Navigation – Plan du site

Dinah Ribard, Nicolas Schapira (dir.), On ne peut pas tout réduire à des stratégies

François-Ronan Dubois
On ne peut pas tout réduire à des stratégies
Dinah Ribard, Nicolas Schapira (dir.), On ne peut pas tout réduire à des stratégies. Pratiques d'écritures et trajectoires sociales, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Les Littéraires », 2013, 205 p., ISBN : 978-2-13-058163-5.
Haut de page

Texte intégral

1Que le concept de stratégie, importé de la théorie des jeux par la sociologie, ait perdu de sa force opératoire après avoir été trop souvent employé, c’est ce que s’accordent à dire les neuf contributeurs de cet ouvrage. Pire : la stratégie connaitrait désormais un usage antinomique. Initialement utilisé pour décrire l’agentivité d’un individu dans un champ aux possibilités contraintes, c’est-à-dire pour équilibrer le modèle structural, le concept de stratégie servirait désormais précisément l’illusion biographique de volonté parfaitement efficiente qu’il combattait autant que le tout déterministe. Quelques décennies auraient donc suffi à retourner le Bourdieu des règles contre le Bourdieu des illusions, dans un inextricable et peu productif paradoxe.

2Dans la mesure où l’essentiel des contributions, cependant, est consacré à des parcours individuels, on peut s’étonner que cet alarmant constat d’une déshérence de la réflexion stratégique fasse l’économie d’une discussion des récents apports de la sociologie de la littérature. Des réflexions sur les différents niveaux de la scène littéraire proposés par Maingueneau ou sur le concept de posture de Jérôme Meizoz, utilisé ici par Alain Viala sans précision bibliographique, parmi d’autres solutions de redéfinition des rapports des individus à la contrainte dans un champ culturel, eussent efficacement combattu la légère impression d’inactualité que le lecteur peut ressentir devant certaines discussions théoriques. Cette difficulté étant remarquée, il importe de souligner que l’ouvrage propose neuf contributions des plus remarquables.

  • 1 « ‘J’y pense même en mangeant.’ Peut-on lire des stratégies dans les Indipetae des jésuites d’Espag (...)
  • 2 « Les moyens et les fins : quelques remarques sur les connotations de la notion de stratégie. Autou (...)
  • 3 « Campagnes épistolaires et négociation politique : l’imparable ‘stratégie’ d’ascension politico-so (...)

3La compréhension du temps stratégique y est une question centrale. Pascale Girard1, Bérengère Parmentier2 et Héloïse Hermant3 abordent chacune la délicate application d’une analyse stratégique à des temps longs. Pour don Juan José de Austria, qui s’empare lentement d’un pouvoir politique important, comme pour François Davant, qui espère bien devenir Dieu/le Roi de France/l’Agneau, il est possible d’identifier des stratégies dans des circonstances précises : campagne épistolaire pour travailler l’opinion publique pour le premier, placement dans le champ littéraire pour le second. Mais ces actions bien concertées, qui peuvent se succéder tout au long d’une vie, risquent fort de donner l’illusion d’une stratégie globale alors que l’agent ne fait que répondre à des circonstances. Il importe donc de classer dans le temps les différentes actions, pour saisir la manière dont elles se rapportent à l’évolution des circonstances extérieures. C’est une semblable méthode de classement que propose Pascale Girard, en examinant les lettres par lesquelles les Jésuites demandent à partir aux Indes non comme un corpus stable et massif, mais comme un ensemble évolutif d’unités : une lecture transversale de tous les premières lettres, puis de toutes les secondes quand les premières ont échoué, puis des troisièmes quand les secondes sont devenues deuxièmes, et ainsi de suite, permet d’éclairer efficacement une stratégie — au sens originel du terme.

  • 4 « L’action rendue visible comme stratégie par son écriture. Marie Du Bois et la maison du Poirier ( (...)
  • 5 « Trajectoire d’auteur, trajectoire de secrétaire. Livre et stratégie dans la société du XVIIe sièc (...)
  • 6 « Des stratégies dans les Lettres », 183-200.

4Or, pour éclairer une stratégie, il s’agit toujours d’en avoir des preuves : lutter contre l’illusion biographique exige des documents sur lesquels s’appuyer. C’est encore le propos de Christian Jouhaud4 et Nicolas Schapira5 qui, comme Bérangère Parmentier, soulignent que le document écrit, quand il double abondamment le parcours social de l’auteur, à la fois restitue une intelligibilité à des actions successives et constitue une action lui-même. En fait, Alain Viala6 le rappelle à son tour, toute œuvre peut s’examiner à différents niveaux : aboutissement d’une stratégie, acte dans une stratégie, action gratuite qui exprime la possibilité d’agir (et donc la manifestation d’une puissance acquise), œuvre d’art, etc. En d’autres termes, l’utilisation du concept de stratégie n’implique pas nécessairement une appréhension cynique du parcours de l’agent dans le champ : le concept est un outil analytique que l’historien, le sociologue ou le critique peuvent utiliser pour rendre compte d’un ensemble de données, mais non une donnée lui-même.

