Navigation – Plan du site

Philippe Poirrier (dir.), La Politique culturelle en débat. Anthologie (1955-2012)

Sylvia Girel
La Politique culturelle en débat
Philippe Poirrier (dir.), La Politique culturelle en débat. Anthologie (1955-2012), Paris, La Documentation Française, coll. « Travaux et documents », 2013, 320 p., nouvelle édition revue et augmentée.
Haut de page

Texte intégral

1La nouvelle édition enrichie de La politique culturelle en débat. Anthologie, 1955-2012 (textes réunis et présentés par Philippe Poirrier, Comité d'histoire, La Documentation française, 2013) vient actualiser la collection des ouvrages publiés par le comité d’histoire du ministère de la Culture : « Les textes présentés ici proviennent de sources très diverses : discours des politiques, mémoires d’administrateurs culturels, réflexions d’universitaires ou de militants… » (Avant-propos de M. de Saint Pulgent). Cette édition plus complète couvre aussi la période très récente (2006-2012) et donne un éclairage sur des points de débats tout à fait contemporains : la (re) mise en cause du modèle français, la réforme générale des politiques publiques ou la loi Hadopi et l’engagement des artistes pour la liberté de création à l’ère d’Internet. S’il n’est pas possible de restituer, sauf à les simplifier, l’ensemble des thèmes traités et la manière dont ils le sont (l’ouvrage rassemble 45 textes), il est intéressant de pointer d’une part la diversité des points de vue sur des questions communes (ce qui engendre des débats et différends plus ou moins virulents), d’autre part de repérer un certain nombre de points de convergence.

2Mais signalons tout d’abord l’introduction rédigée par Philippe Poirier qui permet de donner les grandes lignes et les évolutions qui ont marqué ces presque six décennies de politique culturelle. Elle figure comme un document de synthèse à recommander et particulièrement pour les étudiants et pour qui souhaite une vision d’ensemble et une connaissance des étapes, concepts et orientations qui ont façonné ce domaine des politiques publiques depuis qu’un ministère existe. Se dessinent au fil de l’analyse : des figures politiques (Malraux, Duhamel, Lang pour citer trois ministres de la culture qui vont impulser des orientations différentes et déterminantes), des choix décisifs (la séparation d’avec l’éducation nationale, l’échec du rattachement de l’éducation populaire, le doublement du budget de la culture en 1981, l’Uruguay round du Gatt), des dispositifs et lois qui vont transformer les formes de diffusion et d’accessibilité aux arts et à la culture (la décentralisation), des mutations majeures (technologiques notamment avec les industries culturelles puis Internet). Le panorama proposé engage à repérer les moments de bascule notamment politique, des moments de crise (esthétique, on pensera ici à celle de l’art contemporain des années 90, professionnelle, ce sera celle des intermittents des années 2000), mais tout autant à pointer la permanence de certains « fondamentaux » : l’objectif de démocratisation, le soutien à la création, la défense de l’exception culturelle.

3S’il y a en France consensus sur la nécessité de mettre en place des politiques publiques de « la culture », la manière même dont se définit et se construit ce qui en relève – de l’époque des « beaux-arts » à celle du « web art » - évolue selon les époques, les personnalités et les mutations de nos sociétés. Ainsi nombre de concepts demeurent mais les référentiels se transforment et en modifient le sens, d’autres concepts varient en termes d’usages et d’importance, et parallèlement de nouveaux émergent et viennent signaler des changements : l’exception culturelle se mue en diversité culturelle pour revenir très récemment au-devant de la scène mais liée à l’Internet ; l’éducation populaire, l’animation culturelle passent à l’arrière-plan ; l’ère de l’action culturelle, du développement culturel, cède le pas à celle la médiation culturelle... Ainsi, de la fondation du ministère en 1959 à aujourd’hui, de la démocratisation à la démocratie culturelle, de la télévision au Web, de l’élitisme au tout culturel, des changements s’opèrent de manière assez radicale quand par exemple l’arrivée de la gauche au pouvoir engage des ruptures quantitatives et qualitatives fortes, et implique de redéfinir les missions du ministère, ou parfois de manière plus diffuse, c’est ce que l’on observe avec le brouillage des frontières entre monde des arts et de la culture et monde des loisirs et du divertissement, ou quand l’idée de tourisme culturel s’installe progressivement.

4L’Anthologie commence par un texte de Jeanne Laurent qui aborde la question sous l’angle des Beaux-arts et de la république, elle se termine par l’intervention d’Aurélie Filipetti qui évoque la création à l’heure numérique et engage le débat actualisé sur l’exception culturelle. Au-delà des années qui séparent l’intervention de l’une (1955) et de l’autre (2012), on mesure les changements qui sont intervenus dans les mondes de l’art, de la politique et de l’économie. Entre les deux se déclinent autant d’interventions que de prises de position avec les projets sans suite (celui d’un ministère des arts, pensé comme culturel et social par R. Brichet), ceux durables et emblématiques (le festival d’Avignon de Jean Vilar), avec des idées innovantes mais peu relayées (celle d’Augustin Girard de lier action culturelle et média), des refondations (celle de Jacques Rigaud). Ainsi, d’actions en réorientations, l’éventail des propositions, permet de voir que chacun livre un (son) point de vue sur la culture. L’ensemble, au-delà des idées véhiculées et des réalisations, donne à lire une pluralité de manière de penser et de se représenter la culture. Qu’ils soient Présidents de la république (Georges Pompidou, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy), ministres ou secrétaires d’état (avec ceux qui ont occupé longtemps la fonction, André Malraux et Jack Lang, ceux dont le passage court aura marqué Jacques Duhamel, Michel Guy et Catherine Tasca), artistes (de Jean Dubuffet aux artistes qui se fédèrent contre la loi Création et Internet, en passant par les compositeurs et auteurs dramatiques), sociologues (d’Augustin Girard à Olivier Donnat, de Pierre Bourdieu à Michel de Certeau, en passant par Pierre Michel Menger), historiens (Pierre Nora), directeur de presse (David Kessler), directeur de maison de vente (Guillaume Cerrutti) ou de l’Observatoire des politiques culturelles (Jean-Pierre Saez), etc., ce sont différentes « cultures » que cette anthologie nous donne aussi à lire. Si les intervenants sont ici choisis au titre de leur fonction et implication au regard des politiques culturelles, ils n’en sont pas moins aussi des « amateurs ordinaires » avec chacun leur propre culture, leurs préférences (arts du spectacle, littérature, théâtres, arts visuels, etc.).

