Navigation – Plan du site

Sandrine Revet et Julien Langumier (dir.), Le gouvernement des catastrophes

Simon Calla
Le gouvernement des catastrophes
Sandrine Revet, Julien Langumier (dir.), Le gouvernement des catastrophes, Karthala, coll. « Recherches internationales », 2013, 280 p., ISBN : 978-2-8111-0911-0.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage collectif, Sandrine Revet et Julien Langumier ont choisi de réunir des articles traitant des catastrophes au travers de la problématique des risques. Ici, les catastrophes ne sont donc pas nécessairement entendues au sens d’événements exceptionnels de grande ampleur et qui menacent l’ordre social – comme c’est le cas dans les Disaster Studies –, mais plutôt comme des aléas provoquant « la réalisation de risques, ou de dangers ».

2Ce changement de perspective permet d’aborder les catastrophes au travers de « dispositifs de gouvernement » – envisagés comme des outils déjà existant, que les acteurs peuvent mobiliser et sur lesquels ils peuvent s’appuyer lorsqu’ils doivent faire face à une catastrophe. Il propose également de se focaliser sur les « espaces de tensions et de confrontations que ces dispositifs engendrent » pour appréhender les pratiques de nombreux acteurs qui s’avèrent hétérogènes. C’est ainsi qu’il devient possible de dépasser les Grands Partages – entre experts et profanes, local et global, catastrophes naturelles et industrielles, etc. – qui ont longtemps balisé l’étude des catastrophes.

3Le gouvernement des catastrophes est divisé en trois parties thématiques – (1) « Anticipation, préparation et controverses », (2) « La communauté locale prise entre participation et concertation », et (3) « Enjeux de mémoire » – composées chacune de deux articles. L’ouvrage nous permet donc de parcourir une grande diversité de terrains, d’actants et de dispositifs… et incite à utiliser la comparaison pour étudier les catastrophes.

4La première partie porte sur des terrains qui sont marqués par des incertitudes vis-à-vis de la concrétisation d’une menace. Elle laisse apparaitre la place prépondérante qui est occupée par les dispositifs en matière de préparation et de protection face à l’arrivée plus ou moins probable d’une catastrophe et montre comment « la pertinence des mesures d’anticipation et de prévention mises en œuvre » peut être bousculée par l’émergence des controverses socio-techniques.

5L’article de Marc Elie rend compte du travail de maitrise des coulées de boue au Kazakhstan dans les années 1960-1970, et concerne plus particulièrement la menace d’une destruction du barrage devant assurer la protection d’Alma-Ata (ancienne capitale du pays) en 1973. Ici, l’auteur nous livre une « histoire politique de la catastrophe » au travers de laquelle il entend montrer comment le pouvoir soviétique en place a su conforter son assise au-delà des controverses, et tirer profit d’une bataille engagée contre « les forces naturelles ».

  • 1  George E. Marcus, « L’ethnographie du/dans le système-monde. Ethnographie multi-située et processu (...)

6En procédant d’une « ethnographie multi-site du/dans le système monde1 », Frédéric Keck entend « suivre les virus » de la grippe pour comprendre comment leur traque participe à des recompositions du monde. Il explique que cette traque se fait au moyen de dispositifs socio-techniques traduisant l’émergence d’un nouveau monde essentiellement articulé autour de trois rationalités : la prévention, la précaution et la préparation.

7La deuxième partie porte sur les suites de catastrophes et, plus précisément, sur la mise en œuvre de dispositifs de concertation dont l’objectif affiché est de prendre en compte la parole des acteurs locaux. Plus précisément, elle s’intéresse aux interactions entre les acteurs institutionnels et les populations locales, et montre « comment les populations locales sont assignées à une participation pré-définie […] ou à une concertation mise en scène par les acteurs institutionnels ».

8Mara Benadusi interroge les discours et pratiques d’un programme de reconstruction basé sur la « gestion de catastrophe appuyée sur les communautés locales ». Son enquête se situe au Sri Lanka, un pays qui fut dévasté par un séisme en décembre 2004, et montre comment des conflits de définition peuvent faire émerger un « tissu d’échanges porteur de confusions ». En effet, l’absence d’un langage commun – notamment au sujet de la définition d’une « communauté » – entre des acteurs hétérogènes ne permet pas de construire un répertoire d’idées et d’actions qui soit partagé.

  • 2  Cf. Thierry Rogel, « Julien Langumier, Survivre à l’inondation. Pour une ethnologie de la catastro (...)

9Dans son article, Julien Langumier2 s’intéresse à « l’organisation de comités territoriaux de concertation » mis en œuvre dans le cadre du plan Rhône. L’auteur nous explique que ces comités ont été envisagés comme des arènes où chacun peut venir s’exprimer. Leur objectif est donc de participer à l’effacement du clivage entre gestionnaires et profanes. Toutefois, il montre qu’étant mis en scène par les acteurs institutionnels, ces dispositifs ne parviennent pas nécessairement à leur objectif. Ils ne font que renforcer l’asymétrie entre un auteur et un destinataire, et préparer une nouvelle confrontation.

