Navigation – Plan du site

Josiane Boutet, Le pouvoir des mots

Igor Martinache
Le pouvoir des mots
Josiane Boutet, Le pouvoir des mots, La Dispute, 2010, 192 p., EAN : 9782843032028.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Quand dire c'est faire, Paris, Seuil, 1970 [1962]
  • 2 Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982
  • 3 Ibid., p.111
  • 4 Pour bien souligner le caractère de « pratique sociale » que revêt l'activité discursive
  • 5 Avec Henri Jacot, Jacques Kergoat et Danièle Linhart (Paris, La Découverte, 1998)
  • 6 Voir notamment les travaux d'Alain Desrosières, par exemple les articles rassemblés récemment dans (...)

1Le langage possède-t-il une capacité d'action propre sur la réalité, ou celle-ci est-elle étroitement dépendante du statut social du locuteur ? Tel est en substance le débat récurrent dans lequel s'inscrit d'emblée Josiane Boutet, et qui a opposé entre autres les philosophes pragmatiques anglo-saxons, John Langshaw Austin en tête 1, et Pierre Bourdieu 2. Pour ce dernier en effet, il était erroné de rechercher dans la seule nature des mots qui les composent la source de l'efficacité des discours, celle-ci devant nécessairement être mis en relation avec « les propriétés de celui qui les prononce et les propriétés de l'institution qui l'autorise à les prononcer » 3. Contre une tendance du sens commun à considérer ce qu'elle appelle les « pratiques langagières » 4 comme de simples supports techniques de communication, l'auteure, « sociolinguiste » qui a notamment co-dirigé le remarquable Les mondes du travail 5, s'applique au contraire à montrer dans cet essai que les mots sont porteurs d'une importante capacité à influencer les conduites, à créer et entretenir des rapports de domination, bref, à exercer ce que Bourdieu justement appelait une « violence symbolique ». En bref, « parler constitue une pratique sociale qui a des effets de transformation et d'action, qui est performative » (p.10), résume l'auteure qui s'inscrit plutôt ce faisant davantage du côté d'Austin que de celui de Bourdieu. Il faudrait du reste étendre la remarque aux chiffres, et en particulier aux statistiques, dont le fétichisme ne cesse de croître sans que ne soient interrogées les conditions sociohistoriques de leur production 6. Josiane Boutet précise cependant d'entrée qu'elle va « montrer » et non « démontrer » ici cette proposition, en employant divers exemples pour illustrer ses multiples dimensions. Mais finalement, outre que cela confère à l'ouvrage un caractère aussi agréable qu'accessible, cela revient presque à montrer le mouvement en marchant.

