Navigation – Plan du site

Collectif Write Back, Postcolonial studies : modes d'emploi

Jean-François Blanchard
Postcolonial studies : modes d'emploi
Collectif Write Back, Postcolonial studies : modes d'emploi, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2013, 513 p., ISBN : 978-2-7297-0857-3.
Haut de page

Texte intégral

1Quelle valeur épistémique et heuristique accorder aux postcolonial studies (P.C.S.) ? Les membres du collectif Write Back proposent, de façon nuancée et après un réexamen critique des concepts fondateurs, de montrer l’intérêt scientifique de ce courant de recherche, en s’interrogeant sur les conditions de sa réception. Ces « modes d’emploi » pragmatiques ne visent pas un corpus de connaissances et de méthodes mais plutôt un creuset de concepts originaux, d’idées, de débats, d’expérience et de narrations, avec des zones d’influence et d’appartenance ouvertes — mais non inclusives — et pluridisciplinaires. L’ouvrage est le fruit d’un colloque à l’ENS de Lyon en juin 2010. Il présente un point d’apaisement dans un débat polémique universitaire franco-français qui, lui-même s’inscrit, au moins par sa concomitance à partir de 2005, dans un contexte plus général : celui des banlieues, des Indigènes de la République, de l’identité nationale.

2Apparues à l’origine aux États-Unis et au Royaume-Uni dans le champ de la critique littéraire, sous l’influence de la philosophie critique française — devenue French theory, et des cultural studies, et après que les auteurs des subalterns studies les aient rejoint, les P.C.S. ont ensuite trouvé vocation à féconder la sociologie, la science politique, l’histoire, le cinéma. Aux risques assumés d’une certaine dispersion et de dévoiement instrumentalisé, la boîte à outils des P.C.S propose des ressources conceptuelles à adapter aux objets d’étude.

  • 1  M. Merleau-Ponty oppose un « Universel de surplomb » à un « Universel latéral », en 1958 lors d’un (...)

3L’ouvrage aborde d’abord la circulation et l’historisation des concepts postcoloniaux (première partie). N. Bancel s’attache aux concepts centraux des P.C.S. en les resituant par rapport aux critiques dont ils ont pu faire l’objet. Préalablement M. Suchet souligne les écueils d’une perception évolutionniste — et souvent apologétique — des régimes d’historicité induisant une hiérarchie entre les cultures. Elle propose de porter le regard vers une histoire dialogique et polyphonique. L'article de N. Bancel montre comment la compréhension de la continuité coloniale informe de la globalisation contemporaine. L’auteur souligne le danger du paradigme humaniste, forme de privatisation d’un universel de surplomb1 et source de biais épistémiques Caractérisant le double langage de l’Europe, N. Bancel observe que l’universalisme n’est pas anhistorique, mais une construction datée et située. Enfin la réverbération de la situation coloniale dans les métropoles constitue un point chaud dans la mesure où elle touche à la représentation de l’idée républicaine, élément très intériorisé, affectant la perception du vivre-ensemble. N. Bancel s’attache à montrer comment le hiatus entre cette formulation conceptuelle excluant la différence raciale comme un impensé, et la réalité, limite le débat en le radicalisant rapidement. Dans une autre perspective M. Michaud conjugue les  traditions épistémiques française, axée sur les pratiques,  et britannique axée sur l’étude des discours et des représentations, pour analyser, à partir d’archives, la  réception du discours colonial des Missionnaires évangélistes diffusant la la Bible en Ouganda. B. Sede argumente pour l’unification épistémique et la pluridisciplinarité. Fort d’une expérience universitaire personnelle franco-britannique, il plaide pour un rapprochement épistémique des imperial studies, des postcolonial studies  autour de la french theory.  

4La pluridisciplinarité, la pluralité théorique, la polyphonie sont de l’essence des PCS (deuxième partie). F. Alix souligne que les PCS assument le projet de se nourrir d’apports épistémiques et pluridisciplinaires qui portent par nature des contradictions. Pour cette raison les PCS n’ont pas vocation à unifier les différents courants dont elles sont issues. G. Bridet fait une lecture personnelle du texte fondateur d’E. Saïd dont il retient la dimension dialogique et ouverte après en avoir exposé les lectures philologiques et politiques également possibles. L.-M. Nkolo-Ndjodo critique avec virulence les lectures foucaldiennes appliquées à l’Afrique qui n’auraient d’autre objet que de masquer « la dépendance économique globale et la lutte des classes à l’échelle africaine ». B. Hendrikson recentre l’objet de la recherche des PCS en France sur les relations produites par le colonialisme entre la métropole et ses ex-colonies.