  • 7 « Nouveaux regards sur les ‘girouettes’. Écritures et stratégies intellectuelles en Révolution », 4 (...)
  • 8 « La création de chaires de droit français (1679). Stratégies, événement et histoire sociale », 71- (...)

5Par exemple, le concept de stratégie, parce qu’il suppose un certain degré de complexité, permet de mettre en évidence des évolutions, si je puis dire, à champs multiples : c’est ce que soulignent Jean-Luc Chappey7 et Dinah Ribard8, en montrant comment une action dans un champ donné, par exemple le champ littéraire, peut servir à l’avancement d’un agent dans un autre champ, a priori peu connecté au premier, par exemple le champ administratif ou juridique. C’est le cas notamment des seconds ou troisièmes couteaux, guère favorisés par l’histoire littéraire ultérieure, parce que précisément leur succès littéraire, parfois limité, n’est qu’un adjuvant à une autre carrière. Jean-Luc Chappey insiste sur ce point, tout comme Bérangère Parmentier : il est peu profitable de se consacrer uniquement à l’analyse stratégique des carrières brillantes et devenues mémorables, quand au contraire la même méthode, appliquée à des agents mineurs, révèle les fonctionnements et dysfonctionnements du ou des champ-s avec bien plus de précision.

  • 9 « Stratégies d’écriture et responsabilité auctoriale », 163-182.

6Pour clore le volume, Gisèle Sapiro9 et Alain Viala sont invités à revenir sur l’usage du concept de stratégie dans leurs propres travaux, consacrés les uns à la sociologie de la littérature de l’époque contemporaine, et les autres à la sociologie de la littérature à l’époque moderne. L’un comme l’autre insistent sur la nécessité d’articuler une analyse stratégique, dans le domaine littéraire, à la conception de l’écrivain en vigueur à l’époque considérée. En résumant leurs propres travaux avec efficacité et clarté, ils proposent donc un cadre de compréhension général pour les autres contributions, qu’ils éclairent ainsi rétroactivement. Mais surtout, ils soulignent que les stratégies peuvent avoir des effets stylistiques très précis : l’analyse sociologique n’est donc pas nécessairement détachée de l’analyse du texte ou, tout du moins, de l’explication de ses particularités. Gisèle Sapiro revient ainsi sur le cas typique de Madame Bovary, où la responsabilité juridique de l’auteur (contrainte extérieure) invite Flaubert à éviter la censure (but), donc à dissimuler ou ôter les parties du roman les plus susceptibles de heurter (stratégie d’écriture) puis, au moment du procès, à se défendre au nom de l’art (stratégie de champ).

7Si le cas Flaubert est paradigmatique, c’est aussi qu’il propose une stratégie dont le but n’est pas la conquête d’un bien mais plutôt celle, il est vrai peu enthousiasmante, d’un moindre mal. Nombreux sont les contributeurs à mettre en avant la nécessité d’une analyse stratégique des échecs ou des victoires à la Pyrrhus. Toutes les stratégies ne sont pas le fait de généraux glorieux : les médiocres ou les malheureux sont peut-être les plus riches d’enseignements.

Haut de page

Notes

1 « ‘J’y pense même en mangeant.’ Peut-on lire des stratégies dans les Indipetae des jésuites d’Espagne et de Sardaigne du XVIIe siècle ? », 23-42.

2 « Les moyens et les fins : quelques remarques sur les connotations de la notion de stratégie. Autour du cas François Davant », 105-122.

3 « Campagnes épistolaires et négociation politique : l’imparable ‘stratégie’ d’ascension politico-sociale de don Juan José de Austria ? », 145-162.

4 « L’action rendue visible comme stratégie par son écriture. Marie Du Bois et la maison du Poirier (1649) », 93-104.

5 « Trajectoire d’auteur, trajectoire de secrétaire. Livre et stratégie dans la société du XVIIe siècle », 123-144.

6 « Des stratégies dans les Lettres », 183-200.

7 « Nouveaux regards sur les ‘girouettes’. Écritures et stratégies intellectuelles en Révolution », 43-70.

8 « La création de chaires de droit français (1679). Stratégies, événement et histoire sociale », 71-92.

9 « Stratégies d’écriture et responsabilité auctoriale », 163-182.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Dinah Ribard, Nicolas Schapira (dir.), On ne peut pas tout réduire à des stratégies », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 23 septembre 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/12268

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat avec l'Université Stendhal — Grenoble 3, affilié aux centres RARE (Rhétorique de l'Antiquité à la Révolution) et LIRE (Littératures, Idéologies et Représentations)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page