Navigation – Plan du site

Gilles Boyer, Pascal Clerc, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), L’école aux colonies, les colonies à l’école

Solenn Huitric
L'école aux colonies, les colonies à l'école
Gilles Boyer, Pascal Clerc, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), L'école aux colonies, les colonies à l'école, Lyon, ENS Éditions, coll. « Hors Collection », 2013, 160 p., ISBN : 978-2-84788-349-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’ouvrage ne constitue pas à proprement parler des actes de colloque. Le programme du colloque, la (...)

1L’ouvrage réunit des contributions qui font suite à un colloque organisé à Lyon en 2009 sur « enseignement et colonisation dans l’Empire français, une histoire connectée »1 : il est l’occasion d’une réflexion sur les liens entre étude de l’enseignement en situation coloniale et enseignement du fait colonial dans le secondaire aujourd’hui. Les auteurs, d’horizons disciplinaires variés, proposent des études de cas qui interrogent les paradoxes de la mission civilisatrice de l’école dans les colonies tout en cherchant à adopter une « approche d’histoire globale et connectée » (p. 7).

  • 2  Si le rappel historiographique sur l’école en situation coloniale est assez succinct, le lecteur p (...)
  • 3  Les deux terminologies sont utilisées par les auteurs.

2Les enjeux actuels liés à ces champs d’études sont exposés dès le début : l’objet central de l’ouvrage est l’approche de l’école en situation coloniale qui constituerait un « condensé de problématiques majeures d’une histoire plus générale de la colonisation » (p. 6)2. L’école coloniale serait un microcosme où se rejouerait la plupart des interactions coloniales. L’étude du fait scolaire en situation coloniale s’inscrit également dans le cadre du renouveau des études coloniales par l’approche postcoloniale et l’histoire globale ou connectée3. L’introduction est l’occasion pour les auteurs de revenir sur les grandes étapes de ces renouveaux historiographiques et, ainsi, de proposer des études de cas décloisonnées ou tout au moins mises en relation les unes avec les autres.Interroger l’école en situation coloniale ne représente que le premier objectif des auteurs : ils souhaitent ensuite analyser des pratiques contemporaines d’enseignement et interroger l’étude en classe de l’école en situation coloniale. L’ouvrage se divise dès lors en deux parties, la première revient sur les apports récents de l’étude du fait scolaire en situation coloniale, la deuxième s’attache à l’enseignement du fait colonial dans le secondaire à travers le prisme de l’école coloniale. Si ces deux parties peuvent paraître artificiellement liées, les auteurs s’efforcent de tisser des liens entre les deux à travers, d’un côté, une problématique commune – saisir les enjeux et paradoxes de la mission civilisatrice - et, de l’autre, un objet d’études récurrent, le manuel scolaire.

3Les contributions réunies dans la première partie de l’ouvrage interrogent les modalités d’une étude aujourd’hui de l’école dans les colonies. Laissant de côté les structures de l’école à proprement parler, les auteurs étudient la façon dont la situation coloniale influe sur le projet éducatif, que ce soit en métropole ou dans les colonies. Pascal Clerc analyse ainsi la façon dont le projet colonial français a participé à l’évolution de la géographie scolaire en lui conférant une dimension pragmatique, et ce à travers les discours des géographes impliqués dans les définitions de la discipline. La géographie devient une science du renseignement permettant de préparer l’action de la puissance française. Carine Eizlini propose une analyse de l’œuvre pédagogique de Georges Hardy pour montrer la façon dont le fonctionnaire colonial s’est adapté aux spécificités des contextes coloniaux. L’idée d’une tension permanente entre les attendus de la métropole et les adaptations aux situations coloniales est reprise par Anissa Hélie qui aborde l’impact du genre sur la formation dispensée en Algérie par les institutrices européennes. Les deux dernières communications de cette partie décentrent davantage le point de vue de l’étude. Driss Abbassi étudie le projet de construction d’une identité de l’Afrique du Nord à travers les manuels scolaires, ses implications et son impact. Se projetant au-delà de la période coloniale, Amadou M. Camara prend pour objet les programmes scolaires définis après les émancipations – notamment le programme dit de Tananarive - pour montrer l’implication persistante de l’ancienne puissance coloniale et les enjeux politiques qui s’y rattachent. Si les sujets et les contextes abordés sont très divers, il est possible de distinguer quelques démarches communes. L’entrée par un cas concret est privilégiée, qu’il s’agisse d’un individu, d’un manuel ou d’ensemble de manuels, ce qui permet de mettre en avant les jeux d’échelles et les paradoxes inhérents à chaque démarche et à la mission civilisatrice : la puissance coloniale souhaite instruire des populations qui n’auraient pas progressé sans son aide mais tout en cherchant à les maintenir sous sa domination. Les auteurs interrogent également les notions d’assimilation et d’adaptation et semblent préférer l’idée d’adaptation. Ces études ne sont pas coupées du contexte métropolitain - Driss Abbassi, notamment, étudie les discours tenus dans les manuels des deux côtés de la Méditerranée – pas plus qu’elles n’envisagent le cas français comme un cas particulier. Le parti pris d’une entrée par l’étude de cas mais dans le cadre d’une histoire connectée semble ainsi enrichissant.