5On note aussi la variation des relations entre les personnalités politiques et les acteurs culturels, les artistes et les chercheurs impliqués au ministère, entre les acteurs politiques eux-mêmes, avec des équilibres qui se déclinent différemment selon les époques, et des tensions, tout comme des collaborations, entre les uns et les autres qui viennent façonner les orientations, les dispositifs leurs usages et donc leurs effets. On pourra évoquer les interventions sous forme de remise en cause (sur fond politique, économique, esthétique, etc.) qui émaillent régulièrement les débats et visent à questionner le bien fondé des politiques culturelles en place. On pourra aussi évoquer les glissements comme celui observé à propos du dispositif d’enquête sur les pratiques culturelles des Français lancé dans les années 70 et où L’Amour de l’art de Pierre Bourdieu et Alain Darbel figure comme modèle, alors que de son côté Michel de Certeau émet d’emblée des réserves au regard des incertitudes liées à la seule mesure statistique. Vincent Dubois souligne le déplacement opéré dans l’usage de ces enquêtes qui, en marge de fournir des connaissances sur les pratiques sont devenues des instruments de mesure des effets des politiques de démocratisation sur les dites pratiques : « Alors qu’elles permettaient aux “pionniers” du ministère des Affaires culturelles de rationaliser leur croyance dans la nécessité d’une démocratisation de la culture, les statistiques des pratiques culturelles nourrissent ainsi, vingt-cinq ans plus tard, les polémiques sur l’opportunité d’une politique culturelle ».

6Bien que différemment perçue et pensée, ce qui est transversal et qui traverse l’ensemble des textes renvoie largement à la question de la « démocratisation », à la volonté de pallier « l’inégal accès à la culture ». Si tous conviennent, de leurs positions, postures et époques respectives que l’enjeu essentiel est l’amélioration pour tous et partout des conditions d’accessibilité aux arts et à la culture, encore faudrait-il s’accorder sur ce que l’on entend par accessibilité (où, par qui et comment) et à quelles formes d’art(s) et de culture(s) on réfère. Ce sont bien toujours certaines œuvres qui doivent être démocratisées et certaines catégories de publics qui sont visées.

7C’est ici un enjeu important qui émerge à l’issue de la lecture et par lequel cette note propose de conclure : si la question de la démocratisation figure en arrière-plan de nombreuses interventions, il s’agit de la penser par l’amélioration des conditions de diffusion, de transmission, de favoriser l’éducation, la médiation, de donner aux créateurs les moyens de leur création. Ce sont les plus récentes interventions - celle de Bernard Faivre d’Arcier et d’Aurélie Filippetti - qui revendiquent le plus explicitement la nécessité de mettre toute l’attention sur la question des publics : « L’accent doit être mis sur les publics. […] Pour moi la priorité serait une réflexion sur les publics, le comportement des spectateurs citoyens », nous dit le premier, « le 3e objectif – essentiel qui justifie toute mon action au ministère -, c’est la prise en compte des attentes des publics », précise la seconde. Vaste programme qui clôt cette anthologie, invite à regarder du côté de la sociologie, et amorce aussi un basculement dans la manière de penser les politiques culturelles, avec une plus grande attention à la réception et au processus de construction des pratiques culturelles (à défaut de focaliser sur la fréquentation, la pratique comme forme de consommation). Mais cela engage à dépasser les discours d’intention, les logiques de transmission verticales ouhorizontales1, pour prendre la mesure de ce qui se passe concrètement et au quotidien sur le terrain (dans les mondes sociaux ordinaires et non seulement dans « les mondes politiques et les mondes de l’art »), là où publics, professionnels et artistes privilégient la « diagonale » conjuguant des savoirs et savoirs faire issus de plusieurs décennies de politiques culturelles avec des formes de démocratisation plus informelles mais dont les effets sont aussi bien réels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvia Girel, « Philippe Poirrier (dir.), La Politique culturelle en débat. Anthologie (1955-2012) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 juillet 2013, consulté le 23 septembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/11946

Haut de page

Rédacteur

Sylvia Girel

Maître de conférences-Hdr, Aix-Marseille Université
UFR ALLSH - Médiation culturelle. Chercheuse au LESA (Laboratoire d'études en sciences de l'art, EA 3274, Aix-en-Provence) et chercheuse associée au LAMES (Laboratoire méditerranéen de Sociologie), UMR 6127, Aix-en-Provence, Membre du GDRI OPuS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page