Navigation – Plan du site

Richard Grove, Les îles du Paradis. L’invention de l’écologie aux colonies 1660-1854

Igor Moullier
Les îles du Paradis
Richard Grove, Les îles du Paradis. L'invention de l'écologie aux colonies 1600-1854, Paris, La Découverte, coll. « Futurs antérieurs », 2013, EAN : 9782707177162.
Haut de page

Texte intégral

1La collection « Futurs antérieurs » des éditions La Découverte se propose de faire découvrir de nouveaux auteurs, non encore traduits en français mais essentiels dans le champ des sciences sociales, dans un petit format associant la traduction d’un article et un texte de présentation rédigé par un spécialiste français. Les Îles du Paradis permettent ainsi de se familiariser avec l’un des fondateurs de l’histoire de l’environnement, Richard Grove, en attendant la traduction annoncée de son ouvrage fondamental, Green Imperialism.

2La spécificité de Grove est d’avoir travaillé sur le terrain de l’histoire coloniale et de montrer les surprenantes racines de la conscience environnementale occidentale. On attribue en effet les premières théories de la préservation de l’environnement au mouvement nord-américain qui se développe autour de Thoreau et de George Perkins Marsh et de l’attrait pour la wilderness, ou encore aux réactions à la révolution industrielle et ses effets, bien décrites pour l’Angleterre du xixe siècle par Charles-François Mathis (In Nature we Trust, Paris, Presses de la Sorbonne, 2010). Grove nous fait remonter un siècle et demi plus tôt, dans les îles tropicales colonisées par les Européens, Sainte-Hélène et l’île Maurice.

3C’est dans ces îles, points d’appuis essentiels pour la navigation dans l’Atlantique et l’Océan Indien, que les effets de l’exploitation des ressources forestières se font très tôt sentir. Annexée par les Anglais en 1659, Sainte-Hélène se retrouva complètement déboisée en 1700. Les gouverneurs tentèrent de mettre en place une politique de protection des forêts, mais aux effets limités en raison des choix de la compagnie anglaise des Indes occidentales. La comparaison avec Maurice, annexée par la France en 1721, montre l’importance du facteur politique. Grove met en lumière le rôle de Pierre Poivre, intendant de l’île à partir de 1766. Soutenu par le pouvoir royal, il imposa en 1769 des ordonnances de conservation forestière, et put s’appuyer sur les travaux de deux botanistes, Commerson et Bernardin de Saint-Pierre. La politique de Poivre (recours à l’observation scientifique, création de réserves forestières) est reprise à Sainte-Hélène dans les années 1790 ainsi qu’en Inde, où Grove souligne le rôle joué par les médecins et chirurgiens pour attirer l’attention des effets de la déforestation sur la santé publique.

4Grove croise d’autre fils que ceux de l’histoire des sciences pour expliquer ce nouveau regard sur la gestion des ressources naturelles. Il souligne d’une part l’impact des représentations culturelles, les îles tropicales étant fréquemment assimilées au jardin d’Eden. Un Bernardin de Saint-Pierre, ingénieur de formation, est emblématique de ce croisement entre science et littérature. Un autre fil tiré, caractéristique de l’inspiration des colonial et post-colonial studies, est le rôle reconnu aux savoirs locaux. Un Pierre Poivre a beaucoup voyagé avant d’arriver à Maurice et s’est inspiré des pratiques et des savoirs des acteurs locaux pour élaborer sa politique de conservation.

5La seconde partie de l’article étudie les politiques mises en place en Inde, au Bengale notamment, au cours du xixe siècle. On s’éloigne ainsi du terrain insulaire, pour des raisons de sources notamment : Grove a travaillé sur les archives des compagnies des Indes, occidentale et orientale, et celles-ci sont plus nombreuses pour l’Inde et pour le xixe siècle. Elles permettent de reconstituer plus précisément les jeux d’acteurs (administrateurs, médecins, indigènes) qui aboutissent à la domination des médecins sur les services forestiers qui s’institutionnalisent en Inde au milieu du xixe siècle. Elles font aussi les limites du texte, qui s’en tient aux textes réglementaires et programmatiques, et qui, même s’il souligne l’importance des savoirs locaux, s’intéresse peu aux réactions des populations. Le sous-titre de l’ouvrage, « L’invention de l’écologie aux colonies » est sans dans trop large et aurait pu être plus exactement : « La genèse des politiques de conservation de la nature dans les colonies européennes ». Mais à partir d’un simple article de revue, qui occupe une soixantaine de pages dans la traduction de Mathias Lefèvre, il faut reconnaître que Richard Grove opère un déplacement pionnier, à la croisée de l’histoire des sciences et de l’histoire coloniale.

6Comme le souligne G. Quenet dans sa postface, Grove a pris pour objet d’étude les forêts. D’autres angles d’approche, la gestion de l’eau par exemple, auraient révélées d’autres généalogies (Venise dès la fin du Moyen-Age). Grove insiste sur le rôle de laboratoire joué par les colonies : « ce fut précisément l’insécurité de l’État à la périphérie coloniale qui permit à une sensibilité aux dangers du changement écologique de se développer si précocement » (p. 75). Plus que l’image du paradis sur terre, ce fut d’abord l’enjeu économique de la préservation des ressources forestières qui joua un rôle déclencheur dans la mise en place des politiques forestières à Maurice et Sainte-Hélène, puis, dans un second temps, en Inde, les préoccupations de santé publique.

7L’article de Grove traduit dans les Îles du Paradis date de 1993, Green Imperialism de 1995. Grove a ensuite fondé la revue Environment and history, avant de s’intéresser à l’histoire du climat, à travers l’étude des effets historiques du courant océanique El Nino. Il participa ainsi aux débats sur les implications contemporaines du changement climatique, que résume G. Quenet dans la postface de l’ouvrage. Victime d’un accident de voiture en 2006, il a depuis cessé ses travaux. Mais les multiples pistes qu’il a lancées en font une lecture incontournable pour l’analyse historique des effets des changements climatiques et environnementaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Moullier, « Richard Grove, Les îles du Paradis. L’invention de l’écologie aux colonies 1660-1854 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 27 septembre 2013, consulté le 26 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/12301

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page