Navigation – Plan du site

Maxime Cervulle, Danièle Kergoat, Armelle Testenoire (dir.), Subjectivités et rapports sociaux.

Alice Olivier
Subjectivités et rapports sociaux
Maxime Cervulle, Danièle Kergoat, Armelle Testenoire (dir.), « Subjectivités et rapports sociaux », Cahiers du Genre, n° 53, 2012, 272 p., L'Harmattan, ISBN : 978-2-336-29072-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  La notion d’« intersectionnalité », à l’origine fortement liée au féminisme, a été forgée par K. C (...)

1Dans un contexte où les approches intersectionnelles infusent largement le champ de la recherche en sciences sociales1, ce numéro des Cahiers du Genre consacre son dossier thématique à l’analyse des effets des rapports de domination – de classe, de genre et de race – sur les subjectivités. C’est plus exactement au processus de subjectivation que les différents contributeurs s’intéressent ici, et notamment à la prise de conscience des rapports sociaux « dans leur double dimension matérielle et idéelle » qui conditionne ce processus. Autrement dit, il s’agit de comprendre comment les individus prennent conscience de et résistent aux rapports sociaux de genre, de classe et de race pour se construire en tant que sujets. Les articles de ce numéro s’efforcent de mettre en évidence les rapports d’influence réciproque qui existent entre sujet individuel – doté de capacités cognitives et émotionnelles – et sujet collectif émancipateur. Cette alternance des approches micro- et macro-sociales de la subjectivité leur permet de s’éloigner d’une vision homogénéisante du sujet collectif, et donc de véritablement repenser les notions de capacité d’agir et de savoir collectifs.

2Ce dossier thématique reprend certaines des communications présentées lors du IVe congrès de l’Association française de sociologie dans le réseau thématique 24, « Genre, classe, race. Rapports sociaux et construction de l’altérité ». D’autres contributions sont issues d’un séminaire de ce réseau tenu en 2011-2012. Un dernier article, enfin, est la traduction d’un travail de Sara Ahmed, publié initialement en 2010 dans The Scholar and Feminist online.

3Le premier texte, signé par Armelle Testenoire, s’intéresse aux effets d’une politique de discrimination positive envers les femmes en Nouvelle-Calédonie. Dans le contexte d’un besoin grandissant de main d’œuvre, cette politique leur donne accès à des formations jusque-là réservées aux hommes, notamment celle de conductrice d’engins miniers. L’auteure montre alors comment ceci fait prendre conscience à ces femmes de la possibilité de subvertir les rapports de domination de genre. Bénéficiant de conditions matérielles désormais appropriées, elles peuvent en effet exprimer librement un potentiel de résistance développé depuis l’enfance. Cette situation favorise donc la mise en œuvre d’un processus de subjectivation nouveau pour ces femmes qui, prenant conscience de leur capacité d’agir, transforment à la fois le rapport qu’elles entretiennent à elles-mêmes et celui qu’elles ont avec les autres.

  • 2  Il s’agit de la traduction adoptée par l’auteur du concept de whiteness. Dans d’autres écrits, on (...)

4Cet article est suivi d’une contribution de Maxime Cervulle, dans laquelle l’auteur s’intéresse de près au concept de « blanchité »2. Si cette notion – qui propose de penser les sujets blancs au même titre que ceux issus d’autres groupes ethnoraciaux – est relativement répandue dans la recherche anglo-saxonne, elle est encore peu connue en France. L’auteur propose une revue de la littérature – essentiellement américaine et britannique donc – sur le sujet, puis ouvre des pistes de réflexion sur ce que la notion pourrait apporter à la recherche francophone. Le concept de « blanchité » conduit notamment à s’intéresser aux formes et aux modalités de la conscience des dominants, à savoir les sujets blancs. Il permet donc de comprendre les processus de subjectivation qui caractérisent ces individus, notamment dans leur prise de conscience d’être les bénéficiaires des rapports de domination. Faisant écho à d’autres travaux de sciences sociales qui se sont intéressés, d’une part, aux classes supérieures, et d’autre part, aux hommes, ce concept de « blanchité » semble donc participer à l’élargissement du champ de la recherche sur l’ethnicité en ce qu’il permet une meilleure compréhension du sujet dominant et donc, nécessairement, une meilleure appréhension des rapports de domination dans leur ensemble.

  • 3  Michel Foucault, Histoire de la sexualité. Tome 1. La volonté de savoir. Paris, Gallimard, coll. « (...)

