Navigation – Plan du site

Floriane Schneider, Shoah : Dans l’atelier de la mémoire

Manuel Braganca
Shoah : dans l'atelier de la mémoire
Floriane Schneider, Shoah : dans l'atelier de la mémoire. France, 1987 à aujourd'hui, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Clair & Net », 2013, 212 p., ISBN : 978-2-35687-234-0.
Haut de page

Texte intégral

1Sous-titré « France, 1987 à aujourd’hui », l’ouvrage de Floriane Schneider explore comment et pourquoi la mémoire de la Shoah s’est développée en France depuis la fin des années 1980, à la faveur, notamment, des procès Barbie (1987), Touvier (1994) et Papon (1997-98), qui génèrent une multitude d’études historiques mais aussi de romans, de films, de séries télévisées, et de documentaires, qui nourrissent une fièvre médiatique qui, en retour, reflète la volonté des Français d’affronter une des pages les plus noires de leur histoire. Cette étude, extrêmement bien documentée, se divise en trois parties largement chronologiques, bien que celle-ci se chevauchent largement – mais comment pourrait-il en être autrement lorsque l’on se penche sur des questions mémorielles ? – tant du point de vue chronologique que thématique.

2La première partie, intitulée « La mémoire de la Shoah, entre judiciarisation du passé et figure de l’enfance juive (1987-1998) » porte principalement sur les trois procès évoqués ci-dessus. Floriane Schneider montre comment, d’Izieu au Vél’ d’Hiv, c’est la figure de l’enfance juive comme victime qui domine les mémoires pendant cette décennie, ce qui contribue à expliquer non seulement l’intensité mais aussi la charge émotionnelle de ce tournant mémoriel.

3La seconde partie, intitulée « Une reconnaissance qui apaise (1995-1997) », insiste particulièrement sur l’allocution présidentielle du 16 juillet 1995 où Jacques Chirac, rompant avec la vision gaulliste de la Résistance, reconnait que « la folie criminelle de l’occupant a été secondée par des Français, par l’État français », et que « la France […] accomplissait l’irréparable », la mémoire officielle rejoignant par là-même la mémoire collective. Cette réconciliation mémorielle s’accompagne dans le même temps d’un glissement thématique de l’enfance juive victime à l’enfance juive sauvée, grâce notamment à la progressive intégration de la figure des Justes dans la mémoire collective.

4Enfin, la dernière partie, intitulée « Réparation et institutionnalisation de la mémoire de la Shoah (fin des années 1990-2012) », montre comment, contrairement à ce qui s’est passé dans d’autres pays, le processus de réparation, en France, s’est effectué au rythme des différentes commissions d’enquête dans lesquels de nombreux historiens ont été impliqués, un rythme plus lent, certes, mais aussi plus soucieux de vérité et de justice.

5Cette étude, issue d’une thèse, en garde toute la rigueur scientifique mais reste d’une lecture très agréable, peut-être parce qu’elle se base largement sur les représentations médiatiques, forcément plus accessibles au grand public. On peut toutefois lui adresser un certain nombre de reproches, dont aucun n’est cependant majeur ou rédhibitoire. Remarquons d’abord que le sous-titre (« France, 1987 à aujourd’hui ») ne reflète qu’imparfaitement le contenu de cette étude : dans celle-ci, l’accent est clairement mis sur la fin des années 1980 et les années 1990, et la dernière décennie en est largement absente. Prolongeons cette remarque en notant que « l’atelier de la mémoire » se concentre en fait fortement sur la presse quotidienne (et notamment sur les journaux Le Monde et Libération). Si la presse spécialisée, les manuels scolaires, films, documentaires et séries télévisées sont évoqués (bien que largement en retrait), les romans – pourtant des vecteurs de mémoire importants – sont peu ou prou absents de cette étude.

  • 1 Nous pensons notamment aux travaux de Susan Rubin Suleiman et de Richard Golsan, mais il faudrait a (...)

6On peut ensuite reprocher à cette étude de ne pas assez tenir compte des études réalisées à l’étranger, et notamment dans le monde anglo-saxon, où la Shoah et la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France ont attiré l’attention de nombreux chercheurs1. De fait, même si l’auteur cite quelques études (de Saul Friedländer, de Ian Kershaw, de Raul Hilberg, de Christopher Browning ou encore de Daniel Goldhagen) traduites en français, sauf erreur de notre part, seul un texte écrit dans une langue étrangère est cité.

  • 2 Nous aurons peut-être piqué la curiosité de nos lecteurs et nous nous sentons obligés de la citer: (...)

7Cela nous mène à nos dernières remarques sur la bibliographie. De nombreuses études citées dans le corps du texte n’y figurent pas. C’est par exemple le cas de la seule étude en anglais évoqué précédemment2. Mais c’est aussi le cas de tous les articles de la presse quotidienne cités (dont les auteurs ne sont que rarement nommés) ainsi que de toutes les sources audiovisuelles mentionnées dans cette étude. De plus, la bibliographie s’organise en sections qui se chevauchent largement : certains ouvrages de la section « Mémoires de la Seconde Guerre mondiale » pourraient tout aussi bien figurer dans la section « Représentations du passé, usages du passé et enjeux de mémoire », voire dans la section « Mémoire collective, mémoire et histoire ».

8Ces reproches ne doivent en rien détourner les lecteurs de cet ouvrage extrêmement bien documenté, bien écrit, et important puisqu’il est l’un des premiers à tenter une synthèse de l’évolution de la mémoire collective de la Shoah en France depuis le procès Barbie.

Haut de page

Notes

1 Nous pensons notamment aux travaux de Susan Rubin Suleiman et de Richard Golsan, mais il faudrait aussi citer ceux de Margaret Atack, Christopher Lloyd, Peter Tame ou encore Leah Hewitt, parmi bien d’autres.

2 Nous aurons peut-être piqué la curiosité de nos lecteurs et nous nous sentons obligés de la citer: il s’agit de Young James, « Memory, Counter-memory and the end of the Monument », in Hornstein Shelley, Jacobowitz Florence (dir.), Image and Remembrance: Representation and the Holocaust, Bloomington, Indiana University Press, 2003 (la pagination n’est pas précisée dans cette étude).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Braganca, « Floriane Schneider, Shoah : Dans l’atelier de la mémoire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 09 juillet 2013, consulté le 26 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/11911

Haut de page

Rédacteur

Manuel Braganca

Chercheur au sein de l’ « Institute for Collaborative Research in the Humanities » à Queen’s University Belfast, Irlande du Nord

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page