Navigation – Plan du site

Stéphane Vial, L’être et l’écran : comment le numérique change la perception

Michael Perret
L'être et l'écran
Stéphane Vial, L'être et l'écran. Comment le numérique change la perception, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Hors collection », 2013, 333 p., ISBN : 978-2-13-062170-6.
Haut de page

Texte intégral

1L’être et l’écran se veut être une recherche philosophique sur la « révolution numérique ». Convaincu que le développement des ordinateurs personnels, l’Internet et la téléphonie mobile ont radicalement changé notre relation au monde et notre façon de le percevoir, Stéphane Vial vise un renouvellement philosophique dans l’analyse des technologies numériques. L’auteur dégage en six chapitres les grandes lignes de l’impact des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) sur notre perception, et son implication pour le design du numérique.

  • 1 L’auteur donne l’exemple du « système technique mécanisé » qui est le résultat du développement con (...)
  • 2  Vial définit le fétichisme de la culture comme une « tendance à croire que la technique est une ch (...)

2Stéphane Vial part du postulat que l’on ne comprend rien à la révolution numérique tant qu’on ne la replace pas dans le mouvement d’ensemble de l’histoire des techniques. Elle en est, en effet, à la fois une étape et un point culminant, en ceci qu’elle réorganise l’ensemble de notre système technique. L’auteur définit dans son premier chapitre ce qu’il entend par système technique, soit un ensemble de techniques dépendantes et coordonnées les unes aux autres et représentant le plus haut niveau de combinaison technique observable dans une société1. Il oppose ce concept, basé sur les travaux de l’historien Bertrand Gille, au système technicien de Jacques Ellul, qui conçoit la technique de manière fétichiste2. Le chapitre 2 prolonge la réflexion en se focalisant sur l’actuel système technique numérique. Celui-ci a ceci de novateur qu’il est fondé sur la délégation du travail intellectuel, et non plus seulement manuel, à des machines numériques, c’est-à-dire des ordinateurs. Cette révolution numérique constitue pour Vial, après le système bielle-manivelle aux Temps modernes et la machine vapeur à l’époque de la Révolution industrielle, la troisième révolution technique de l’histoire moderne de l’Occident.

3Le chapitre 3, « Les structures techniques de la perception », insiste sur les changements drastiques de la perception qu’augure la révolution numérique. En ce sens, il y a là une révolution phénoménologique qui prend place. Les nouveaux appareils numériques, tels que les tablettes, les smartphones ou les ordinateurs toujours plus puissants, influencent grandement la manière dont le monde d’aujourd’hui nous apparaît. Car à chaque époque, l’acte de percevoir s’apprend avec les techniques existantes. Vial donne l’exemple de l’apparition du téléphone au tournant du XXe siècle, qui chambarde la relation avec autrui. « Parler sans se voir » est alors une nouvelle manière d’être-au-monde. Les changements technologiques apportent leur lot de bouleversements sociaux. Ainsi donc, notre environnement est désormais perceptible par des interfaces numériques, faites de simulations informatiques. Ceci permet à Vial d’aborder l’hypothèse du virtuel, au chapitre 4 (« Vie et mort du virtuel »), tel qu’il est fantasmé par les premiers penseurs du « cyberespace » comme étant le pendant « irréel » de notre expérience du monde. Vial propose de considérer que la virtualité dans laquelle nous vivons n’est qu’un aspect parmi d’autres des phénomènes naturels que nous percevons au travers des appareils numériques.

4Le chapitre 5 vise à spécifier la manière « numérique » dont les êtres apparaissent via des interfaces, qu’ils soient réels (comme lors de vidéoconférence) ou simulés (comme c’est le cas avec les avatars de jeu vidéo, par exemple). Vial nomme ce phénomène l’« ontophanie numérique » et le définit en onze points. Premièrement, les processus numériques apparaissent grâce à un appareillage technique, les interfaces. Ce sont elles qui permettent de faire du numérique un phénomène visible et perceptible. Deuxièmement, le phénomène numérique est programmable. Les développeurs sont, pour Vial, les héros de notre temps, car les phénomènes programmables possèdent le pouvoir de porter une vision du monde. En ce sens, le phénomène numérique est un idéalisme. Troisièmement, vivre dans le phénomène numérique, c’est vivre dans les interactions, avec des interfaces numériques qui sollicitent sans cesse notre capacité à agir avec elles, comme par exemple les menus d’un programme informatique, les options disponibles sur un DVD, etc. Mais c’est également être immergé dans le numérique grâce aux simulations, qui rendent présente une réalité invisible. Vial montre ensuite que l’instabilité et la destructibilité des produits informatisés fait partie intégrante de notre expérience du monde : nous leur confions tout sans jamais pouvoir leur faire totalement confiance.

