passé commun (p. 17). « À l’instar des musées régionaux et des groupes folkloriques, le sport se mue alors en un conservatoire de pratiques traditionnelles et permet à ses pratiquants de s’approprier l’espace local pour un faire un point d’ancrage identitaire » (p. 18), au point de donner naissance à un imaginaire local enraciné, associant le caractère des habitants et les propriétés du sport et des sportifs. Le rôle du sport dans le processus de construction d’un autonomisme régional qui dépasse le cadre sportif est l’objet de la deuxième partie thématique de l’ouvrage : « autonomismes ».

3Un autre lien entre le sport et l’identité régionale apparait dans la reconnaissance de la région permise par le sport, pourvoyeur de hiérarchies et de classements. Le sport est alors un lieu privilégié de « reconnaissance et de projection » (p. 19), de « cristallisation identitaire » (p. 20). Ainsi, loin d’avoir abouti à une standardisation des pratiques sportives, la mondialisation et la diffusion des sports a suivi des itinéraires complexes : en se diffusant, les sports sont repris, réinterprétés, réinventés à l’échelle locale, investis de nouveaux contenus identitaires. Des sports très internationalisés comme le football (p. 11) conduisent ainsi non pas à une homogénéisation mais à une superposition des références identitaires à différentes échelles, du local au mondial. Cette superposition est d’ailleurs étudiée dans la première partie thématique de l’ouvrage : « tradition et modernité ».

4L’apparition d’études sociologiques et historiques portant sur des pratiques sportives à l’échelle locale ou régionale est relativement récente. Néanmoins, comme le soulignent les auteurs, les travaux français n’ont pas pris la même dimension comparative que les travaux anglo-saxons (p. 16). En proposant au lecteur plusieurs études de cas à partir d’exemples français, espagnol, italien, allemand et belge, l’ouvrage privilégie la dimension comparative qui faisait jusqu’alors défaut, en tant que la multiplicité de cas dissemblables permet de donner sens à des enjeux plus généraux.

5La première partie de l’ouvrage, « Tradition et modernité », interroge la conciliation entre processus d’uniformisation sportive et mise en valeur de traits identitaires régionaux originaux, à partir des exemples de la lutte bretonne (Aurélie Epron et Julien Fuchs) et de la « farandole » provençale (Laurent-Sébastien Fournier).

6Le cas du gouren (lutte bretonne, qui fournit l’illustration de la couverture de l’ouvrage) permet d’illustrer la complexité de l’évolution d’une pratique sportive régionale : alors que le gouren, ancré dans un passé et une culture locale, se sportivise dans l’entre-deux-guerres en intégrant des valeurs et des traits nationaux et républicains, il devient après la guerre surinvesti d’un discours identitaire qui fonctionne au service de sa légitimation, amenant ainsi à questionner la dialectique tradition/modernité. Le cas de la farandole en Provence fournit une seconde illustration de la complexité des évolutions d’une pratique régionale : à l’origine danse populaire (et même un lieu de confrontation physique entre jeunes hommes de différents villages), la farandole se codifie au cours du XIXe siècle, notamment sous l’influence de la gymnastique militaire, se divise en différentes sous-pratiques, puis prend une connotation folklorique nouvelle lorsqu’elle s’institutionnalise dès le début du XXe siècle, récupérée par les acteurs du mouvement régionaliste. Elle a depuis gardé ce visage. La farandole illustre ainsi le fait « que le folklore est une invention et une réinvention de pratiques et de représentations » (p. 43).

7La seconde partie de l’ouvrage, intitulée « Autonomismes » interroge l’usage du sport dans les revendications régionalistes, à partir des cas du nationalisme corse (Didier Rey), catalan (Xavier Pujadas), et de la Ligue du Nord italienne (Sergio Giuntini).

