Navigation – Plan du site

Lorenzo Barrault, Gouverner par accommodements. Stratégies autour de la carte scolaire

Ismail Ferhat
Gouverner par accommodements
Lorenzo Barrault, Gouverner par accommodements. Stratégies autour de la carte scolaire, Dalloz-Sirey, coll. « Nouvelle Bibliothèque Thèses », 2013, 713 p., préface de Daniel Gaxie, ISBN : 978-2-247-12619-4.
Haut de page

Texte intégral

1C’est peu de dire que le sujet de cet ouvrage, tiré d’une thèse de science politique soutenue en 2011 à l’université Paris-I, est d’actualité. Lorenzo Barrault, jeune chercheur en science politique, actuellement en post-doctorat à l’INRA, a en effet mené son travail de recherche sur un débat brûlant des politiques éducatives, la « carte scolaire ». La thèse s’appuie avec bonheur à la fois sur une approche multidisciplinaire (sociologie, science politique, sciences de l’éducation) et sur un corpus de documents et d’entretiens d’une très grande richesse. Le terrain est constitué par cinq lieux d’enquête, dits A, B et C, D et E, rendus anonymes pour des raisons de confidentialité. Le lieu A, qui est le principal lieu d’enquête (conseil général, Conseil départemental de l’Education nationale) est un département urbanisé et socialement diversifié. Lorenzo Barrault s’appuie aussi sur de nombreux entretiens avec 63 acteurs politiques, administratifs et associatifs, De même, près de 97 familles ont été interrogées. La richesse du matériau est complétée par une maîtrise impressionnante des travaux de sciences sociales. Signe de sa richesse, la thèse a d’ailleurs été récompensée par le prix Dalloz, d’où sa publication par cet éditeur.

  • 1 François Dubet, Marie Duru-Bellat, Antoine Veretout, Les Sociétés et leur école, Paris : Le Seuil, (...)

2La carte scolaire n’est pas un objet neutre des politiques publiques. Symbole des tensions traversant le système éducatif, elle est à la rencontre, parfois rugueuse, des acteurs de celui-ci : Etat, personnels, collectivités locales, parents d’élèves, monde politique, associations, chercheurs… Dans une société française plus angoissée par la scolarité et le diplôme que les autres pays occidentaux, elle est devenue un point de fixation (dans tous les sens du terme) des tensions, des peurs et des attentes qui entourent notre école1. De plus, la carte scolaire met en contact - et là aussi, celui-ci peut être conflictuel - l’administration et les administrés, selon des rapports de force et des stratégies en changement permanent. Quel dialogue en effet peut-elle produire, entre la famille qui souhaite inscrire son enfant dans le « bon » collège et le fonctionnaire inquiet des conséquences de cette fuite ?

3Mais, tout d’abord, qu’est-ce que la carte scolaire ? Lorenzo Barrault consacre la première partie de sa thèse à une expression dont le sens même a changé dans le débat hexagonal. En effet, l’auteur rappelle que de 1947 à 1980, l’Etat mène une politique de « planification » (p. 111), visant à suivre l’expansion des effectifs scolarisés, à rationaliser les constructions d’établissements et les moyens financiers alloués à l’éducation. En 1963 dans le premier degré, en 1965 dans le second degré, émerge la « carte scolaire », qui traduit cette volonté d’une allocation géographique optimale de l’effort de la nation pour le système éducatif. Si celle-ci suscite des résistances jusqu’à 1980, c’est pour protester contre ce qui semble être une insuffisante évaluation des besoins scolaires dans un territoire donné, ou pour empêcher une fermeture d’école en zone rurale.

  • 2 Éric Maurin, Le Ghetto français, Paris : Le Seuil, 2004.

4En réalité, la carte scolaire prend son sens actuel de « sectorisation » dans les années 1980. Cette transformation est fondamentale : en effet, elle traduit à la fois la montée de nouveaux comportements (les consommateurs d’école) et d’une conception plus marchande du système éducatif. La querelle autour de la loi Savary sur l’enseignement privé sous contrat (1981-1984) accroît, dans l’espace politique, la revendication d’une « liberté de choix » scolaire pour les familles. C’est à ce moment que la carte scolaire passe du statut d’instrument de l’aménagement du territoire à celui d’enjeu politique. De 1980 à 1997, la carte scolaire devient une « contrainte » qu’il s’agit « d’assouplir » par des dérogations. C’est cette transformation qui fait émerger ce que Lorenzo Barrault appelle avec une formule aussi imaginée que crue une « politique auto-subversive » (p. 213). En effet, l’Etat choisit de remettre lui-même en cause une politique générale, au nom de la prise en compte d’intérêts individuels considérés comme légitimes. Le choix paraît d’autant plus pénalisant qu’il complique encore plus la gestion prévisionnelle des moyens scolaires, désormais affectée par des décisions individuelles et aléatoires. Cette politique d’assouplissement de la sectorisation est bipartisane, puisque commencée sous Valéry Giscard d’Estaing (1980) et confirmée sous François Mitterrand (1984, 1985). De 1997 à 2004, c’est l’impératif de « mixité sociale » qui est mis en avant : la carte scolaire, dans un contexte de ghettoïsation accrue du tissu urbain hexagonal, doit contribuer à faire coexister dans les territoires et dans les écoles des populations différentes2.

