Navigation – Plan du site

Nenad Stojanovic, Dialogue sur les quotas. Penser la représentation dans une démocratie multiculturelle

Eric Keslassy
Dialogue sur les quotas
Nenad Stojanović, Dialogue sur les quotas. Penser la représentation dans une démocratie multiculturelle, Presses de Sciences Po, 2013, ISBN : 978-2-7246-1376-6.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage titré Dialogue sur les quotas fait le point sur la question déjà tant débattue de la représentation dans les sociétés multiculturelles, qui peut en fait se résumer à une formulation simple : faut-il être pour ou contre les quotas ? On pourrait alors craindre que ce livre se limite à une synthèse reprenant tout ce qui a déjà été écrit et dit sur cette thématique. L’auteur parvient pourtant à se montrer original, tant sur la forme que sur le fond, ce qui n’est pas le moindre des mérites de cette publication.

2Tout d’abord, Nenad Stojanovic propose l’étude des débats relatifs à l’utilisation des quotas en ouvrant les grandes problématiques par des dialogues menés entre deux amis, Cosimo et Thérèse, étudiants en sciences sociales – à qui se joint dans la seconde partie de l’ouvrage, un troisième personnage, le professeur Solutio Informalis, jouant alors le rôle de « juge de paix ». Le premier est favorable aux quotas tandis que la seconde défend l’exacte position adverse. Mais pourquoi avoir utilisé le dialogue ? se demande-t-on. À juste titre, l’auteur considère que cela rend la lecture plus « intéressante et plus attrayante », en particulier lorsqu’il s’agit de rendre compte d’un « sujet complexe et, parfois, assez abstrait. » Mais le dialogue est aussi un moyen de refléter sa position ambiguë sur le sujet. Nenad Stojanovic explique lui-même que Cosimo reflète son scepticisme de départ quant à la nécessité d’appliquer des politiques de quotas. Thérèse, elle, marque la possible évolution de sa position. Au fond, le dialogue renvoie indirectement à ses hésitations, à sa difficulté à se positionner définitivement. L’auteur précise d’ailleurs lui-même que « le dialogue peut donc être vu aussi comme un dialogue interne ». Chacun des thèmes abordés est en quelque sorte épuisé par les échanges argumentés des personnages et on se trouve en présence de toutes les idées des différents débats. Évidemment, au-delà de cette option stylistique, la dimension scientifique du travail n’est pas occultée : elle est présente dans un commentaire qui vient clôturer chacun des dialogues pour approfondir la discussion, commentaire qui revient sur les fondements théoriques des arguments avancés, mais qui sert aussi à introduire des points non abordés explicitement auparavant. Outre la synthèse des idées, c’est également à cet endroit que l’on retrouve les références bibliographiques. L’auteur place enfin dans ses commentaires des exemples empiriques qui permettent d’illustrer et d’expliquer les propos des dialogues.

3C’est précisément dans le choix des illustrations et de certaines thématiques (comme l’importance accordée à la dimension linguistique de la « diversité ») que se situe ensuite l’originalité de cet ouvrage. Plutôt que de se limiter aux classiques exemples américains et français, l’auteur aborde les débats peu connues chez nous qui se sont développés sur les quotas en Suisse, en Italie, ou encore en Bosnie Herzégovine.

4Les questions traitées restent, elles, relativement classiques : les institutions politiques doivent-elles refléter les « diversités » culturelles des sociétés démocratiques ? Faut-il rechercher une « représentation miroir » ? Ou à quel point la « représentation nationale » doit-elle représentative des différentes composantes sociologiques du corps social ? Pourquoi est-ce si important que des Français relevant des « minorités visibles » soient si nombreux dans le gouvernement actuel ? Ou en quoi était-ce si « fondamental » qu’un Noir puisse entrer à la Maison Blanche ? Est-il nécessaire que le gouvernement belge soit constitué avec un nombre égal de francophones et de néerlandophones ? L’exécutif fédéral suisse doit-il être constitué en tenant compte des différentes régions linguistiques du pays ? Etc.

5Il s’agit finalement de s’interroger sur l’une des modalités de la démocratie dans des sociétés dont la dimension pluriculturelle prend de plus en plus d’importance : la représentation politique. Contrairement à ce que l’on pense parfois, cette thématique de la « juste » représentation des groupes socio-culturels d’une société démocratique constitue un vieux débat, puisqu’il agitait déjà les architectes de la démocratie représentative au XVIIe siècle. Aujourd’hui, on centre cependant davantage la problématique autour de l’individu : comment peut-il préserver son « autonomie » et sa liberté tout en reconnaissant l’importance des groupes auxquels il appartient ou est supposé appartenir ? Nenad Stojanovic cherche d’abord à répondre à cette interrogation contemporaine. Il lui faut pour cela donner des pistes de réflexion sur la justification des quotas (pour qui, pourquoi, comment et pour combien de temps ?) tout en cernant les grandes critiques qu’ils suscitent.

6Dialogue sur les quotas est à la fois séduisant et efficace… Il permet d’apprendre et de s’interroger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Nenad Stojanovic, Dialogue sur les quotas. Penser la représentation dans une démocratie multiculturelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 13 novembre 2013, consulté le 30 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/12660

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page