  • 3  Cette situation interactive du phénomène numérique, telle que décrite par Vial, rejoint les observ (...)

5Expérimenter le phénomène numérique se fait également à plusieurs, explique l’auteur : « Le lien social à l’heure numérique est […] façonné par les ordinateurs, […] les possibilités d’être avec autrui n’ont jamais été aussi riches et variées » (p. 221-223)3. Vial affirme que les dispositifs numériques produisent aussi de l’être instantanément reproductible, que ce soit par le téléchargement instantané de données, ou la prise de photos numériques, par exemple. La manière de consommer les produits culturels en a été profondément transformée. Et si le phénomène numérique est copiable, il est également annulable. La possibilité de revenir en arrière est pour l’instant exclusivement numérique, mais elle est à ce point ancrée en nous que nous en venons à regretter de ne pas pouvoir en disposer dans le monde physique classique. Enfin le numérique est pour Vial fondamentalement ludogène, c’est-à-dire qu’il favorise spontanément l’attitude ludique et aiguise notre aptitude à la jouabilité. Le jeu vidéo, « objet numérique total » (p. 241) selon l’auteur, a en effet exporté à tel point ses codes et sa culture au reste des phénomènes numériques, que notre plaisir du jeu est stimulé à de maintes occasions.

6Le dernier chapitre du livre s’intéresse aux implications du design numérique sur notre expérience du monde. La responsabilité du design numérique est de taille, estime Vial, puisque le design contribue à créer un nouvel environnement perceptif où il fait bon vivre. Et l’auteur de rappeler que la plus grande partie de nos expériences existentielles sont aujourd’hui conditionnées a priori par la situation interactive d’interfaces numériques. À ceci s’ajoute que la qualité de notre expérience d’exister dépend des appareils qui nous entourent et de la manière dont ils font le monde et nous le donnent. Les designers du numérique ont tout intérêt à prendre en compte ces implications éthiques.

  • 4 Si la sociologie des usages s’intéresse à la manière dont les usagers s’approprient les NTIC, la ph (...)

7L’être et l’écran se révèle au final d’une grande finesse analytique. Il invite à dépasser l’antagonisme entre la technophilie et la technophobie, pour aborder frontalement ce qui est inédit dans la révolution numérique pour la perception et le design numérique. L’ouvrage pourrait bien avoir jeté les premières bases d’une « phénoménologie des usages »4.

Haut de page

Notes

1 L’auteur donne l’exemple du « système technique mécanisé » qui est le résultat du développement conjoint des techniques du métal, de la machine à vapeur et du charbon, déclenchant aux alentours de 1850 la première révolution industrielle et la mécanisation de la production (p. 36).

2  Vial définit le fétichisme de la culture comme une « tendance à croire que la technique est une chose en soi, dotée d’une volonté abstraite qui dirige le cours des événements humains en poursuivant ses propres fins, comme un processus sans sujet » (p. 43).

3  Cette situation interactive du phénomène numérique, telle que décrite par Vial, rejoint les observations faites par Nicolas Nova et al. dans Curious rituals: gestural interaction in the digital everyday. Si nous avons toujours été en relation avec d’autres à l’aide « d’intermédiaires phénoménotechniques », les façons numériques d’être avec autrui sont désormais variées : l’interaction en face-à-face peut se faire en même temps que l’échange d’idées ou le partage de contenu en ligne. (Nova Nicolas et al. Curious rituals: gestural interaction in the digital everyday. S.l. : Curiousrituals.Worldpress.Com, 2012).

4 Si la sociologie des usages s’intéresse à la manière dont les usagers s’approprient les NTIC, la phénoménologie des usages se focaliserait sur notre expérience-au-monde induite par les appareils numériques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Perret, « Stéphane Vial, L’être et l’écran : comment le numérique change la perception », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 14 novembre 2013, consulté le 01 octobre 2016. URL : http://lectures.revues.org/12670

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page