Navigation – Plan du site

Paul Jorion, Le prix

Guillaume Arnould
Le prix
Paul Jorion, Le prix, Éditions du Croquant, coll. « Dynamiques socio-économiques », 2010, 364 p., EAN : 9782914968768.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est original à plus d'un titre. Il est emblématique de ce qu'il est convenu d'appeler la « socio-économie » dont les travaux cherchent à étudier les problèmes économiques (richesse, production, travail ...) sans négliger le contexte social et historique dans lesquels ils apparaissent et se développent. On peut d'ailleurs saluer la collection qui abrite le livre de Paul Jorion et s'inscrit dans ce cadre : « dynamiques socio-économiques ».

2Mais l'originalité n'est pas tant dans l'ancrage théorique de l'œuvre que dans la personnalité de l'auteur : Paul Jorion est un chercheur difficile à classer car il a de nombreux centres d'intérêts et qu'il a également une expérience professionnelle très riche. Ainsi dans Le Prix le lecteur passera de manière très cohérente et structurée dans plusieurs univers : la philosophie économique, la pêche ou les marchés financiers. Le fil conducteur de l'ouvrage est un retour sur une des questions les plus fondamentales de l'économie politique : comment se forme le prix dans un mécanisme d'échange.

3On sait que la théorie économique a avancé l'hypothèse de la « loi » de l'offre et de la demande, qui suppose que l'on peut trouver un équilibre entre les quantités demandées par des consommateurs et les quantités proposées par des producteurs grâce à un ajustement du prix de ce qui est échangé. Ce que Walras avait décrit comme un processus de « tâtonnement » semblable à un mécanisme d'enchères géré par un commissaire priseur fictif, Arrow & Debreu l'avaient formalisé plus rigoureusement sous des conditions axiomatiques fortes, telles que l'homogénéité des produits ou l'atomicité de l'offre et de la demande (grand nombre d'agents ne pouvant influencer le marché). Cette hypothèse, malgré son irréalisme empirique entre autres, s'est imposée comme modèle de base de la microéconomie dite « néo-classique », paradigme aujourd'hui dominant en sciences économiques. Certaines conditions de ce fonctionnement idéal du marché ont été levées et ont donné lieu à des approfondissements dans ce qu'on appelle la « concurrence imparfaite » ou la « nouvelle microéconomie » utilisant la théorie des jeux ou l'économie de l'information, sans pour autant renoncer à l'évidence de la loi de l'offre et de la demande.

4Dans la continuité de ses recherches précédentes, en anthropologie économique (sur la pêche), en philosophie (sur la notion de vérité) ou sur la finance (et son instabilité), Paul Jorion effectue un travail salutaire de déconstruction de l'analyse économique de ce qui a fini par apparaître comme une doxa, la relation entre la valeur et le prix. En effet, la science économique a fini par résoudre le casse tête de la construction des prix en proposant comme étalon de la valeur d'un bien l'utilité que les consommateurs éprouvent lors de sa consommation. Cette révolution marginaliste a permis de déconnecter la valeur d'un bien de sa production, il suffit de déterminer ce qu'elle apporte comme utilité au consommateur à la marge (unité supplémentaire consommée) et ce qu'elle coûte au producteur à la marge (unité supplémentaire produite) et d'égaliser ce deux fonctions comportementales pour équilibrer le marché. Paul Jorion choisit au contraire d'éclairer la question du prix et de la valeur par l'économie politique classique, c'est-à-dire celle qui prévalait avant ce changement de paradigme. Sont réhabilitées les analyses de Marx, les classes sociales jouent un rôle dans le mécanisme de l'échange ; de Smith ou de Ricardo, les revenus se décomposent entre les rentes des propriétaires, les profits des capitalistes et les salaires des travailleurs ...

