Navigation – Plan du site

Georges Vigarello, Les métamorphoses du gras. Histoire de l'obésité

Audrey Arnoult
Les métamorphoses du gras
Georges Vigarello, Les métamorphoses du gras. Histoire de l'obésité, Points, coll. « Points histoire », 2013, 362 p., ISBN : 978-2-7578-3443-5.
Haut de page

Texte intégral

1Georges Vigarello - historien des représentations du corps et directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales - s'intéresse dans cet ouvrage (Les métamorphoses du gras. Histoire de l'obésité) à l'évolution des représentations du gros du Moyen Âge à nos jours, en Europe occidentale. À quel(s) moment(s), le gros est-il devenu objet de dépréciation ? Quels mots lui sont ou ont été associés ? Le gros est-il perçu de la même façon dans les classes populaires et dans les milieux aisés ? La grosseur du corps féminin est-elle tolérée de la même façon que celle du corps masculin ? Existe-t-il des types de grosseurs qui feraient l'objet d'un regard différent ? Autant de questions auxquelles répond l'auteur à travers une étude diachronique des représentations, des normes et des pratiques.

2L'ouvrage se compose de six parties, chacune se focalisant sur une période spécifique de l'histoire du gros, sur un moment de rupture. L'analyse, précise et très riche, s'appuie à la fois sur des textes littéraires, religieux, médicaux, des traités de beauté ou encore des représentations iconographiques. En mobilisant des sources très diversifiées, l'auteur montre que « le discrédit s'enrichit d'un contenu différent avec le temps [...]. La vision du "défaut" se déplace, révélant combien l'apparence du corps avec ses déficits réels ou supposés épouse une histoire des cultures et des sensibilités » (p. 10-11).

3La première partie (« Le glouton médiéval») s'intéresse à la figure du gros à l'époque médiévale. Loin des stigmatisations contemporaines, le gros est alors synonyme d'abondance et de santé. Cependant, au-delà d'un certain « seuil », le « très gros » - qui se caractérise par une difficulté à se mouvoir - suscite critiques et interrogations. Celles-ci émanent de certains milieux sociaux (clercs, médecins et cours) et sont essentiellement morales. L'auteur souligne que « le gros ne saurait donc capter le regard comme il le fera plus tard ». Ce prisme moral « correspond à une manière très spécifique de voir le corps, quasi intuitive où les valeurs de comportements demeurent dominantes, largement prioritaires sur toute indication de forme et de poids» (p. 27). Il existe donc deux grosseurs à l'époque médiévale : l'une synonyme de vigueur, l'autre de faiblesse. Les remèdes préconisés sont « simples » : le trop doit être évacué par purge, saignée ou asséché grâce à diverses techniques.  

4La Renaissance introduit une rupture dans les représentations, étudiées dans la seconde partie de l'ouvrage (« Le balourd moderne »). À une époque qui valorise l'efficacité et l'activité, le gros devient synonyme de lourdeur, d'inutilité et de paresse. Cette dénonciation se lit dans les représentations iconographiques et les écrits. Ce mépris du gros, cette « culture négative du volume » (p. 66) ne s'accompagne pas pour autant d'une valorisation de la maigreur. Les observations scientifiques se poursuivent, la graisse donne lieu à différentes définitions mais les connaissances ne se font pas plus précises qu'au Moyen Âge. L'évaluation du corps reste très intuitive, peu d'indications chiffrées figurant dans les textes étudiés par l'auteur. En dépit de ces imprécisions, des pratiques émergent pour lutter contre la grosseur. Les ceintures et les corsets contraignent le corps et témoignent d'une croyance dans les effets mécaniques de la technique. Les restrictions alimentaires et la sélection des aliments sont attestées sans pour autant faire disparaître les pratiques médiévales telles que la saignée et la purge.  

5Dans une troisième partie (« De la balourdise à l'impuissance des Lumières et la sensibilité »), Georges Vigarello s'intéresse à l'introduction des procédés de mesure qui permettent de nuancer la grosseur. Cette attention portée aux degrés entraîne une stigmatisation des excès. Les grosseurs féminines se distinguent des volumes masculins. Les explications savantes évoluent. Le fonctionnement du corps n'est plus réduit à la théorie des humeurs mais expliqué par les nerfs et les fibres. Dans les représentations, le relâchement corporel est assimilé à l'insensibilité et l'impuissance. Cette « explicationpar le relâchement des fibres appelle en réponse leur renforcement» (p. 155). Les procédés utilisés pour réduire les grosseurs visent donc à tonifier le corps. Une place plus importante est accordée à l'exercice. Le régime devient un sujet de discussion notamment à propos des aliments susceptibles d'agir sur les nerfs et les fibres. Enfin, l'évolution est aussi lisible dans le vocabulaire : en 1701, le terme d'« obésité » fait son apparition dans la nouvelle édition du dictionnaire de Furetière. Défini comme étant un « terme de médecine. État d'une personne trop chargée de graisse ou de chair », l'apparition et l'usage du mot témoignent d'une perception nouvelle de la grosseur en termes d'infirmité même si cette catégorisation englobe encore des symptômes divers.

