Navigation – Plan du site

Boris Petric (dir.), La fabrique de la démocratie. ONG, fondations, think tanks et organisations internationales en action

Olivier Cléach
La fabrique de la démocratie
Boris Pétric, La fabrique de la démocratie. ONG, fondations, think tanks et organisations internationales en action, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Colloquium », 2012, 320 p., ISBN : 9782735115204.
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre, dirigé par l’anthropologue Boris Petric, s’inscrit dans une approche sociopolitique (centrée sur la « globalisation du politique »), voire géostratégique et ethno-anthropologique. Il est constitué d’un ensemble de monographies portant sur les processus et les facteurs de démocratisation de certaines régions du monde qui ont été, ces dernières décennies, au cœur de l’actualité (Sénégal, Kirghizstan, Bulgarie, Azerbaïdjan, Bolivie, Afghanistan, Serbie, Pakistan, Indonésie, Nigéria, Cuba). Il rappelle que la démocratie n’est pas un donné, mais un construit social (produit de rapports sociaux). Il donne à voir aussi bien des systèmes de domination qui s’effilochent que les effets de certains événements (par exemple la chute du mur de Berlin en 1989 ou l’effondrement du bloc soviétique), notamment sur la globalisation du politique et surtout sur « l’émergence de réseaux et de lieux de pouvoir inédits », c’est-à-dire des acteurs locaux non institutionnels qui sont au cœur de cette fabrication.

  • 1  Constituées de comportements, de décisions, d’engagements et de renoncements, d’accords et de désa (...)
  • 2  Acteurs non étatiques proches de ceux décrits par James Rosenau (Turbulence in world politics, Pri (...)
  • 3  Les auteurs parlant d’industrie de l’aide (p. 12).
  • 4  Même si le concept n’est pas mobilisé par les auteurs.
  • 5  Organisations internationales, ONG, fondations…

2L’introduction de B. Petric et G. Blundo pose les jalons de l’ouvrage. Les auteurs précisent d’abord son objet : à partir de pratiques concrètes1, l’étude non normative d’espaces politiques démocratiques ou plutôt en voie de démocratisation (tous les pays n’étant pas au même stade), de formes de « bonne gouvernance », mais aussi celle du concours de divers acteurs collectifs2 à la réalisation de ce processus. Les différentes contributions doivent permettre aux lecteurs de mieux « comprendre la transformation de différents espaces politiques nationaux par l’apparition de cette nouvelle forme de gouvernementalité transnationale, que d’aucuns ont qualifiée de “néo-libérale” ». L’ouvrage a pour ambition de nous faire saisir le rôle joué par des organisations non gouvernementales (ONG), par des laboratoires d’idées et par des fondations ayant émergé de la société civile au côté des États nation et des organismes internationaux (FMI, Banque mondiale…) dans la constitution d’une sorte de conglomérat3 de l’aide au développement politique (et pas seulement humanitaire, médicale, alimentaire, technique…). De quelle manière ces diverses entités sociales participent-elles à la régulation de la société-monde et au contrôle des ressources ? Quelles relations complexes nouent-elles avec les États ? Les ONG sont-elles le nouveau vecteur d’altruisme mondialisé (mues par la volonté de servir l’Autre dans un contexte mondialisé) ou de nouveaux mouvements sociaux4 ? Quelles sont leurs motivations (affichées ou non) à s’engager dans ces actions ? Selon les auteurs de l’introduction, « l’apparition d’institutions politiques ou de contre-pouvoirs inédits5 à l’échelle globale, visant la régulation et le contrôle [des] différents flux » est bien ce qui caractérise le contexte actuel (au même titre que l’évolution des technologies, par exemple).

  • 6  De même que la dérégulation et le (ultra)libéralisme économique vont guider leurs politiques écono (...)
  • 7  Colonomos A., « Les années 1990 : quelle rupture morale ? », Esprit, n° 10, octobre 2003.
  • 8  C’est dans ces années-là que les mouvements du développement durable et de la RSE prennent de l’am (...)

3Les auteurs explicitent aussi le contexte. D’abord celui des années 1980 qui sont caractérisées, entre autres, par la décision du gouvernement américain de faire de la démocratie et des droits de l’homme un élément central de sa politique extérieure6 (notamment avec la création, en 1983, de la National Endowment for Democracy, NED, agence gouvernementale chargée de soutenir cette doctrine), par la domination de l’économie de marché et l’idéologie qui la sous-tend (le néolibéralisme). Ensuite, le contexte des années 1990 qui ont vu à la fois l’écroulement du bloc communiste, la multiplication des conflits civils locaux (Kosovo, Afghanistan…), l’éclosion d’initiatives jusque-là étouffées par les régimes autoritaires7 et l’émergence de demandes des populations en termes de liberté, de morale et de responsabilité sociale8.

4Nous n’envisageons pas ici de rendre compte de chacun des chapitres. Comme l’approche de l’ouvrage se veut comparatiste, nous allons relever les éléments qui apparaissent communs à la plupart des textes, malgré des contextes différents.