5La réception des travaux, ses décalages chronologiques et interprétatifs sont exposés en troisième partie. C. Ducourneau et C. Vettorato soulignent l’importance des conditions de circulation des idées des PCS. Quatre études de cas présentent successivement la construction médiatique de la représentation de l’auteur beur (K. Kleppinger), les choix de cadrage et de représentation effectués par la presse en prenant l’exemple de la revue Africulture (L. Arndt), la récupération théorique au bénéfice d’une situation européenne en Belgique (L. Verstaete-Hansen) et une forme de « braconnage » intellectuel : la récupération par l’extrême-droite (S. Crepon). La compréhension du contexte de la réception et le sens qui est lui donné, les méthodologies d’analyse ou les logiques interprétatives mises en œuvre, les conditions d’interprétation et d’appropriation, l’engagement du chercheur sont autant de paramètres qui invitent celui-ci à une posture réflexive clairvoyante.

  • 2  Hoggan, 2001, p. 6, traduit par l’auteur, p. 283.

6L’article critique de G. Huggan porte sur « L’exotisme postcolonial » dont est porteuse une « littérature-monde », dans un contexte néo-colonial de marchandisation des produits culturels. Il invite à pratiquer une sociologie de la littérature dévoilant « le système d’échange symbolique et matériel dans lequel le langage de résistance est lui-même susceptible d’être manipulé et consommé »2.

7La partie suivante porte sur les limites de l’analyse littéraire autour des thématiques : subalternité, identité, traduction. T. Harpin rappelle que les PCS sont nées dans les cercles universitaires d’études anglophones. La vocation et la capacité narrative des écrivains à mettre en mots la complexité du réel ouvrent la littérature vers l’histoire et les sciences sociales. Trois textes explorent la pertinence de l’analyse critique à rendre compte du rapport de pouvoir. A. Corio, en prenant pour objet E. Glissant, montre les limites de l’analyse littéraire. R. Rakocevic étudie deux récits autobiographiques d’immigrés dans des contextes différents (Emigré serbe juif au Canada en 1990, et Trinidien d’ascendance hindoue émigré en Angleterre). Il constate dans les deux cas la perception d’une identité-relation ou identité-position mais aussi celle de la perte de sens d’une identité nationale. .Enfin N. N. Noureddine s’intéresse à la traduction du roman espagnol L’Amour, la fantasia d’A. Djebar. L’exposé conclut à l’inévitable autonomie de la littérature relativisant sa valeur pour contribuer à la validation des concepts théoriques.

8Deux axes originaux explorés par les PCS sont présentés ensuite. La littérature de l’Océan indien, souvent en retrait dans le champ des PCS, est mise en lumière par l’étude d’un roman et — fait original — par une investigation sur les maloya, forme de littérature orale vivante dans les plantations. Ensuite, une réflexion sur le cinéma post-colonial investit les conditions d’appropriation des outils culturels par les peuples colonisés. L’accent est mis sur la question de la représentation articulée à la question de la réception in-situ.

9L’ouvrage se termine par un article juxtaposant Black Atlantic de P. Gilroy et particulièrement le Discours antillais d’E. Glissant. K. Gyssels montre avec rigueur et efficacité les sources d’influence des deux auteurs et en particulier celle, commune, de Stuart Hall : comment Glissant a alimenté en profondeur Gilroy, et comment celui-ci a ouvert sa pensée au champ critique en la sortant de certaines formes d’équivoque ou d’imprécisions.

10Le contenu de cet ouvrage dense reste conforme à la perspective critique ouverte par les PCS. Les dix-huit auteurs contribuant à l’ouvrage proposent une complémentarité de situations, de contextes ou de points de vue féconds. L’unité en est assurée par les transitions des membres du collectif Write Back qui apportent une forme de modération et de synthèse. Ceux-ci rappellent que les postcolonial studies, et leurs modes d’emploi se déclinent au pluriel. Il appartiendra ensuite au lecteur d’en tirer parti en fonction de son domaine de recherche.

Haut de page

Notes

1  M. Merleau-Ponty oppose un « Universel de surplomb » à un « Universel latéral », en 1958 lors d’une allocution au Collège de France.

2  Hoggan, 2001, p. 6, traduit par l’auteur, p. 283.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Collectif Write Back, Postcolonial studies : modes d'emploi », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 28 juin 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/11850

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page