Navigation – Plan du site

Frédéric Lordon, La société des affects

Yannick Floquet
La société des affects
Frédéric Lordon, La société des affects. Pour un structuralisme des passions, Seuil, coll. « L'ordre philosophique », 2013, 284 p., ISBN : 978-2-02-111983-1.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage de Frédéric Lordon est représentatif du caractère passionnant à la fois de son œuvre et de son parcours. Lordon est en effet au départ un économiste hétérodoxe, proche de l’Ecole de la Régulation. Travaillant à l’origine sur la politique économique (les quadratures de la politique économique, 1997) ou la macroéconomie (Fonds de pension, piège à cons ?, 2000), il est amené à s’interroger sur les motifs des actions et représentations des acteurs économiques. Or, pour ce faire, si on ne se contente pas des axiomes de la théorie néoclassique il faut un effort conséquent de problématisation et de conceptualisation. L’auteur a donc fait donc un détour par d’autres disciplines que la science économique, par exemple par la sociologie de Pierre Bourdieu. C’est toutefois là quelque chose de déjà vu chez les économistes hétérodoxes. Son originalité est plutôt d’avoir cherché aussi et surtout son inspiration dans la philosophie, et plus particulièrement chez Spinoza. L’intérêt inattendu et fécond de ce détour était déjà visible dans son ouvrage intitulé La politique du capital (2002), qui portait sur les stratégies d’OPA et d’OPE entre la Société Générale, Paribas et la BNP. Il fut largement confirmé dans un ouvrage plus récent, Capitalisme, désir et servitude (2010). La société des affects, sous-titré Pour un structuralisme des passions, peut donc se voir à la fois comme un aboutissement et un bilan d’étapes. C’est un recueil de textes pour la plupart parus dans des revues ou lors de colloques ; il forme toutefois un ensemble très cohérent, ce qui semble lié à l’effort de conceptualisation qui le guide.

2On peut, sans être exhaustif, relever plusieurs des points particulièrement stimulants de l’ouvrage. L’introduction pose le problème général : les sciences sociales vivent un « tournant émotionnel » bienvenu, mais qui risque de renforcer les croyances illusoires dans les figures de l’individu, du sujet ou de l’acteur. Le but est donc de fournir un cadre intellectuel permettant de « garder les affects mais en se débarrassant du sujet ». Pour cela la philosophie de Spinoza est toute indiquée grâce aux concepts de conatus, d’affections et d’affects. En effet l’analyse de Spinoza est celle d’une « action sans acteur » : l’homme est conatus, c’est-à-dire « élan de puissance ». Mais l’objet de cet élan est au départ indéterminé, et ce n’est pas l’individu qui le choisit consciemment. Ce sont ses affections, ses rencontres, qui déterminent ses affects, tels que la joie, la tristesse ou le désir. Or l’action est déterminée par les affects, puisque nous poursuivons ce qui nous rend joyeux et fuyons ce qui nous rend tristes.

3La première partie (« Recroisements ») travaille essentiellement sur la nouvelle alliance que pourraient mettre en œuvre sciences sociales et philosophie. L’idée est que les sciences sociales ont une langue spécifique, comme le sont les mathématiques pour la physique : la langue des concepts. Or la philosophie est la première productrice de concepts à un moment où les sciences sociales semblent plus soucieuses de travail de terrain que de conceptualisation : cela appelle naturellement aux retrouvailles entre « des philosophes avec des concepts mais sans objet, et d’autre part des social scientists avec des objets mais pas (beaucoup) de concepts… ». Concrètement cela suppose toutefois un travail de réélaboration des concepts de la part des sciences sociales. Ainsi dans un passage très stimulant Lordon montre comment le concept de conatus est au départ une proposition dérivée d’une ontologie : c’est à partir d’une réflexion sur la nature de Dieu et de l’homme que Spinoza élabore ce concept. Les sciences sociales peuvent difficilement reprendre cette démarche mais le conatus devient un postulat de départ pour elles, une Grande Hypothèse comme « l’homo rationalis de la science économique ».

4Les parties suivantes ont alors pour objectif de montrer le caractère heuristique de cette démarche. Ainsi dans la deuxième partie (« Structures ») Frédéric Lordon montre comment l’énergie des conatus est encadrée par les structures et comment, si celles-ci engendrent des passions mécontentes, survient l’indignation. Il revient alors sur le concept de crise. Il reprend la démarche – historique – de l’Ecole de la régulation et admet que le capitalisme néolibéral est bien entré en crise. Mais « que faut-il de plus pour qu’il y soit tout à fait ? ». Il faut des changements, notamment des structures institutionnelles, pour que l’on puisse parler de l’émergence d’une nouvelle phase du capitalisme. La situation de crise suppose donc, outre un dérèglement du régime d’accumulation en vigueur, une évolution des affects, de l’indignation, qui entraînent à leur tour des changements structurels.

5La partie la plus intéressante est à mon sens la suivante, qui porte sur les institutions. Frédéric Lordon commence par noter que « les sciences sociales d’aujourd’hui sont tombés amoureuses des institutions », et d’un concept lié, celui de légitimité : une bonne institution serait une institution légitime. Or, pour lui, « la légitimité ça n’existe pas ». En effet si l’on admet que l’individu fait des rencontres, c’est-à-dire subi des affections, qui engendrent des affects – tels que la joie ou la tristesse alors il n’y a plus besoin du concept de légitimité pour comprendre pourquoi les individus ont le comportement attendu par une institution : celle-ci a simplement su fournir les affectations adéquates. Cette analyse ne conduit toutefois pas à abandonner toute prétention à distinguer parmi les institutions : après tout savoir si une institution fonctionne majoritairement à la joie ou à la crainte peut difficilement laisser indifférent…

6Bien d’autres points pourraient être ici résumés : la périodisation historique des régimes de mobilisation de la force de travail que propose l’auteur ; sa façon de récuser les concepts de consentement, de servitude volontaire ou d’aliénation pour mieux redéfinir le concept de domination….On reste aussi parfois un peu frustré par l’absence d’approfondissements de certaines pistes : ainsi, si l’indignation est le ressort de la révolte des dominés et du changement social, qu’est ce qui la provoque ? Au-delà d’un simple phénomène de saturation, comment naît-elle ? On aimerait avoir des réponses à ces questions… C’est pourquoi on ne peut espérer qu’une chose après avoir terminé ce livre : qu’il entraîne de nombreuses enquêtes empiriques qui permettront à leur tour de continuer et d’ancrer le travail de conceptualisation – et de rapprochement entre les sciences sociales et la philosophie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Floquet, « Frédéric Lordon, La société des affects », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 octobre 2013, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/12403

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page