5À cette phase de politisation au niveau national de la carte scolaire succède une ère plus complexe. En effet, en 2004, la seconde vague de décentralisation, qui accroît considérablement les prérogatives des collectivités locales, confie aux conseils généraux l’élaboration de la carte scolaire pour les collèges. Comme le montre Lorenzo Barrault, cette évolution pousse les départements à la fois à acquérir les moyens techniques d’une telle gestion - au demeurant complexe - et à « politiser » au niveau local la sectorisation. Cependant, la décentralisation est partielle : la campagne présidentielle de 2007 pousse les deux principaux candidats à prôner le « choix des familles ». De 1963 à 2010 (date qui clôt le matériel de recherche de la thèse), la carte scolaire connaît une politisation croissante (p. 209).

6La seconde partie de la thèse est consacrée à l’attitude des parents vis-à-vis de la carte scolaire. Contrairement à ce qui peut être imaginé, la perception parentale est marquée par une forte « fluidité » (p. 267). Les parents sont en effet pris entre trois lignes de force. Première d’entre elles, la reconnaissance de l’intérêt général (par exemple chez les associations de parents d’élèves) qui passe par une politique de sectorisation relativement rigide. Deuxième possibilité, la pratique de « contournement » constitue un éventail de pratiques, allant de la fuite dans le privé (voire la création d’écoles privées pour les parents les plus militants) aux méthodes à la limite de la légalité (fausse domiciliation). Troisième ensemble, « l’accommodement » avec le cadre imposé paraît le cas le plus courant. Lorenzo Barrault s’appuie pour étudier ces comportements des familles vis-à-vis de la carte scolaire sur un impressionnant appareil d’entretiens.

7Dernière partie de la thèse, la confrontation entre administration et administrés est minutieusement décrite autour de la carte scolaire, objet-enjeu pour les pouvoirs publics et pour les parents. La sollicitation des dérogations par les familles est particulièrement abordée. Les articles de presse, reportages radiophoniques ou documentaires télévisuels ne manquent pas sur le sujet. Pourtant, la dérogation, loin d’être une « liberté de choix » égalitaire, est révélatrice d’inégalités socio-économiques et socio-culturelles profondes. Face à la demande de dérogation, les familles ne sauraient être appréhendées comme celle d’un groupe social cohérent et rationnel. Ainsi, l’administration de l’Education nationale (en l’occurrence, pour le collège, le Conseil départemental de l’Education nationale), tend à distinguer entre les familles « méritantes » qui peuvent bénéficier d’une dérogation, et celles dont les demandes sont considérées comme illégitimes. La gestion de la dérogation constitue une politique publique « plastique », à la fois territorialement (les régions à forte ségrégation sociale sont plus touchées) et humainement, puisque les acteurs locaux ont un poids croissant.

  • 3 Rapport conjoint IGEN/IGAENR, Conséquences des mesures d'assouplissement de la carte scolaire après (...)

8L’ouvrage de Lorenzo Barrault est un travail passionnant qui remet en cause, avec une analyse puissante et une érudition impressionnante, de nombreuses idées reçues. Il suscite une série d’interrogations, dont une qui interpelle plus directement le citoyen. Jusqu’à quel point, au nom de l’individualisation sans cesse croissante des dispositifs et des institutions, peut-on « assouplir » la règle générale ? Comment la puissance publique peut-elle créer et gérer la contestation de sa propre règle ? La carte scolaire n’a décidément pas fini de faire parler d’elle, comme le montre le dernier rapport des inspections générales du Ministère de l’Education nationale sur le sujet3.

Haut de page

Notes

1 François Dubet, Marie Duru-Bellat, Antoine Veretout, Les Sociétés et leur école, Paris : Le Seuil, 2010.

2 Éric Maurin, Le Ghetto français, Paris : Le Seuil, 2004.

3 Rapport conjoint IGEN/IGAENR, Conséquences des mesures d'assouplissement de la carte scolaire après 2007, Paris : Ministère de l’Education nationale, juin 2013

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ismail Ferhat, « Lorenzo Barrault, Gouverner par accommodements. Stratégies autour de la carte scolaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 14 octobre 2013, consulté le 29 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/12419

Haut de page

Rédacteur

Ismail Ferhat

Agrégé d’histoire, doctorant au CHSP/Sciences-po

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page