Navigation – Plan du site

Catherine Monnot, Petites filles. L’apprentissage de la féminité

Abir Kréfa
Petites filles
Catherine Monnot, Petites filles. L’apprentissage de la féminité, Paris, Éditions Autrement, coll. « Revue Autrement Mutations », 2013, 197 p., 1ère éd., 2009, ISBN : 978-2746733749.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Elena Gianini Belotti, Du côté des petites filles, Paris, Éditions des Femmes, 1974.
  • 2 La première édition est parue en 2009, chez le même éditeur.
  • 3 Catherine Monnot, p. 7.
  • 4 Ibid., p. 9.

1Il y a une quarantaine d’années, Elena Gianini Belotti publiait un ouvrage rapidement devenu une référence pour les chercheur-e-s sur le genre : Du côté des petites filles1. Fondé sur des observations (effectuées en Italie) de diverses interactions quotidiennes entre d’une part, parents et enfants, d’autre part, enseignants et enfants, ce livre a empiriquement mis en évidence le caractère continu et précoce de la socialisation différenciée entre les genres. À côté de la critique théorique et conceptuelle engagée par les féministes, l’analyse de Belotti avait contribué à fournir des éléments empiriques permettant de déconstruire l’idéologie de la nature au fondement de la domination masculine. C’est dans la lignée de cet ouvrage que se situe celui, réédité, de Catherine Monnot2, comme le note la chercheure dans son introduction : « Quarante ans après Du côté des petites filles d’Elena Gianini Belotti, il s’agira d’esquisser le portrait kaléidoscopique de la « “petite fille” occidentale » et de « mettre en évidence les processus d’identification et les apprentissages sociaux et culturels à l’origine de la construction du “deuxième sexe” »3. Cependant, si le contexte des années 1970 justifiait que la recherche sur les processus de construction des rôles sexués porte sur les instances de socialisation familiale et scolaire, c’est aux façons dont les filles incorporent les attributs de la « féminité » au sein des groupes de pairs que l’ouvrage de Catherine Monnot est consacré. Le matériau empirique est formé par des observations et une dizaine d’entretiens réalisés auprès de filles de CM2 et âgées entre 9 et 11 ans. Catherine Monnot a mené l’enquête dans la cour de récréation, mais aussi dans les cadres extrascolaire et domestique. Les filles dont elle étudie les pratiques vivent dans une petite station balnéaire du sud de la France, appartiennent plutôt aux milieux populaires et se situent « aux marges de deux mondes, l’enfance et l’adolescence »4.

  • 5 Dominique Pasquier, La Culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Éd (...)
  • 6 Catherine Monnot, p. 8.
  • 7 Ibid., p. 114.

2Le corpus empirique et les divers questionnements de l’ouvrage se justifient au regard de la population d’enquête choisie. Ainsi, les milieux sociaux d’appartenance de ces « préadolescentes » ont conduit la chercheure à prêter une grande attention aux productions culturelles de masse. Divers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à l’analyse des messages – des paroles, écrits, situations et personnages – d’émissions de téléréalité, de téléfilms, de magazines « féminins », de spots publicitaires, de littérature jeunesse, de chansons de stars pop telles les Spice Girls, Rihanna, les L5, les Pussy Dolls, Shakira, etc. La sociologue s’est aussi intéressée aux usages que ses enquêtées font de l’Internet (notamment de facebook et de blogs) ainsi que de leurs journaux intimes. En rupture avec tout légitimisme et dans la lignée des travaux de chercheuses américaines sur les productions culturelles de masse qui s’adressent aux petites filles, ou celles, en France, de Dominique Pasquier5, la méthodologie adoptée place en son cœur l’analyse d’une « culture du quotidien, du minuscule et du “superflu” »6 selon l’échelle des valeurs des adultes. Les pratiques des petites filles sont considérées comme une « sous-culture à part entière, structurée autour de codes (langagiers, corporels, vestimentaires, etc.) »7 et relativement autonome vis-à-vis des univers des adultes. L’ouvrage a donc pour objectif de restituer les modes de socialisation spécifiques de ces filles, leurs modèles de référence, les façons dont elles définissent leurs identités et les échanges au sein des groupes de pairs.

