Navigation – Plan du site

Solenne Jouanneau, Les imams en France. Une autorité religieuse sous contrôle

Igor Martinache
Les imams de France
Solène Jouanneau, Les imams de France. Une autorité religieuse sous contrôle, Paris, Éditions Agone, coll. « L'ordre des choses », 2013, 518 p., ISBN : 9782748901832.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Essai sur le don, 1923-1924 : disponible librement en ligne sur le site des Classiques en sciences (...)

1Voici une autre manière d’envisager les prophéties auto-réalisatrices : ceux qui se prennent pour des visionnaires finissent généralement par voir certaines de leurs prophéties tomber juste, surtout lorsque leur énoncé reste suffisamment vague. Ainsi en est-il par exemple de la fameuse affirmation du fantasque Malraux selon lequel, « le vingt-et-unième siècle sera religieux ou ne sera pas ». Il ne semble ainsi guère contestable qu’après un certain recul, la religiosité connaît une nouvelle vigueur depuis le début du siècle dernier. Pour autant, comme souvent, cette étiquette recouvre en réalité des phénomènes très divers et qui n’entretiennent pas toujours beaucoup de rapports entre eux. Ce qui rend les enquêtes en ces matières on ne peut plus précieuses, pourvu qu’elles évitent l’écueil de  renvoyer la religion à une affaire éminemment personnelle comme le voudrait une certaine vulgate. Les croyances et pratiques qu’elle recouvre constituent en réalité des faits sociaux que l’on pourrait  presque qualifier de totaux si le concept de Marcel Mauss1 n’était si galvaudé aujourd’hui, non dénués d’implications politiques profondes. Pas besoin de lire Durkheim ou Weber qui leur ont consacré une part substantielle de leurs œuvres respectives pour s’en convaincre, il suffit de songer à la place des réseaux religieux — Église catholique en tête — dans les mobilisations contre le « mariage pour tous » ; on attend d’ailleurs avec impatience les travaux sur le  sujet...

  • 2  Suivant l’expression d’Abdelmalek Sayad qui appelait à cesser de dissocier ces deux faces d’un mêm (...)
  • 3  Ce qui ne signifie bien évidemment pas qu’ils ne disposent d’aucun jeu dans l’exercice de celui-ci (...)

2C’est précisément cette perspective élargie, croisant les échelles, les temps et les entrées sous-disciplinaires — sociologie religieuse mais aussi politique et de l’émigration-immigration2 — que propose Solenne Jouanneau dans cet ouvrage issu de sa thèse, en s’intéressant à une fonction aussi mal connue qu’empreinte de fantasmes : celle d’imam dans le contexte hexagonal. Bien que ne constituant pas à proprement parler un clergé, contrairement aux prêtres catholiques par exemple, ces derniers sont soupçonnés par certains discours publics d’exercer une emprise importante et potentiellement négative sur leurs coreligionnaires. Ou pour le dire plus clairement, de faire le lit d’un certain fanatisme qui constituerait lui-même un facteur décisif du passage à l’acte terroriste. C’est en quelque sorte à la déconstruction de ces stéréotypes solidement installés que se livre ainsi l’auteure, dans une démonstration visant à mettre en évidence les multiples contraintes, à la fois sociales et politiques, dans lesquelles s’inscrivent les titulaires de ce rôle social particulier3.

  • 4  Voir Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, 2006.
  • 5  Une telle entreprise — au sens large et politique! du terme — forme notamment la trame du film de (...)
  • 6  Sur ce moment politique essentiel, voir notamment Sylvain Laurens, Une politisation feutrée, Paris (...)
  • 7  Sur cette question, voir notamment les travaux de Mathieu Hély, par exemple l’ouvrage tiré de  sa (...)

