Skip to navigation – Site map

Arnaud Saint-Martin, La sociologie de Robert K. Merton

Williams Nuytens
La sociologie de Robert K. Merton
Arnaud Saint-Martin, La sociologie de Robert K. Merton, Paris, La Découverte, series: « Repères », 2013, 128 p., ISBN : 9782707168870.
Top of page

Full text

1Cet ouvrage est entièrement consacré à Robert King Merton, un classique de la sociologie étasunienne. Célèbre pour avoir fondé la sociologie de la science, Merton reste plus communément associé au thème de la prophétie autoréalisatrice ou réduit au fonctionnalisme. Arnaud Saint-Martin propose un travail qui contribue à dépasser cette réception, notamment en rendant compte de ce que Merton a explicitement systématisé entre la primauté donnée aux structures sociales et le poids des effets inattendus de l’action. Plusieurs questions structurent une ambition générale qui interroge l’existence d’une théorie unifiée, la matière d’un style sociologique, la consistance épistémologique et méthodologique d’un code mertonien. Comment résonne la politique des théories de moyenne portée ? Où en est l’analyse fonctionnelle ? Quelles sont les contributions théoriques d’un « classique moderne » de la sociologie américaine disparu il y a dix ans ? Les réponses se dessinent progressivement dans ce texte, et les quatre chapitres donnent le rythme d’une démarche de connaissances inscrite dans un parcours.

  • 1  Ceci montre au passage qu’un tel projet est compatible avec l’imprévisibilité qu’induit l’adoption (...)

2« Une vie d’étude » revient justement sur un itinéraire qui permettra à Merton d’être, entre autres, le seul sociologue à recevoir la médaille nationale de la science aux États-Unis (1994). Enfant des slums et de parents juifs d’origine russe ukrainienne, Meyer Schkolnickoff est socialisé selon une « évidente américanisation » et s’initie à la prestidigitation à l’orée de l’adolescence. C’est là qu’apparaît son premier pseudonyme, Robert K. Merlin, remplacé par un nouveau nom de scène qui deviendra son patronyme définitif. Issu de la sociologie harvardienne et de l’approche parsonienne, Merton est convaincu de l’unité de la démarche scientifique et reste attentif au dialogue entre les disciplines : c’est là que peut se comprendre la place centrale qu’occupe la serendipity dans sa volonté de consolider un canon théorique et méthodologique pour la sociologie1. Inscrit en doctorat en 1933, Merton est ensuite nommé à Columbia et passe par le Bureau of Applied Social Research où il collabore avec Lazarsfeld. Arnaud Saint-Martin fait clairement comprendre comment le parcours, les rencontres et les aventures de Merton contribuent à lui attribuer un style. Toujours en mouvement, passionné de mots et de sémantique, Merton laisse cette trace mêlant essais ascétiques et textes faits de traits d’esprit et d’ironie. Pourtant le sociologue retient peu l’attention en France et l’auteur de remarquer combien il est réinterprété (par exemple par Raymond Boudon), confondu (par Pierre Bourdieu) mais aussi incontournable quand il s’agit de ses objets-maîtres. Associé mécaniquement au fonctionnalisme, référencé de façon paresseuse, Robert King Merton est bien devenu un classique canonisé. C’est cela qui justifie pleinement la publication de cet ouvrage et la lecture des trois chapitres suivants.

  • 2  Pour reprendre la notion à Olivier Martin se demandant si Merton en aurait fait un usage aussi ais (...)
  • 3  Mais c’est sans doute en combinant les théorisations (du contrôle social, de la tension et des sou (...)

3« Le fondateur de la sociologie de la science » mérite une lecture attentive. On comprend ici comment l’objet éclaire l’œuvre de Merton autant que lui-même en a fait un outil privilégié d’exploration des sociétés modernes. Il y est question notamment de la corrélation entre le puritanisme anglais et l’activité scientifique, et de la force du sentiment comme pour apporter une plus-value au schème wébérien. On rentre ainsi progressivement dans l’un des rouages essentiels de cette sociologie, spécialement celui qui rend compte du caractère déviant de l’action rationnelle en finalité. C’est là que se comprennent le mieux les notions clefs que sont les effets non voulus et de contraintes, les facteurs intrinsèques et extrinsèques, les concepts d’ethos (appliqués au religieux et au scientifique) et d’ambivalence sociologique. En faisant de la science une sorte de laboratoire c’est-à-dire un monde autonome2, Merton a produit un sujet pour l’analyse fonctionnelle mais aussi de quoi alimenter le thème de l’association sociologie-psychologie à travers la combinaison entre les structures sociales et la personnalité : un tel élément théorique reste précieux pour amender par exemple une interprétation des déviances prioritairement fondée sur les mécanismes pulsionnels des individus, ou pour discuter l’influence normative du contrôle social3.

