Navigation – Plan du site

Bernard Bier, Politiques de jeunesse et politiques éducatives. Citoyenneté/éducation/altérité

Muriel Epstein
Politiques de jeunesse et politiques éducatives
Bernard Bier, Politiques de jeunesse et politiques éducatives. Citoyenneté/éducation/altérité, INJEP, coll. « Débats Jeunesses », 2010, 270 p., EAN : 9782296113565.
Haut de page

Texte intégral

1Enthousiasmant et complexe, le livre de Bernard Bier, sociologue à l'INJEP (Institut National de la Jeunesse et de l'Education Populaire) fait un tour d'horizon des différentes politiques de jeunesses et éducatives en adoptant dans son ouvrage des angles successifs très variés qui vont de l'étude de dispositifs spécifiques (tels que le programme de la Réussite Educative) à l'analyse de textes (de philosophes tels que Rousseau mais aussi de pédagogues tels que Neil ou encore de politiciens comme Condorcet) en passant par le décryptage de textes éducatifs relatifs à l'immigration.

2Une telle prolifération aurait pu être source de confusion ou de lassitude pour le lecteur, surtout que l'ouvrage est issu de la compilation de 12 articles indépendants. Mais pas du tout, l'auteur réussit à conduire sa démonstration comme un roman policier où, à chaque étape (chapitre), se créé le désir de comprendre et d'en savoir un peu plus. Désir en général assouvi dans le chapitre suivant. Pour autant, et pour un profane qui n'aurait pas la culture éclectique de l'auteur (si vous n'avez pas lu Rousseau, Kant, Margalit, Arendt, Condorcet, et de nombreux autres), prévoyez un temps de lecture supérieur à celui dont vous avez usuellement besoin pour lire 261 pages bien écrites : la digestion est difficile tant chaque phrase ou paragraphe incite à des recherches complémentaires et tant les liens qui sont faits entre les différentes facettes des politiques de jeunesses et éducatives sont nombreux.

3Après un préambule introductif proposant un résumé des idées présentées, l'ouvrage se divise en trois parties. La première intitulée « Des dispositifs dans leur généalogie » retrace en cinq chapitres l'histoire de l'éducation en France à travers l'école de la république Française, mais également les acteurs intervenants dans l'éducation et des différents dispositifs aujourd'hui. L'école de République est donc décrite avec ses balances entre une hégémonie étatique, son instruction obligatoire (mais non l'école), et des mouvements d'éducation populaire dont le statut a toujours été ambigu en tant que « complément éducatif » ou acteur à part entière. Ce sont ces mouvements qui conduisent aujourd'hui à une « éducation partagée » (titre du second chapitre), éducation partagée donc entre les différents acteurs institutionnels (Education Nationale mais aussi ville, collectivités locales..) et les autres acteurs éducatifs (famille, animateurs...). Après un zoom sur l'histoire de ces acteurs, et de leurs positionnements, l'auteur décrit le dispositif appelé Réussite Educative qui mêle justement les différentes institutions et qui cherche « le moyen de faire vivre ensemble instruction et éducation » (p72). Cette partie se conclue sous un angle original par une réflexion sur la participation des jeunes à ces dispositifs, participation qui « contrairement à la vulgate (...) est un sujet qui ne va pas de soi » (p112).

