Navigation – Plan du site

Anne-Marie Guillemard, Les défis du vieillissement. Age, emploi, retraite, perspectives internationales

Romuald Bodin
Les défis du vieillissement
Anne-Marie Guillemard, Les défis du vieillissement. Age, emploi, retraite, perspectives internationales, Armand Colin, coll. « U Sociologie », 2010, 358 p., EAN : 9782200249205.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage d'Anne-Marie Guillemard, Les défis du vieillissement, est la réédition (remaniée) de L'âge de l'emploi publié en 2003. Pour rompre avec les discours préconstruits et les représentations du sens commun sur la vieillesse, Anne-Marie Guillemard rappelle avec force que l'âge, ou la distinction entre les différents âges de la vie, est le produit d'une construction sociale qui varie selon les époques et les pays. Mais l'essentiel est dans la démonstration qu'elle en fait et dans les conclusions qu'elle en tire. La force de cet ouvrage est de nous inviter à penser la vieillesse et ses enjeux comme le produit des « évolutions interdépendantes [et des évolutions de cet interdépendance] entre les trois dimensions centrales que sont : le marché du travail, le système de protection sociale et l'organisation temporelle du parcours de vie » (p.17).

2Dans une première partie, l'auteure, après avoir pris soin de préciser les objectifs et le cadre conceptuel qu'elle s'est donnés, va s'attacher à comparer le déroulement de la seconde moitié de carrière des salariés dans différents pays. Or, de ce point de vue, le minimum que l'on puisse dire est que les différences sont particulièrement visibles. Pour ne prendre qu'un exemple, l'âge médian de retrait effectif du marché du travail est de 58 ans en France, alors qu'il est proche de 65 ans en Suède, et plus élevé encore au Japon. Et il faut se garder d'y voir un privilège ou un avantage français. D'une part, ce retrait rapide des travailleurs les plus âgés n'a pas pour effet de faciliter l'entrée des plus jeunes dans l'emploi. D'autre part, ce phénomène est moins la conséquence d'un accès plus rapide en France à un repos bien mérité et désiré par les travailleurs que le produit d'une montée des incertitudes vis-à-vis de l'avenir pour des salariés qui, passé la quarantaine, se voient étiqueté « salariés âgés » dans les entreprises. Enfin, la contrepartie de cette multiplication des sorties anticipées est l'élévation de l'âge social de toute une génération.

3La deuxième partie de l'ouvrage est la plus longue. Elle traite de la manière dont s'articulent âge et travail. L'auteure construit des configurations-types capables d'expliquer les fortes disparités entre pays décrites dans les chapitres précédents. Son ambition est « de proposer une théorie comparative permettant de rendre compte de l'influence des contextes sociétaux sur le niveau d'activité en seconde partie de carrière et la capacité des seniors à durer en emploi » (p.101). Plus concrètement, quatre niveaux d'analyse sont articulés : celui de l'agencement spécifique des politiques publiques d'emploi et de protection sociale et leurs effets sur la seconde partie de carrière ; celui des édifices normatifs que les configurations précédentes construisent et les cultures de l'âge auxquelles elles correspondent ; celui des formes de coordination ou de conflit entre les acteurs du marché du travail associés à cet agencement ; celui des tensions, des réajustements et des transformations dont ce dernier est le siège. Par ce biais, l'auteur identifie quatre trajectoires-types de seconde partie de carrière (chacune associée à une configuration institutionnelle spécifique).

4La première configuration (France mais aussi Allemagne, Pays-Bas, Finlande) combine une indemnisation généreuse du risque de non-travail pour les salariés vieillissants avec une quasi-absence d'instruments d'intégration ou de réintégration vers l'emploi et conduit à une « marginalisation/relégation » des salariés les plus âgés. La seconde configuration (Suède, Danemark) articule une indemnisation forte et une politique active de l'emploi qui permet le maintien d'une situation « d'intégration/réintégration sur le marché du travail ». La troisième configuration (Japon) qui se caractérise par une indemnisation faible (il n'y a pas pour la salarié japonais d'autre solution que le vieillissement actif) et une intégration forte (obligation est faite, en revanche, à la société japonaise d'offrir aux salariés avançant en âge de multiples possibilités de maintien dans l'emploi) conduit à une situation de « maintien sur le marché du travail ». La quatrième configuration (Etats-Unis, Royaume-Uni) articule intégration faible et indemnisation faible. Dans ce dernier cas, la plus large part de la régulation est laissée au marché, ce qui conduit à une situation de « rejet/maintien », c'est-à-dire à une situation où les plus âgés sont réduits à constituer une simple réserve de main-d'œuvre alternativement rejetée ou maintenue sur le marché de l'emploi en fonction des aléas économiques. Le dernier chapitre de cette seconde partie interroge plus spécifiquement les capacités de changement de la configuration institutionnelle continentale à partir de l'analyse du cas finlandais et du cas néerlandais qui ont l'un et l'autre réussi à sortir de la montée « de l'inactivité en fin de carrière » et « de la culture de la sortie précoce ».

5La troisième partie de l'ouvrage traite de la transformation des temps sociaux (qui organisent les cycles de vie) ainsi que des relations entre générations. L'auteure insiste fortement sur la « désinstitutionnalisation de la fin du parcours ternaire des âge de la vie » (p.281). Les séquences d'emploi, d'éducation, de vie familiale et d'inactivité, autrefois séparées dans le temps, se combinent aujourd'hui à tous les âges. En d'autres termes, on assiste à un « affaiblissement de la régulation collective du cours de la vie » (p.298) inséparable d'une individualisation et d'une insécurisation croissante des trajectoires biographiques. Plusieurs voies, longuement étudiées par l'auteur, se sont dessinées à l'étranger pour tenter de s'ajuster à cette nouvelle situation et mettre en place une gestion des âges qui ne passe pas par un simple recul réglementaire de la retraire (qu'elle montre être de toute façon inefficace dans ce nouveau contexte). Mais Anne-Marie Guillemard nous invite à nous inspirer plus particulièrement de l'une d'entre elles, singulièrement réussie : la voie finlandaise. Les options prises dans le cadre de la Finlande consistent à agir tout à la fois sur la demande et sur l'offre de travail en mobilisant divers leviers complémentaires : inciter les entreprises à mettre en place une vraie gestion des parcours professionnels qui bénéficie tout à la fois aux employés et aux employeurs (perspectives d'évolution, maintien de l'employabilité) par la voie fiscale mais aussi par le biais d'action de conseil et de formation, mettre en place une vraie politique de formation continue, promouvoir la santé au travail, adapter des postes aux différents âges, favoriser la coopération des âges au travail dans le double sens d'une transmission des savoir-faire des anciens vers les plus jeunes et d'une formation aux nouvelles techniques des plus anciens par de plus jeunes, etc.

6Pour conclure ce compte-rendu trop succinct, et même s'il nous semble que certaines questions restent en suspens dans cet ouvrage, disons que ce n'est pas le moindre des intérêts de ce riche travail que de redonner sa juste place à la volonté politique en faisant la démonstration que les évolutions démographiques n'imposent jamais de solution unique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romuald Bodin, « Anne-Marie Guillemard, Les défis du vieillissement. Age, emploi, retraite, perspectives internationales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 02 décembre 2010, consulté le 27 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/1201

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page