3Cette démonstration est déroulée en trois temps, qui constituent les trois grandes parties de l’ouvrage. La première d’entre elle consiste ainsi en une socio-histoire4 de ce rôle d’imam dans le contexte hexagonal, principalement à partir de sources archivistiques dont l’auteure reconnaît elle-même le caractère largement lacunaire : plus que les « gens heureux », les dominés n’ont pas d’histoire, ou bien peu. Quoiqu’il en soit, Solenne Jouanneau montre comment, au fil du XXe siècle, le ministère du culte musulman a été profondément redéfini au gré des évolutions de la place sociale accordée aux migrants originaires des pays concernés. De figures invisibles jusqu’à la fin de la guerre d’Algérie, les imams, encore aujourd’hui majoritairement de nationalité étrangère, ont d’abord exercé au sein des entreprises et des foyers, les dirigeants de ces dernières escomptant, en installant des salles de prière en leur sein, rendre dociles leurs travailleurs ou résidents5. On retrouve ainsi au passage toute l’ambivalence du développement des activités sociales sur le lieu de travail, entre paternalisme et  levier d’émancipation, ce qui en fait un enjeu politique majeur dont les syndicats semblent aujourd’hui pourtant largement se désintéresser. Mais une autre tutelle exerce également un contrôle décisif sur ces représentants d’une autorité religieuse : leurs États d’origine, dont ils sont fréquemment les envoyés, avec la bénédiction — si l’on ose dire, des pouvoirs publics français. Dans les années 1980, la fin de l’ « illusion du provisoire » pour reprendre là encore la formule d’Abdelmalek Sayad, suite notamment à l’interruption officielle de l’immigration « de travail » au début de la présidence de Valéry Giscard d’Estaing6, en transformant la structuration de la population immigrée, amène également un déplacement des mosquées vers les quartiers. La loi du 9 décembre 1981 qui reconnaît la liberté d’association aux étrangers favorise alors l’adoption par ces dernières d’un statut associatif plutôt que cultuel, et l’auteure montre alors comment les fonctions d’imam et de président de l’association en question ne s’articulent pas  nécessairement harmonieusement. Enfin, le dernier temps est celui, selon la sociologue, d’une « professionnalisation » croissante de la fonction, illustrée, sans s’y réduire, par l’acceptation d’une rétribution, rompant avec une forte injonction au bénévolat qui n’est pas sans faire écho aux contradictions qui traversent plus généralement le statut des salariés associatifs7.

  • 8  Voir notamment le recueil désormais classique de certains de  ses articles réalisé par  Jean-Miche (...)
  • 9  Au sens interactionniste du terme : voir Howard Becker, Outsiders, Paris, Métaillié, 1985 [1963].

4La deuxième partie de l’ouvrage porte plus spécifiquement sur la définition ou plutôt les définitions du rôle même, autrement dit du « faisceau de tâches » pour parler comme Everett Hughes8. Après avoir mis en évidence les dispositions et les étapes constituant la « carrière »9 des imams français, l’auteure y montre ainsi que leur magistère ne se réduit pas à sa dimension rituelle, mais que les intéressés participent à la définition de l’ « orthodoxie » et de l’ « orthopraxie » — autrement dit de ce qu’il convient de penser et de  faire — de la communauté dans laquelle ils s’inscrivent. Pour autant, leur pouvoir ne doit pas être exagéré, dans la mesure où, d’une part, il s’exerce dans un cadre réglementaire contraignant, obligeant ces derniers à certains accommodements au contexte français — comme l’illustre l’exemple du mariage, mais aussi parce que les fidèles conservent malgré tout une certaine marge de manœuvre et d’influence réciproque sur ces clercs, comme l’auteure le montre dans la troisième partie.

  • 10  Ce qui pose cependant la sempiternelle question de savoir jusqu’à quel point le cas présenté est r (...)
  • 11  Sur ce concept, voir l’étude classique mais tardivement traduite en français de Joseph Gusfield à (...)
  • 12  On ne rappellera jamais assez l’importance qu’il y a à ouvrir la boîte noire de l’État, dont les a (...)

5Dans cette troisième partie, peut-être la plus riche de l’ouvrage, l’auteure propose en effet l’ethnographie d’une mosquée particulière au sein de laquelle elle a pu réaliser observations et entretiens sur une période de plusieurs mois, restituant ainsi notamment les interactions entre un imam présentant la double particularité d’être originaire d’Afrique subsaharienne et universitaire10. Elle y montre en particulier bien comment ce dernier doit plier devant les résistances de ses fidèles, concernant notamment l’émancipation des femmes qu’il s’efforce de défendre, ce qui ne l’empêche pas d’un autre côté d’exercer une influence beaucoup plus prégnante sur ces dernières, notamment au sein des cours de religieux qu’il leur délivre comme aux hommes en marge des prières. Avant cette étude de cas particulièrement féconde, Solenne Jouanneau s’applique à  mettre en évidence la manière dont les pouvoirs publics français ont construit cette figure de l’imam en « problème public »11, notamment depuis les attentats dans le RER B à Paris en 1995, mais aussi les définitions évolutives et concurrentes de la définition du « bon imam » par leurs différentes autorités de tutelle12, ainsi que les moyens d’encadrement de ces derniers plus ou moins discrets — et discrétionnaires, comme la délivrance de titres de séjour.

