Navigation – Plan du site

Martha C. Nussbaum, Les religions face à l’intolérance. Vaincre la politique de la peur

Ygaël Attali
Les religions face à l'intolérance
Martha C. Nussbaum, Les religions face à l'intolérance. Vaincre la politique de la peur, Climats, 2013, EAN : 9782081301283.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les capabilités sont des « droits humains fondamentaux » que les États devraient selon Martha Nuss (...)

1Martha Nussbaum, philosophe américaine célèbre notamment pour son travail sur le concept de capabilité1, défend dans son dernier ouvrage une liberté religieuse proche du modèle américain contre un modèle européen moins ouvert à la diversité et parfois liberticide. Le livre est à la fois un travail de théorie politique, concernant notamment la liberté de conscience et de pratique religieuse, et un essai engagé sur l’actualité de notre époque. Son originalité réside dans la confrontation constante entre les principes éthico-politiques que l’auteur expose et les exemples d’actualité qu’elle analyse. La dualité de la peur, l’exclusion possiblement inconsciente, l’importance d’un regard interne et bienveillant sont explorées tour à tour afin de donner chair à une forme d’intolérance contemporaine à l’égard des minorités religieuses.

2La philosophe entame son ouvrage par un inventaire de décisions et événements tirant leur origine d’une peur de l’islam. Certaines lois mises en place dans plusieurs pays européens sont révélatrices d’un climat particulier : l’auteur cite l’interdiction du port de la burqa et du niqab dans les lieux publics en France, en Belgique et en Italie ; la prohibition du port du voile dans certaines administrations régionales d’Allemagne, de Hollande, d’Espagne et de Belgique ; ou encore l’interdiction de construction de minarets votée par les Suisses. À ces proscriptions provenant des institutions régionales ou étatiques s’ajoutent de nombreuses discriminations, mais aussi des violences et vexations.

3Les États-Unis ne sont pas exempts de cette peur puisque Nussbaum décrit d’importantes difficultés spécifiques à la communauté musulmane américaine et le vandalisme de dizaines de mosquées. De nombreux incidents et décisions juridiques prouvent la montée d’un sentiment anti-musulman aussi bien en Europe qu’aux États-Unis, que confirment de multiples sondages sur les deux continents. Cependant une différence substantielle sépare ceux-ci : leurs représentations respectives de l’identité nationale et de la tolérance religieuse.

4La plupart des États européens ont eu au cours de leur histoire une Église d’État. De plus, l’identité des différentes nations européennes, influencée par le romantisme prégnant du printemps des peuples, comprendrait divers éléments ethno-religieux et linguistico-culturels. Une véritable assimilation est demandée dans ce cadre aux immigrés afin d’intégrer, au moins partiellement, ces éléments identitaires. Dans ce modèle Nussbaum affirme « qu’être différent c’est être étranger ». Si cette uniformité est une fiction historique, ce mythe normatif forme pourtant le terreau d’une possible exclusion de la différence, notamment en matière de traditions religieuses. Les États-Unis, quant à eux, nés de colons dissemblables fuyant souvent des persécutions religieuses, seraient moins réfractaires à l’hétérogénéité. Le concept de nation serait interprété de façon moins inclusive dans les pays européens qu’aux États-Unis, point que l’auteur regrette amèrement.

5Aux pays européens, Nussbaum oppose des pays valorisant davantage la diversité culturelle et la pluralité identitaire tels que l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada, l’Inde, l’Afrique du sud et les États-Unis. Elle nuance cependant son propos en rappelant que l’Amérique n’a pas toujours été une nation ouverte et accueillante aux immigrations, comme en témoignent certains épisodes historiques tels que le mouvement nativiste américain au XIXe siècle.

  • 2   Poliakov Léon, La Causalité diabolique. Essai sur l’origine des persécutions. Paris, Calmann-Lévy (...)

6Le deuxième chapitre de l’ouvrage est consacré à la peur. Affirmant la nécessité de cette émotion primordiale, Nussbaum critique l’excès possible de son emprise. De la peur au fantasme stigmatisant, la distance est faible ; et du fantasme à la logique du bouc émissaire, la frontière est poreuse. Le fil reliant ces trois piliers de l’intolérance est trempé dans les eaux glacées d’une supposée clairvoyance démystificatrice, dévoilant une menace dissimulée. C’est l’enchaînement classique que Léon Poliakov nommait la « causalité diabolique »2, capable d’obscurcir les esprits. Le sentiment de peur, pourtant essentiel, ne peut être le seul fondement d’une politique ; la crispation qu’il induit peut transformer le bouclier protecteur qu’il est supposé ériger en bastion fermé sur lui-même. Contre l’emprise de la peur, Nussbaum fera au cinquième chapitre l’éloge du « regard interne » pouvant être résumé en empathie à l’égard de l’Autre grâce à la prise en compte de sa propre perception. John Locke et Roger Williams, que l’auteur cite abondamment, insistaient conjointement sur une disposition généreuse à adopter face à autrui afin de dissiper les incompréhensions majeures. Nussbaum fait appel à la bienveillance des pays hôtes et à l’usage constant du « regard interne ».

7Le cœur du livre se situe sur le terrain de la théorie politique. Nussbaum affirme – non sans une touche de condescendance – sa distance au modèle européen, qu’elle oppose à la « solution américaine » inclusive qui devrait « d’urgence » être adoptée par le vieux continent, puisqu’elle est plus conforme à la « justice ».

