Navigation – Plan du site

Charles Taylor, Jocelyn Maclure, Laïcité et liberté de conscience

Loïc Le Pape
Laïcité et liberté de conscience
Charles Taylor, Jocelyn Maclure, Laïcité et liberté de conscience, La Découverte, coll. « La Découverte », 2010, 164 p., EAN : 9782707166470.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre de Jocelyn Maclure et Charles Taylor propose une approche claire et convaincante des enjeux contemporains touchant à la laïcité dans les pays occidentaux mais également un plaidoyer fouillé et sans concessions sur ce qu'ils considèrent comme la seule alternative, une laïcité pluraliste. Les auteurs sont tous deux philosophes, canadiens, qui ont en commun d'avoir été membres de la Commission de consultation sur les pratiques d'accommodement reliées aux différences culturelles (Québec, 2007-2008). Cette commission, dite “Bouchard-Taylor” en raison des noms des deux co-présidents, a publié un rapport en 2008 qui revient en détail sur la crise des accommodements au Québec et propose une série d'aménagements de la laïcité au Québec. Pour mémoire, “l'accommodement raisonnable” est une notion juridique, issue du droit du travail, reprise par la Cour suprême en 1985, qui autorise l'assouplissement d'une norme ou une loi pour des personnes (ou des groupes) qui seraient victimes (ou menacés) de discriminations en fonction du sexe, de handicaps, de convictions morales, philosophiques ou religieuses.

2Le livre ici présenté est un développement du travail des deux auteurs, très proche de ce qui a été écrit dans le chapitre 7 du rapport final. Il se compose de deux parties. La première Penser la laïcité présente une série d'éclaircissements sur la laïcité aujourd'hui. La seconde, Penser la liberté de conscience, présente une réflexion et une discussion autour de la « laïcité ouverte », que les auteurs soutiennent sans s'en cacher. Cette dernière, moins convaincante, s'apparente davantage à une réponse aux critiques faites à la « laïcité ouverte ». Cependant, la rigueur et l'éventail des sujets abordés en font un ouvrage tout à fait recommandable.

3Dès l'introduction les auteurs situent leur conception de la laïcité au-delà des simples questions religieuses : « nous soutiendrons, tout au long du présent ouvrage que la laïcité doit aujourd'hui se comprendre dans le cadre plus large de la diversité des croyances et des valeurs auxquelles adhèrent les citoyens » (p. 13). Le premier chapitre propose un développement de la question du pluralisme moral, le « fait, pour les individus, d'adopter des conceptions du bien et des systèmes de valeurs différents et parfois incompatibles » (p. 18). Un tel pluralisme implique une stricte neutralité des États, visant à garantir l'expression « des convictions ou engagements fondamentaux (...) qui permettent [aux citoyens] de comprendre le monde qui les entoure et de donner un sens et une direction à leur vie », p. 21). Les auteurs soulignent que cette question n'est pas réglée partout, égratignant à juste titre des États qui ont une « conception philosophique séculière englobante » (p. 23) qui vient se substituer aux cosmologies religieuses. Le chapitre deux présente une définition claire de la laïcité : «  mode de gouvernance politique qui repose sur deux grands principes - l'égalité et respect et la liberté de conscience - et deux modes opératoires - la séparation de l'Église et de l'État, et la neutralité de l'État envers les religions et les mouvements de pensée séculiers » (p.33). Ils avancent que ces principes moraux et ces modes opératoires institutionnels peuvent, dans certains cas de figure, être totalement contradictoires et qu'il appartient au politique de trancher entre les deux : l'interdiction du port du foulard pour une enseignante musulmane se justifie au nom du principe de neutralité de l'école (l'État devant traiter tous les citoyens de manière égale), mais c'est également une atteinte au principe du respect de la liberté de conscience.

4Les auteurs distinguent dans le chapitre suivant « deux régimes de laïcité » : le régime républicain, qui « attribue à la laïcité la mission de favoriser, en plus du respect de l'égalité morale et de la liberté de conscience, l'émancipation des individus et l'essor d'une identité civique commune, ce qui exige une mise à distance des appartenances religieuses et leur refoulement dans la sphère privée ». Et le « régime libéral pluraliste voit quant à lui la laïcité comme un mode de gouvernance dont la fonction est de trouver l'équilibre optimal entre le respect de l'égalité morale et celui de la liberté de conscience des personnes. » (p. 46). Dit autrement, la « laïcité républicaine » est basée sur la primauté des « modes opératoires » (devenant des valeurs), tandis que la « laïcité pluraliste » tend à se concentrer sur le respect des principes moraux. Les chapitres quatre et cinq présentent des réflexions sur les notions de sphère publique et privées (en insistant sur les diverses acceptions de ce qui est public) et sur la problématique de l'inscription des signes religieux dans l'espace public. Enfin le chapitre six est une illustration du modèle de laïcité libérale-pluraliste à l'aune de l'histoire et des expériences québécoises.

