Navigation – Plan du site

Dominique Méda, Patricia Vendramin, Réinventer le travail

Diane Desprat
Réinventer le travail
Dominique Méda, Patricia Vendramin, Réinventer le travail, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le lien social », 2013, 258 p., ISBN : 978-2-13-058469-8.
Haut de page

Texte intégral

1Qu’en est-il du travail aujourd’hui en Europe ? Comment les travailleurs vivent-ils et appréhendent-ils leur rapport au travail et à l’emploi ? Quelle place accordent-ils à la sphère professionnelle par rapport à la sphère familiale ? En quoi le genre, l’âge, le niveau socioprofessionnel ou la nationalité influent-ils sur les représentations du travail et les attentes qu’ils lui portent ? Telles sont les différentes questions auxquelles Dominique Méda, Patricia Vendramin et leurs collègues ont souhaité répondre dans ce présent ouvrage.

  • 1 « European Values Study » (EVS), International Social Survey Program (ISSP), European Social Survey (...)

2Pour cela, une recherche européenne de vingt-sept mois a été effectuée entre 2006 et 2008 dans six pays européens (Belgique, France, Allemagne, Hongrie, Italie, Portugal). Au total, 163 entretiens narratifs individuels (environs 25 par pays) et 18 entretiens collectifs ont été réalisés auprès d’hommes et de femmes actifs, appartenant à trois groupes d’âge (moins de 30 ans, de 30 à 49 ans et de 50 ans et plus) et de tous niveaux de qualification confondus. Ces entretiens ont été complétés par une analyse secondaire de données issues d’enquêtes internationales (EVS, ISSP, ESS, EWCS,…1) et d’enquêtes nationales dans chacun des six pays concernés.

3Au départ de cette enquête, une question : « les jeunes considèrent-ils autrement le travail que les plus âgés ? Quelque chose a-t-il changé dans le rapport des jeunes générations au travail, qui tiendrait à l’âge ou à la génération ? ». L’hypothèse de départ à éprouver était l’idée « selon laquelle les jeunes entretiendraient aujourd’hui un rapport différent au travail ». Après une première partie retraçant l’histoire du travail et les grandes étapes de la valorisation du travail en Europe, les résultats sont présentés en quatre parties. Le chapitre deux porte sur la place qu’occupe le travail chez les Européens et la signification qui lui est conféré. Un premier constat apparaît alors : loin d’être homogène, de grandes disparités traversent l’Europe ; chaque pays modulant son rapport au travail différemment. On apprend, notamment, que les Français, à la différence de leurs concitoyens européens, ont un rapport ambigu avec le travail : tout en étant les plus nombreux à considérer le travail comme très important, ils sont également les plus nombreux à souhaiter que celui-ci prenne moins de place dans leur vie.

4Le troisième chapitre évoque, quant à lui, les nouvelles formes d’organisation du travail et la manière dont celles-ci entrent en contradiction avec le besoin de réalisation de soi au travail revendiqué par un nombre croissant de travailleurs européens.

5Enfin, les chapitres quatre et cinq s’attachent à comprendre ce qu’il en est aujourd'hui du rapport au travail selon les différentes générations. On apprend, par exemple, que les jeunes, tout en étant plus diplômés, plus mobiles et possédant une plus grande aisance avec les langues étrangères que leurs aînés sont, néanmoins, majoritaires dans les emplois précaires et connaissent des périodes d’intégration « à rallonge » dans le monde professionnel. Ces derniers ont également un rapport au travail différent de leurs aînés et contestent la valeur hégémonique du travail. Selon les auteurs, cette nouvelle génération aurait une conception « polycentrique » de l’existence : « le travail reste important [pour ces derniers], mais il n’est plus la seule dimension importante de la construction identitaire et de l’équilibre existentiel ». La famille, les relations sociales et amoureuses, les loisirs, l’engagement militant et les amis se voient placer au même pied d’égalité que le travail.

6Autre constatation, les auteurs observent un rapprochement des modèles de genre concernant l’engagement dans le travail. Du côté des jeunes hommes, le travail ne doit plus seulement répondre à des fins instrumentales mais doit aussi être facteur d’épanouissement et d’enrichissement personnel, la dimension relationnelle au travail étant importante. Enfin, les jeunes hommes consentent de moins en moins à privilégier le travail au détriment de leur famille et souhaiteraient, au contraire, d’avantage s’investir dans leur rôle de père. À l’inverse, du côté des jeunes femmes, le travail est perçu comme un élément essentiel de leur vie, ces dernières ne redoutant plus de s’engager dans des carrières professionnelles.

7Concernant les relations entre les différentes générations, celles-ci sont faites à la fois de solidarité et de coopération, de tensions et de méfiances. L’ambivalence semble caractériser les relations intergénérationnelles sans toutefois que la thèse d’un conflit de génération soit privilégiée par les auteurs.

8L’originalité de cette enquête réside dans son approche comparative entre trois générations de travailleurs : les baby-boomers (50 ans et plus), la génération X (de 30 à 49 ans) et la génération Y (moins de 30 ans). Cette approche intergénérationnelle ayant pour but de comparer les différentes générations et d’en révéler les éventuelles spécificités propres à chacune d’elles dans leur rapport au travail et à l’emploi.

9Pour autant, les auteurs reconnaissent les limites de leur enquête. En effet, un tel sujet pose de nombreux problèmes d’ordre méthodologique. Tout d’abord, l’enquête se base sur les jugements subjectifs des individus, ce qui n’est pas sans poser problème : « peut-on faire confiance aux individus pour dire la vérité ? Quel statut doit-on accorder à leurs dires ? », « Par quelles voies détournées l’enquêteur peut-il être certain d’appréhender non pas une illusion individuelle ou collective, mais un jugement bien formé, également distant de l’autosuggestion et de l’aliénation ? » Face à ces interrogations, les auteurs privilégient la plus grande prudence concernant l’interprétation des résultats obtenus par les entretiens : « disons-le tout net, cela semble extrêmement difficile et nous devons donc rester très modestes lorsque nous présentons, […], les résultats des entretiens, quelle que soit la méthode de passation. » Autre limite mentionnée, celle de la comparabilité des différentes enquêtes internationales utilisées pour cette enquête et les problèmes d’équivalences linguistiques que cela soulève.

10Malgré les limites évoquées précédemment, il n’en reste pas moins que cette comparaison internationale reste pertinente à plus d’un titre. Tout d’abord, cette enquête constitue une source importante d’informations concernant le rapport au travail des Européens selon le pays, la catégorie socioprofessionnelle ou encore le sexe, et elle donne une vue d’ensemble des conditions de travail de ces pays. Enfin, cette enquête offre un nouvel éclairage sur le travail en proposant une approche intergénérationnelle et c’est là, nous semble-t-il, son apport principal.

Haut de page

Notes

1 « European Values Study » (EVS), International Social Survey Program (ISSP), European Social Survey (ESS), l’Enquête européenne sur les conditions de travail (EWCS).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane Desprat, « Dominique Méda, Patricia Vendramin, Réinventer le travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 octobre 2013, consulté le 28 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/12354

Haut de page

Rédacteur

Diane Desprat

Doctorante à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, membre de l’IDHE et du GTM-CRESPPA.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page