8Afin d’étayer son argumentation, elle bâtit patiemment les fondations théoriques de ses conclusions. Elle développe d’abord les principes d’égalité et d’égale dignité entre les êtres humains pour se pencher sur l’idée centrale de vulnérabilité : cette dernière permet de souligner l’importance des conditions sociales et politiques dans le respect de la liberté de conscience de tous. Il faut donc assurer les conditions matérielles et législatives nécessaires à la liberté de croyance et de pratique. Conséquemment, un principe d’accommodement relatif assuré par l’État est défendu par l’auteur, puisqu’il permet de débusquer des formes subtiles de discrimination, souvent non intentionnelles, dû au régime démocratique où la majorité est souveraine. Comme son nom l’indique, ce principe accorde des aménagements spécifiques aux minorités religieuses lorsque leurs croyances et leurs pratiques ne peuvent être pleinement réalisées dans le cadre législatif de leur pays.

9Cependant, la politique de l’accommodement comprend des limites dont l’auteur est pleinement consciente. En premier lieu, quels critères doivent fonder l’acceptation ou le refus d’un accommodement ? Deuxièmement, quelle autorité devrait être compétente en la matière ? Enfin, les dérogations doivent-elles concerner uniquement des motifs religieux ? En d’autres termes, qu’englobe la « liberté de conscience » que doit défendre l’État ?

  • 3  Ibid.
  • 4  Polémique sur la construction d’un centre communautaire musulman intégrant une mosquée dans un lie (...)

10Malgré ces interrogations, Nussbaum affirme à plusieurs reprises que l’absence d’accommodement revient à « imposer une Église d’État », la religion majoritaire est protégée par la loi tandis que cette dernière bâillonne les pratiques minoritaires : l’État refuse ainsi à des minorités ce qu’il accorde à la majorité, ce qui signe aux yeux de l’auteur une « persécution indirecte3 ». Cette persécution sera longuement décrite et combattue au cinquième chapitre portant notamment sur l’interdiction de la burqa et au sixième concernant l’affaire Park514. L’auteur souligne notamment la distinction cruciale entre approbation et légalité : réprouver une action et l’interdire ne sont pas comparables, la première laissant place à une liberté que la seconde étouffe. Le port de la burqa n’est donc pas similaire à l’excision – et son interdiction justifiée –, puisque la mutilation se fait sans consentement et altère les fonctions corporelles de la victime. L’excision, contrairement à la burqa, relève donc de la nécessaire protection des « capabilités » de chacun.

11S’attardant sur la laïcité française, Nussbaum juge qu’elle privilégie l’absence de religion au détriment des religions, ce qui la rend inégalitaire et liberticide ; sans pour autant que cela soit nécessaire aux intérêts supérieurs de l’État ou à l’égalité entre les citoyens. La laïcité manquerait en outre d’impartialité dans certains cas comme en témoigne l’interdiction des signes religieux à l’école puisque cela s’oppose à certaines contraintes religieuses juives et musulmanes sans porter atteinte aux exigences de la religion chrétienne majoritaire ou aux non pratiquants et athées.

12D’un côté Nussbaum combat la « partialité » de la laïcité française, et de l’autre défend une politique accommodante à l’égard de minorités religieuses, n’est-ce pas faire l’éloge de partialités différenciés ?

13L’État devrait être impartial en matière de laïcité tout en permettant une liberté religieuse pouvant porter atteinte à l’égalité entre les citoyens ; ce nœud gordien est au centre de l’ouvrage et les arguments de l’auteur semblent manquer de la puissance nécessaire pour le couper. Si elle critique, souvent à juste titre, un climat anti-musulman, une Europe intolérante à l’égard de ses minorités religieuses et une laïcité parfois instrumentalisée à des fins d’exclusion ; elle défend simultanément des accommodements potentiellement clivants et pouvant faire le jeu du renforcement communautaire, contre une identité commune, source possible de cohésion.

14Voulant détruire les murailles étatiques d’une laïcité guère accommodante, Martha Nussbaum est muette face aux petites forteresses religieuses qui se construisent et se renforcent, et pouvant pourtant favoriser l’intégrisme. Si la loi n’est sans doute pas la meilleure arme pour combattre les fondamentalismes religieux et le communautarisme, se désarmer totalement en les laissant s’ériger sans limites ne semble pas être une solution viable, et à cette problématique pourtant cruciale, l’ouvrage ne répond pas totalement. Si les religions doivent être défendues face à l’intolérance, le rôle de l’État n’est, semble-t-il, pas de leur ériger un sanctuaire où elles possèdent tous les droits, y compris ceux promouvant une égalité où certains sont plus égaux que d’autres.

Haut de page

Notes

1  Les capabilités sont des « droits humains fondamentaux » que les États devraient selon Martha Nussbaum considérer comme du ressort de leur intérêt supérieur. Parmi ces capabilités figurent entre autres la santé, l’intégrité corporelle ou encore le droit à la vie.

2   Poliakov Léon, La Causalité diabolique. Essai sur l’origine des persécutions. Paris, Calmann-Lévy, 1980.

3  Ibid.

4  Polémique sur la construction d’un centre communautaire musulman intégrant une mosquée dans un lieu proche du Ground Zero du World Trade Center à New York.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ygaël Attali, « Martha C. Nussbaum, Les religions face à l’intolérance. Vaincre la politique de la peur  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 28 octobre 2013, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/12530

Haut de page

Rédacteur

Ygaël Attali

Doctorant en théorie politique à Sciences Po Paris (CEVIPOF). Sa thèse porte sur les rapports à la fois complémentaires et antagonistes entre le multiculturalisme et l’interculturalité.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page