6Comme toute bonne enquête sociologique, celle de Solenne Jouanneau ouvre des perspectives qui dépassent largement l’objet qu’elle s’est donné. Mais elle contribue également à renseigner largement sur les conditions concrètes d’exercice de ce rôle, sans en occulter les contradictions ni la diversité des formes d’appropriation, ainsi que de celui de musulman-e pratiquant-e en France, le tout avec un style vivant et pédagogique, permettant aux lecteurs peu familiers de ces derniers de mieux les comprendre — au sens weberien du terme, et ce faisant de dissiper certains fantasmes exotiques à leur égard, mais aussi de s’interroger sur ses propres croyances et pratiques. À travers cette socio-histoire d’un rôle et des multiples manières de l’endosser, Solenne Jouanneau met ainsi également le doigt sur les contradictions de la laïcité à la française, et, ce faisant, elle rappelle combien le religieux, le social et le politique s’entremêlent.

Haut de page

Notes

1  Essai sur le don, 1923-1924 : disponible librement en ligne sur le site des Classiques en sciences sociales : <http://classiques.uqac.ca/classiques/mauss_marcel/socio_et_anthropo/2_essai_sur_le_don/essai_sur_le_don.html> [Consulté le 19 juin 2013].

2  Suivant l’expression d’Abdelmalek Sayad qui appelait à cesser de dissocier ces deux faces d’un même phénomène. Voir entre autres La double absence, Paris, Liber-Raisons d’agir, 1999.

3  Ce qui ne signifie bien évidemment pas qu’ils ne disposent d’aucun jeu dans l’exercice de celui-ci. Sur cette interaction entre les institutions et leurs rôles, voir entre autres cet entretien avec Jacques Lagroye, « On ne subit pas son rôle » (entretien), Politix, n° 38, vol. 10, 2007, pp. 7-17.

4  Voir Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, 2006.

5  Une telle entreprise — au sens large et politique! du terme — forme notamment la trame du film de Rabah Ameur-Zaïmèche : Dernier maquis, sorti en 2008.

6  Sur ce moment politique essentiel, voir notamment Sylvain Laurens, Une politisation feutrée, Paris, Belin, 2009.

7  Sur cette question, voir notamment les travaux de Mathieu Hély, par exemple l’ouvrage tiré de  sa thèse : Les métamorphoses du monde associatif, Paris, PUF, 2009, dont un compte rendu est disponible à ce lien : <http://lectures.revues.org/829> [Consulté le 19 juin 2013].

8  Voir notamment le recueil désormais classique de certains de  ses articles réalisé par  Jean-Michel Chapoulie, Le regard sociologique, Paris, éditions de l’EHESS, 1996.

9  Au sens interactionniste du terme : voir Howard Becker, Outsiders, Paris, Métaillié, 1985 [1963].

10  Ce qui pose cependant la sempiternelle question de savoir jusqu’à quel point le cas présenté est représentatif de  celui des autres imams officiant sur le territoire français.

11  Sur ce concept, voir l’étude classique mais tardivement traduite en français de Joseph Gusfield à propos de la mise en avant de l’alcoolémie des conducteurs dans les accidents de la route, minimisant au passage d’autres facteurs : La culture des problèmes publics, Paris, Economica, 2009 [1981], dont un compte rendu est disponible ici : <http://lectures.revues.org/763> [Consulté le 19 juin 2013].

12  On ne rappellera jamais assez l’importance qu’il y a à ouvrir la boîte noire de l’État, dont les agents sont loin d’agir tous et toujours dans le même sens et avec les mêmes intérêts... Voir par exemple le cours de Pierre Bourdieu au Collège de France récemment publié : Sur l’État, Paris, Liber-Seuil, 2012 dont un compte rendu est disponible là : <http://lectures.revues.org/7823> [Consulté le 20 juin 2013].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Solenne Jouanneau, Les imams en France. Une autorité religieuse sous contrôle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 26 juin 2013, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/11833

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Doctorant en science politique, Prag à l’Université Paris-Est Créteil, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page