  • 4  Il peut être regretté, dans ce contexte, que l’image de couverture ne fasse pas l’objet d’un comme (...)

4La première partie de l’ouvrage s’appuie sur l’étude de manuels scolaires des époques concernées, ce qui paraît créer le lien avec la deuxième partie de l’ouvrage, qui interroge la façon dont le fait colonial est aujourd’hui enseigné dans le secondaire : les pratiques de classe étant peu étudiées pour l’instant, les auteurs ont privilégié les discours tenus dans les manuels. Marie-Albane de Suremain propose ainsi une étude particulièrement riche du traitement du fait colonial dans les programmes actuels et leur interprétation dans les manuels mis à disposition des élèves et enseignants. Un des enjeux principaux réside, pour elle, dans la nécessité de lier enseignement et actualité de la recherche. Malgré les écueils qu’elle identifie dans les programmes (principalement un fort européocentrisme), elle les considère plus novateurs que les manuels scolaires. La proposition qu’elle élabore d’une approche du fait colonial par l’école permet de toucher à l’ensemble des acteurs, échelles et thématiques de la colonisation tout en privilégiant un objet d’étude décentré et évocateur pour des élèves d’aujourd’hui. L’analyse de l’expérience scolaire en milieu colonial à partir des œuvres littéraires qui en parlent, proposée par Nicholas Harrison, apparaît comme une démonstration du pouvoir évocateur de l’étude de l’école en contexte colonial. Frédéric Garan s’attache, quant à lui, à répondre aux propositions de Marie-Albane de Suremain en suggérant une façon dont les événements de 1947 à Madagascar pourraient être pris en compte dans les manuels français, après avoir étudié la présentation de ces événements dans les manuels actuels français et malgaches et avoir déroulé les enjeux de mémoires qui y sont liés. Susanne Grindel, enfin, étudie le manuel franco-allemand et la façon dont il a été conçu pour le traitement de la question de l’impérialisme colonial à la fin du XIXe siècle. Elle montre la difficulté qu’il y a à lier deux histoires et deux cultures scolaires dans une trame commune, ce qui semble renvoyer à une autre étape la prise en compte des renouvellements postcoloniaux. Ces contributions mettent ainsi systématiquement en avant la faible intégration des perspectives actuelles de la recherche et suggèrent qu’une meilleure intégration des documents visuels à l’étude permettrait de progresser sur ce point. Chacun des auteurs propose une critique de l’iconographie fournie aux élèves en insistant sur le faible travail de contextualisation des documents4. Les commentaires des manuels de Marie-Albane de Suremain et la riche annexe de Frédéric Garan proposent des approches stimulantes de l’iconographie coloniale. Il est possible de lier ce travail aux conclusions d’Anissa Hélie qui interroge également des images de l’époque.

  • 5  La troisième journée du colloque était consacrée à une formation à destination des professeurs du (...)

5Au final, l’ouvrage réunit des considérations liées à la fois aux recherches actuellement en cours sur le fait scolaire en situation coloniale et aux problématiques d’enseignement dans le secondaire : il réitère le pari fait lors du colloque de 2009 de lier recherche et enseignement5. Les auteurs concluent sur l’importance de la dimension de l’enseignement aujourd’hui. Toutefois, si l’étude des manuels scolaires et l’interrogation sur la mission civilisatrice parcourent l’ouvrage, il est parfois difficile pour le lecteur de se faire une représentation globale du propos et des liens entre chaque contribution. Les multiples contextes abordés constituent cependant la richesse de l’ouvrage. La documentation sur laquelle s’appuient les auteurs ainsi que les bibliographies conséquentes proposées à la fin de chaque contribution permettent d’envisager la lecture de l’ouvrage comme une amorce sur un sujet aux enjeux multiples.

Haut de page

Notes

1  L’ouvrage ne constitue pas à proprement parler des actes de colloque. Le programme du colloque, la présentation des intervenants et le résumé des interventions sont en ligne sur le site de l’ENS de Lyon. Le site propose également une série de liens pour approfondir le sujet. Une partie des contributions est publiée dans la revue Histoire de l’éducation, n°128, 2010/4.

2  Si le rappel historiographique sur l’école en situation coloniale est assez succinct, le lecteur peut se reporter à l’introduction proposée par Pascale Barthélémy pour le numéro 128 de la revue Histoire de l’éducation, « L'enseignement dans l'Empire colonial français : une vieille histoire ? », p. 5-28.

3  Les deux terminologies sont utilisées par les auteurs.

4  Il peut être regretté, dans ce contexte, que l’image de couverture ne fasse pas l’objet d’un commentaire.

5  La troisième journée du colloque était consacrée à une formation à destination des professeurs du second degré sur l’enseignement en situation coloniale et sur l’histoire coloniale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solenn Huitric, « Gilles Boyer, Pascal Clerc, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), L’école aux colonies, les colonies à l’école », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/11823

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page