Navigation – Plan du site

Paul Rasse, La diversité culturelle

Béatrice Mabilon-Bonfils
La diversité culturelle
Paul Rasse, La diversité culturelle, Paris, CNRS Éditions, coll. « Les Essentiels d'Hermès », 2013, 226 p., ISBN : 978-2-271-07621-2.
Haut de page

Texte intégral

1Qu’elles soient qualifiées de postindustrielles ou d’hyper-industrielles au sens où pour Bernard Stiegler elles demeurent placées sous le signe de la reproductibilité, de l’investissement et de la révolution technologique, les sociétés trans-modernes sont entrées dans l’ère du global. L’ouvrage coordonné par Paul Rasse questionne la reconfiguration des cultures contemporaines prise dans le jeu de la globalisation et de l'universalisation des technologies de la communication. Tout comme chaque société ne se pose que les problèmes qu'elle peut techniquement ou culturellement résoudre, toute époque construit les sciences sociales qui l’interprètent, ces analyses participant rétroactivement de ces mutations culturelles : la revue Hermès œuvre à structurer le champ des sciences de la communication depuis une vingtaine d’années, marquées par l’accélération des processus d’intégration internationaux où l’échelle et le rythme du monde ont radicalement changé. À partir d’une série d’articles et de dossiers de la revue, cet ouvrage collectif aborde de manière plurielle mais cohérente et argumentée un débat de fond des plus contemporains : quels sont les effets de la mondialisation sur les identités culturelles plurinationales nationales, et locales ? Car derrière l’idée de globalisation, s’il y a des données matérielles et économiques voire politiques, il y a aussi des modes de représentation des formes spatio-temporelles de la mondialisation, des manières de vivre et de penser le monde : allant de la dénonciation d’un impérialisme culturel américain menaçant la singularité des cultures nationales jusqu’à la prise de conscience d’une appartenance globale voire à l’émergence de nouvelles solidarités en réseau et de modes d’action plus labiles.

  • 1  La variable culturelle est largement absente des analyses du développement produites par les écono (...)

2 Penser la transformation spatiale du monde, ce n’est pas la réduire à une globalisation économique et financière, même si le système transnational contemporain se caractérise d’abord par une économie globale plus flexible, dans un régime d’accumulation inédit. Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, le commerce international croît plus vite que la production mondiale. Le degré d’ouverture des économies progresse. Le système de production et de consommation est devenu planétaire. L’internationalisation du système productif s’accélère avec les processus de délocalisations/relocalisations, la multinationalisation des firmes et l’accroissement des investissements directs à l’étranger. L’intégration économique autant que les multilatéralismes se développent. La globalisation financière engendre la constitution d’un marché mondial unique des capitaux, que le mouvement général de déréglementation financière des années 1980, l’interconnexion informatique des réseaux financiers a accentué. Deux trends se conjuguent : une tendance de longue durée marquée par l’extension des flux commerciaux et financiers, l’interdépendance croissante entre économies et l’internationalisation progressive des économies, et une tendance récente de globalisation néolibérale à la dérégulation et la déréglementation trouvant sa pleine expression dans les années 1990. Cette globalisation exacerberait les inégalités Nord/Sud et détruirait les tissus économiques et sociaux locaux traditionnels, des économies vivrières accentuant la vulnérabilité et la précarité des périphéries. Certes, la globalisation économique a réduit le temps et l’espace au point qu’Eugen Weber situe « la fin des terroirs » en France et en Europe, au début du XXe siècle, mais la révolution des transports et de la connectique couplant électronique, informatique télématique et satellites, les nouvelles technologies de l’information et de la communication inaugurent une société des réseaux, sorte de réticulation économique et sociale mais aussi symbolique. Car L’analyse économique1 n’épuise pas le débat. 

3Les articles questionnent par touches successives les enjeux culturels de la mondialisation : se traduit-elle mécaniquement par arasement des différences culturelles ou bien entraîne-t-elle au contraire une hétérogénéisation culturelle du monde qui nécessiterait un « multiversalisme scientifique » au sens de Kuhn pour penser le monde qui vient ? Voire même engendre-t-elle un retour des identités ? Alors que, comme le signale Dominique Wolton, la mondialisation avait pu apparaître dans les années 80 comme une formidable opportunité de dépasser les frontières Nord-Sud et Est-Ouest. C’était sans compter sur cette troisième mondialisation : l’Autre change de statut. « Hier dans un monde fermé, il était lointain, ailleurs, il fallait du temps pour l’atteindre. C’était l’autre de l’ethnologie et de l’anthropologie […]. Aujourd’hui la problématique a radicalement changé. Grâce à l’avion et à Internet, l’autre est là omniprésent et finalement menaçant pour son omniprésence » (Wolton, p. 180). Selon nous, il faut prendre au sérieux cet imaginaire de menace car les systèmes de représentations remplissent des fonctions d’organisation des perceptions, des affects et des valeurs, assurent des fonctions de défense contre des menaces internes et externes à l’individu et au groupe, et une fonction régulatrice par la réduction qu’ils opèrent dans les conflits et les contradictions, et par leur capacité à créer de la cohérence en fournissant cette réponse aux questions centrales qui permettent de définir son identité, son rôle. L'imaginaire ne joue pas un rôle dans les institutions du fait des problèmes réels rencontrés par les hommes, mais parce que ces problèmes ne se constituent comme tels, dans une époque et une société données, qu’en fonction d'un imaginaire central de l’époque ou de la société considérée. Ce questionnement est essentiel selon nous pour saisir la construction du lien social contemporaine et ses apories.

4La diversité cultuelle oblige à décoloniser les imaginaires : cet ouvrage y contribue par sa multiréfentialité grâce à ses détours par la culture populaire, les identités ultramarines la construction identitaire européenne, les industries culturelles, les questions linguistiques, les polyphonies corses, l’internationalisation des médias, les « nomades connectés » qui sous des terrains pluriels ouvre une manière de penser les nouveaux enjeux structurant le nouvel espace-temps de notre histoire planétaire.

Haut de page

Notes

1  La variable culturelle est largement absente des analyses du développement produites par les économistes alors qu’elle est fréquemment utilisée par les sociologues, les politistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Mabilon-Bonfils, « Paul Rasse, La diversité culturelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 29 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/11981

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page