5Tout d’abord, les monographies mettent en lumière une pluralité d’acteurs locaux de terrain qui contribuent à la fabrication de la démocratie, soutenus par des organismes transnationaux infra ou supra étatiques. Ces « courtiers » ou « experts » de la démocratie négocient avec les autorités en place les différentes étapes de la transition politique ou, a minima, jouent un rôle critique de « watch dog » (par exemple au Kirghizstan et au Sénégal). La complexité des partenariats et des réseaux ainsi constitués, entre autonomie et dépendances réciproques, est bien rendue dans l’ouvrage. Cependant, il nous manque parfois des éléments permettant d’identifier d’éventuels conflits d’intérêts ou d’évaluer le degré d’instrumentalisation par les institutions (étatiques ou non) de ces marginaux sécants ou de ces militants locaux (cf. les cas sénégalais et bulgare) qui ont su se rendre incontournables pour légitimer les actions ou les changements et pour faciliter leur acceptation par les autorités locales et par les citoyens eux-mêmes. Ainsi, on voit bien que le champ politique n’est pas seulement le produit d’institutions classiques (États, partis politiques…), mais aussi d’acteurs sociaux non institutionnels (issus de la société civile), porteurs de valeurs propres, organisés en réseaux, en coalitions ou en forums et qui, alliés à des organismes internationaux, forment un « dispositif transnational de pouvoir ».

6Ensuite, les études de cas insistent sur les jeux de pouvoir qui se nouent entre les différents protagonistes : la scène politique locale peut alors être pensée comme une arène où différentes logiques d’acteurs se confrontent, en quête d’une légitimité qui est seule capable d’asseoir sur le long terme un nouveau système politique.

  • 9  C. Lefort (in L’invention démocratique, les limites de la domination totalitaire, Paris, Fayard, 1 (...)

7Enfin, les textes illustrent bien les différents enjeux pour lesquels les uns et les autres s’engagent : « la reconstruction post-conflit, l’observation électorale, la réforme du système politique et de l’État ou la lutte contre la corruption ». Même si cela ne ressort pas assez des cas présentés, il nous semble qu’il existe également, à côté des intérêts stratégiques, un fort enjeu éthique9.

  • 10  N’aurait-il pas été judicieux de mobiliser des travaux comme ceux de James Scott (par exemple La d (...)

8À la lecture des monographies, on peut regretter la part belle faite à la description (ciselée, précise, informative), parfois au détriment d’une analyse se référant à des théories éprouvées10. En effet, cette approche ne permet pas à la réflexion de monter en généralité et néglige la discussion de certains concepts (domination, résistance, souveraineté, ingérence, responsabilité, bonne gouvernance…).

9On s’interroge également sur les questions laissées sous silence, volontairement (car ce n’est pas l’objet de l’ouvrage ou ce n’est pas empiriquement pertinent) ou non. Quels sont le rôle des multinationales et le positionnement de pays comme la Russie ou la Chine dans ces jeux de pouvoir locaux ? Inversement, si les opérateurs occidentaux (bailleurs de fonds, soutiens logistiques, fournisseurs de savoir-faire…), étatiques ou non, apparaissent omniprésents dans ces monographies, on regrette que leur influence soit peu discutée en elle-même, notamment au regard de thématiques comme la domination ou l’instrumentalisation. Quid de ces démocraties naissantes, souvent d’anciennes colonies, placées sous la tutelle indirecte de pays occidentaux ? La démocratie ne sert-elle pas de moteur et d’alibi à l’installation insidieuse d’un système de domination (économique, néolibéral) en lieu et place d’un régime autoritaire, dictatorial ? Ne cautionne-t-elle pas en quelque sorte un droit d’ingérence qui ne dirait pas son nom, un idéal dévoyé au nom d’une idéologie ? N’est-ce pas échanger une domination politique contre une domination fondée sur des « valeurs » économiques ? Et si l’on voit bien l’action des élites fondatrices ou animatrices de ces mouvements non institutionnels, l’action du citoyen de base apparaît moins clairement (à quelques exceptions près, comme le cas de Cuba), si ce n’est par le fait qu’il est au cœur du processus de légitimation des dits mouvements.

10Malgré ces réserves, il nous reste à recommander cet ouvrage au lecteur qui souhaite mieux comprendre le monde dans lequel il vit : sa consultation l’éclairera sur les pratiques, les enjeux et les acteurs à l’œuvre dans des régions et des moments d’histoire assez mal connus par l’occidental lambda (nous compris).

Haut de page

Notes

1  Constituées de comportements, de décisions, d’engagements et de renoncements, d’accords et de désaccords, d’affirmation de valeurs, de compromis et, parfois, de compromissions…

2  Acteurs non étatiques proches de ceux décrits par James Rosenau (Turbulence in world politics, Princeton, Princeton University Press, 1990).

3  Les auteurs parlant d’industrie de l’aide (p. 12).

4  Même si le concept n’est pas mobilisé par les auteurs.

5  Organisations internationales, ONG, fondations…

6  De même que la dérégulation et le (ultra)libéralisme économique vont guider leurs politiques économiques.

7  Colonomos A., « Les années 1990 : quelle rupture morale ? », Esprit, n° 10, octobre 2003.

8  C’est dans ces années-là que les mouvements du développement durable et de la RSE prennent de l’ampleur.

9  C. Lefort (in L’invention démocratique, les limites de la domination totalitaire, Paris, Fayard, 1981) n’indiquait-il pas que l’aventure démocratique est aussi une aventure éthique ?

10  N’aurait-il pas été judicieux de mobiliser des travaux comme ceux de James Scott (par exemple La domination et les arts de la résistance, Paris, Éd. Amsterdam, 2009) pour traiter la question de la domination et de la résistance ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Boris Petric (dir.), La fabrique de la démocratie. ONG, fondations, think tanks et organisations internationales en action », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 31 octobre 2013, consulté le 23 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/12574

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page