5La thèse défendue par Jorion est également originale : le prix se détermine par un rapport de force social entre vendeurs et acheteurs, et ce rapport de force découle de la rareté relative ...des individus composant un groupe social. L'intérêt de cette notion n'est pas tant qu'elle remet en cause la construction intellectuelle de la science économique, mais qu'elle opère un retour sur une réflexion qui a longtemps été perçue comme évidente. En mobilisant une vraie réflexion pluridisciplinaire, l'auteur montre que cette idée était déjà présente dans la philosophie d'Aristote. Le texte de référence de l'ouvrage est un passage de L'Ethique à Nicomaque où le philosophe montre qu'on ne vend pas au même prix un bien identique à deux individus de statut différent. Jorion reprend donc à son compte une philosophie économique que l'économiste Arnaud Berthoud avait étudiée en profondeur.

6Cette idée, que Jorion remet dans le contexte intellectuel de l'époque (notamment sur le plan mathématique en termes de proportion) éclaire ainsi les travaux que l'auteur avait mené sur la formation des prix sur des marchés aussi différents que la Bretagne ou l'Afrique, tant sur le plan technique que commercial. Cela permet également de comprendre des mécanismes aussi complexes que la formation des produits financiers dérivés. Paul Jorion s'appuie également sur les réflexions de Hegel ou Platon sur l'idée de valeur « naturelle » ou sur l'approche du lien social de Durkheim. Cette socio-économie est donc d'une richesse intellectuelle impressionnante. Est-elle pour autant opérationnelle ?

7Le tour de force de Jorion vient dans sa capacité à dépasser la simple critique d'une théorie marginaliste de la valeur et du prix et montrer empiriquement la validité de sa réflexion alternative. Une simple formule mathématique, comme en utilisent régulièrement les économistes, permet de comprendre la répartition des recettes entre pêcheurs (propriétaire du bateau et membres de l'équipage) et mareyeurs. Celle-ci est étrangement régulière malgré une activité aléatoire par essence, que ce soit en Bretagne ou au Bénin. Jorion en vient à la conclusion que ce sont les acteurs eux-mêmes qui ont incorporé la loi de l'offre et de la demande puisqu'ils la valident dans leurs discours sans tenir compte de la réalité et des arrangements pratiques par lesquels les parties lissent leurs revenus en fonction de leurs positions de force temporaires. On retrouve un argument défendu par les sociologues des sciences sur la performativité de l'économie, l'énonciation de la formation du prix par la théorie économique est assimilée et incorporée par les acteurs.

8De même, en énonçant les particularités des marchés financiers où la notion de vendeur et d'acheteur est moins clairement établie que sur un marché de bien primaire, Jorion montre que des titres financiers sensés répartir le risque (options, futures, swaps), les krachs ou le processus de notation de la dette s'inscrivent également dans une logique de fixation des prix tenant compte de la rareté des positions. Le partage des risques qui reste le fondement essentiel des marchés financiers ne fonctionne pas de la même manière selon qu'il y ait un petit ou un grand nombre d'opérateurs ... Cette partie sur la finance renvoie à des analyses stimulantes en sociologie ou en géographie sur la lutte des places et les processus d'interactions par lesquels les individus cherchent à se dominer les uns les autres. Ainsi le risque de défaillance sur le marché hypothécaire traduit bien cette idée puisqu'en fin de compte, les pauvres paient plus.

9Le prix de Paul Jorion est un ouvrage remarquable tant par son érudition, que la qualité de sa narration. Les passages sur le fonctionnement concret des marchés sont limpides. On se retrouve alternativement avec les pêcheurs du Croisic et les traders dans une continuité agréable. Pourtant au regard de la remise en cause complète et intégrale du paradigme de l'économie néo-classique on aurait aimé que l'auteur prête plus d'attention aux recherches socio-économiques comme l'économie institutionnaliste ou la sociologie économique, car depuis des années une hétérodoxie existe et a produit d'autres analyses alternatives : la théorie des règles économiques, le rôle des conventions, l'économie des biens singuliers, l'économie comme croyance idéologique, le fonctionnement mimétique des marchés financiers ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Paul Jorion, Le prix », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 23 novembre 2010, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/1196

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page