  • 8 Ibid., p. 93.

3Deux lignes de démonstration principales ressortent de l’ouvrage : la première est que les productions culturelles de masse à destination des petites filles véhiculent des messages ambivalents et que celles-ci doivent composer avec des injonctions antinomiques : le droit à l’autonomie professionnelle et à l’indépendance financière, mais aussi dans le même temps, l’exigence d’être attentives à la vie conjugale et familiale. La seconde est que ces filles vivent, en raison de leur place dans les rapports de genre et d’âge, des tensions identitaires fortes : si elles entendent se distinguer, dans leurs discours et par leurs pratiques, de l’image de « petites filles », pour se projeter dans leurs futurs rôles de « femmes » en adoptant certaines pratiques par anticipation, elles ne peuvent pas non plus se percevoir et être perçues comme telles. Elles évoluent ainsi en « marge de deux âges et de deux identités »8. Catherine Monnot montre que la chanson pop ainsi que diverses pratiques (les usages qu’elles font de la cour de récréation, la culture de la chambre, les soirées entre copines, le chat et la tenue de blogs sur internet) leur offrent la possibilité de traverser une période difficile au cours de laquelle elles font l’expérience des moqueries sur leur corps et développent un rapport anxieux à celui-ci. Induit par la plus grande restriction sur leurs sorties (relativement à celles des garçons), l’investissement dans la décoration de la chambre participe aussi de la construction d’un espace de présentation de soi indirect, plus maîtrisé et organisé que lors des interactions en public. C’est également le cas de facebook et des blogs qui sont tout autant des supports de sociabilité amicale que des supports d’une présentation sélective de soi leur permettant de maîtriser leur apparence. À l’appui de sa démonstration, Catherine Monnot interprète le chant et la danse entre copines comme une forme d’apprentissage collectif de la « féminité » où cours duquel ces préadolescentes cherchent à transformer leur image dans un espace rassurant, à l’abri du regard des garçons. La socialisation entre pairs joue ici un rôle important dans la genèse de ces nouveaux rapports aux garçons caractéristiques de cet âge. Les filles apprennent à faire face collectivement au « problème » des relations amoureuses. À travers certains jeux de société, elles s’initient aux règles du jeu amoureux, intériorisent un certain nombre de normes édictées par le monde adulte : « ces jeux leur expliquent les règles, les pièges de la compétition découlant d’une activité amoureuse décrite comme strictement hétérosexuelle et monogame : dans ces jeux, on ne flirte pas avec quelqu’un du même sexe ni avec plusieurs garçons en même temps ».

4Au final, à travers l’analyse du contenu des productions culturelles et de loisirs de préadolescentes, ainsi que de leurs pratiques, l’ouvrage de Catherine Monnot se situe à la croisée de la sociologie de la culture, du genre et de la jeunesse. Il apporte un éclairage intéressant sur la construction identitaire d’un groupe de filles appartenant aux classes populaires françaises, dont l’auteure compare parfois les pratiques à celles des garçons. On peut cependant déplorer une montée en généralité qui n’est pas toujours démontrée. La comparaison avec les produits culturels et les pratiques de petites filles américaines ou anglaises (dont Catherine Monnot cite abondamment les travaux qui les prennent pour objet) ainsi qu’avec celles de filles appartenant à d’autres milieux sociaux, aurait peut-être permis de mettre en évidence des variations (nationales et de classe) dans la construction des identités « féminines » à cet âge.

Haut de page

Notes

1 Elena Gianini Belotti, Du côté des petites filles, Paris, Éditions des Femmes, 1974.

2 La première édition est parue en 2009, chez le même éditeur.

3 Catherine Monnot, p. 7.

4 Ibid., p. 9.

5 Dominique Pasquier, La Culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Éditions de la MSH, 1999.

6 Catherine Monnot, p. 8.

7 Ibid., p. 114.

8 Ibid., p. 93.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abir Kréfa, « Catherine Monnot, Petites filles. L’apprentissage de la féminité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 23 septembre 2013, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/12253

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page