2Quelles sont donc ces différentes dimensions que l'auteure développe en autant de chapitres - onze en tout ? La première renvoie au lapsus, et donc à l'inconscient qui s'appuie sur l'articulation entre le signifiant - la « forme » des mots- et le signifié - leur « sens »-, que l'auteure analyse en partant de l'inversion révélatrice d'Eric Besson entre « immigration » et « invasion » sur l'antenne d'une grande radio privée. De tels lapsus sont du reste récurrents - on peut penser au « dérapage » inflationniste d'une ex-garde des Sceaux qui a valu des démêlés juridiques à un malheureux plaisantin 7. On notera cependant que la portée de tels lapsus semble plutôt donner raison à Bourdieu quant à la nécessité de prendre en compte la position sociale de leur locuteur, mais aussi le contexte de leur énonciation. Vient ensuite les pouvoirs « magiques » que l'on accorde au langage. L'auteure s'appuie pour l'illustrer au fameux ouvrage de l'ethnologue Jeanne Favret-Saada sur les pratiques de sorcellerie dans le bocage normand 8 et aux travaux d'Edward Evan Evans-Pritchard, non sans insister sur le fait que de telles croyances accordées aux mots n'ont pas disparu de nos sociétés dites rationalisées, comme le montrent de nombreuses pratiques supersticieuses (ne pas parler d'un enfant en gestation avant quelques semaines, etc.), et comme l'a illustré la réticence grotesque de certains dirigeants politiques à employer le terme de « rigueur ». Autre exemple qui bat en brèche le « grand partage » couramment admis entre sociétés avec et sans écriture : l'importance que l'on accorde encore dans les premières aux serments, comme l'a illustré la nécessité ressentie par Barack Obama de réitérer sa prestation d'intronisation pour un seul terme mal placé... Quatrième dimension, peut-être la plus directement liée le sujet qui nous intéresse - et à la définition du pouvoir selon Max Weber 9 : son rôle de transmission des ordres. Si celui-ci est flagrant dans le cadre militaire, l'auteure note judicieusement qu'aujourd'hui lesdits ordres tendent à être euphémisés dans l'espace public, sans perdre pour autant leur aspect performatif. C'est le « veuillez avancer vers le fond de la rangée » qu'énonce une voix synthétique à l'intérieur des bus, par exemple, ou le « vous êtes invités... » qui se décline de multiples manières pour éviter l'emploi de l'impératif et les tensions qu'il serait susceptible d'engendrer. Tensions qui se font non sans paradoxe au contraire jour dans ce que l'auteure croit identifier comme la banalisation d'une autre fonction du langage, celle de l'injure. L'auteure part ainsi du célèbre « casse toi pov'con ! » prononcé par le président de la République ; et si elle souligne que la situation d'énonciation doit être soigneusement analysée pour en comprendre la portée réelle, elle note toutefois que la montée des violences verbales « constitue le signe d'un changement profond des normes de communication d'une société comme la France » (p.95). Certaines peuvent cependant revêtir un caractère rituel, sous la forme de joutes verbales par exemple, dont les garas sardes fournissent un bon exemple. Mais s'ils ne peuvent être confondus avec des face-à-face physique, reste que la logique de domination y occupe bien une place centrale.

  • 10 Pour le dire avec les concepts de Luc Boltanski, c'est en réussissant à imposer un certain lexique (...)
  • 11 Comme les PCS des enquêtes sociologiques, ainsi que le relèvent judicieusement Emmanuel Pierru et A (...)
  • 12 Voir LTI. La propagande au quotidien, Paris, Albin Michel, 2006 [1947]
  • 13 Pour une analyse sociologique de ce dernier, voir Lilian Mathieu, « Les ressorts sociaux de l'indig (...)

