Navigation – Plan du site

« Santé mentale. Des troubles et des doubles », Le Sociographe, n° 42, 2013

François Sicot
Santé mentale
« Santé mentale. Des troubles et des doubles », Le sociographe, n° 42, 2013, 144 p., Éditions Champ social, ISBN : 9782918621140.
Haut de page

Texte intégral

1Comme le veut son orientation éditoriale, ce numéro de revue propose à la fois des analyses de travailleurs sociaux à partir de leurs pratiques, et des articles de sociologues (essentiellement) sans ambition académique mais non sans intérêt bien sûr, à destination des professionnels du travail social. Ici, huit courts articles permettent d’apporter des éclairages sur les nouvelles articulations du travail social et de la santé mentale : une introduction à l’analyse de dispositifs émergents.

2Si, en principe, les deux secteurs d’intervention ne devraient pas, depuis plusieurs décennies déjà, s’ignorer, il reste que la désinstitutionalisation psychiatrique n’a pas nécessairement signifié la fin de l’hospitalo-centrisme (le secteur ambulatoire étant essentiellement accessible après une hospitalisation), ni la déspécialisation des professionnels.

3Il se pourrait que la paupérisation de la psychiatrie publique d’un côté, les recommandations/incitations des instances supranationales (OMS, commission européenne) pour une psychiatrie communautaire, le brouillage des frontières entre santé mentale et pathologie mentale de l’autre, participent au développement de façons originales, pour les professionnels des deux secteurs, de travailler ensemble. Quant à la biologisation, médicalisation de la psychiatrie contemporaine, elle peut apparaître comme contradictoire par rapport à cette volonté de réinsérer le malade dans la communauté grâce à la collaboration des travailleurs sociaux et des soignants ou, au contraire, et plus que jamais, une des conditions de sa réalisation. Un soin bref, réduit au renouvellement des prescriptions et, pour le reste, un accompagnement dans la communauté. Ou, comme le note un des auteurs (Y. Boudjemai), un rapprochement des secteurs d’intervention qui « risque de n’être qu’une simple délégation, par l’hôpital, de la gestion sociale de la folie à des travailleurs sociaux » (p. 50).

4Afin d’observer comment l’injonction à travailler ensemble se réalise et conduit ou non à une redistribution des professionnalités, l’article de P. Vidal-Naquet choisit comme entrée empirique la prise de médicaments à domicile. Sur cette scène, on assiste à une « sorte d’indifférenciation des rôles […]. Ainsi les professionnels du travail social qui font partie de l’équipe opérationnelle sont amenés, comme les soignants, à s’occuper des questions qui touchent à sa santé mentale » (p. 15). Sur un autre plan, les professionnels des deux secteurs, lorsqu’ils interviennent à domicile, se trouvent pris entre deux logiques qui peuvent apparaître comme contradictoires. La première les conduit à accorder une plus grande place aux libertés individuelles, au consentement et à la relation contractuelle. La seconde fait d’eux les garants de ce que les ayants-droits/usagers remplissent bien les obligations qui sont les leurs, « notamment celle de se soigner ».

5On aimerait savoir, dans cette ‘tension’, comment les professionnels  évaluent et réagissent aux multiples pratiques de gestion autonome des médicaments — non observance dans le vocabulaire normatif médical — auxquels se livrent fréquemment les malades mentaux. Favorisent-ils cet empowerment du malade ? Les désaccords des professionnels sur cette question relèveraient-ils alors de leur formation d’origine et de leur mandat, ou bien d’autres déterminants ?

  • 1  Inspiré du modèle nord-américain Housing First, qui s’adresse aux personnes sans-abris ou mal logé (...)
  • 2  B. Eyraud, « Quelle autonomie pour les « incapables » majeurs ? Déshospitalisation psychiatrique e (...)

6Pauline Renther, s’appuyant sur sa participation à une importante expérimentation en cours — le programme national « Un chez-soi d’abord »1 — s’interroge sur une autre condition essentielle de la vie des malades en communauté : l’acquisition d’une autonomie à leur mesure. Rappelons sur ce point les très belles analyses qu’avait proposées B. Eyraud des conditions d’une politique de déshospitalisation qui ne soit pas soutenue par une conception « idéalisée » de l’autonomie mais comme le « produit d’une capacité relative d’interpellation et de reconnaissance »2.

7Tandis que les professionnels engagés dans le programme sont censés favoriser l’autonomie des usagers, « l’analyse montre qu’ils mobilisent une double définition de l’autonomie » (p. 62). L’une vise l’objectivation et la recherche des indices de deux types ; « des listes de capacités et un ressort personnel, propres à chaque personne, à se doter de nouvelles normes » (p. 63). L’autre, « mobilisée depuis la subjectivité de la personne accompagnée », est auto-évaluée par les usagers.

  • 3  Pour conclure sur les EMPP, et revenir à la perspective générale de ce numéro du Sociographe, on r (...)

8Dernière expérience française de collaboration professionnelle destinée à favoriser la vie des malades dans la communauté : les équipes mobiles de psychiatrie-précarité (initiées en fait dès les années 1990). Les EMPP sont bien des équipes de psychiatrie mais elles interviennent auprès des structures sociales, des services de justice, des associations concernées par les personnes en situation de précarité. La problématique de l’article de A. Marques relève ici de l’analyse des politiques publiques et non pas de la sociologie des professions. Elle répond à la question de savoir quelles sont les conditions qui ont favorisé la création de ce dispositif en défendant la thèse suivante : la sectorisation  des personnes sans domicile est, de longue date, un problème non résolu qui laisse bien souvent les malades concernés sans équipe de référence et, partant, sans prise en charge. « Plus que le constat de ce phénomène, c’est la sensibilisation sociale à cette problématique, sa constitution en tant que problème public qui est à l’origine des EMPP » (p. 72). Et encore : « je fais l’hypothèse que la qualification psychiatrique du phénomène n’est pas la définition du problème public, mais la définition de sa solution » (p. 75). Hypothèse hautement discutable à notre sens quand on se souvient des débats des années 1990 sur le nombre de malades mentaux à la rue, du fait selon certains de la désinstitutionalisation psychiatrique. Très rapidement donc, c’est la psychiatrie comme institution de soins qui a été « mise en cause » — et discutée — pour son rôle dans cette présence des malades à la rue3.

9Pour conclure, si le format des articles (dix pages maximum) est un peu frustrant, il laisse entrevoir les réaménagements des interventions professionnelles à l’œuvre aujourd’hui dans la prise en charge des malades mentaux dans la communauté.

Haut de page

Notes

1  Inspiré du modèle nord-américain Housing First, qui s’adresse aux personnes sans-abris ou mal logées ayant des troubles psychiques.

2  B. Eyraud, « Quelle autonomie pour les « incapables » majeurs ? Déshospitalisation psychiatrique et mise sous tutelle », Politix,Vol. 1, n° 7, 2006.

3  Pour conclure sur les EMPP, et revenir à la perspective générale de ce numéro du Sociographe, on renverra à rapport L. Demailly, O. Dembinski, C. Déchamp Le Roux, Analyse d'innovations dans les secteurs  psychiatriques : augmenter la mobilité et la  disponibilité, CLERSE, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Sicot, « « Santé mentale. Des troubles et des doubles », Le Sociographe, n° 42, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 12 juillet 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/11919

Haut de page

Rédacteur

François Sicot

Professeur de sociologie, Université Toulouse 2, LISST, UMR5197 - Sociologie de la déviance, du handicap, de la santé. Co-responsable de l’axe interdisciplinaire « Expériences de santé et dispositifs de soins » du laboratoire.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page