5La seconde partie de l'ouvrage se présente comme un approfondissement de la réflexion sur la laïcité, proposant de penser la liberté de conscience. Elle est en fait conçue comme défense et illustration de la laïcité pluraliste « à la québécoise », prenant au sérieux les polémiques autour des « accommodements raisonnables ». Le parti-pris engagé et assumé des auteurs, permettra au lecteur de se faire une idée précise et informée de la polémique québécoise. Surtout, il permettra également de penser, à la lumière d'autres expériences, une possibilité d'évolution (vers davantage de concertation) de la laïcité « à la française ». Ainsi le chapitre sept présente les subtilités juridiques et les conceptions philosophiques des « accommodements raisonnables » au Québec. Le chapitre huit tente de répondre à la critique la plus cohérente et la plus fréquente faite aux accommodements en matière religieuse : pourquoi accommoder des citoyens en fonction de leurs croyances, qui sont subjectives et choisies, alors que les accommodements (largement plus fréquents) pour handicaps ou maladies, situations objectives et subies, ne posent quasiment aucun problèmes ? D'autant plus, pourrions-nous ajouter, que l'État doit respecter le mode opératoire d'une stricte neutralité dans les questions religieuses.

6Les auteurs arguent en deux temps : « 1) les règles qui font l'objet de demandes d'accommodement sont parfois indirectement discriminatoires à l'endroit des membres de certains groupes religieux ; 2) les convictions de conscience, qui incluent les croyances religieuses, forment un type de croyances ou de préférences subjectives particulier qui appelle une protection juridique spéciale » (p. 93). Les règles de droit n'étant pas neutres, il serait ainsi possible de justifier des accommodements à des groupes religieux minoritaires. Le second argument, précise que doivent être retenus seulement les convictions fondamentales, celles qui « permettent de structurer son identité morale et d'exercer sa faculté de juger dans un monde où les valeurs et les plans de vie potentiels sont multiples et entrent souvent en concurrence » (p. 97). Les croyances religieuses ou séculières ne sont donc pas, dans cette optique, des « goûts dispendieux » : « les croyances qui engagent ma conscience et les valeurs auxquelles je m'identifie le plus et qui me permettent de m'orienter dans un espace moral pluriel doivent être distinguées de mes désirs, de mes goûts et de mes préférences personnelles » (p. 98). Le chapitre neuf vient soutenir et apporter des justifications philosophiques à la décision de la Cour suprême du Canada (arrêt Amselem, 2004) de ne juger que de la sincérité des demandes d'accommodements religieux, sans entrer dans les débats, évitant ainsi de devoir trancher des désaccords théologiques ou d'interpréter des dogmes religieux ou philosophiques. Ce chapitre, ainsi que le suivant (qui traite d'un potentiel favoritisme de la religion au travers des accommodements raisonnables) permet également de dévoiler les présupposés philosophiques des auteurs : ils raisonnent en fonction d'une société des individus libres et doués de raison, une société historiquement religieuse, au sein de laquelle une place particulière et bienveillante est accordée aux croyances, au nom de la morale qu'elles induisent. Ils accréditent la thèse de la primauté de la religion dans l'organisation de la société, tout en précisant que « ce ne sont pas les convictions religieuses en soi qui doivent jouir d'un statut particulier, mais bien l'ensemble des croyances fondamentales qui permettent aux individus de structurer leur identité morale » (p. 115-116). Cependant, les auteurs n'évacuent pas les deux problèmes principaux des accommodements : la prolifération des demandes et les instrumentalisations de la religion. Sans apporter de réponses convaincantes sur ces deux questions, ils insistent sur le fait que « les croyances séculières qui peuvent légitimement fonder des demandes d'accommodements sont celles qui partagent un certain nombre de propriétés avec les croyances religieuses » (p. 120).

7La conclusion permet aux auteurs de proposer une autre conception de la laïcité, qui ne serait plus « la mise à distance du religieux », mais « l'aménagement de la diversité ». Elle deviendrait alors un mode de gouvernance tendant à gérer des communautés aux croyances distinctes et repérables : « le champ d'application de la gouvernance laïque s'est élargi pour inclure toutes les options morales, spirituelles ou religieuses » (p. 134). Les auteurs insistent également sur les possibilités d'un accord entre citoyens, à l'aide de la raison et en mobilisant des principes hérités des principales religieux : l'attention à l'autre et le respect de la diversité. C'est ainsi qu'ils suggèrent « la possibilité d'un accord entre citoyens raisonnables au sujet des principes de base de leur association politique » (p. 135) par une « éthique du dialogue » (qu'ils renvoient au « consensus par recoupement » de John Rawls) et surtout par une « éthique du souci de l'autre, qui invite à l'empathie et au décentrement » (p. 137). Un bien beau programme donc, mais qui fait l'impasse sur les contextes historiques occidentaux faits de tensions entre politique et religieux, et sur les coûts politiques d'une telle conception de la laïcité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Le Pape, « Charles Taylor, Jocelyn Maclure, Laïcité et liberté de conscience », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 16 décembre 2010, consulté le 29 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/1215

Haut de page

Rédacteur

Loïc Le Pape

Docteur en sociologie, EHESS Paris. Vacataire. Chercheur associé au Centre Norbert Elias et à l'IREMAM.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page