Navigation – Plan du site

Manuel Castells, Communication et pouvoir

Corinne Delmas
Communication et pouvoir
Manuel Castells, Communication et pouvoir, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « 54 », 2013, 668 p., 1ère éd., 2009, préface d'Alain Touraine, traduit par Margaret Rigaud-Drayton, ISBN : 978-2-7351-1514-3.
Haut de page

Texte intégral

1Prolongeant ses travaux antérieurs, dont sa trilogie L’ère de l’information (Paris, Fayard, 2000-2004), l’auteur propose « une nouvelle approche de la question du pouvoir dans la société en réseaux » (p. 31). À cette fin, il mobilise plusieurs études de cas ainsi qu’un corpus considérable et pluridisciplinaire de travaux.

2Après avoir rappelé les éléments clés de sa conceptualisation de la société en réseaux qui contribueraient à une meilleure compréhension des rapports de pouvoir contemporains, Manuel Castells décortique la communication de masse dans les conditions de la mondialisation et de la numérisation. Les deux premiers chapitres visent ainsi à mettre en lumière les « déterminations structurelles de la relation de pouvoir et la communication dans la société en réseaux » mais aussi « la structure de l’agentivité » (p. 33), c’est-à-dire les modalités de traitement de l’information par le cerveau humain. Le pouvoir le plus fondamental, selon l’auteur, est celui de façonner la pensée, en contrôlant la communication ; de fait, le contre-pouvoir repose sur sa capacité à déjouer ce contrôle. Le chapitre suivant examine les relations spécifiques entre émotion, cognition et politique, et les deux derniers ciblent le rôle des médias de masse et des réseaux horizontaux de la communication. Partant du principe que plus les technologies de communication accroissent l’autonomie des utilisateurs, plus grandes sont les chances de voir apparaître de nouvelles valeurs et de nouveaux intérêts, l’auteur considère que l’essor de formes inédites de communication qu’il qualifie d’« auto-communication de masse » peut favoriser le changement social.

3Foisonnant, cet ouvrage propose une stimulante approche du pouvoir des médias. Si l’Etat ne disparaît pas, son rôle, sa structure et ses fonctions changent, évoluant vers un « Etat en réseaux » confronté, dans un monde multilatéral, à « un problème de coordination » (p. 74). Ainsi, « l’Etat n’est plus guère qu’un nœud, si important soit-il, au sein d’un réseau parmi d’autres – le réseau politique, institutionnel et militaire » (p. 49). L’efficacité de ces formes d’organisation flexibles et dotées d’une grande capacité de survie s’explique par un nouvel environnement technologique ou ce que M. Castells appelle l’ « ère de l’information ». La société mondiale en réseaux, parce qu’elle fonctionne à partir d’une double logique d’inclusion et d’exclusion et se caractérise par le contraste entre la dimension globale d’Internet et l’affirmation d’identités locales multiples, soulève « la question des protocoles de communication interculturelle » sans lesquels « il ne peut y avoir de société » (p. 70). Ici, l’hypothèse est celle d’une culture globale « de la communication au nom de la communication », qui se constitue moins autour de contenus qu’autour de processus et qui permet à différentes cultures de dialoguer, « non pas tant à partir de valeurs partagées qu’à partir d’une adhésion commune à la valeur de la communication » (p. 71).

4Dans une société de communication, le pouvoir réside dans la maîtrise de cette dernière dont le réseau conditionnerait le fonctionnement de tous les autres (économique, militaire, religieux…). Le succès des médias dépend inversement de leur capacité à se connecter aux réseaux principaux de la finance, de la technologie, de l’industrie de la culture, de la publicité, des fournisseurs de contenus, des autorités de réglementation et des milieux politiques dans leur ensemble ; l’auteur détaille l’inflexion décisive, depuis les années 1980, des politiques de réglementation.

5À l’ère numérique, surgissent ainsi les questions de la « commutation des réseaux » et du « changement culturel dans un monde global ». La culture de masse fortement individualiste qui s’est développée avec Internet n’est qu’une des formes culturelles possibles. Selon l’auteur, quatre configurations culturelles émergeraient ainsi de l’interaction entre les deux principales tendances bipolaires déterminant la société mondiale en réseaux (la mondialisation et l’identification) : « le consumérisme (caractérisé par le rôle important des marques), l’individualisme en réseaux, le cosmopolitisme (qu’il soit idéologique, politique ou religieux) et le multiculturalisme. » (p. 170) Financée par la publicité qu’elle rémunère en retour, l’industrie planétaire du divertissement contribue à l’édification d’une culture consumériste de marque ; le cosmopolitisme vise pour sa part à construire une sphère publique universelle autour des valeurs partagées de la citoyenneté ; le multiculturalisme est la norme du monde dans lequel nous vivons marqué par une grande diversité de production culturelle et de diffusion des contenus tandis que l’auto-communication de masse (Internet, communication sans fil, jeux en ligne, réseaux numériques…) offre une plate-forme privilégiée à la culture de l’individualisme en réseau. La construction d’une nouvelle sphère publique passe par l’édification de protocoles de communication qui « ne se fondent pas tant sur une culture partagée que sur une culture du partage » (p. 176) : publicité, polyvalence de la numérisation, valorisation de la marque et constitution d’un hypertexte numérique en réseau. Manuel Castells éclaire également un nouveau type d’audience, « créative », « à l’origine de la culture de mixage qui caractérise l’univers de l’auto-communication de masse » (p. 183) fragmentée entre des individus interprétant les messages reçus à la lumière de leurs propres cadres culturels. Il se distingue de certains théoriciens de l’espace public en montrant que l’audience, loin d’être inerte ou, au contraire, celle d’individus rationnels, est à la fois passive en reprenant à son compte nombre de messages, et active en les interprétant en fonction des schémas cognitifs et de l’information dont elle dispose. Ce potentiel à gérer ses pratiques communicatives se serait notablement développé avec l’essor de la culture de l’autonomie et de l’auto-communication de masse ; ainsi, « malgré la concentration croissante du pouvoir, du capital et de la production dans le système mondial de la communication, le contenu et le format des pratiques de communication sont en fait de plus en plus diversifiés » (p. 187).