10La troisième partie de l’ouvrage est consacrée à la « reconstruction du passé depuis les enjeux du présent ». En mettant la focale sur différentes échelles, elle permet de s’interroger sur les usages sociaux de la « mémoire des catastrophes » dans la sphère privée ou dans le processus de reconnaissance sociale et institutionnelle d’une catastrophe. Nous pouvons alors observer que les mémoires singulières peuvent se conjuguer et conduire à des « dynamiques mémorielles » devenant des ressources – politiques, identitaires, etc. – pour les acteurs.

11Dans son article, Susann Ullberg se penche sur le cas argentin des inondations de Santa Fe en 1999. Elle se propose d’interroger le rôle de l’expérience dans la façon de traiter la catastrophe. Il s’agit d’appréhender les éléments dont les acteurs se souviennent – mais aussi ceux qui ont été oubliés – pour comprendre comment ils sont remobilisés dans les pratiques locales et dans la gestion publique de la catastrophe. Postulant l’existence d’un « paysage mémoriel », l’auteur explique que celui-ci « normalise la catastrophe et naturalise la catégorie d’“habitant inondé” ».

12En abordant le cas de Seveso, une petite ville du nord de l’Italie ayant été contaminée par la dioxine à la suite de l’explosion d’un des réacteurs d’une usine chimique, Laura Centemeri cherche à comprendre « comment une population répond à un bouleversement radical de son territoire ». Ce faisant, elle note l’existence de deux régimes d’engagements – dans la sphère privée et dans la sphère publique – qui traduisent des interprétations différentes de l’événement et des mesures qui ont été prises. Ceci l’amène à réaffirmer la nécessité de faire la distinction entre le « trouble » et le « problème » dans l’analyse des catastrophes.

13Enfin, on remarquera la présence d’une postface extrêmement pertinente et utile, qui ne fait pas seulement œuvre de conclusion et ne se contente pas d’esquisser des perspectives de recherches ouvertes par l’ouvrage. En effet, Nicolas Dodier renvient sur chacun des cas présentés au fil des pages pour les croiser et les resituer par rapport à la littérature scientifique existante. Ce faisant, il s’efforce de « recomposer le tout » pour montrer à quel point l’attention portée aux dispositifs de gouvernement est nécessaire pour une anthropologie des catastrophes.

14En conclusion, Le gouvernement des catastrophes est plus qu’un « simple » ouvrage collectif regroupant différentes études de cas. Il est le résultat d’un travail collectif mis en place depuis 2009 – avec l’organisation de séminaires et d’un colloque international – et s’inscrit dans le prolongement de l’ambition poursuivie par l’Association pour la recherche sur les catastrophes et les risques en anthropologie3 : porter un regard anthropologique sur la catastrophe et la considérer comme un objet de recherche à part entière.

15Aussi, l’ouvrage, dont la quasi-totalité des articles – sauf celui de Marc Elie – procède d’une démarche ethnographique, présente un réel intérêt méthodologique. Si le choix qui est fait est donc de s’intéresser à « l’ordinaire » de la catastrophe et de mettre l’accent sur les pratiques et représentations des acteurs ou groupes sociaux, cette approche a également le mérite de renvoyer le lecteur au quotidien des chercheurs ; lesquels précisent constamment les conditions de la recherche sur le terrain, ses obstacles ainsi que les stratégies mises en œuvre pour accéder à l’information.

16Enfin, la diversité des terrains étudiés et des dispositifs analysés fait que l’ouvrage présente un nombre conséquent de références théoriques – qui sont le plus souvent détaillées en notes de bas de page. Il pourrait alors devenir un incontournable dans l’étude d’une « société du risque » et très bonne entrée en matière invitant non seulement à poursuivre le travail sur ce type d’objet, mais aussi à en renouveler les approches.

Haut de page

Notes

1  George E. Marcus, « L’ethnographie du/dans le système-monde. Ethnographie multi-située et processus de globalisation », p. 371-395 in D. Cefaï (dir.), L’engagement ethnographique, Paris, EHESS, 2010.

2  Cf. Thierry Rogel, « Julien Langumier, Survivre à l’inondation. Pour une ethnologie de la catastrophe », Lectures, Les comptes rendus, 2009, consulté le 25 octobre 2013. URL : http://lectures.revues.org/736.

3  http://www.arcra.fr/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Calla, « Sandrine Revet et Julien Langumier (dir.), Le gouvernement des catastrophes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 25 octobre 2013, consulté le 31 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/12523

Haut de page

Rédacteur

Simon Calla

Doctorant au Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie de l’Université de Franche-Comté

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page