4S'enchainant naturellement avec la réflexion sur le public auquel s'adressent les politiques jeunesses, la seconde partie, intitulée « Etat, espace public, questions d'altérité », s'intéresse au fait que les dispositifs éducatifs ne sont, finalement, pas très mixte socialement et que les « politiques jeunesses » visent en fait souvent la jeunesse populaire, ce qui, dans la France d'aujourd'hui, revient régulièrement à s'intéresser, au moins dans les représentations institutionnelles, aux familles d'origine populaire. Ainsi, le premier chapitre de cette partie traite de la relation Ecole-Familles en milieu populaire et rappelle la disqualification de ces familles, souvent stigmatisées avec une injonction faire à ces familles de participer tout en les enfermant dans des stéréotypes. Ce point est développé dans le second chapitre de cette partie intitulé « l'accueil des migrants : une relation institutionnelle » où l'auteur détaille notamment p 137 « Dans le rapport aux parents, la dérive est aussi celle d'une approche folklorisante. Que penser de l'attitude progressiste qui refuse que la femme occidentale soit assignée à un rôle ou statut de ménagère (..) mais qui dans le même temps assigne la femme maghrébine à un rôle de mère et experte en couscous. ». Plus généralement, ce chapitre propose des pistes pour savoir accueillir l'altérité et se donner « une exigence éthique : le devoir d'hospitalité » (p142). Le chapitre suivant, intitulé « L'« autre » migrant". Entre assignation, reconnaissance et émancipation » pose des questions sur « le travail interculturel », et quelle culture découvrent les immigrants puisque « Pour le jeune asiatique qui arrive à Belleville, la France c'est peut être la découverte du ketchup sauce blanche dans les restos turcs de son quartier » (p152).

5Cette partie se clôt par un chapitre intitulé « la politique de reconnaissance, une catégorie d'analyse des politiques de jeunesses » et propose de répondre à une « expérience commune de l'injustice » par une politique de reconnaissance sans quoi, explique l'auteur reprenant les termes d'Erving Goffman, il s'agira simplement de « cache-misère et stratégies pour calmer le jobard ». Bernard Bier relie dans la conclusion la question de la citoyenneté des jeunes à celle de leur existence sociale et pose pour cela la condition d'une « société décente » au sens d'Avishai Margalit, à savoir en particulier une société qui n'humilierait pas ses jeunes.

6La dernière partie intitulée « Aux fondements des politiques » est composée de quatre chapitres visant à remettre en perspective les politiques jeunesses et éducatives des origines historiques jusqu'au colloque de Villepinte (en 1997).

7Les deux premiers chapitres de cette partie traitent d'une « anthropologie de l'éducation » (titre du premier chapitre) mais le second en particulier est consacré à l'analyse du discours sur l'éducation de huit oeuvres dont les auteurs sont Condorcet, Rousseau, Arendt, Durkheim, Alain, Oury et Vasquez, Kant, et Neil. Pour ceux qui, comme moi, ne connaîtraient qu'approximativement certains de ces auteurs, soyez préparés : Bernard Bier donne surtout envie de lire ces ouvrages malgré les résumés analytiques qu'il en fait. Il passe en revue quelques points clés des différentes théories présentées afin, dans un troisième chapitre, de mettre en exergue quelques oppositions signifiantes : société/communauté (dont il a déjà été question dans la première partie sur le rôle et la place de l'école), holisme/individualisme, type de modèle politique (république, démocratie représentative, démocratie directe...) , transmission/expérimentation dans les modes de transmission du savoir et quelques autres oppositions que l'auteur résume à l'opposition centrale : travaille-t-on avec un groupe ou avec des individus et comment s'articulent ces niveaux ? Il est à noter que cet aspect groupe/individu ressort pleinement dans l'ensemble des recherches sur le décrochage scolaire. Enfin la conclusion rappelle, à travers l'analyse de discours politiques produits par JP. Chevènement, S Royal, C. Allègre lors d'un congrès à Villepinte à quel point la perception des enjeux scolaires ne cessent de tanguer entre une « jeunesse comme danger » et « une jeunesse comme ressource » (titre de son dernier chapitre mais également titre à peu de choses près d'un article paru notamment sur liens socio http://www.liens-socio.org/​article.php3?id_article=977 ) et Bernard Bier conclut, à juste titre de manière assez pessimiste « si ces discours témoignent en quelque sorte du conflit des représentations qui est au cœur des politiques publiques, ils constituent aussi très vraisemblablement un obstacle à toute avancée réelle des politique en direction de la jeunesse. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Epstein, « Bernard Bier, Politiques de jeunesse et politiques éducatives. Citoyenneté/éducation/altérité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 13 décembre 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/1211

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page