6L’ouvrage oriente ensuite la focale sur les processus cognitifs et émotionnels mis en œuvre par les individus dans ce nouvel espace public. Il analyse le processus complexe de construction de l’opinion publique où interviennent les élites politiques et médiatiques – avec pour principales sources d’information politique la télévision et la radio - fournissant des cadres d’interprétation et des citoyens traitant les données mises à leur disposition. Rappelant combien les médias structurent l’opinion publique et le contrôle exercé par les élites politiques sur les cadres de l’information, l’auteur bat en brèche la vision idéaliste d’un nouvel espace public favorisé par Internet. Il insiste également sur la manière dont les citoyens traitent des informations et, pour éviter la dissonance émotionnelle, sélectionnent celles qui confirment leurs propres interprétations, quitte à s’informer sur Internet plutôt que d’avoir recours aux médias nationaux. « Les gens ont tendance à croire ce qu’ils veulent croire » (p. 208). Le rôle de l’affectivité est essentiel.

7« La politique c’est d’abord et surtout la politique des médias. Les messages, les organisations et les dirigeants n’existent pas dans l’esprit du public s’ils ne bénéficient pas d’une présence dans les médias. » (p. 255). Les questions touchant à des problèmes importants doivent ainsi, pour être audibles, parvenir « dans le langage de l’info-divertissement au sens le plus large du terme » (p. 265). Un décalage croissant entre les règles constitutionnelles et les croyances des citoyens, c’est-à-dire une crise de la légitimité politique, résulterait de ce rôle de médias focalisant l’attention sur les scandales politiques – à propos desquels l’auteur mobilise, notamment, l’exemple de l’Espagne socialiste. Après avoir rappelé l’importance de l’Etat dans la définition des rapports de pouvoir à travers les réseaux de communication via la propagande – évoquée par le biais de la désinformation gouvernementale aux Etats-Unis lors de la guerre en Irak - et le contrôle – traité à partir de la censure en Russie et de la mise au pas des médias en Chine -, il insiste sur le manque de confiance généralisé à l’égard des dirigeants politiques et sur le rôle joué en la matière par les médias. La crise de la démocratie résulterait pour sa part d’une distance croissante entre la crédibilité des institutions publiques et le désir d’action politique.

8Le cinquième et dernier chapitre de l’ouvrage évoque « la synergie potentielle entre l’essor de l’auto-communication de masse et la capacité autonome qu’ont les sociétés civiles partout dans le monde de façonner le processus de changement social » (p. 288). Le nouvel espace public favoriserait l’émergence de mouvements sociaux, nonobstant les diverses formes de contrôle et de manipulations qui le structurent et à la condition que ces mobilisations acceptent de se couler dans les protocoles existants pour les transformer ; « les acteurs du changement social peuvent avoir un impact important en se servant des mécanismes de la constitution du pouvoir qui correspondent aux formes et aux processus du pouvoir dans la société en réseaux. En prenant part à la production culturelle des médias et en mettant sur pieds des réseaux autonomes de communication horizontale, les citoyens de l’ère de l’Information deviennent capables d’inventer de nouveaux programmes pour leurs vies » (p. 542). À l’appui de cette thèse, Manuel Castells évoque plusieurs « mouvements sociaux », au sens d’acteurs recherchant le changement de valeurs, et quelques exemples de « politique contestataire », c’est-à-dire de processus orientés vers le changement politique et institutionnel : le mouvement écologiste, porteur d’une nouvelle culture de la nature, les « mouvements mondiaux contre la mondialisation sauvage des marchés » (p. 432), la campagne présidentielle d’Obama lors des primaires de l’élection de 2008. Ces cas sont très contrastés, ce qui soulève la question de leur catégorisation ; certains ont par ailleurs été mis en cause par les évolutions postérieures, dont les dernières présidentielles nord-américaines.

9Par-delà ces écueils, Manuel Castells soulève la question de la transparence des protocoles d’Internet. Les mouvements sociaux luttant pour la préservation d’un Internet libre, face à l’emprise des gouvernements et des entreprises, seraient les plus importants de notre époque : cet espace de communication autonome peut fonder le nouvel espace public de l’ère de l’information. Si ce point est essentiel, on peut regretter ici un certain irénisme, ainsi que la tendance à opposer les « détenteurs du pouvoir » visant à réaliser « l’enclosure de la communication libre » (p. 543) aux acteurs du changement, et à réduire la régulation d’Internet à un simple instrument de contrôle. Suscitant de nombreuses interrogations, ce livre ouvre cependant moult pistes de réflexions sur l’avenir de nos démocraties. L’originalité de ses analyses en fait une riche synthèse pour les chercheurs en sciences sociales, voire pour un public plus large, intéressé par les évolutions contemporaines de nos sociétés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Manuel Castells, Communication et pouvoir », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 09 septembre 2013, consulté le 25 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/12076

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page