6La quatrième partie s'intitule « Le ventre bourgeois ». Au XVIIIe siècle, cette partie du corps - même grosse - est synonyme de prestige et de respectabilité chez les bourgeois. Cependant, la valorisation est ambiguë puisque, dans certains cas, un ventre proéminent peut être assimilé à une certaine vanité ou le refus du changement social. C'est aussi l'ambiguïté qui caractérise la représentation des corps féminin et masculin. « L'homme contrairement à la femme, peut tolérer une rondeur "acceptable" » tandis que la minceur et la fragilité sont « les traits obligés» de la silhouette féminine. Cette nouvelle perception de la silhouette est rendue possible par la diffusion du chiffre qui permet d'évaluer les morphologies. Les exigences sociales et les nouveaux codes de l'apparence physique ne sont pas non plus étrangères à ces évolutions. Au plan scientifique, les connaissances progressent. Les références aux humeurs et aux nerfs sont abandonnées, les grosseurs donnant lieu à d'autres explications. Le corps est pensé comme une machine énergétique et la graisse comme la « substance issue d'une énergie non brûlée» (p. 203). Le rapport aux aliments s'en trouve modifié même si des représentations anciennes persistent dans la façon de concevoir un régime. Enfin, un nouveau registre de discours apparaît témoignant de la souffrance physique mais aussi morale et psychologique des personnes atteintes d'obésité. Cette rupture discursive témoigne du nouveau statut de l'obésité qui n'est pas seulement une infirmité mais une souffrance d'autant plus grande que les techniques de perte de poids échouent.

7Le chapitre suivant détaille cette figure du « martyre ». À la fin du XIXe siècle, « la pression du gras a gagné en intensité » (p. 217). Les évolutions sociales et culturelles conduisent à un dévoilement du corps. Pour reprendre les mots de l'auteur, « les regards plus "libres" suggèrent des difformités plus variées». L'esthétique prend le pas sur les considérations morales. La banalisation de l'usage du miroir en pied et de la balance accentue cette attention portée à la silhouette. Les régimes se diversifient en fonction des profils d'obésité. La cure thermale entre dans les mœurs et les publicités pour diverses techniques d'amaigrissement se multiplient. L'auteur note l'émergence d'un marché de l'amincissement qui permet de nuancer la place accordée à la minceur dans notre société contemporaine. Dans les années 1920, un nouvel idéal de beauté féminin voit le jour : un corps élancé, athlétique où le droit prend le pas sur l'arrondi. À l'opposé, les cas d'obésité extrêmes symbolisent l'anormalité, le monstrueux. Cette culture du mince entraîne une stigmatisation du gros qui devient celui qui ne veut pas maigrir, l'incapable. La résistance de certaines obésités aux propositions thérapeutiques fait émerger une figure du martyre comme l'illustre le titre de l'ouvrage de Henri Béraud (Le martyr de l'obèse), prix Goncourt en 1922.

8Une réflexion sur « Les mutations du débat contemporain. Mal identitaire, mal sournois » clôt l'ouvrage. Reconnue comme un problème de santé publique, l'obésité renvoie à des questionnements économiques mais aussi identitaires. L'auteur montre comment le statut pris par le corps dans notre société accentue la souffrance des personnes obèses. Le corps devient le « lieu central d'identité », l'individu « "est" son apparence » (p. 292). Les personnes obèses sont alors confrontées à plusieurs sentiments de trahison : désignation, résistance organique et identité corporelle puisque « ce corps est bien celui auquel l'obèse s'est identifié, malgré le désir d'en changer » (p. 294).

9Pour conclure, Georges Vigarello explore de façon systématique les discours, les représentations picturales, les connaissances scientifiques qui visent à expliciter les origines du gros et les remèdes préconisés. Ce regard diachronique permet à la fois de souligner les évolutions et les ruptures mais aussi les permanences et les résistances ; l'imaginaire et les valeurs de chaque époque façonnant les représentations du corps et la stigmatisation de l'obèse. Enfin, il montre de façon tout à fait intéressante que l'histoire du gros n'est pas seulement celle d'un regard qui « s'aiguise » mais qu’elle est aussi celle des techniques d'entretien du corps et de lutte contre la grosseur qui ne sont pas spécifiques à notre société contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Arnoult, « Georges Vigarello, Les métamorphoses du gras. Histoire de l'obésité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 08 juillet 2013, consulté le 17 avril 2014. URL : http://lectures.revues.org/11909

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page