3La mise en rivalité par l'éloquence est à distinguer d'une autre recherche de domination par les mots consistant à essayer d'influencer un public. Après avoir contesté la netteté de la distinction entre persuasion et conviction, la première étant supposée passer par l'émotion, la seconde par la raison, l'auteure développe et analyse les différents procédés de propagande, que celle-ci soit politique ou commerciale, en partant du « succès » de formules telles que le « Vive le Québec libre ! » de De Gaulle ou le « I have a dream » de Martin Luther King. Aucune n'a toutefois la portée sans doute de la capacité qu'offre le langage de nommer ou renommer le monde. A l'instar du Dieu de la Genèse, c'est en effet par ce moyen que s'impose des catégories de pensée, un certain découpage du monde qui n'est évidemment pas sans effet sur les actes et les possibles pensables 10. Les mots d'ouvriers, de classes sociales ou de luttes des classes ont ainsi disparu du discours public 11. comme l'observe l'auteure, ce qui ne fait certes pas disparaître les réalités qu'ils recouvrent mais « n'est pas sans effet sur la représentation qu'une société se fait de son organisation, comme de celle des acteurs sociaux ainsi exclus » (p.144). D'où l'enjeu que représente l'auto-désignation, auquel Josiane Boutet consacre un chapitre spécifique, en partant de la tentative avortée des canuts lyonnais de se doter d'une nouvelle dénomination collective afin, notamment de « retourner le stigmate » qui leur était attaché, pour reprendre l'expression d'Erving Goffman. Mais la démarche peut aussi se sytématiser dans une entreprise consistant à changer le sens des mots à l'échelle de la société. C'est ce à quoi s'est employé le régime nazi en Allemagne, comme en a rendu compte Victor Klemperer dans son journal en parlant d'une Lingua tertii Imperi 12. C'est aussi le cas de la dictature douce imaginée par George Orwell dans son roman 1984, avec sa « novlangue » consistant à inverser littéralement la charge des mots (« la guerre, c'est la paix », le « Ministère de l'Amour », etc.)sous couvert de simplification de la langue. Toute ressemblance... Il apparaît dès lors qu'un des premiers temps de la résistance à la domination consiste à ne pas se laisser imposer les mots des autres, comme s'est appliqué à le faire par exemple Bertholt Brecht en dévoilant les postulats contenus dans les discours des dignitaires nazis, tels Rudolf Hess. Il appelait cela « laver les mots », c'est-à-dire leur restituer leur sens original derrière le vernis consensuel qui leur avait été appliqué, ainsi de la catégorie de « peuple allemand » qui vient masquer les conflits d'intérêts qu'il recèle. C'est aussi ce qu'ont fait les militants parisiens du Réseau Éducation Sans Frontière (RESF) 13 dans une récente campagne d'affichage murale (« ils ont leurs mots, nous avons les nôtres »). Les mots représentent ainsi un terrain de lutte primordial, ce dont parvient à persuader - et convaincre !- Josiane Boutet au terme de son parcours, même si la portée de tel slogan ou entreprise de nomination conserve toujours une part de mystère, comme l'illustre le récent succès, dans les manifestations, de l'autocollant « Rêve générale ».

Haut de page

Notes

1 Quand dire c'est faire, Paris, Seuil, 1970 [1962]

2 Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982

3 Ibid., p.111

4 Pour bien souligner le caractère de « pratique sociale » que revêt l'activité discursive

5 Avec Henri Jacot, Jacques Kergoat et Danièle Linhart (Paris, La Découverte, 1998)

6 Voir notamment les travaux d'Alain Desrosières, par exemple les articles rassemblés récemment dans L'argument statistique, 2 vol., Paris, Presses des Mines, 1998, ou pour une application concrète dans la diffusion actuelle du « benchmarking », entre autres dans la « politique » de la recherche au niveau communautaire, Isabelle Bruno, A vos marques, prêts... cherchez !, Bellecombe-en-Bauges, Le Croquant, 2008

7 Voir Patricia Joly, « "Mademoiselle Dati", Alexandre A., et les courriels salaces », Le Monde, 27 novembre 2010

8 Les Mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard, 1977

9 C'est-à-dire la capacité de faire accomplir par quelqu'un une action qu'il n'aurait pas réalisée spontanément (ou inversement). Celui-ci n'est donc pas un attribut comme le suggère de manière trompeuse le langage courant (« avoir du pouvoir »), mais bien une relation qui dépend étroitement du statut social de ceux qu'elle met en jeu

10 Pour le dire avec les concepts de Luc Boltanski, c'est en réussissant à imposer un certain lexique que l'on va définir une réalité découpée dans le flux d'un monde qui l'excède nécessairement. Voir De la critique, Paris, Gallimard, 2010

11 Comme les PCS des enquêtes sociologiques, ainsi que le relèvent judicieusement Emmanuel Pierru et Alexis Spire dans « Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles », Revue française de science politique, vol.52, n° 3, 2008, pp.457-481

12 Voir LTI. La propagande au quotidien, Paris, Albin Michel, 2006 [1947]

13 Pour une analyse sociologique de ce dernier, voir Lilian Mathieu, « Les ressorts sociaux de l'indignation militante. L'engagement au sein d'un collectif départemental du Réseau éducation sans frontière », Sociologie, n°3, 2010, pp.303-318

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Josiane Boutet, Le pouvoir des mots », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/1214

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page