4Le chapitre suivant, intitulé « Le travail sociologique selon Merton », présente le rapport de l’auteur à la théorie ou plus exactement sa conception de la pratique de la théorie sociale. On saisit alors clairement comment le travail sociologique se nourrit de nouveaux problèmes, d’apports conceptuels successifs, de tests empiriques et combien il doit se dégager à la fois des généralisations et de l’empirisme. Arnaud Saint-Martin nous emmène ici au cœur du projet scientifique de Merton, un projet alternatif qui lui a assuré une audience incontestable mais qui n’a pas empêché une préférence pour la théorisation abstraite de la recherche empirique. C’est peut-être ce penchant, remarqué par de nombreuses lectures critiques, qui explique les modes de réception de l’œuvre mertonienne autant qu’il se manifeste dans son contenu épistémologique. Collectionneur de citations, aventurier des archives, fabricant d’une sémantique sociologique, Merton a produit un code mêlant métadiscours et pratiques qui lui vaut d’être considéré de manière ambigüe.

  • 4  Qu’il ne faut pas confondre avec les « prédictions qui se réalisent toutes seules ». Sur ce point (...)

5On oublie vite la critique en débutant le derniers chapitres consacrés aux apports théoriques de Merton. L’inventaire commence par le paradigme « structure sociale et anomie », c’est-à-dire par une systématisation utile pour comprendre la régulation des conduites déviantes et conformes. Il y est question de la typologie bien connue des modes d’adaptation individuelle (conformisme, innovation, ritualisme, évasion, rébellion). On passe ensuite à la théorie du groupe de référence, à la fonction comparative de ce dernier, aux effets liés à une régularité relative dans la conformation avant d’entrer davantage dans la complexité de la structure sociale. Sont ici détaillés la socialisation anticipatrice, la place des rôles et des statuts, les effets de la structure bureaucratique sur la personnalité, la dépersonnalisation des relations sociales, la prophétie autoréalisatrice4. Arnaud Saint-Martin choisit alors de terminer la présentation de l’orientation structurale de Merton en examinant l’analyse fonctionnelle. Un rappel de définition nous emmène ainsi dans la littérature fonctionnaliste offrant, entre autres, trois postulats avec lesquels il convient de rompre selon Merton (l’unité fonctionnelle du social, un fonctionnalisme universel, un postulat de nécessité). On saisit ensuite remarquablement, dans ce livre, la portée du fonctionnalisme à partir de la distinction entre les fonctions latentes et les fonctions manifestes que Merton considérait comme un « essai paradigmatique ». Car c’est ici l’une des forces de ce texte construit sur un abondant terrain de références : expliciter la dynamique d’une théorie sociale à partir de ses apports et des critiques, parfois très dures, qu’elle a suscitées. C’est un mode de présentation qui valorise le potentiel d’intelligibilité du travail de Robert King Merton et, ce faisant, qui en stimule lectures et usages.     

Top of page

Notes

1  Ceci montre au passage qu’un tel projet est compatible avec l’imprévisibilité qu’induit l’adoption d’une posture fondée sur des découvertes accidentelles. Cet aspect est aussi clairement explicité dans Chazel François, « Merton et la senrendipity : à propos d’une publication récente », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2006/1, 14, p. 209-217

2  Pour reprendre la notion à Olivier Martin se demandant si Merton en aurait fait un usage aussi aisé en étudiant les sciences humaines plutôt que les sciences dures. Voir « Savants, sciences et savoirs en société : quelques réflexions sur le renouvellement de la sociologie des sciences », Sociétés contemporaines, 2006/4, 64, p. 5-19.  

3  Mais c’est sans doute en combinant les théorisations (du contrôle social, de la tension et des sous-cultures déviantes) que le raisonnement sociologique à propos des déviances reste le plus satisfaisant comme dans Peretti-Watel Patrick, « Théories de la déviance et délinquance auto-reportée en milieu scolaire », Déviance et Société, 2001/3, 25, p. 235-256.  

4  Qu’il ne faut pas confondre avec les « prédictions qui se réalisent toutes seules ». Sur ce point Demailly André, « De pygmalion aux prophéties autoréalisatrices », Le Journal des psychologues, 2008/7, 260, p. 68-72.

Top of page

References

Electronic reference

Williams Nuytens, « Arnaud Saint-Martin, La sociologie de Robert K. Merton », Lectures [Online], Reviews, 2013, Online since 29 June 2013, connection on 25 September 2017. URL : http://lectures.revues.org/11851

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page