8En Corse, les mouvements autonomistes, après avoir longtemps délaissé le sport comme moyen d’affirmation identitaire, commencent à s’intéresser au football dans les années 1970, et étendent leur intérêt à d’autres sports dans les années 1990. Cet investissement nationaliste tourne court à la fin des années 1990 à la suite de plusieurs assassinats dans le cadre de la guerre entre nationalistes, ce qui permet à l’auteur de conclure à un « intermède » sportif, le sport n’étant peut-être pas le moyen adéquat de la rupture avec la France (mais plutôt un élément permettant la reconnaissance de l’identité corse par les autorités sportives françaises). En Catalogne, le sport est aussi récupéré par les mouvements régionalistes et autonomistes, mais les rapports entre sport et catalanisme sont fonction de la situation politique nationale : le sport est ainsi une vitrine du catalanisme mais aussi un lieu de résistance. D’abord présenté comme un symbole de la régénération et de la modernisation catalane entre la fin du XIXe siècle et les années 1920, le sport régionaliste est interdit par la dictature militaire, puis investi d’un sens nouveau par la nouvelle garde régionaliste qui entend en faire un vecteur de lutte sociale. Dans les années 1930, l’autonomie politique de la Catalogne est propice à la croissance du mouvement populaire sportif, qui incarne des valeurs antifascistes et pacifistes. Enfin, à la suite de la guerre civile et pendant la dictature franquiste, le sport est confié à une délégation nationale qui le contrôle et entre directement en opposition avec le sport catalan d’auparavant, qui se maintient toutefois clandestinement, avant que l’expression du catalanisme ne se cristallise essentiellement autour du FC Barcelone dans les années 1970. En Italie du Nord (« Padanie »), la Ligue du Nord utilise le sport à des fins politiques autonomistes dès les années 1990, à la fois pour renforcer et unifier l’appartenance identitaire des habitants de la « Padanie », et pour nourrir un discours politique hostile au centralisme. Le football en constitue un vecteur privilégié.

9La troisième partie, « Identités et conflits », questionne les relations entre les identités sportives régionales et les rapports sous-jacents de domination sociale, culturelles et économiques. Dans cette partie, les exemples des associations sportives alsaciennes entre 1890 et 1918 (Sébastien Stumpp, Denis Jallat et Julien Fuchs), du judo belge entre 1945 et 1960 (Haimo Groenen), et du football dans le Nord et le Pas-de-Calais entre la fin du XIXè siècle et les années 1930 (Olivier Chovaux), sont convoqués.

10Annexée par l’empire germanique qui entend la « regermaniser », l’Alsace voit naître un mouvement régional d’affirmation identitaire dont l’un des terrains privilégiés d’expression est le sport. Cet investissement régionaliste est différencié en fonction des appartenances sociales, les auteurs montrant notamment comment la petite bourgeoisie, en particulier à travers les activités « de déplacement » (ski, sports de montagne) se saisit de cet « espace identitaire » pour exister sur le plan politique face aux élites, alors que les classes populaires sont peu présente au sein du mouvement régionaliste. Dans le judo belge (soumis à l’influence française), l’accent est mis sur l’amateurisme, et les coûts d’entrée élevés (cotisations) font office de barrière sociale. La dissidence flamande, à travers une association de judo belge mais d’obédience flamande (la BELAJA), se manifeste notamment par l’instauration de faibles cotisations : la BELAJA se positionne ainsi come une institution défendant les intérêts de la communauté flamande, moins riche et plus touchée par le chômage. Enfin, le dernier article consacré au football nordiste montre bien l’intrication entre l’espace social, culturel, industriel (la mine), et sportif (le stade) dans la fabrication d’une identité sportive populaire qui s’oppose à d’autres identités (portées par des équipes d’autres régions, des « gros » clubs, etc.).

11En conclusion, cet ouvrage collectif apporte un éclairage intéressant sur la complexité du lien entre sport et sentiment communautaire ou régionaliste. En évolution permanente, porté par certains groupes sociaux, servant des intérêts variables, se déroulant à des échelles différentes, « il ne s’agit pas de naturaliser un processus qui verrait tous les acteurs sportifs régionaux (…) adhérer aveuglément à un sentiment communautaire, voire s’investir dans une sport uniquement pour le développer » (p. 145), résument ainsi Sébastien Stumpp et Denis Jallat revenant à la fois sur les apports des différentes contributions, mais avançant également des pistes de réflexion et de recherche en vue d’autres travaux sur les rapports entre sport et régionalismes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « Sébastien Stumpp, Denis Jallat (dir.), Identités sportives et revendications régionales (XIXe-XXe siècles) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 juin 2013, consulté le 28 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/11785

Haut de page

Rédacteur

Delphine Moraldo

Doctorante en sociologie à l’ENS de Lyon, membre du Centre Max Weber, équipe « Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations », CNRS-UMR 5283

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page