5Dans la troisième contribution, particulièrement stimulante, Salima Amari s’appuie sur une partie de son corpus de thèse pour analyser l’ambivalence permanente dans laquelle se trouvent de jeunes lesbiennes descendantes d’immigrant-e-s maghrébin-e-s. Mettant en avant toute la spécificité de leur situation de lesbiennes racisées, elle montre comment ces femmes qui vivent en France sont confrontées, d’une part, aux injonctions du coming-out – véritable rite de passage institutionnalisé par la communauté gay et lesbienne française – et, d’autre part, aux contraintes de la loyauté filiale dans un contexte familial hétéronormatif. S’appuyant sur les travaux de Michel Foucault, qui cherchent à dépasser le partage binaire entre « dire » et « ne pas dire » son homosexualité et suggèrent de s’intéresser plutôt aux différentes manières de « ne pas dire »3, l’auteure propose une analyse des différentes stratégies adoptées par ces jeunes femmes pour se constituer comme sujets entre ces deux impératifs contradictoires. Elle montre notamment la façon dont nombre d’entre elles deviennent des « sujets tacites » qui réclament le droit de ne pas dire leur homosexualité. Négociant de manière implicite avec leur famille, elles acceptent d’être particulièrement disponibles pour leurs parents en échange d’un silence de leur part sur le mariage et la maternité. Dans un contexte spécifique de dominations multiples – de sexe, de race, de classe et de sexualité –, ces jeunes femmes sont alors prises dans un processus de subjectivation continu qui fait d’elles ce que Salima Amari appelle des « lesbiennes en devenir ».

6La tonalité du quatrième article de ce dossier thématique est tout à fait singulière : il s’agit d’un essai personnel et engagé rédigé par Sara Ahmed. Mêlant écriture théoriques et autobiographique, l’auteure interroge la figure de ceux et celles qu’elle appelle – non sans ironie – les « rabat-joie féministes (et autres sujets obstinés) ». Elle se place au niveau du sujet individuel pour souligner la puissance d’action potentielle de sentiments tels que la douleur et la colère ressentis face aux injustices liées à différents rapports de domination (de genre et de race notamment). Selon elle, ces émotions peuvent en effet être investies d’une véritable dimension politique et devenir moteurs de la résistance face aux dominations, à condition qu’elles soient traduites pour pouvoir dépasser leur aspect individuel et devenir le lieu d’un investissement collectif.

  • 4  Notamment Helen Longino, Science as Social Knowledge: Values and Objectivity in Scientific Inquiry (...)

7C’est justement ce passage du sujet individuel au sujet collectif qui guide la réflexion d’Artemisa Flores Espínola dans la dernière contribution. Elle travaille plus précisément sur la question de la production de connaissance, s’attachant à comprendre dans quelles conditions la subjectivité peut être pertinente pour cette production. Présentant d’abord les différents courants de la théorie féministe du « point de vue », qui considèrent qu’un groupe social particulier – en l’occurrence les femmes ou les féministes – bénéficie d’une position privilégiée pour comprendre certains aspects du monde, elle refuse dans un deuxième temps de renoncer à toute objectivité dans la production épistémique. Dans la lignée des travaux d’Helen Longino4, elle encourage alors le croisement systématique de différents points de vue, espérant que la rencontre et le compromis entre plusieurs subjectivités permettront l’émergence d’un savoir collectif aussi objectif que possible.

8Les différentes contributions de ce numéro des Cahiers du Genre articulent donc avec finesse plusieurs niveaux d’analyse afin de lier de façon novatrice sujet individuel et sujet collectif. Leur clarté rend la lecture de l’ouvrage agréable et relativement aisée. L’une des grandes richesses de ce numéro réside dans la variété de nature – et donc de tonalité – de ses contributions : analyses tirées de revues de littérature, présentations de résultats originaux d’enquêtes ethnographiques ou encore essai engagé. Si cette diversité des approches peut dérouter à première vue, notamment parce qu’elle rend parfois flou le lien entre chaque contribution et le sujet principal du dossier, soulignons ici le travail remarquable de présentation des textes proposé en introduction par Maxime Cervulle et Armelle Testenoire, qui crée l’unité de l’ouvrage et en rend la lecture d’autant plus intéressante.

Haut de page

Notes

1  La notion d’« intersectionnalité », à l’origine fortement liée au féminisme, a été forgée par K. Crenshaw dans « Cartographie des marges : Intersectionnalité, politiques de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du genre n° 39, 2005 [1991]. Elle consiste en l’étude concomitante des effets des rapports sociaux de genre, de classe et de race. Pour un tour d’horizon sur cette question, voir par exemple Sirma Bilge, « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, 2009/1, n° 225, p. 70-88, et/ou Alexandre Jaunait, Sébastien Chauvin, « Représenter l’intersection. Les théories de l’intersectionnalité à l’épreuve des sciences sociales », Revue Française de sciences politique, 2012/1, vol. 62, disponible à l’adresse http://dare.uva.nl/document/443768.

2  Il s’agit de la traduction adoptée par l’auteur du concept de whiteness. Dans d’autres écrits, on trouve parfois le terme de « blanchitude ».

3  Michel Foucault, Histoire de la sexualité. Tome 1. La volonté de savoir. Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1976.

4  Notamment Helen Longino, Science as Social Knowledge: Values and Objectivity in Scientific Inquiry. Princeton, NJ, Princeton University Press, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Olivier, « Maxime Cervulle, Danièle Kergoat, Armelle Testenoire (dir.), Subjectivités et rapports sociaux.  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 25 octobre 2013, consulté le 30 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/12525

Haut de page

Rédacteur

Alice Olivier

Doctorante à l’Observatoire Sociologique du Changement, Sciences Po ; allocataire de recherche à l’Institut National d’Études Démographiques (INED)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page